Langage
 Marie-Victoire Louis

Dialogues

Extrait de l'abécédaire féministe

date de rédaction : 17/06/2024
date de publication : 17 juin 2024
mise en ligne : 17/06/2024
Voir et imprimer en PDF via pdf Print FriendlyAugmenter la taille du texteDiminuer la taille du texteRecommander ce texte par mail

À la recherche du patriarcat…

L’abécédaire féministe, profondément revu, comporte dorénavant 24.074 items et 23 rubriques : I. Culture (1071) ; II. Droit (430) ; III. Êtres humains (1301) ; IV. Corps (576) ; V. Enfants (334) ; VI. Femmes (3350) ; VII. Hommes (1591) ; VIII. Relations entre êtres humains (897) ; IX. Famille (596) ; X. Féminisme (481) ; XI. Justice (1019) ; XII. Langage (1090) ; XIII. Patriarcat (788) ; XIV Penser (1691) ; XV. Politique (2615) ; XVI. Pornographie (173) ; XVII. Proxénétisme (463) ; XVIII. « Sciences » sociales (740) ; XIX. Démographie (36) ; XX. Économie (1123) ; XXI. Histoire (928) ; XXII. Sexes [Sexualité, Sexisme…] (277) ; XXIII. Violences (685) … et continuera d’évoluer.
* Ajout. 11 juillet 2023. XXIV. Dialogues (1830)

17 juin 2024

XXIV. Dialogues.

A. Dialogues. Entendus, Vécus, Imaginés, Espérés, Récusés. 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20, 21, 22, 23, 24, 25, 26, 27, 28, 29, 30, 31, 32, 33, 34, 35, 36, 37, 38, 39, 40, 41, 42, 43, 44, 45, 46, 47, 48, 49, 50, 51, 52, 53, 54, 55, 56, 57, 58, 59, 60, 61, 62, 63, 64, 65, 66, 67, 68, 69, 70, 71, 72, 73, 74, 75, 76, 77, 78, 79, 80, 81, 82, 83, 84, 85, 86, 87, 88, 89, 90, 91, 92, 93, 94, 95, 96, 97, 98, 99, 100, 101, 102, 103, 104, 105, 106, 107, 108, 109, 110, 111, 112, 113, 114, 115, 116, 117, 118, 119, 120, 121, 122, 123, 124, 125, 126, 127, 128, 129, 130, 131, 132, 133, 134, 135, 136, 137, 138, 139, 140, 141, 142, 143, 144, 145, 146, 147, 148, 149, 150, 151, 152, 153, 154, 155, 156, 157, 158, 159, 160, 161, 162, 163, 164, 165, 166, 167, 168, 169, 170, 171, 172, 173, 174, 175, 176, 177, 178, 179, 180, 181, 182, 183, 184, 185, 186, 187, 188, 189, 190, 191, 192, 193, 194, 195, 196, 197, 198, 199, 200, 201, 202, 203, 204, 205, 206, 207, 208, 209, 210, 211, 212, 213, 214, 215, 216, 217, 218, 219, 220, 221, 222, 223, 224, 225, 226, 227, 228, 229, 230, 231, 232, 233, 234, 235, 236, 237, 238, 239, 240, 241, 242, 243, 244, 245, 246, 247, 248, 49, 250, 251, 252, 253, 254, 255, 256, 257, 258, 259, 260, 261, 262, 263, 264, 265, 266, 267, 268, 269, 270, 271, 272, 273, 274, 175, 276, 277, 278, 279, 280, 281, 282, 283, 284, 285, 286, 287, 288, 289, 290, 291, 292, 293, 294, 295, 296, 297, 298, 299, 300, 301, 302, 303, 304, 305, 306, 307, 308, 309, 310, 311, 312, 313, 314, 315, 316, 317, 318, 319, 320, 321, 322, 323, 324, 325, 326, 327, 328, 329, 330, 331, 332, 333, 334, 335, 336, 337, 338, 339, 340, 341, 342, 343, 344, 345, 346, 347, 348, 349, 350, 351, 352, 353, 354, 355, 356, 357, 358, 359, 360, 361, 362, 363, 364, 365, 366, 367, 368, 369, 370, 371, 372, 373, 374, 375, 376, 377, 378, 379, 380, 381, 382, 383, 384, 385, 386, 387, 388, 389, 390, 391,392, 393, 394, 395, 396, 397, 398, 399, 400, 401, 402, 403, 404, 405, 406, 407, 408, 409, 410, 411, 412, 413, 414, 415, 416, 417, 418, 419, 420, 421, 422, 423, 424, 425, 426, 427, 428, 429, 430, 431, 432, 433, 434, 435, 436, 437, 438, 439, 440, 441, 442, 443, 444, 445, 446, 447, 448, 449, 450, 451, 452, 453, 454, 455, 456, 457, 458, 459, 460, 461, 462, 463, 464, 465, 466, 467, 468, 469, 470, 471, 472, 473, 474, 475, 476, 477, 478, 479, 480, 481, 482, 483, 484, 485, 486, 487, 488, 489, 490, 491, 492, 493, 494, 495, 496, 497, 498, 499, 500, 501, 502, 503, 504, 505, 506, 507, 508, 509, 510, 511, 512, 513, 514, 515, 516, 517, 518, 519, 520, 521, 522, 523, 524, 525, 526, 527, 528, 529, 530, 531, 532, 533, 534, 535, 536, 537, 538, 539, 540, 541, 542, 543, 544, 545, 546, 547, 548, 549, 550, 551, 552, 553, 554, 555, 556, 557, 558, 559, 560, 561, 562, 563, 564, 565, 566, 567, 568, 569, 570, 571, 572, 573, 574, 575, 576, 577, 578, 579, 580, 581, 582, 583, 584, 585, 586, 587, 588, 589, 590, 591, 592, 593, 594, 595, 596, 597, 598, 599, 600, 601, 602, 603, 604, 605, 606, 607, 608, 609, 610, 611, 612, 613, 614, 615, 616, 671, 618, 619, 620, 621, 622, 623, 624, 625, 626, 627, 628, 629, 630, 631, 632, 633, 634, 635, 636, 637, 638, 639, 640, 641, 642, 643, 644, 645, 646, 647, 648, 649, 650, 651, 652, 653, 654, 655, 656, 657, 658, 659, 660, 661, 662, 663, 664, 665, 666, 667, 668, 669, 670, 671, 672, 673, 674, 675, 676, 677, 678, 679, 680, 681, 682, 683, 684, 685, 686, 687, 688, 689, 690, 691, 692, 693, 694, 695, 696, 697, 698, 699, 700, 701, 702, 703, 704, 705, 706, 707, 708, 709, 710, 711, 712, 713, 714 , 715, 716, 717, 718, 719, 720, 721, 722, 723, 724, 725, 726, 727, 728, 729, 730, 731, 732, 733, 734, 735, 736, 737, 738, 739, 740, 741, 742, 743, 744, 745, 746, 747, 748, 749, 750, 751, 752, 753, 754, 755, 756, 757, 757, 758, 759, 760, 761, 762, 763, 764, 764, 765, 766, 767, 768, 770, 771, 772, 773, 774, 775, 776, 777, 778, 779, 780, 781, 782, 783, 784, 785, 786, 788, 789, 790, 791, 792, 793, 794, 795, 796, 797, 798, 799, 800, 801, 802, 803, 804, 805, 806, 807, 808, 809, 810, 811, 812, 813, 814, 815, 816, 817, 818, 819, 820, 821, 822, 823, 824, 825, 826, 827, 828, 829, 830, 831, 832, 833, 834, 835, 836, 837, 838, 839, 840, 841, 842, 843, 844, 845, 846, 847, 848, 849, 850, 851, 852, 853, 854, 855, 856, 857, 858, 859, 860, 861, 862, 863, 864, 865, 866, 867, 868, 869, 870, 871, 872, 873, 874, 875, 876, 877, 878, 879, 880, 881, 882, 883, 884, 885, 886, 887, 888, 889, 890, 891, 892, 893, 994, 895, 896, 897, 898, 899, 900, 901, 902, 903, 904, 905, 906, 907, 908, 909, 910, 911, 912, 913, 914, 915, 916, 917, 918, 919, 920, 921, 922, 923, 924, 925, 926, 927, 928, 929, 930, 931, 932, 933, 934, 935, 936, 937, 938, 939, 940, 941, 942, 943, 944, 945, 946, 947, 948, 949, 950, 951, 952, 953, 954, 955, 956, 957, 958, 959, 960, 961, 962, 963, 964, 965, 966, 967, 968, 969, 970, 971, 972, 973, 974, 975, 976, 977, 978, 979, 980, 981, 982, 983, 984, 985, 986, 987, 988, 989, 890, 991, 992, 993, 994, 995, 996, 997, 998, 999, 1000, 1001, 1002, 1003, 1004, 1005, 1006, 1007, 1008, 1009, 1010, 1011, 1012, 1013, 1014, 1015, 1016, 1017, 1018, 1019, 1020, 1021, 1022, 1023, 1024, 1025, 1026, 1027, 1028, 1029, 1030, 1031, 1032, 1033, 1034, 1035, 1036, 1037, 1038, 1039, 1040, 1041, 1041, 1042, 1043, 1044, 1045, 1046, 1047, 1048, 1098, 1049, 1050, 1051, 1052, 1053, 1054, 1055, 1056, 1057, 1058, 1059, 1060, 1061, 1062, 1063, 1064, 1065, 1066, 1067, 1068, 1069, 1070, 1071, 1072, 1073, 1074, 1075, 1076, 1077, 1078, 1079, 1080, 1081, 1082, 1083, 1084, 1085, 1086, 1087, 1088, 1089, 1090, 1091, 1092, 1093, 1094, 1095, 1096, 1097, 1098, 1099, 1100, 1101, 1102, 1103, 1104, 1105, 1106, 1107, 1108, 1109, 1110, 1111, 1112, 1113, 1114, 1115, 1116, 1117, 1118, 1119, 1120, 1121, 1122, 1123, 1124, 1125, 1126, 1127, 1128, 1129, 1130, 1131, 1132, 1133, 1134, 1135, 1136, 1137, 1138, 1139, 1140, 1141, 1142, 1143, 114, 1145, 1146, 1147, 1148, 1149, 1150, 1151, 1152, 1153, 1154, 1155, 1156, 1157, 1158, 1159, 1160, 1161, 1162, 1163, 1164, 1165, 1166, 1167, 1168, 1169, 1170, 1171, 1172, 1173, 1174, 1175, 1176, 1177, 1178, 1179, 1180, 1181, 1182, 1183, 1184, 1185, 1186, 1187, 1188, 1189, 1190, 1191, 1192, 1193, 1194, 1195, 1196, 1197, 1198, 1199, 1200, 1201, 1202, 1203, 1204, 1205, 1206, 1207, 1208, 1209, 1210, 1211, 1212, 1213, 1214, 1214, 1215, 1216, 1217, 1218, 1219, 1220, 1221, 1222, 1223, 1224, 1225, 1226, 1227, 1228, 1229, 1230, 1231, 1232, 1233, 1234, 1235, 1236, 1237, 1238, 1239, 1240, 1241, 1242, 1243, 1244, 1245, 1246, 1247, 1248, 1248, 1249, 1250, 1251, 1252, 1253, 1254, 1255, 1256, 1257, 1258, 1259, 1260, 1261, 1262, 1263, 1264, 1265, 1266, 1267, 1268, 1269, 1270, 1271, 1272, 1273, 1274, 1275, 1276, 1277, 1278, 1279, 1280, 1281, 1282, 1283, 1284, 1285, 1286, 1287, 1288, 1289, 1290, 1291, 1292, 1293, 1294, 1295, 1296, 1297, 1298, 1299, 1300, 1301, 1302, 1303, 1304, 1305, 1306, 1307, 1308, 1309, 1310, 1311, 1312, 1313, 1314, 1315, 1316, 1817, 1318, 1319, 1320, 1321, 1322, 1323, 1324, 1325, 1326, 1327, 1328, 1329, 1330, 1331, 1332, 1333, 1334, 1335, 1336, 1337, 1338, 1339, 1340, 1341, 1342, 1342, 1343, 1344, 1345, 1346, 1347, 1348, 1349, 1350, 1351, 1352, 1353, 1354, 1355, 1356, 1357, 1358, 1359, 1360, 1361, 1362, 1363, 1364, 1365, 1366, 1367, 1368, 1369, 1370, 1371, 1372, 1373, 1374, 1375, 1376, 1377, 1378, 1379, 1380, 1381, 1382, 1383, 1384, 1385, 1386, 1387, 1388, 1389, 1390, 1391, 1392, 1393, 1394, 1395, 1396, 1397, 1398, 1399, 1400, 1401, 1402, 1403, 1404, 1405, 1406, 1407, 1408, 1409, 1410, 1411, 1412, 1413, 1414, 1415, 1416, 1417, 1418, 1419, 1420, 1421, 1422, 1423, 1424, 1425, 1426, 1427, 1428, 1429, 1430, 1431, 1432, 1433, 1434, 1435, 1436, 1437, 1438, 1439, 1440, 1441, 1442, 1443, 1444, 1445, 1446, 1447, 1448, 1449, 1450, 1451, 1452, 1453, 1454, 1455, 1456, 1457, 1458, 1459, 1460, 1461, 1462, 1463, 1464, 1465, 1466, 1467, 1468, 1469, 1470, 1471, 1472, 1473, 1474, 1475, 1476, 1477, 1478, 1479, 1480, 1481, 1482, 1483, 1484, 1485, 1486, 1487, 1488, 1489, 1490, 1491, 1492, 1493, 1494, 1495, 1496 1497, 1498, 1499, 1500, 1501, 1502, 1503, 1504, 1505, 1506, 1507, 1508, 1509, 1510, 1511, 1512, 1513, 1514, 1515, 1516, 1517, 1518, 1519, 1520, 1521, 1522, 1523, 1524, 1525, 1526, 1527, 1528, 1529, 1530, 1531, 1532, 1533, 1534, 1535, 1536, 1537, 1538, 1539, 1540, 1541, 1542, 1543, 1544, 1545, 1546, 1547, 1548, 1549, 1550, 1551, 1552, 1553, 1554, 1555, 1556, 1557, 1558, 1559, 1560, 1561, 1562, 1563, 1664, 1665, 1666,

II. Dialogues. Lus. Entendus. Par ordre de lecture 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20,21, 22, 23, 24, 25, 26, 27, 28, 29, 30, 31, 32, 33, 34, 34, 36, 37, 38, 39, 40, 41, 42, 43, 44, 45, 46, 47, 48, 49, 50, 51, 52, 53, 54, 55, 56, 57, 58, 59, 60, 61, 62, 63, 64, 65, 66, 67, 68, 69, 70, 71, 72, 73, 74, 75, 76, 77, 78, 79, 80, 81, 82, 83, 84, 85, 86, 87, 88, 89, 90, 91, 92, 93, 94, 95, 96, 97, 98, 99, 100, 101, 102, 103, 104, 105, 106, 107, 108, 109, 110, 111, 112, 113, 114, 115, 116, 117, 118, 119, 120, 121, 122, 123, 124, 125, 126, 127, 128, 129, 130, 131, 132, 133, 134, 135, 136, 137, 13, 139, 140, 141, 142, 143, 144, 145, 146, 147, 148, 149, 150, 151, 152, 153, 154, 155, 156, 157, 158, 159, 160, 161, 162, 163, 164, 165, 166, 167, 168, 169, 170, 171, 172, 173, 174, 175, 176, 177, 178, 179, 180, 181, 182, 183, 184, 185, 186, 187, 188, 189, 190, 191, 192, 193, 194, 195, 196, 197, 198, 199, 200, 201, 202, 203, 204, 205, 206, 207, 208, 209, 210, 211, 212, 213,

III. Dialogues. Analyses. Réflexions. (1) Par ordre alphabétique 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20, 21, 22, 23, 24, 25, 26, 27, 28, 29, 30, 31, 32, 33, 34, 35, 36, 37, 38, 39, 40, 41, 42, 43, 44, 45, 46, 47, 48, 49, 50, 51 (51)

Dialogues : 17 juin 2024. 1830 Items

I. Dialogues. Vécus, entendus, imaginés, espérés, récusés

Dialogue (1) : Quel mauvais goût !
- Quel est le bon ?

Dialogue (2) : Pourquoi as-tu tué le loup ?
- Il a tué mes moutons

Dialogue (3) : C’est bon pour l’emploi et pour l’économie
- Quelle est la différence ?

Dialogue (4) : Je ne vois pas pourquoi vous m‘agressez
- Moi non plus

Dialogue (5) : On m’a volé tout mon argent
- Viens, on va dîner dans un restaurant très cher

Dialogue (6) : Vous n’avez pas bien géré la crise
- Le peuple mérite tous les éloges

Dialogue (7) : Vous jugez du haut de vos compétences
- Ai-je pour autant tort ?

Dialogue (8) : Je suis hypocondriaque
- Est-ce que cela vous aide à mieux vivre ?

Dialogue (8) : Pourquoi ne l’aimes-tu pas ?
- Pourquoi devrais-je l’aimer ?

Dialogue (9) : Je suis une véritable éponge.
- Et que fais-tu de ce que tu absorbes ?

Dialogue (10) : Il se fait remarquer
- A-t-il un autre moyen qu’on le remarquât ?

Dialogue (11) : Les manifestations sont violentes
- Quitte à vivre dans la violence, autant que ce soit contre la police

Dialogue (12) : Pourquoi avez-vous mis le feu à la cathédrale ?
- Ma vie vaut bien un orgue

Dialogue (13) : Elle fut vengée
- Mais elle était morte

Dialogue (14) : Pourquoi l’as-tu traitée de salope ?
- On m’avait traité de pédé

Dialogue (15) : Je suis bipolaire
- Dans un monde unipolaire ?

Dialogue (16) : Qui vole un œuf, vole un bœuf
- Et qui vole un peuple ?

Dialogue (17) : Pourquoi dites-vous que votre époux a une maîtresse ?
- Parce qu’il a changé de sous-vêtements

Dialogue (18) : Votre épouse est morte
- C’est pour moi une grande perte

Dialogue (19) : C’est à vous de choisir
- Avec mon salaire ?

Dialogue (20) : Les gens vont penser que…
- Et toi ?

Dialogue (21) : Tu as toujours le besoin de faire le contraire…
- De toi

Dialogue (22) : Nous l’avons tué parce qu’il tuait des américains en Irak
- Combien de personnes les Américains ont-ils tuées en Irak ?

Dialogue (23) : Pourquoi les jeunes doivent-ils ‘payer’ ?
- Parce que les vieux meurent

Dialogue (24) : Il se prenait pour Atlas
- Et il fut fatigué ?

Dialogue (25) : Vous m’encouragez
- Je vous transmets mon avis

Dialogue (26) : Il y a des lois à respecter
- Ont-elles été faites pour moi ?

Dialogue (27) : Voici 10 euros, gardez la monnaie
- Pourquoi ne dites-vous pas que le prix que je vous ai proposé était trop bas ?

Dialogue (28) : À sa place, je penserais la même chose
- Et à la vôtre ?

Dialogue (29) : Mon corps m’appartient
- Comme tes idées ?

Dialogue (30) : Je n’ai jamais été contrôlée par le police
- T’as vu la gueule que t’as ?

Dialogue (31) : Il trompait son épouse
- Non. Il avait des vies parallèles

Dialogue (32) : Savez-vous… ?
- On ne sait jamais…

Dialogue (33) : Ces féministes sont excessives…
- Nous sommes tous / toutes d’accord…

Dialogue (34) : Vous êtes mainstream, et moi, bankable. On s’allie ?
- Vive nous !

Dialogue (35) : Cela m’empêche de dormir
- Moi, de vivre heureuse

Dialogue (36) : Vous avez failli mourir noyé-e. À quoi avec vous pensé ?
- Comme je savais que j’étais entraîné-e par un courant, j’ai pensé que cela serait long.

Dialogue (37) : Vous craignez d’être oublié-e ?
- Restez inconnu-e

Dialogue (38) : Je…
- Tais-toi !

Dialogue (39) : Tu l’as aidé-e ?
- Je lui ai vendu mon idée

Dialogue (40) : Pourquoi tu nous parles de ça ?
- Parce que c’est ma vie

Dialogue (41) : Il faut contextualiser
- Mais, c’est toujours vrai !

Dialogue (42) : Que lui avez-vous appris ?
- Rien. C’est lui / elle qui voulait apprendre

Dialogue (43) : Vous êtes discret-e
- Non. Je suis moi

Dialogue (44) : Soyez inclusif-ve !
- Comment ? Je suis exclu-e

Dialogue (45) : Sus aux moralistes !
- Tous les exploiteurs vous applaudissent

Dialogue (46) : On a le droit d’aimer ce qu’on aime
- C’est sûr ?

Dialogue (47) : Vous êtes pessimiste ?
- Non. Je suis ailleurs

Dialogue (48) : Ce fait est acquis
- Qui te l’as dit ?

Dialogue (49) : La France a …
- Respectez-moi. Dites : le gouvernement français

Dialogue (50) : Ceci est honteux
- L’indignation est à la portée de tout le monde

Dialogue (51) : J’ai une idée…
- C’est plus compliqué que cela…

Dialogue (52) : Putain, salope, ordure !
- Ça va pas la tête !

Dialogue (53) : Les mères…
- Et les pères dans tout ça ?

Dialogue (54) : Vous souvenez-vous de moi ?
- Oui, de vos yeux bleus

Dialogue (55) : Vous n’êtes pas solvable
- Et vous, êtes-vous crédible ?

Dialogue (56) : Vendez !
- Je donne…

Dialogue (57) : Cessez de me couper la parole !
- Comment l’aurais-je autrement ?

Dialogue (58) : C’est un complément de revenus ?
- Oui, mais c’est le seul

Dialogue (59) : La police française est violente
- Je vous trouve assez à charge…

Dialogue (60) : Ceci et ceci, etc…
- Et pas que…

Dialogue (61) : Mais ce mot ne veut rien dire
- Ne pinaillons pas…

Dialogue (62) : C’est un homme respecté
- Non, c’est un imposteur

Dialogue (63) : C’est vieux, démodé, dépassé
- Pour moi, ce n’est pas encore advenu

Dialogue (64) : Il faut revenir au point de départ
- Oui, mais à celui d’aujourd’hui

Dialogue (65) : Il est trop honnête pour être vrai
- Il serait suffisamment malhonnête pour l’être ?

Dialogue (66) : Je vous veux !
- Laissez-moi …

Dialogue (67) : Révolution !
- Il y a un besoin de réformes

Dialogue (68) : Il existe une fascination du mal
- De qui parlez-vous ?

Dialogue (69) : Le monde actuel est violent
- Oui, mais hier aussi et, ailleurs, encore plus

Dialogue (70) : « L’élection présidentielle va être très violente »
- Plus que quoi ?

Dialogue (71) : Déposez plainte !
- Sans garantie d’un procès ? Non

Dialogue (72) : C’est un mot-valise
- Ca tombe bien !

Dialogue (73) : Je ne suis pas d’accord avec vous
- Poursuivons, voulez-vous…

Dialogue (74) : Il avait une haute opinion de lui
- Si haute, qui ne voyait pas même qu’il était juché sur un escabeau

Dialogue (75) : Nous avons pris un engagement de principe
- Vous voulez dire que vous avez capitulé en rase compagne…

Dialogue (76) : Toutes choses égales, par ailleurs…
- Et après,
mutatis mutandis

Dialogue (77) : Il avait les idées claires
- Oui, mais l’esprit retors

Dialogue (78) : Ce procès est injuste
- Qui est le procureur ici ?

Dialogue (79) : Il faut garder bonne contenance
- Pour mieux laisser aux autres le monopole du pouvoir ?

Dialogue (80) : Elle voulait me placer au premier plan
- Pour mieux te rendre redevable

Dialogue (81) : Vous êtes un salaud
- Ne me faites pas de procès d’intention

Dialogue (82) : C’est politiquement gênant
- Pour qui ? Pour vous ?

Dialogue (83) : Il est dans le collimateur de la justice
- Vous voulez dire : il a fui la justice qui le poursuit afin que le procès ait lieu ?

Dialogue (84) : Il / elle vous déteste
- Certaines de mes idées, sans doute, mais moi, comment est-ce possible ? Il / elle ne me connait pas

Dialogue (85) : Il y a de plus en plus de féministes
- Il ne faut pas se voiler la face…

Dialogue (86) : Je veux maigrir
- Quelles sont vos frustrations ?

Dialogue (87) : C’est un menteur / une menteuse
- Non. Il / elle invoquait l’argument qui lui semblait être le plus aisément acceptable par celui / celle auquel il était destiné et le mieux adaptable (son propre intérêt inclus) à l’environnement

Dialogue (88) : Ce livre est ennuyeux
- Ne soyez pas agressive !

Dialogue (89) : Il parle beaucoup pour dire sa vérité
- Et il est de moins en moins crédible

Dialogue (90) : Nous pourrions peut être…
- Faites…

Dialogue (91) : Je connais la valeur de ce que je fais
- À quelle aune ? Avec quelle ambitions ? Avec quels projets ?

Dialogue (92) : […] Glissons…
- Est-ce une réaction élégante ou une réaction impudente ?

Dialogue (93) : Vous êtes tombé de haut ?
- Oui, dans la facilité

Dialogue (94) : Vous étiez ami-es ?
- Oui. Il n’y a jamais eu de fausses notes

Dialogue (95) : C’est une « atteinte à sa vie privée »
- Non. C’est une critique de cette personne.

Dialogue (96) : Un homme noir dit à une femme en noir : encore un petit effort…
- D’accord. Je vais essayer

Dialogue (97) : Pourquoi ne voulez-vous pas jouer avec moi ?
- Parce que vous avez toutes les cartes en main, et moi aucune

Dialogue (98) : Le mouton noir de la famille a rencontré une oie blanche. Et alors…
-… Ils ne se sont pas plu

Dialogue (99) : Pourquoi parlent-ils autant ?
- Pour créer un effet d’hypnose

Dialogue (100) : On va réfléchir ensemble sur la complexité du monde
- Je passe mon tour…

Dialogue (101) : Je suis un-e laissé-e pour compte
- De tout solde

Dialogue (102) : Si vous continuez, je vous fous dehors !
- J’aime les femmes de caractère !

Dialogue (103) : Il était polygame
- Non, il changeait sans cesse de femmes.

Dialogue (104) : Il était sur le chemin de la sagesse
- Est-ce un progrès ?

Dialogue (105) : Je n’ai aucune confiance en eux
- Et, en vous ?

Dialogue (106) : Ils ont franchi les limites
- Il n’y a plus de limites

Dialogue (107) : Ton ‘ex’…
- Je refuse le « ton ». Il s’agit de l’homme, du salaud, avec lequel j’ai vécu.

Dialogue (108) : Je ne veux pas jouer les arbitres
- Dites juste ce que vous pensez

Dialogue (109) : Personnellement, je serais un peu plus nuancé-e
- Vous voulez dire que vous êtes en complet désaccord ?

Dialogue (110) : Ils vont procéder à 600 licenciements
- C’est 100 de moins qu’annoncés

Dialogue (111) : Vous avez perdu
- Oui, mais ce n’est pas de notre faute

Dialogue (112) : C’est maladroit
- Non. C’est odieux

Dialogue (113) : À cause du covid…
- Pour eux, il faut dire : « grâce au covid … »

Dialogue (114) : Ils sont inquiets
- Vous mentez : on est furieux. Et contre vous !

Dialogue (115) : Je vais vous poser une question …
- J’aurais aimé que vous me demandiez : ‘Quelle question voulez-vous que je vous pose ?’

Dialogue (116) : Ça décrédibilise la parole publique
- Ce n’était pas déjà le cas ?

Dialogue (117) : Il va y avoir pas mal de dégâts…
- Est-ce que j’ai une tête de dégât ?

Dialogue (118) : Qu’allez-vous faire avec le couvre-feu ?
- Je vais m’exécuter

Dialogue (119) : Il / elle a agi à son corps défendant
- Concrètement, ça veut dire quoi ?

Dialogue (120) : A-t-il / elle pris position au nom de la justice ou de la vérité ?
- Au nom de la-dite-vérité-judicaire

Dialogue (121) : Pour moi, c’est incontestable
- Même, pour vous, rien n’est incontestable

Dialogue (122) : C’est lumineux
- Moi, je n’ai rien compris

Dialogue (123) : Nous avons eu une petite querelle
- Non. Nous avons exprimé des points de vue, en l’état, irréconciliables

Dialogue (124) : Il / elle était rebelle
- Non. Déterminé-e

Dialogue (125) : C’est de la sémantique
- Non. C’est un mensonge d’
État

Dialogue (126) : C’est pour ton bien
- C’est moi qui en décide

Dialogue (127) : Ça dépasse les bornes
- C’est vous qui les avez fixées

Dialogue (128) : Il / elle déplorait la situation
- Non. Il / elle dénonçait les responsables, nommément cité-es

Dialogue (129) : Circulez ! Il n’y a rien à voir
- Restez ! Regardez, écoutez, lisez. Il y a tout à dénoncer

Dialogue (130) : Il ne faut pas être plus royaliste que le roi
- Je me contenterais, honnête, de vivre dans un monde honnête

Dialogue (131) : Il est jaloux
- Quitte-le à l’instant

Dialogue (132) : Il est très difficile de la / le critiquer
- Et encore plus de la / le reconnaitre ; pas même possible de la / le nommer

Dialogue (133) : C’est à prendre ou à laisser
- Le roi dit : «
Nous voulons »

Dialogue (134) : C’est la lutte du pot de terre contre le pot de fer
- Soyez honnête : dites que les forts sont légitimes à le demeurer

Dialogue (135) : La vie est courte
- Surtout pour les pauvres ; elle est nettement plus longue pour les riches

Dialogue (136) : Vous n’êtes pas très constructif-ve !
- Mais je ne veux pas construire !

Dialogue (137) : Vous n’avez pas lu mon livre
- Peut-être pourriez-vous penser que vous pourriez être lu selon une autre grille de lecture que la vôtre ?

Dialogue (138) : Vous ne m’avez pas compris-e
- J’essaie de vous comprendre, sans y parvenir

Dialogue (139) : Ne discutons pas bêtement
- Je fais ce que je peux

Dialogue (140) : Qu’est-ce que vous proposez ?
- Pour m’enfermer dans la nasse de vos présupposés ?

Dialogue (141) : On ne parle jamais que de soi
- Certain-es plus que d’autres

Dialogue (142) : Tout est dit en une phrase
- Alors, quittons-nous, monsieur

Dialogue (143) : C’est vous qui le dites !
- Vous auriez aussi pu aussi dire que vous n’étiez pas d’accord avec ce que je viens de dire

Dialogue (144) : On ne peut pas douter de tout
- Où faut-il commencer, s’arrêter ?

Dialogue (145) : L’antonyme de « dialogue » est « monologue »
- J’y crois de moins en moins…

Dialogue (146) : On a compris votre message
- Ce qui signifie que vous me coupez la parole

Dialogue (147) : Peut-on défendre la-liberté-d’expression-au-nom-de-la-laïcité-à-la-française sans tenir compte de ce que tant de musulman-es dans le monde la perçoivent comme un mépris de, une insulte à leur religion ?
- Non

Dialogue (148) : « Ils ont le couteau entre les dents. »
- Ça me rappelle quelque chose

Dialogue (149) : « Il y a trop d’intelligence aujourd’hui [et pas assez de passion] »
- Ça me rappelle quelqu’un

Dialogue (150) : « On pourrait citer d’autres personnes »
- Je commence à avoir peur…

Dialogue (151) : Ils étaient jugés « non civilisés »
- Inversion du regard. Aujourd’hui ce sont les sociétés qui les ont jugés ainsi qui le sont

Dialogue (152) : J’ai l’impression que plus ils organisent de débats, plus le monde se rétrécit là où ils veulent nous mener
- Moi aussi

Dialogue (153) : Il / elle s’est laissé-e emporter…
- Non. Il / elle a clairement jugé ainsi, sans ambiguïté, en toute conscience, en toute responsabilité…

Dialogue (154) : Il avait une parole décomplexée
- Non. Il était stupide, raciste, grossier, égocentrique, vulgaire, méprisait la démocratie, les femmes, les étrangers-ères….

Dialogue (155) : Abaisser quiconque ne rehausse quiconque
- À qui une telle évidence peut-elle bien être utile ?

Dialogue (156) : Jesse Owen a gagné
- Fêtons Lutz Long !

Dialogue (157) : Appliquons déjà la loi
- En d’autres termes : vous n’avez rien ni à critiquer, ni à proposer

Dialogue (158) : Votre constat est plombant
- Mes analyses n’ont pas pour finalité d’avoir en effet positif sur votre moral

Dialogue (159) : À qui faites-vous confiance ?
- Je réfléchis d’abord par moi-même ; et puis je fais confiance à ceux et celles dont j’estime qu’elles peuvent être des personnes de confiance, sans pour autant, au vu de leurs actions, abandonner le pouvoir de la leur retirer

Dialogue (160) : À l’échelle de l’histoire, c’est peu
- Oui, mais il s’agit d’aujourd’hui

Dialogue (161) : Il y a un autre problème
- Oui, mais c’est du premier dont on parle

Dialogue (162) : Il faut affirmer, à raison, …
- Selon vous, plutôt…

Dialogue (163) : Ils veulent effacer l’histoire
- Vous voulez maintenir les incarnations publiques de ces infamies

Dialogue (164) : Cette prise de position est inflammable
- Peut être pourriez-vous préalablement présenter votre propre position ?

Dialogue (165) : Vous avez le sens de la formule
- Je préfèrerai discuter de la morale de l’histoire

Dialogue (166) : « L’exécutif promet une réponse ferme »
- À la longue, on pourra peut-être connaitre les questions posées

Dialogue (167) : Ces deux poids et deux mesures sont insupportables
- L’important ne serait-ce pas plutôt que « la mesure » reste inchangée, ici même, confortée ?

Dialogue (168) : Il faut fermer les frontières !
- C’est ainsi que vous pensez lutter contre l’Islam - pour nombreux-ses, contre les musulman-es - et les islamismes, les islamismes radicaux, les radicalités, les haines, les frustrations, les colères, les folies, en faisant abstraction des critiques politiques de l’Occident, des soutiens à la Palestine, les déclarations d’Emmanuel sur la crise-de-l’Islam, des refus de dizaines de millions de Musulman-es des caricatures de Mahomet, etc… ?

Dialogue (169) : Il faut - pour discuter - opposer les points de vue
- Confronter des points de vue proches, dès lors plus nuancés, est souvent bien plus enrichissant

Dialogue (170) : Il faut confiner !
- À l’Élysée, c’est plus aisé que seul-e dans une chambre d’étudiant-e, qu’à deux qui sont malades, qu’à trois qui ne se parlent plus, qu’à quatre sans revenus, qu’à cinq en colocation, qu’à six qui détestent, qu’à sept qui ne vivent pas au même rythme…, qu’à 80 dans un EHPAD, qu’à 100 dans un camp de Roms, et, plus encore, qu’à ceux qui n’ont que le ciel pour plafond, un carton pour matelas et le trottoir pour plancher…

Dialogue (171) : C’est une piste de réflexions…
- Dites que vous ne voulez rien faire, ce serait plus honnête.

Dialogue (172) : La seule réponse sérieuse, c’est…
- Encore un démocrate…

Dialogue (173) : Changeons de sujet, voulez-vous…
- Non

Dialogue (174) : Oublions, c’est le passé
- Non

Dialogue (175) : Ce n’est pas très important, vu les circonstances
- Si

Dialogue (176) : Nous avons trouvé un terrain d’entente
- Il n’y a pas de quoi être fier-ère

Dialogue (177) : Vu d’en haut…
- Moi je préfère : vu d’en bas…

Dialogue (178) : Cela va de soi
- Cela va de vous, vous voulez dire….

Dialogue (179) : Si vous me permettez de continuer…
- Ou : arrêtez de me couper la parole !

Dialogue (180) : J’adorerais qu’on me contredise
- Il suffit que vous réfléchissiez plus avant

Dialogue (181) : Il y a une fracture numérique
- Il y a des riches, des équipé-es, des favorisé-es, des possédant-es, des banché-es, des maitrisant-es la technologie, les portables, internet et… il y a les millions d’autres

Dialogue (182) : Les sujets qui fâchent…
- Expression bien utile qui vous permet de ne pas prendre position

Dialogue (183) : Il est le mieux placé pour en parler
- Parce que c’est vous qui l’avez choisi ?

Dialogue (184) : Vous êtes déprimé-e, mangez du chocolat
- Un carré ou une tablette ?

Dialogue (185) : La stratégie est-elle d’attaquer les institutions ou de les infiltrer ?
- Les deux, mon général

Dialogue (186) : Je suis perdu-e
- Retrouvez-moi !

Dialogue (187) : Ce n’est jamais démonstratif
- Et dieu reconnaitra les siens…

Dialogue (188) : La critique est facile
- Elle est aussi utile, nécessaire, efficace

Dialogue (189) : Les un-es regardent les masques
- Les autres s’interrogent sur les idées derrière les masques

Dialogue (190) : Vous ne regrettez rien ?
- Non. C’est la vie

Dialogue (191) : Ma vie a été ratée
- Moi, je n’ai pas eu de vie

Dialogue (192) : Vous n’avez pas le droit d’enseigner la religion, car vous n’êtes pas religieux-se.
- Les athé-es ne peuvent alors enseigner l’athéisme qu’aux athé-es

Dialogue (193) : « Tous ceux qui ne sont pas avec nous sont contre nous »
- Bienvenue à vous

Dialogue (194) : Il ne faut pas faire d’amalgame
- Vous me contestez le droit de comparer ce qui compose une unité ; moi je vous parle de ce qui relève de l’unité

Dialogue (195) : On sait très bien que…
- On ne sait pas grand’chose

Dialogue (196) : À quoi sert de répéter l’évidence ?
- À continuer de faire croire qu’il s’agit d’une évidence

Dialogue (197) : Expliquez-moi
- Il vaut mieux que tu comprennes tout-e seul-e

Dialogue (198) : L’homme blanc en Afrique
- Non. Le colonialisme en Afrique

Dialogue (199) : Vous avez l’air fatigué-e
- Oui. J’ai un cancer

Dialogue (200) : La violence existe et elle existera toujours
- Sur un tel postulat, il y a peu de chances que vos propositions contribueront à améliorer la situation dans le monde

Dialogue (201) : D’ici là, l’eau a le temps de couler sous le pont
- Oui, mais elle peut aussi l’emporter

Dialogue (202) : Ils dramatisent sans cesse les dangers du coronavirus parce qu’ils n’ont pas prévus assez de lits de réanimation
- Oui, mais l’inverse est aussi vrai

Dialogue (203) : Je me méfie des mots
-Moi, je veux les comprendre et comprendre leurs différents usages

Dialogue (204) : C’étaient des démocrates
- Non. Des anticommunistes

Dialogue (205) : Il aimait son épouse et sa maîtresse
- Et elles, que disaient-elles de lui ? Séparément et ensemble ? Avec lui et sans lui ?

Dialogue (206) : Tout être en général, et moi, en particulier
- Et moi aussi ?

Dialogue (207) : Quelle est votre situation professionnelle ?
- On a progressé. Maintenant on s’exploite nous-même

Dialogue (208) : C’est impossible
- Aucune hypothèse ne peut, ne doit être exclue

Dialogue (209) : Ils ont une longueur d’avance
- Que vaut la course ?

Dialogue (210) : Vous avez tort
- C’est le contraire qui est vrai

Dialogue (211) : Vous piquez ma curiosité
- Mais il s’agit d’une histoire criminelle !

Dialogue (212) : Ai-je fait des progrès ?
- Et vous, qu’en pensez-vous ?

Dialogue (213) : Tout le monde ne pense pas comme vous
- Signifiez-vous que j’ai tort ?

Dialogue (214) : Un oiseau de mauvais augure a rencontré une colombe de la paix. Et…
- Les deux avaient de mauvais yeux ; ils sont tombés à terre

Dialogue (215) : Oui, c’est vrai, je suis misogyne
- Et vous pensez vous en tirer ainsi ?

Dialogue (216) : Je cherche le patient zéro ; et moi le R zéro
- Ensemble, arriverons-nous au zéro mort ?

Dialogue (217) : Les réactions sont partagées
- Vous dites cela pour aiguiser l’esprit critique ?

Dialogue (218) : Voulez-vous venir avec moi ?
- Pourquoi pas ? Bonne idée !

Dialogue (219) : Il a été promu par les circonstances
- Vous voulez dire : du fait de son soutien au gouvernement ?

Dialogue (220) : C’est inscrit dans le marbre
- Jusqu’à la prochaine réforme constitutionnelle

Dialogue (221) : La rue ne gouverne pas
- Que nous reste-t-il ?

Dialogue (222) : Dans la longue durée…
- La vôtre ?

Dialogue (223) : Qu’est-ce que vous percevez ?
- Rien. Je réfléchis

Dialogue (224) : Combien avez-vous eu d’amants ?
- Suffisamment pour ne pas regretter de ne pas en avoir eu plus

Dialogue (225) : Les solitaires se réjouissent du confinement…
- … Ils / elles ne sont plus seul-es à être seul-es

Dialogue (226) : « À qui revient le rôle de contrôler la vérité ? »
- Vous rendez-vous compte de la question que vous posez ?

Dialogue (227) : Voulez-vous réagir ?
- Non

Dialogue (228) : Il faut faire le ménage
- Par qui voulez-vous commencer : les patrons, les actionnaires, les salariée-s, les femmes de ménage ?

Dialogue (229) : « Tout cela ne reste encore que des hypothèses »
- Non. Il s’agit de la présentation des résultats de mon travail et de mes réflexions

Dialogue (230) : « Quel est le bilan économique de Donald Trump ? »
- Mais Donald Trump vient d’être qualifié de «
gangster » !

Dialogue (231) : « Le vaccin obligatoire est contreproductif »
- Non. C’est un déni de l’idée même de liberté individuelle

Dialogue (232) : « Ils se sont tous fâchés »
- Non. Ils se sont opposés politiquement et se sont alors séparés

Dialogue (233) : Tu parles trop
-

Dialogue (234) : De quel doit nous donnez-vous des ordres ?
- La meilleure question de l’année. Voire plus….

Dialogue (235) : « Tout est bon à prendre. Je prends »
- Vive l’inconséquent, le sale, le bas, l’odieux…

Dialogue (236) : Ils n’arrivent pas à s’unir
- Pour mieux faciliter la tâche du gouvernement ?

Dialogue (237) : Est-ce une concurrence faussée ou déloyale ?
- Non. Il s’agit d’un principe logique et immoral

Dialogue (238) : Ils paient un lourd tribut à la crise
- Non. L’État a décidé qu’ils seraient ceux qui devraient payer à sa vision, à son analyse de « la crise » le prix le plus élevé

Dialogue (239) : « […] sauf à changer radicalement de gouvernement, d’économie… »
- Ne pas en exclure l’hypothèse est déjà une réelle avancée en ce sens

Dialogue (240) : C’est une ambiguïté
- Non. Une exception

Dialogue (241) : Qu’est-ce que je fais là avec lui ?
- Au lieu et place de : Pourquoi est-il aussi odieux ?

Dialogue (242) : Une maladresse, un dérapage…
- Non. Une phrase effectivement énoncée

Dialogue (243) : Je ne juge pas…
- Ou plutôt : Je ne peux, ni ne veux, ni prendre position, ni m’engager : ?

Dialogue (244) : Ce qu’ils / elles peuvent espérer…
- Non. Ce qu’ils / elles doivent exiger…

Dialogue (245) : Ce n’est rien
- C’est tout pour moi

Dialogue (246) : C’est nécessaire
- Pour qui ? Pour vous ou pour moi ?

Dialogue (247) : Tout m’échappe.
- Tenir bon, si et tant que possible

Dialogue (248) : « Les morts en couches étaient fréquents à l’époque ... »
- Oui, surtout chez les femmes

Dialogue (249) : Fermons la parenthèse…
- Dommage. Il / elle commençait à m’intéresser…

Dialogue (250) : Une protection sociale pérenne et pour tous-tes est nécessaire
- Des «
filets sociaux » suffiront

Dialogue (251) : Le RSA n’empêche personne de travailler
- Le
RSA permet à peine de vivre, dans la pauvreté, dans un monde où le travail se raréfie

Dialogue (252) : Il a réponse à tout
- Je préférerais qu’il écoute les questions

Dialogue (253) : C’est un bénéfice
- Non. C’est un risque

Dialogue (254) : « Une régression liberticide »
- Non. Un régime policier, et, depuis longtemps

Dialogue (255) : Un dialogue de sourds
- Ou plutôt : des pensées inconciliables

Dialogue (256) : « Vous prenez une posture »
- Non. Je dis ce que je pense

Dialogue (257) : Voici, pour solde de tout compte
- Mais, je n’ai pas de compte !

Dialogue (258) : En guise de solidarité…
- Ou : Nous nous sommes rendu-es compte de nos intérêts bien compris…

Dialogue (259) : C’est séduisant
- C’est insoutenable

Dialogue (260) : Elle revendiquait un nouveau « droit à demander »
- Ils / elles avaient, et depuis longtemps, le droit de refuser à quiconque celui de leur accorder ce qui leur était dû

Dialogue (261) : Il faut réfléchir à « la problématique »
- C’est bien de la pauvreté étudiante dont vous parlez ?

Dialogue (262) : « J’ai égaré mon papier. »
- Non. Vous avez oublié le nom des personnes - inscrites sur votre papier - qui travaillent avec vous, pour vous

Dialogue (263) : C’est « pour combler les trous dans la raquette »
- C’est bien des politiques de combats des violences patriarcales que vous parlez ainsi ?

Dialogue (264) : La solution : « un changement de mentalités »
- Pourquoi s’inquiéter, se presser, contester ? Attendons donc, sans trop de souci, car «
les choses vont dans le bon sens »

Dialogue (265) : La justice : « Un dédale »
- ‘Avant’, on évoquait
« un parcours du /de la combattant-e » : une grande avancée de la pensée critique…

Dialogue (266) : « Si on peut encore employer ce terme… »
- Mais il n’aurait jamais dû l’être !

Dialogue (267) : Le retrait de l’armée américaine d’Afghanistan : « Un échec américain ou occidental » ? [question absurde par ailleurs]
- D’abord, une guerre civile, une tragédie pour le peuple Afghan, non ?

Dialogue (268) : « Le mouvement s’est dévoyé ».
- Qui en a décidé ? Pourquoi ? Sur quels fondements ? Avec quelles conséquences ; et, surtout, préalablement, qu’elle en était la réalité, la nature, la fonction, la morale ?

Dialogue (269) : « On nous a vendu le monde d’après » …
- Beaucoup espèrent, beaucoup veulent, beaucoup construisent tous les jours un monde moins honteux, moins injuste, mieux vivable, plus honorable, plus généreux, plus juste

Dialogue (270) : « La société est en attente d’un homme fort »
- Ils / elles sont nombreux-ses à enfoncer leurs aspirations dans nos crânes

Dialogue (271) : « Il y a un désir de culture » : ?
- Oui, confirme-t-il : « J’ai été invité à… »

Dialogue (272) : « Je ne vois pas de quel droit je m’autoriserais à m’ériger en porte-parole de… »
- Dites simplement ce que vous pensez

Dialogue (273) : « Une dérive… »
- Non. La réalité d’un système dont ce qui est ainsi qualifié est l’une des expressions, l’une des manifestations ; et qui, sans cette prise en compte, n’existe pas, sauf à la présenter comme « un fait » inexplicable, inexpliqué

Dialogue (274) : L’arbitraire crée l’insécurité qui, elle-même, renforce l’autoritarisme…
- À moins que l’incohérence, l’absurdité de l’arbitraire - en le délégitimant - ne l’affaiblissent et ne repoussent l’autoritarisme

Dialogue (275) : « Nous ne sommes pas, et nous n’avons jamais été, antiflics. »
- Comme si c’était le sujet…

Dialogue (276) : « Le problème est structurel, ou c’est une question d’adaptation ? »
- Mais il n’y a pas d’alternative, puisqu’il ne peut s’agir que d’une adaptation à une structure

Dialogue (277) : « Il faut un accompagnement vers l’emploi »
- Et quand il n’y a plus de boulot, qu’est-ce qu’on fait ?

Dialogue (278) : « Est-ce qu’il y a un déficit de Macron vis-à-vis de la jeunesse ? »
- Fallait-il un spécialiste de la communication pour répondre à cette question débile ?

Dialogue (279) : Moi, j’appelle un chat un chat
- Et elle lui creva le cœur

Dialogue (280) : En 1968, la police de Maurice Grimaud évitait le contact
- En 2020, la police « va au contact »

Dialogue (281) : « C’est complexe et non pas simpliste. »
- Le contraire de « complexe », c’est simple. Et souvent, « le simple » est clair et aisément compréhensible par tout le monde, et d’abord par ceux et celles que la culture du « complexe » rebute a priori, souvent, à juste titre…

Dialogue (282) : Et plus, si affinités…
- Pour rappel : j’ai dit non…

Dialogue (283) : « Les grandes réformes de Macron : la PMA, le dédoublement des classes ? »
- C’est pas beaucoup…

Dialogue (284) : « Il n’y a que des blancs…
- Parce que c’est notre histoire »

Dialogue (285) : « Le pouvoir parlementaire : la base de notre démocratie… »
- Oh, là, là, on est mal parti-es….

Dialogue (286) : « Un certain nombre d’études scientifiques [dé]montrent que… »
- Comment ! Certaines pourraient ne pas l’être !

Dialogue (287) : Concernant le vaccin contre le Covid, les premiers bénéficiaires…
- Ce ne serait pas plutôt les premiers cobayes ?

Dialogue (288) : « Vous ne nous sentez pas légitime ?
-
Mais je n’ai rien fait ! »

Dialogue (289) : Vous êtes plus maligne que moi
- Je le pense aussi, lui répondit-elle. Et alors ? : Qu’en déduisons-nous ? Qu’en concluons-nous ?

Dialogue (290) : « La chaîne hiérarchique est-elle efficace ? »
- En attendant l’anarchie….

Dialogue (291) : L’un-e voyait les livres qui encombraient le sol et réduisaient l’espace-dit-à- vivre…
- L’autre y voyait des trésors empoussiérés et pensait que sa vie était bien, aussi, beaucoup, là.

Dialogue (292) : D’accord ?
- Oui et non

Dialogue (293) : La maraude…
- «
S’il dort, on vérifie s’il respire encore… »

Dialogue (294) : « Entre stress post-traumatique et culture patriarcale… »
- Entre : ?

Dialogue (295) : « Prendre le pouvoir sur les récits… »
- Sur les récits : ?

Dialogue (296) : « Je vais mobiliser ses compétences. […] Cette conversation dont je vous sais gré. » »
- Non. Nous allons tous et toutes bénéficier de ses compétences […] dont nous vous [lui] savons gré

Dialogue (297) : La nuit, s’ouvrent des portes…
- Que le jour doit refermer

Dialogue (298) : « L’éthique de conviction s’est heurtée à l’éthique de responsabilité »
- Et je ne m’en suis pas plus mal porté-e

Dialogue (299) : « On occupe les mains des jeunes filles »
- Pour leur vider la tête

Dialogue (300) : « Elle était une oie blanche »
- Et, lui, ‘courait la gueuse’

Dialogue (301) : « C‘est maladroit, regrettable… »
- C’est d’abord un choix politique

Dialogue (302) : « Les filles soumises… »
- …aux règlements de la police, et donc à la police. À ne pas oublier

Dialogue (303) : Vous avez les armes, moi j’ai l’argent…
- Un échange de bons procédés…

Dialogue (304) : « La lettre tue, l’esprit vivifie. »
- Et l’esprit [du] capitaliste ?

Dialogue (305) : « Après la découverte de ses péripéties… »
- Non. Après la dénonciation publiques des viols dont il est l’auteur

Dialogue (306) : Des musulmans revendiquent l’application dans l’ordre civil de la loi religieuse
- Des intégristes catholiques, vexés : ‘On a été usurpés !’

Dialogue (307) : « et les femmes seront bien gardées… »
- Pardon ! Et « les vaches » seront bien gardées…

Dialogue (308) : Il avait honte de ses engagements de jeunesse
- Non. De lui

Dialogue (309) : Il croyait aux « sociétés civiles comme antidotes aux pouvoirs d’État »
- Ou : comment perpétuer le mythe d’un ‘bon’ État, et même, écrit-il, d’un État ‘libérateur’.

Dialogue (310) : « Les aider à s’en sortir… »
- N’y a t-il vraiment pas d’autres projets plus ambitieux ?

Dialogue (311) : Il dessinait au crayon. On le payait en crayons
Il mourut vite. On ne vit pas de crayons

Dialogue (312) : Je ne rentre pas dans les cases
- Détruisez-les

Dialogue (313) : Vous me diriez…
- Oui, vous répondrais-je….

Dialogue (314) : Ben Barka, « une disparition forcée »…
- Vous voulez dire : un enlèvement décidé en hauts lieux, clos par un assassinat et une disparition du cadavre …

Dialogue (315) : « À la lumière de ce qui précède, il m’apparait que… »
- Je vous arrête. Ce qui précède est infondé…

Dialogue (316) : « Pense faux, mais pense par toi-même »
- ‘Pense par toi-même’ suffit

Dialogue (317) : Ils avaient un métier, un emploi, un statut, un contrat, un salaire
- Elles avaient une activité

Dialogue (318) : « J’ai envie de toi ».
- Ou : Tu as envie de me baiser ?

Dialogue (319) : « Tout le monde m’a dit… »
- Passer outre

Dialogue (320) : « C’est interdit pour les femmes, toléré pour les hommes »
- Le contraire d’interdit, c’est légal, licite, autorisé, permis, normal…

Dialogue (321) : « C‘est la faute à pas de chance… »
- Réflexions inutiles, d’emblée donc exclues

Dialogue (322) : « Comparez… »
- Mais quid de ce, de ceux et celles qui ne sont pas ‘comparables’ ?

Dialogue (323) : « Il te respecte »
- De l’injure à l’hommage - croit-il -, il reste toujours au centre du « Je ».

Dialogue (324) : « Ce pays est mis à nu par le virus »
- Il est vraiment très fort…

Dialogue (325) : « La croissance n’est pas une finalité en soi »
- « Finalité » suffit

Dialogue (326) : Il « pensait la désorientation du monde »
- Et contribuait efficacement à l’aggraver

Dialogue (327) : Elle est très brillante
- Non, elle est très critique

Dialogue (328) : Il / elle regardait son chien
- Il / elle ne pouvait pas voir l’enfant qu’il renversa

Dialogue (329) : « Symboliquement, le coup est sévère »
- Vous voulez dire : militairement ?

Dialogue (330) : C’est un argument efficace…
- Donc faux

Dialogue (331) : L’État est obèse !
- Les services publics sont exsangues !

Dialogue (332) : « Cette grogne bien française… »
- Pourquoi pas : « cette révolte bien légitime » ?

Dialogue (333) : Expliquez-moi…
- Non. C’est à vous de m’expliquer

Dialogue (334) : Il a donné sa vie
- Non. Il a été tué

Dialogue (335) : « Quand on regarde les choses… »
- Ne serait-ce pas plutôt : comme vous interprétez la réalité ?

Dialogue (336) : « La lutte des classes… »
- C’est plus compliqué que cela…

Dialogue (337) : « Le patriarcat…»
- Toujours les grands mots…

Dialogue (338) : Vous avez vu ce qu’ont fait hier les partisans de Donald Trump ?
- Oui, ça nous change du Covid

Dialogue (339) : Les grandes douleurs sont muettes
- Mais, moi, je pleure très fort

Dialogue (340) : Nous prenons acte
- Et, sinon, ça change quoi ?

Dialogue (341) : « Il commet l’irréparable. »
- Non. Il viole son beau-fils âgé de 14 ans

Dialogue (342) : « Cela peut créer des opportunités… »
- Vous voulez dire : cela peut créer des occasions propices pour licencier ?

Dialogue (343) : « C’est un projet… »
- Non, c’est un pré-requis

Dialogue (344) : « Ils se disent démoralisés, isolés… »
- Non. Ils et elles sont démoralisé-es, isolé-es…

Dialogue (345) : « C’est un constat. L’écrasante majorité des français soutient … »
- Vos sources : vos dernières lectures des sondages ?

Dialogue (346) : « C’est une question difficile »
- C’est une question : absurde ? ou : stupide ? ou : gênante ? ou : impudique ? ou : à laquelle je n’ai jamais pensé ? ou : à laquelle je ne sais que répondre ? ou : à laquelle je ne veux pas répondre ? ou : à laquelle vous voulez que je réponde ? ou : parce que je ne suis pas dupe du piège que vous voulez me tendre ? ou : ?

Dialogue (347) : Comment ! Tu ne connais pas le professeur… X ?
- C’est qui, ce Guignol-là ?

Dialogue (348) : L’un-e dit : ‘Je suis tellement angoissée que je ne peux plus que barricader mon cerveau’.
- L’autre dit : ‘ Je me nourris de tout ce sur quoi je réfléchis, ce que je vois, je lis, j’entends.’

Dialogue (349) : C’est inégal
- Non. C’est injuste

Dialogue (350) : On fait un deal ?
- Non. C’est tout ou rien ; c’est vous ou moi ; c’est juste ou injuste

Dialogue (351) : «… Le retour de l’instabilité politique… »
- Non. Le retour des manifestations politiques pour dénoncer
l’État

Dialogue (352) : « Ils ne savent pas comment me nommer »
- Réjouissez-vous ! : ils ne savent pas comment vous prendre

Dialogue (353) : Pourquoi vous regardez-vous dans la glace ?
- Parce que je veux voir derrière le miroir

Dialogue (354) : Il est le père de mon fils.
- Combien d’années vous furent-elles nécessaires pour arriver à prononcer cette simple phrase ?

Dialogue (355) : Je n’ai pas d’ennemis, fanfaronnait-il
- As-tu des amis ? lui répondit l’écho.

Dialogue (356) : « Ce sont deux intolérances qui se font face »… « Chaque cas est différent »…
- La mort de l’histoire, de la morale, de la politique, de la pensée

Dialogue (357) : Vous refusez d’être considéré-e comme militant-e…
- Je cherche seulement à donner un sens à ma vie

Dialogue (358) : « La crise ne révèle rien ; elle accélère tout »
- Il ne reste donc plus qu’à s’adapter. Et vite, plus vite que ça…

Dialogue (359) : On lui demanda d’écrire « quelque chose » sur quelqu’un
- Et il accepta

Dialogue (360) : « Je vais vous taquiner un peu » ; « Je vais me faire l’avocat du diable » ; « Je vais jouer les provocateurs » ; « Je vais sans doute froisser certains » ; « Je vais peut-être faire le mauvais esprit » ; « Je ne suis pas tout à fait sûr-e que…» ; « Ne pensez-vous pas plutôt que … ? » ; « Je suis sûrement démodé-e mais… » ; « Je ne suis pas vraiment convaincu-e de… » ; « Je m’appuie sur des faits » ; « Nos auditeurs peuvent froncer les sourcils, mais… », « Pardon de vous dire cela, et », « Je vais souscrire à chacune de vos propositions, mais », « Je n’approuve pas tout à fait… »
- Et c’est ainsi que certain-es débutent ce qu’ils / elles nomment un dialogue…

Dialogue (361) : « Mon compagnon de voyage …»
- Non. La personne qui, invité, vous a demandé de l’accompagner et grâce auquel vous avez écrit un livre dont vous l’avez exclu

Dialogue (362) : Les femmes pensent autrement…
- Les femmes pensent, comme tout le monde

Dialogue (363) : Les femmes ont été exclues de la raison
- Les femmes n’ont-elles pas plutôt - d’abord - été exclues de l’humanité ?

Dialogue (364) : Voulez-vous …?
- Non merci. Ce que vous me proposez ne m’intéresse pas et, depuis longtemps

Dialogue (365) : « Il faut accepter sa subjectivité »
- Être soi, plus simplement ?

Dialogue (366) : « Je ne pense pas du tout cela
- Alors, vous êtes plus pessimiste que moi »

Dialogue (367) : « Les salaires, etc… »
- Les salaires, les horaires, les revenus, les statuts, la formation, le harcèlement, l’in-intérêt, la fatigue, l’usure, les qualifications, la hiérarchie, l’isolement…

Dialogue (368) : « Ce n’est pas du tout mon mari… »
- Si, mais c’est un homme qui vous a caché une partie de sa vie

Dialogue (369) : « Je n’en ai aucune idée… »
- En cherchant un peu…

Dialogue (370) : Pourquoi n’êtes-vous pas cité-e ?
- La question serait plutôt : comment - diable - pourrais-je l’être ?

Dialogue (371) : Saviez-vous que Françoise d’Eaubonne a publié 60 livres ?
- Comment - diable - aurais-je pu le savoir ?

Dialogue (372) : Il pense ; elle raconte
- Sur quoi, grâce à qui, pense-t-il ?

Dialogue (373) : C’est une banalité de le dire…
- Oui, mais c’est vous qui le dites…

Dialogue (374) : « Je voudrais revenir à l’essentiel… »
- Voulez-vous signifier que ce que je viens de dire est : secondaire ? inutile ? erroné ? absurde ? hors sujet ?

Dialogue (375) : Je préfère la notion de « guerre justifiée » à celle de « guerre juste »
- Vous justifiez donc la [nécessité de la] guerre

Dialogue (376) : Je compte pas lui répondre ; il / elle comprendra.
- …son système de valeurs

Dialogue (377) : « Le stagiaire de l’émission, c’est … X »
- X est le stagiaire de l’émission : n’est-ce pas mieux ainsi ?

Dialogue (378) : J’ai perdu la foi quand, invitée chez mon oncle, prêtre, j’ai découvert qu’il reprenait deux fois de la crème au chocolat
- Quel bas matérialisme !

Dialogue (379) : « Ce sont des choses que l’on entend encore beaucoup aujourd’hui »
- À considérer donc comme un objet légitime, voire nécessaire, d’un débat ?

Dialogue (380) : « Que pensez-vous de… ? »
- « Ce que j’ai vécu… »

Dialogue (381) : Cessez vos ventes d’armes à…
- D’accord, mais cela nous contraint à élargir ailleurs le marché

Dialogue (382) : « Le premier but des forces de l’ordre est de maintenir l’ordre, n’est-ce pas ?
- Oui, mais lequel ?

Dialogue (383) : Il ne tire aucune leçon de ses erreurs
- Mais puisqu’il détient la vérité…

Dialogue (384) : « Personne n’a encore pensé à légiférer contre
- Est-ce encore possible ?

Dialogue (385) : « Que peut-il / elle faire seul-e ? »
- Beaucoup

Dialogue (386) : « C‘est une coalition contre-nature »
- Qui décide de la nature ?

Dialogue (387) : « Qui partage vos idées ? »
- Personne ne peut décemment répondre à une telle question. Ce sont mes idées. Parlons-en

Dialogue (388) : « Je constate ici ou là tant de dérives ou de prises de position choquantes des mouvements féministes que je suis mal à l'aise avec celles qui se réclament de ce nom »
- Je ne peux pas, je veux pas être féministe sans avoir à expliquer pourquoi…

Dialogue (389) : « C’est à peu près incontesté par ceux et celles qui sont de bonne foi »
- Serait-ce donc vrai ?

Dialogue (390) : « Des soupçons sur le Hezbollah… »
- Et pas sur Israël ?

Dialogue (391) : Est-ce un coup de force ou un aveu de faiblesse ?
- Qui peut en juger ?

Dialogue (392) : « Un pouvoir fort a rétabli la paix »
- Non, il a posé la force comme nouveau fondement du pouvoir de
l’État

Dialogue (393) : « Il a bien des choses à faire oublier »
- Pas vous ?

Dialogue (394) : « L’argent pose plus de problèmes qu’il n’en résout. »
- Parole de riche

Dialogue (395) : « L’interdiction des sites porno pose plus de problèmes qu’il n’en résous »
- Parole d’impuissant-e politique volontaire

Dialogue (396) : « Quelle est son analyse, approche, verdict, de…? »
- Elle est ce qu’il / elle en pense, ce à quoi il / elle croit

Dialogue (397) : « Permettez-moi d’élargir ce débat… »
- De quoi cet affichage du mépris est-il le signe ? Plusieurs hypothèses envisageables possibles…

Dialogue (398) : « Des armes chimiques, à peu de frais, vident des zones entières »
- Qui les avaient armées ?

Dialogue (399) : « Les virtualités de mon être… »
- Quel bouffon !

Dialogue (400) : Nous voulons la paix !
- Vous aurez des élections

Dialogue (401) : J’ai besoin de toi
- Et moi, j’ai besoin de moi

Dialogue (402) : « On peut améliorer les statistiques »
- Quoi ! Vous voulez sans doute dire que l’on peut faire en sorte que moins de personnes ne décident de se suicider ?

Dialogue (403) : Je suis seul-e !
- Mais, tout le monde est seul !

Dialogue (404) : Mais pourquoi vous faites ça ?
- C’est un ordre. On exécute. Réfléchir n’est pas même en option

Dialogue (405) : Pourquoi t’es triste ?
- Moi, triste ? Mais pourquoi je serais triste ?

Dialogue (406) : Il faut savoir décoder
- C’est vous qui avez le code ?

Dialogue (407) : Nous sommes perdu-es !
- N’exagérons rien

Dialogue (408) : Son bilan est plutôt bon
- Près de 40 % de la population vit quand même sous le seuil de pauvreté !

Dialogue (409) : Vous avez une conception toute particulière du droit et de la justice.
- Quelle est la vôtre ?

Dialogue (410) : Je vous prie d’avoir l’obligeance de …
- Cause toujours, tu m’intéresses

Dialogue (411) : Vous n’avez pas de preuves
- C’est à vous de les chercher et, si vous le voulez, vous les trouverez

Dialogue (412) : Il faut remettre de l’ordre
- Pour en faire quoi ?

Dialogue (413) : Il / elle était en droit d’exiger
- Il / elle exprima une requête

Dialogue (414) : Il conditionna son offre à une exclusivité
- Il fut condamné

Dialogue (415) : Après des années de dur entrainement, il fut enfin intégré à l’équipe Olympique
- Après des années de travail, il apprit la fermeture de l’usine par
SMS

Dialogue (416) : Que pensez-vous de la politique du gouvernement concernant le Covid ?
- «
Ils disent. On fait »

Dialogue (417) : Ne pas montrer ses sentiments…
- Ne plus rien ressentir devient alors le moyen le plus sûr

Dialogue (418) : Je suis mal, épuisé-e, en colère, furieux-se, j’en veux à tout le monde, j’ai la haine, je n’en peux plus…
- Dites-moi… : Non. Dites-le...

Dialogue (419) : Ces machines qui remplacent les caissières et nous font faire le boulot pour qu’elles soient licenciées…
- « C’est le progrès… ; C’est partout pareil… ; Les impôts on les paie aussi par internet... ; Je n’en suis pas responsable… »

Dialogue (420) : Ils / elles n’ont rien à perdre, alors…
- Rien, rien, vraiment rien ?

Dialogue (421) : J’ai du mal à me retrouver dans ton texte
- Mais ce n’est pas un juke-box !

Dialogue (422) : Espèce de salaud !
- Oui, ma cocotte !

Dialogue (423) : Prions !
- Sans moi

Dialogue (424) : Je suis à vous !
- Vous m’étouffez

Dialogue (425) : Caméléon !
- Psychorigide !

Dialogue (426) : Échangeons, partageons nos expériences, nos sensibilités, disaient les un-es
- Bouleversons nos vies, changeons le monde criaient les autres…

Dialogue (427) : « Il refuse d’utiliser ce terme »
- Non. Il refuse de reconnaître la réalité qu’il a créé et dont il est responsable

Dialogue (428) : « Ce crime a bouleversé la France ; Votre vie parle à tout le monde ; Votre histoire est universelle… »
- Les libertés de conscience, d’expression, de pensée foulées aux pieds

Dialogue (429) : Quel est votre pire expérience de la guerre ?
- De l’avoir perdue, dit l’un ; la guerre dit l’autre

Dialogue (430) : Entre ces hommes et moi, il y a un océan de mépris
- Rassurez-moi : c’est bien vous qui les méprisez ?

Dialogue (431) : Je n’ose en parler
- Ce qui vous honore…

Dialogue (432) : « On ne peut plus rien dire ! » disent-ils en chœur…
- Ils ne se rendent pas même compte que ce qu’ils disaient jusqu’alors signifiait la négation de millions et de millions de personnes…

Dialogue (433) : Il présente comme une marque de délicatesse le fait que dans ses Mémoires, il n’avait nommé que « ses » trois épouses…
- Mais qu’il était en droit de le faire ne lui avait manifestement pas effleuré l’esprit et ce d’autant moins qu’il avait préalablement accepté, accompagné des nécessaires moues de modestie, le qualificatif de «
séducteur »

Dialogue (434) : Vous exagérez !
- Non. J’attire l’attention sur un risque - plausible - qui, faute d’être pris en compte, peut fort advenir

Dialogue (435) : Vous êtes isolé-e
- Non. Comme tout le monde, je vis et réfléchis

Dialogue (436) : La mobilité sociale a beaucoup augmenté
- Attention ! Elle peut être montante ou descendante !

Dialogue (437) : « Je ne l’ai pas inventé, je l’ai co-inventé »
- Ne soyez pas modeste !

Dialogue (438) : Vous êtes naïf / ve.
- Je ne vous reconnais le droit ni de privilégier, ni de substituer votre analyse du monde à la mienne

Dialogue (439) : Elle a obtenu un poste dans une université Américaine
- Pauvres de nous !

Dialogue (440) : Il était une fois…
- … Et ils eurent beaucoup d’enfants

Dialogue (441) : Cassandre !
- Non. Minerve

Dialogue (442) : Vous m’avez offert un appui précieux
- Et pourquoi pas : ‘Merci de votre aide précieuse’ ?

Dialogue (443) : « Faites vos jeux ! »
- Les jeux sont faits. Rien ne va plus !

Dialogue (444) : Les révolutions - leurs modalité d’expression étant innombrables - sont contagieuses
- Pas assez

Dialogue (445) : Il y a beaucoup de débats…
- Autour de mots, d’expressions qui ne veulent rien dire et / ou dont le manque absolu de rigueur, de toute clarté leur ôte toute crédibilité : «
bien-pensance », « politiquement correct », « woke », « réseaux sociaux », « sécurité », « minorité-s », « multiculturalisme », « extrême-s », « genre », « care », « assimilation », « féminisme inter-sectionnel », « écriture inclusive », « cancel culture », « grand remplacement », « décolonial » etc., etc., et j’ajouterais « république » et « démocratie »…

Dialogue (446) : Gouverner, c’est complexe
- Certes, mais il suffit souvent de savoir se taire, mentir, détourner le regard ou le diriger, travestir les critiques, accuser les victimes… à bon escient

Dialogue (447) : Comment ça va ?
- Est-ce que je vous ai demandé l’heure ?

Dialogue (448) : « C’est difficile à entendre… »
- Voulez dire que c’est odieux, insupportable, méprisable, indigne, révoltant… ? Pour vous, pour ‘nous’, pour qui ?

Dialogue (449) : « C’est un point de vue discutable »
- Discutez-le.

Dialogue (450) : « Il ne méritait pas d’être traité comme cela »
- Qui mériterait d’être mal traité ?

Dialogue (451) : Je connais cela de l’intérieur
- Et moi, je regarde cela de l’extérieur

Dialogue (452) : « Es-tu de gauche ?
Accepter une définition de soi - ne serait-ce qu'un cadre - c'est accepter le cadre imposé et en conséquence s'interdire d'emblée toute réflexion critique... Plus précisément c'est nécessairement penser au sein des catégories dominantes, lesquelles sont justement celles qui doivent être remises en cause, car elles figent la pensée critique

Dialogue (453) : « Les circonstances sanitaires nous font reporter… »
- Non. Du fait de la politique sanitaire du gouvernement concernant le coronavirus, nous avons dû reporter …

Dialogue (454) : « La torture est inutile »
- Non. La torture est criminelle

Dialogue (455) : Tu me quittes comme cela ?
- Oui, pour solde de tout compte

Dialogue (456) : Salope !
- Pardon ! Excuse-moi ! C’est de ma faute

Dialogue (457) : Quel est votre programme ?
- Mettre tout le monde autour de la table

Dialogue (458) : « On comprend que le chemin sera encore long… »
- Formule habile qui [vous] évite d’avoir à prendre position et donc à donner votre avis, à dire ce que vous pensez

Dialogue (459) : L’éthique est individuelle et la morale est collective
- Et comment dissociez-vous les deux ?

Dialogue (460) : L’un-e est schizophrène, l’autre border line, l’un-e psychotique, l’autre bipolaire…
- Bon, maintenant, on fait quoi ?

Dialogue (461) : Un pays stable
- Une dictature…

Dialogue (462) : Des justiciers/ères hors la loi
- Des lanceurs/ceuses d’alerte…

Dialogue (463) : Entendu, dans la rue ce dialogue entre un jeune garçon et une jeune fille (par ailleurs obèse) - 16, 17, 18 ans ? :
- « J’ai pas faim
- Tu vas manger. Tu vas fermer ta gueule
»

Dialogue (464) : « L’armistice est signée »
- Devons-nous comprendre que nous avons perdu la guerre ?

Dialogue (465) : Je vous arrête car vous n’avez pas de papiers
- Mais c’est vous qui me les refusez !

Dialogue (466) : Pourquoi moi ? Pourquoi vous ?
- Pourquoi pas moi ? Pourquoi pas vous ?

Dialogue (467) : Tous ces livres, ces objets, ces dossiers ne vous étouffent-ils pas ?
- Ils m’ont aussi aidé à construire ma vie

Dialogue (468) : « Je suis fatigué-e »
- Plutôt dans la tête, ou plutôt dans le corps ? Parce que vous en faites trop ou pas assez ? Parce que demain risque fort de ressembler à aujourd’hui ou plutôt d’être pire ? Est-ce plutôt votre vie qui vous fatigue ou plutôt le monde dans lequel vous vivez ? …

Dialogue (469) : Gérald Darmanin (ministre de l’Intérieur) et Éric Dupond-Moretti (ministre de la justice) se sont réciproquement, publiquement, injuriés.
- Ce qui les lie ? : ils partagent tous les deux leur égotisme et paient tous les deux leur dépendance [allégeance ? servitude ?] à Emmanuel Macron qui n’a cure ni de l’un ni de l’autre

Dialogue (470) : Je l’admire
- Et il accepte d’être admiré ? Pauvre de lui !

Dialogue (471) : Leurs expériences, leurs trajectoires, leurs itinéraires, leurs migrations, leurs parcours, leurs stratégies, leurs difficultés…
- Vous voulez dire : leurs vies…et, souvent, leurs morts

Dialogue (472) : Après, vous aurez tout ce que vous voulez
- Non. Je veux tout de suite ma part

Dialogue (473) : L’accord était « presque » unanime
- Non. Une femme avait voté contre

Dialogue (474) : Oh ! ça ne vaut rien !
- J’achète !

Dialogue (475) : Ite missa est
- Deo gratias

Dialogue (476) : Ce sont des pratiques intolérables…
- Ce qui ne vous empêche pas d’en justifier le principe

Dialogue (477) : « Nous sommes en désaccord, mais c’est normal »
- Merci de votre ouverture d’esprit

Dialogue (478) : « Il a bien évidement raison, mais il faut quand même nuancer »
- Pourquoi ne dites-vous pas que vous êtes en désaccord ?

Dialogue (479) : « Vos formules touchent justes »
- Pourquoi ne dites-vous pas que vous êtes en désaccord ?

Dialogue (480) : « Écrire est un acte d’orgueil »
- Écrire est un engagement qui vaut en lui-même, qui se suffit à lui-même

Dialogue (481) : Pourquoi avez-vous agi ainsi ?
- Parce que leur plaisir était supérieur au mien

Dialogue (482) : « Je suis opaque, mais non obscur »
- Pourquoi devrais-je alors m’imposer de chercher à vous comprendre ?

Dialogue (483) : « La violence ne résous rien »
- C’est vous qui le dites

Dialogue (484) : La violence est insupportable. Il faut que cela cesse !
- Vive l’ordre ! Par la violence

Dialogue (485) : Une victoire :
- Non. La réalisation d’une espérance

Dialogue (486) : Encore une fois !
- J’ai déjà assez, bien trop, donné. Inutilement. Non : en aggravant la situation

Dialogue (487) : C’est un plagiat
- Non, dit-elle : « J’en revendique l’influence »

Dialogue (488) : Il a très mauvaise réputation
- Je m’entendais très bien avec lui

Dialogue (489) : « Les jeux sont faits. Rien ne va plus »
- Je peux reprendre ma mise ?

Dialogue (490) : Ce texte est violent
- Ce texte est mien

Dialogue (491) : Voilà ce que nous voulons
- D’abord, laissez-moi parler !

Dialogue (492) : Je ferai tout ce que tu voudras.
- Homme méprisable, auquel une telle phrase puisse être adressé !

Dialogue (493) : Quelles solutions proposez-vous ?
- La critique de tout, tous azimuts, par tout le monde

Dialogue (494) : Y sont-ils sensibles ?
- Ils ont intérêt à être sensibles

Dialogue (495) : Je suis un-ayant-droit !
- Et moi, un-moins-que-rien

Dialogue (496) : Tu t’en repentiras !
- Aujourd’hui, moi, ça va

Dialogue (497) : Peux-tu lui rendre ce service ?
- Mais je ne lui dois rien !

Dialogue (498) : Tiens, la voilà ta gifle !
- Même pas mal !

Dialogue (499) : On peut le regretter…
- Mais, vous l’acceptez

Dialogue (500) : Reviens !
- Je suis ailleurs

Dialogue (501) : Le terme de concept est inapproprié
- Je l’ai entouré de plein de guillemets

Dialogue (502) : Pourquoi me racontes-tu ta vie ?
- Parce que si tu ne m’écoutes pas, tout sera perdu

Dialogue (503) : C’était une erreur de jugement
- Non. Une volonté de destruction systématique

Dialogue (504) : Est-ce éthique ?
- C’est nécessaire

Dialogue (505) : La fin de votre livre, c’est un peu la solitude de l’auteure ?
- Non, c’est un bilan de la richesse de sa vie, de la vie

Dialogue (506) : Le parlement européen a-t-il vraiment les moyens d’imposer cela ?
- Disons, qu’il a les moyens de gêner la prise de décision…

Dialogue (507) : « Je suis devenu réformiste »
- À quels coûts et avantages ?

Dialogue (508) : Je pense que…
- Tu as combien de followers ?

Dialogue (509) : Il / était [très] modeste
- L’orgueil, l’ambition, seraient-il la norme ?

Dialogue (510) : Tout ça est de l’-à-peu-près
- Non. Tout cela exprime mes confusions

Dialogue (511) : Elle est bavarde
- De quoi parle-t-elle ?

Dialogue (512) : Les absents ont toujours tort
- Et toi, où étais-tu ?

Dialogue (513) : Il rencontra des jeunes filles peu farouches
- Par qui ont-elles été défarouchées ?

Dialogue (514) : Si je cédais, quelle serait alors la valeur de ma parole ?
- Celle de la valeur que tu t’accordes

Dialogue (515) : Quel est le mieux-disant ?
- Non. Quel est celui qui dit la vérité ?

Dialogue (516) : Il n’agissait qu’en fonction de lui
- Encore eut-il fallu qu’il se connaisse

Dialogue (517) : Des hommages publics aux victimes…
- Pour éviter et / ou retarder l’échéance de la justice

Dialogue (518) : Le parlement s’est déconsidéré
- Ce sont les institutions - et non pas exclusivement la constitution - qui ont permis cette réalité d’être possible, lesquelles en sont responsable au premier chef

Dialogue (519) : … Pas de quoi, ce n’était rien…
- Pour vous, peut-être, n’était-ce pas grand-chose, mais pour moi, c’était une montagne

Dialogue (520) : Je suis féministe ; ne dites pas de choses stupides concernant les femmes.
- Décidemment, vous n’avez pas tout compris

Dialogue (521) : Il ne pouvait pas se permettre d’être mêlé à un scandale, et ce d’autant moins que le scandale, c’était lui
- Aussi, l’étouffa-t-il donc avec plus d’autorité

Dialogue (522) : J’étais alors seule
- Vous avez donc dû rencontrer beaucoup de monde

Dialogue (523) : J’ai beaucoup ri
- J’en ai été malade

Dialogue (524) : C’est trop tôt
- Tu veux dire : ‘C’est trop dangereux’ ?

Dialogue (525) : Pourquoi ne dites-vous pas : ‘je’ ?
- On n’a rien fait de plus que les autres

Dialogue (526) : Qu’est-ce que je dois faire ?
- Vous faites ce que vous pouvez

Dialogue (527) : « Un tien vaut mieux que deux tu l’auras »
- C’est tout ou rien

Dialogue (528) : J’ai des réserves
- Tu es avec moi ou contre moi ?

Dialogue (529) : Vous avez le choix
- À contraintes variables ou constantes ?

Dialogue (530) : Des questions sur les femmes…
- Non. Des questions tout court

Dialogue (531) : Est-ce vrai ?
- Au nom de quoi ?

Dialogue (532) : Ma maladie
- Mon sida

Dialogue (533) : Ce n’est pas à la portée de tout le monde
- Et c’est à votre portée d’en juger ?

Dialogue (534) : Je comprends les raisons de ces violences, mais je les condamne
- Mais, vous ne pouvez pas confondre votre morale et leurs raisons !

Dialogue (535) : « Le cher visage de mon passé… »
- Mais, elle, était toujours vivante

Dialogue (536) : « C’est de bonne guerre »
- Vous pouvez répéter ?

Dialogue (537) : Ses récriminations, ses jérémiades…
- Vous voulez dire : ses critiques ?

Dialogue (538) : Être accusé-e, c’est difficile à vivre…
- Être accusé-e et victime, encore plus…

Dialogue (539) : Où est le chef de famille ?
- Il n’y a pas de patron ici

Dialogue (540) : Vous avez eu peur ?
- Non. Il m’a fait peur

Dialogue (541) : C’est un cynique
-Pour cela, encore eut-il fallu qu’il ait une pensée propre

Dialogue (542) : Quel est votre ressenti ?
- Voici mon analyse…

Dialogue (543) : J’ai des stocks
- Et moi, des flux qui attendent

Dialogue (544) : Les enfants ont du mal à respirer avec des masques qu’ils portent toute la journée
- Montrez-moi les études qui prouvent cela ! Il n’y en a pas !

Dialogue (545) : Voulez-vous coucher avec moi ?
- C’est aller vite en besogne !

Dialogue (546) : Vous avez un statut d’exception
- Mais nous vivons dans un état d’exception !

Dialogue (547) : Désolé de vous déranger
- Quel mufle !

Dialogue (548) : Le régime est à bout de souffle
- Le coronavirus lui donne l’oxygène dont il a besoin pour perdurer

Dialogue (549) : Ils / elles ont le droit de s’exprimer
- Plus j’entends cette phrase, plus elle m’inquiète

Dialogue (550) : « Il lui a piqué sa femme »
- Et il fut inculpé de vol ?

Dialogue (551) : Je le crois sur parole
- Réfléchissez quand même un peu …

Dialogue (552) : Je suis persuadé-e d’avoir raison et je sais que tu ne reconnaitras jamais tes torts
- Je pense comme toi…

Dialogue (553) : « Le fisc lui a mené la vie dure »
- En d’autres termes, le fisc lui a demandé de payer ses impôts

Dialogue (554) : « Être un exemple ».
- Non. Être soi

Dialogue (555) : Moi, je défends la France
- Et moi, je critique l’État français

Dialogue (556) : « En tout bien tout honneur »
- Homophobe !

Dialogue (557) : Soyons pragmatiques …
- Au diable la pensée, inutile gêne chronophage !

Dialogue (558) : Dis-moi la vérité !
- Mais alors, juste un petit peu…

Dialogue (559) : Faites du confus !
- C’est mon métier

Dialogue (560) : ‘Nous n’allons pas en rester là…’
- Dites et faites…

Dialogue (561) : « J’en parlais hier avec des amis musulmans »
- Que dois-je comprendre, en déduire ?

Dialogue (562) : Une vive passe d’armes
- Non. Un K.O

Dialogue (563) : Je n’avais pas l’intention de…
- D’abord, en aviez-vous les moyens ?

Dialogue (564) : « Cette affaire Libanaise »…
- La vie, la survie d’un État, d’une nation et des millions de personnes vivant sur cette terre

Dialogue (565) : « J’entends, je comprends votre colère - pire encore : « votre colère est légitime » - »
- La colère n’a pas à être justifiée - pire encore légitimée…

Dialogue (566) : Vous me connaissez ?
- Oui, je vous ai googelisé-e

Dialogue (567) : « Les tensions se poursuivent… »
- Suite à la répression policière, on évalue les décès à plusieurs de dizaines, sans doute plus…

Dialogue (568) : « C’est un chapitre douloureux de notre histoire »
- C’est une - longue - période de notre histoire qui nous contraint à juger notre pays, notre culture, notre histoire, à nous remettre en cause et à réparer les violences dont l’État est, dont nous sommes partiellement responsables et dont nous sommes redevables aux victimes

Dialogue (569) : « On a tort d’avoir raison trop tôt. »
- Non. On a raison d’avoir raison

Dialogue (570) : « une affaire tristement emblématique… »
- Une femme assassinée…

Dialogue (571) : « Ne faut-il pas éviter les sujets clivants ? »
- Le silence des tombeaux…

Dialogue (572) : « Éviter le pathos »
- Oublier la souffrance : ?

Dialogue (573) : Ce sont des complotistes.
- C’est fou le nombre de vérités qu’ils ont pu dire !

Dialogue (574) : Cette condamnation injuste est humiliante
- Une condamnation injuste est injuste

Dialogue (575) : « Tout le monde connait la suite »
- Vous, mais pas moi

Dialogue (576) : « Un usage disproportionné de la force… »
- Dix morts

Dialogue (577) : « Il parlait. Elles tombaient comme des mouches »
- Dirait-on : Elle parlait. Ils tombaient comme des mouches : ?

Dialogue (578) : J’en fais mon miel
- Et, avec vous, grâce à vous, je m’en délecte

Dialogue (579) : Voici ce qui est …
- Imposteur !

Dialogue (580) : La légende est fausse
- Mais pourquoi est-elle parvenue jusqu’à nous ?

Dialogue (581) : Éric Zemmour a substitué la haine contre l’islam à l’antisémitisme
- Non. Éric Zemmour déshonore, avilit, salit tout le monde

Dialogue (582) : « Nicolas Sarkozy, un homme de conviction » [Valérie Pécresse]
- Et Éric Zemmour, un homme de sagesse : ?

Dialogue (583) : « Il y a des personnes qui sont arrivées en France pour avoir une meilleure vie. Ce n’est pas possible ?
- Non. »
[Éric Zemmour]

Dialogue (584) : « On peut penser ce qu’on veut d’Éric Zemmour… »
- Enfin, une analyse politique lucide, courageuse : !

Dialogue (585) : « C’est une guerre contre le terrorisme »
- Dans la poursuite, la permanence des guerres coloniales…

Dialogue (586) : Le maintien de l’ordre…
- Le maintien de la vie…

Dialogue (587) : « Ces dysfonctionnements… »
- Vous voulez dire : Ces logiques…

Dialogue (588) : « Qui veut la fin donne les moyens »
- Mais qui jauge la fin et juge des moyens ?

Dialogue (589) : Le retour aux origines…
- Au risque de s’y noyer, faute de pouvoir les retrouver

Dialogue (590) : « La morale, au bon sens du terme… »
- Qualifier un substantif non défini ne révèle que la confusion de la pensée

Dialogue (591) : Le gouvernement a une stratégie
- Celle de laisser pourrir le mouvement ?

Dialogue (592) : C’est assez ! Cela suffit !
- Donc, cela continuera

Dialogue (593) : Cet héritage est lourd à porter
- N’est-il pas possible de s’en délester ?

Dialogue (594) : Elle a ouvert la voix
- Elle a ouvert la voie.

Dialogue (595) : « Il faudrait que…
- Mais la France ne le fait pas. » [fin du débat]

Dialogue (596) : Une caricature…
- Un révélateur…

Dialogue (597) : Cela n’a pas eu lieu…
- Non. Les sources étaient manquantes

Dialogue (598) : C’est une réalité
- Non. C’est votre analyse, votre [hypo]thèse, votre interprétation…

Dialogue (599) : « Ce contre-modèle que pourtant, elle reproduit… »
- Ce modèle auquel elle n’a pu échapper…

Dialogue (600) : « Elle s’est beaucoup oubliée pour lui »
- Encore un salaud…

Dialogue (601) : Dis-moi la vérité !
- Arrête de me pousser à bout !

Dialogue (602) : La nature humaine étant ce qu’elle est…
- Et la sclérose de la pensée, de même…

Dialogue (603) : Ce vêtement te va bien
- Mais moi, je vais mal

Dialogue (604) : Un malheureux hasard, un triste concours de circonstances…
- Non. Une suite logique, une inévitable conséquence, un inéluctable corollaire…

Dialogue (605) : Ou allez-vous ?
- Nulle part, je fuis…

Dialogue (606) : « J’aimerais qu’on élargisse la focale… »
- Non, il faut approfondir la question et, pour cela, reposer autrement le problème

Dialogue (607) : Mais je n’y connais rien !
- Nous sommes là. Tu apprendras

Dialogue (608) : C’est un dysfonctionnement
- Non, l’expression d’un système

Dialogue (609) : « La dénazification de l’Ukraine… j’y met beaucoup de guillemets… »
- Vous faites preuve d’une claire prise de position politique…

Dialogue (610) : « Ils sont morts en héros »
- Non. Ils ont été victimes d’un accident

Dialogue (611) : Dites-nous la vérité…
- Secret défense !

Dialogue (612) : « Des pertes »…
- Non. Des mort-es en conséquence de la guerre

Dialogue (613) : « C’est une chose dont on parle très peu »
- En conséquence, écoutez (mieux) la pertinence de mon analyse

Dialogue (614) : « Quel est alors le problème ?
- C’est le facteur humain »

Dialogue (615) : C’est une optimisation fiscale
- Non. C’est une fraude fiscale…, certes, légitimée par le fisc

Dialogue (616) : C’est un vœux pieux
- Ce qui signifie, pour lui / elle une exigence urgente

Dialogue (617) : Il / elle est courageux-se
- Il / elle dit la vérité

Dialogue (618) : Je ne sais pas quoi vous dire
- Nous avons le temps. Essayez

Dialogue (619) : « J’ai découvert que je plais aux femmes »
- Tous les goûts sont dans la nature

Dialogue (620) : « Il faut montrer qui est vertueux et qui l’est moins »
- Pourquoi pas : ‘Et qui ne l’est pas’ ?

Dialogue (621) : « Les faits se sont déroulés… »
- Non. Le viol a eu lieu… le violeur a … et la personne violée a…

Dialogue (622) : « Ça vous parle ? »
- Non. Je réfléchis

Dialogue (623) : « Ces femmes qu’il avait aimé de manière très diverse… »
- Comment eut-il pu en être autrement ?

Dialogue (624) : « Il faut être extrêmement prudent… »
- Pourquoi ne dites-vous pas que vous êtes en désaccord avec ce qui est affirmé ?

Dialogue (625) : - C’est mieux que rien
C’est déjà pas mal

Dialogue (626) : « C’est de bonne guerre »
- Mais la guerre a déjà causé la mort de plus de 50.000 personnes !

Dialogue (627) : C‘est injuste !
- Il faut que je vous explique…

Dialogue (628) : Ayez des convictions et défendez-les !
- Mais, je dois être élu-e !

Dialogue (629) : Seule ?
- Seule

Dialogue (630) : « Tu n’es pas souple »
- Pourquoi devrais-je l’être ?

Dialogue (631) : « Sa vie de femme… »
- Quèsaco ?

Dialogue (631) : « On dit que … »
- Qui est ce « on » ?

Dialogue (632) : « C’est une vision de cauchemar »
- C’est complètement faux

Dialogue (633) : « Qu’est-ce qui vous ferait plaisir ? »
- Ne plus avoir d’emmerd’…

Dialogue (634) : « La leçon a été profitable, Monsieur »
- Un enfant maté ?

Dialogue (635) : « Ne sous-estimez pas notre détermination »
- Vous dites ?

Dialogue (636) : Il / elle est une exception qui confirme la règle
- Non. Il / elle a bénéficié d’un passe-droit

Dialogue (637) : « Ce n’est pas une impression ; c’est la réalité. »
- Telle que perçue, analysée, vécue pas vous - et d’autres, sans doute - non ?

Dialogue (638) : « Certain-es vont aller vers d’autres horizons… »
- Vous voulez dire que leur CDD [contrat à durée déterminée] n’a pas été renouvelé ?

Dialogue (639) : « Ferme-la !
- Si j’veux ! »

Dialogue (640) : « Il avait une pudeur de l’homme »
- Il avait tout intérêt à cacher ses mensonges, ses confusions, ses turpitudes

Dialogue (641) : Il / elle a son franc-parler
- Non. Il / elle dit l’évidence que tous les autres cachent

Dialogue (642) : Quel est ton projet ?
- Vivre dans un autre monde

Dialogue (642) : « D’un point de vue tactique, c’est relativement bien joué »
- C’est bien de la guerre dont il s’agit ?

Dialogue (643) : Une résistance ?
- Non. Un autre rapport de forces

Dialogue (644) : « L’arroseur-arrosé »
- Le tuyau était défectueux ou mal branché

Dialogue (645) : « C’est un malentendu » dit Fouquet
- Non. C’est ma volonté

Dialogue (646) : « Un immense orgueil »
- Non, un désintérêt

Dialogue (647) : « Vous voyez le mal partout »
-Non. Juste là où vous êtes

Dialogue (648) : « Je n’ose pas vous le dire »
- Qui craignez-vous ? Vous ou moi ?

Dialogue (649) : « Il était d’une humeur de chien »
- Non. Il avait un très mauvais caractère

Dialogue (650) : « Je suis avocat ! »
- Et alors ?

Dialogue (651) : « Vous avez cassé la gueule du contremaître ? »
- J’ai fait un
burn out

Dialogue (652) : « Tout se tient »
- Mais, j’aimerais que tu me lâches un peu

Dialogue (653) : « Il est aisé de critiquer le luxe quand on en a profité »
- Le contraire est vrai aussi

Dialogue (654) : « C’est un grand mot ! »
- C’est un mot qui, ici, là, n’aurait pas dû être prononcé.

Dialogue (655) : « Il a l’air d’un enfant de chœur »
- … violé ?

Dialogue (656) : Un règlement de comptes…
- Non. Un homicide : meurtre ou assassinat, c’est selon

Dialogue (657) : Un « twitio » écrit : Twitez-moi !
- Bonjour monsieur…

Dialogue (658) : « Merci d’avoir parlé de votre vision de l’économie… »
- Je pensais avoir présenté une pensée critique de l’économie que je partage avec beaucoup d’autres…

Dialogue (659) : Vous voulez gagner de l’argent ?
- Ne pas en perdre suffirait amplement à mon bonheur

Dialogue (660) : Moi, je n’y peux rien !
- Tu peux au moins y penser ; ce n’est déjà pas si mal

Dialogue (661) : Nous voulons une augmentation de salaire !
- « Retournez à Moscou ! »

Dialogue (662) : Vous déplacez le danger !
- On vend nos produits

Dialogue (663) : « Il a perdu le pouvoir »
- Il n’aurait jamais dû l’avoir

Dialogue (664) : « Il / Elle s’inventa sa vie »
- Non. Il / elle vécut la vie telle qu’il l’imagina, l’espéra

Dialogue (665) : « C’est excessif »
- Non. C’est faux

Dialogue (666) : « Il / Elle est antisémite »
- Non. Il / Elle est oppposé-e à la création de l’État d’Israël et / ou à sa politique

Dialogue (667) : « Vous avez un joli sourire »
- «
Je vais le dire à mon mari »

Dialogue (668) : « Il faut rendre à César ce qui est à César et à dieu ce qui est à dieu »
- Je ne dois rien ni à l’un, ni à l’autre

Dialogue (669) : « Il / Elle est un spécialiste de… »
- Non. Il / Elle connait un peu plus que d’autres ce dont il / elle parle, ce sur quoi il / elle écrit ; ce qui ne présage en rien la valeur, la pertinence, la rigueur, la justesse de son analyse

Dialogue (670) : « Vous avez l’air surpris de ce qui apparait évident ! »
- L’apparence de l’évidence…

Dialogue (671) : Je vous admire
- Je suis votre mirage

Dialogue (672) : « Si on ne fait rien, cela sera pire »
- Un problème nécessairement mal posé

Dialogue (673) : Il est mort ?
- Non. Il est «
hors d’usage »

Dialogue (674) : C’est mesquin
Non. C’est ignoble

Dialogue (675) : « Sa pensée est faite de tensions »
- Vous voulez dire qu’il est confus, qu’il a évolué, ou qu’il dit tout et son contraire ?

Dialogue (676) : Les manifestations continuent en Iran, le nombre de morts, d’emprisonné-es, de blessé-es, s’aggrave chaque jour
- «
C’est un conflit de basse intensité »

Dialogue (677) : Wikipédia a encore fait une erreur te concernant. Tu pourrais réagir ?
- Non. J’ai récusé ce qui avait été écrit. La noter est donc inutile.

Dialogue (678) : « Un renvoi d’ascenseur »
- Non. Une solidarité entre féministes

Dialogue (679) : Il se remit en route
- Il repartit en déroute

Dialogue (680) : C’est une agression délibérée
- Non. C’est une légitime défense

Dialogue (681) : Que l’État contraigne par la loi le port du masque pose un problème de libertés publiques
- Ça veut dire quoi, les «
libertés publiques » ?

Dialogue (682) : « On ne peut plus rien dire… »
- N’est-ce pas plutôt reconnaître, qu’auparavant, sinon vous disiez n’importe quoi, du moins que vous n’attachiez que peu d’importance à la signification, à la portée, de ce que vous disiez ?

Dialogue (683) : La torture ?
- Ce n’était pas son truc

Dialogue (684) : Il lui prêcha la résignation
- «
Veux-tu ma mort », lui répondit-elle ?

Dialogue (685) : Elle était amoureuse de toi
- Ah bon ?

Dialogue (686) : Adieu !
- Pour solde tous comptes ?

Dialogue (687) : Mêlez-vous de ce qui vous regarde !
- Et c’est vous qui en décidez ?

Dialogue (688) : Vous a-t-il convaincue ?
- Non, mais j’ai commencé à réfléchir

Dialogue (689) : Tu n’as pas le droit de me battre !
- Je l’ai déjà pris

Dialogue (690) : « Il / elle construit son mythe »
- Non. Il / elle écrit /décrit sa vie

Dialogue (691) : Il / elle désirait…
- Ne désirait-il / elle, plutôt, aussi, retirer aux autres le droit de se substituer à l’expression de son désir ?

Dialogue (692) : Nous voulons une rémunération juste
-Nous vous enverrons la transparence de nos comptes

Dialogue (693) : « Assumons notre histoire ensemble »
- En clair, vous voulez vous dégager de votre responsabilité

Dialogue (694) : Mais, qu’est-ce que je fais ici ?
-Mais, pourquoi y êtes-vous ?

Dialogue (695) : Quel beau cheval vous avez !
-Quelle belle allure ai-je !

Dialogue (696) : « La prédication, la doctrine… »
- Vous évoquez : une morale ?

Dialogue (697) : « ses contradictions… »
- Et les vôtres ?

Dialogue (698) : « Plus aucun économiste sérieux ne défend la thèse de… »
- Une soudaine envie de connaître les thèses défendues par les pas ‘sérieux’

Dialogue (699) : Nous avons un agenda
- Et nous, nous réfléchissons à notre avenir

Dialogue (700) : « C’est très ambigu d’un point de vue moral »
- Vous pouvez préciser ?

Dialogue (701) : Le « wokisme » est un leurre
- «
Comment voyez-vous l’avenir du ‘wokisme’ » ?

Dialogue (702) : Le terme « libéral » est employé dans tant des significations différentes ne veut plus rien dire
- Moi, j’emploie le terme de «
néo-libéral »

Dialogue (703) : « Il / elle ne s’est pas donné-e la peine d’être connu-e »
- Non. Il / elle a refusé toute concession à un monde qu’il / elle jugeait sans commune mesure avec ses ambitions

Dialogue (704) : Le bruit des avions nous empêche de dormir
- On va vous installer une sculpture pour vous faire rêver

Dialogue (705) : La mauvaise conscience ne sert à rien
- Elle sert au moins à vous rappeler que vous avez une conscience

Dialogue (706) : « Il est pervers »
- Ne faudrait-il pas d’abord s’interroger sur sinon sur sa propre cohérence, du moins sur sa propre logique ?

Dialogue (707) : Cet intellectuel traite les femmes, ses collègues, de manière scandaleuse
- « Et ce n’est pas le pire »

Dialogue (708) : Vous réveillez des instincts sadiques
- Non. Nous montrons, présentons la violence, telle qu’en elle-même

Dialogue (709) : « Il a su garder intacte sa foi en la justice française »
- Un problème mal posé ; un déni de vérité.

Dialogue (710) : « L’assassinat relance l’inquiétude dans la région. »
- L’assassinat révèle la banalité et la permanence des multiples manifestations de la violence patriarcale

Dialogue (711) : Mais pourquoi as-tu réagi ainsi ?
- Mais je ne comprenais rien à ce qui m’arrivait

Dialogue (712) : « Je ne peux plus te voir même en peinture »
- Elle commença alors sa carrière de peintre

Dialogue (713) : « N’es-tu pas un peu provocatrice ? »
- Je me contente de tenter au mieux de m’exprimer

Dialogue (714) : C’était une « femme-de-mauvaise-vie. »
- Non. Elle était une femme dont la vie a été rendue mauvaise

Dialogue (715) : « Vous devez vous prémunir des risques du métier »
- Et vous, vous faites quoi ?

Dialogue (716) : « Nous vivons au-dessus de nos moyens »
- «
Nous » ?

Dialogue (717) : « N’enfermons pas le débat dans la querelle de préalables »
- Si nous ne sommes pas d’accord sur ce dont nous discutions, à quoi sert la discussion ?

Dialogue (718) : « Il est aujourd’hui en prison. » [Abdullah Öcallan]
- Il est en prison depuis 1999

Dialogue (719) : Ils sont brillants, efficaces, performants, riches
- Ils sont malhonnêtes

Dialogue (720) : « C’est quelqu’un que je connais et qui n’est pas fainéant… »
- Serait-ce ce un argument à verser au dossier de la réforme de la retraite d’Emmanuel Macron ?

Dialogue (721) : Je peux préciser quelque chose ?
- Précisons, précisons…

Dialogue (722) : « Ils sont d’accord sur les fondamentaux »
- Mais s’ils n’étaient d’accord que sur «
les fondamentaux », en étaient-ils vraiment ?

Dialogue (723) : Il regrettait « la perte de pouvoir de l’écrivain »
- Mais, qu’est ce qui l’avait fondé et, surtout, justifié ?

Dialogue (724) : « La médecine nazi » [concernant Josef. Mengele]
- Non. Le nazisme légitimant une politique de torture systématique - et non pas d‘«
expériences mutilantes » - légitimée par le sadisme, sur des êtres humains, soustraits à l’assassinat étatique systématique, présentée comme justifiée par la médecine et mise en povre par un régime nazi.

Dialogue (725) : J’accepte qu’il y ait des erreurs…
- Parce que l’essentiel n’y résidait pas

Dialogue (726) : Il vous a contraint ?
- J’avais promis…

Dialogue (727) : Où est la limite ?
- Quelle est votre morale ?

Dialogue (728) : L’exclusion des femmes du Mont Athos…
- « Arrêtons cette querelle, elle est fatigante »

Dialogue (729) : « Il m’est désagréable qu’il [me] loue tellement »
- Il suffit de refuser

Dialogue (730) : « Il faut tourner la page. »
- Mais elle n’a pas été écrite !

Dialogue (731) : Comment faire cesser cette fuite en avant ?
- Faire marche arrière

Dialogue (732) : « La délinquance n’a cessé d’augmenter »
- Et c’est en remplissant les prisons que vous pensez régler le problème ?

Dialogue (733) : Les licenciements sont « une bonne nouvelle » : ?
- Oui, parce que ça «
libère de la main-d’œuvre »

Dialogue (734) : « Votre position n’est pas entendue »
- C’est-à-dire que l’injustice, sans réaction de votre part, peut perdurer…

Dialogue (735) : Je suis là « pour apaiser les débats »
- Ou : pour masquer votre responsabilité dans leur survenance ?

Dialogue (736) : « Ses comportements fantasmés ou avérés, peu importe »
- Comment : «
peu importe » !

Dialogue (737) : Pourquoi ?
- Comment ? Par quels processus ?

Dialogue (738) : Savez-vous qui a bloqué la porte de l’ascenseur ?
- «
Pourquoi ? Ça vous gêne ? »

Dialogue (739) : Signez… La situation est déjà suffisamment complexe comme cela.
- « L'expression nœud gordien désigne, métaphoriquement, un problème qui ne présente pas de solution apparente, finalement résolu par une action radicale. Par extension, la nature radicale de la solution apportée à ce problème a forgé l'expression 'trancher le nœud gordien'. »

Dialogue (740) : André Lhote [1885-1962] avait déclaré, qu’en dessin, tous les enfants avaient du génie.
- Et moi, je n’ai jamais dépassé le stade de : O + O = la tête à toto

Dialogue (741) : Tu m’emmerdes…
- Et ta sœur !

Dialogue (742) : Pourquoi provoques-tu ?
- Je ne provoque pas. Je me défends

Dialogue (743) : Des fermes-usines…
- Vous voulez dire des «
usines à poulets » ?

Dialogue (744) : La libre concurrence…
- Que le plus fort gagne !

Dialogue (745) : « Les zones sous contrôle rebelle »
- Plus justement : la partie de la Syrie qui n’est pas sous la domination de l’état syrien dirigé par Bachar El Assad ?

Dialogue (746) : J’ai perdu mes clés
- Et moi, mon boulot…

Dialogue (747) : C’était nécessaire
- Disons que c’était utile (et vice versa)

Dialogue (748) : « Un homme enceinte »
- 2 + 2 = 5

Dialogue (749) : Il n’y a jamais de clash, de rupture, d’opposition radicale sur France Culture
- Il y a manifestement des vices de fond au départ, et donc à l’arrivée

Dialogue (750) : « Je sors en octobre »
- Tu veux dire : ton livre ?

Dialogue (751) : Actuellement, je suis sans cesse invité-e dans les médias. Qu’en penses- tu ?
- Que tu devrais t’inquiéter

Dialogue (752) : Un « savoir-vivre », un « savoir-faire », un « savoir-recevoir »…
- Qui le possède ? Qui en est d’emblée, exclu-e ? Cela s’apprend ? Dans les livres ?

Dialogue (753) : « Personne ne voit, personne ne veut voir cela »
- Un peu suffisant, non ? Malvoyant ?

Dialogue (754) : « Il y a encore beaucoup de questions en suspens. »
- En d’autres termes : rien n’est réglé

Dialogue (755) : « Je ne critique jamais les féministes »
- Celles qui s’affirment comme telles ou celles que tu considères comme telles ?

Dialogue (756) : Tu gagnes un revenu qui te permets de vivre ?
- Non. j’arrive à peine à rembourser les frais que j’ai dû engager

Dialogue (757) : Nous défendons « les bonnes pratiques »
- Et vous les appelez «
éthiques » ?

Dialogue (758) : Je suis un « créateur de contenu »
- Mes seins trop petits, mes états d’âmes, mon débardeur…, c’est un
« contenu » ?

Dialogue (759) : « Il faut une régulation »
- Exit donc la loi

Dialogue (760) : « C’est la force des mots »
- Pas vraiment sous les bombes

Dialogue (761) : « Retirez vos amendements »
- Pourquoi ne pas fermer l’assemblée ?

Dialogue (762) : « N’en déplaise aux esprits chagrins… »
- C’est-à-dire tout le monde - à moins qu’il ne s’agisse de personne - sauf vous ?

Dialogue (763) : « Prenons la Bastille
- Prenons la parole »

Dialogue (764) : Un État « failli »
- Non. Un État criminel

Dialogue (765) : Une « catastrophe naturelle »
- Pour lui, pour eux, pour tant, un effet d’aubaine

Dialogue (766) : « C’est un vrai animal politique »
- Cela doit-il être considéré comme devant être mis à son actif ?

Dialogue (767) : « Je ne sais pas où mettre le curseur » ; « C’est le curseur qu’il faut regarder »
- Cela doit-il être considéré comme un apport à la pensée ?

Dialogue (768) : « Je te tiens par la barbichette… »
- Comment sortir de ce nez à nez ?

Dialogue (769) : Quelle heure est-il ?
- Ça vous regarde ?

Dialogue (770) : « La Crimée…
- À part ça ? »

Dialogue (771) : « De gré, de force, nous garderons le Larzac ! »
- Et ils ont gardé le Larzac

Dialogue (772) : Vous dialoguez ?
- Non. On communique

Dialogue (773) : « Qu’est-ce que vous en savez ?
- Les sondages… »

Dialogue (774) : « Ce qui lui importe, ce n’est pas ce qu’il pense, mais ce qu’il voit »
- Cela vous plairait que l’on dise cela de vous ?

Dialogue (775) : Il chercha à comprendre les mécanismes de sa pensée
- Elle s’échappa

Dialogue (776) : « La mondialisation »
- Une guerre économique mondialisée ?

Dialogue (777) : « L’article d’un-e économiste que je nommerai pas… »
- Pourquoi ?

Dialogue (778) : « Interdire tous les lobbys à Bruxelles, à Strasbourg, et ailleurs »
- Quelle bonne idée ! Simple, efficace, nécessaire

Dialogue (779) : Elle était au RSA
- Elle avait une garde-robe

Dialogue (780) : Il assommait tout le monde
- S’en rendit-il jamais compte ?

Dialogue (781) : Pourquoi les russes ne se révoltent-ils pas ?
- Et, vous, pourquoi acceptez-vous tout ça ?

Dialogue (782) : Parler de sa santé était son sujet de discussion de prédilection
- Malheureusement, il ne favorisait pas vraiment le dialogue

Dialogue (783) : Certain-es rendent clair ce qui est confus
- D’autres, plus nombreux-ses, rendent confus ce qui était clair

Dialogue (784) : Les vestes de uniformes des hôtesses de l’air s’arrêtent juste au-dessus de leurs fesses
- Est-ce un hasard ?

Dialogue (785) : Ils avaient des dossiers sur lui
- Et lui sur eux. Et le monde continua comme avant…

Dialogue (786) : « Ma façon à moi d’être féministe, c’est de m’occuper de moi, que de moi »
- Les voies du seigneur sont impénétrables

Dialogue (787) : Cette analyse est dépassée
- Et son temps, elle fut prémonitoire

Dialogue (788) : C’est une malade imaginaire
- Elle est morte hier

Dialogue (789) : À dieu ne plaise…
- Vous n’avez pas un autre interlocuteur ?

Dialogue (790) : « À quoi est-elle bonne ? »
- Salaud !

Dialogue (791) : Les femmes ont des revanches à prendre
- Oui. Beaucoup

Dialogue (792) : Pourquoi est-elle si souvent invitée à la télé ?
- Pour que d’autres ne le soient pas

Dialogue (793) : Les jeunes aujourd’hui…
- Vous voulez dire : vos petits-enfants ?

Dialogue (794) : Tout s’est bien passé
- Vous avez obtenu gain de cause ?

Dialogue (795) : Il l’avait injurié, elle avait riposté
- Il lui avait pardonné, elle le remercia

Dialogue (796) : Réfuter l’absurdité…
-… c’est sombrer dans l’absurdité

Dialogue (797) : Je fais ce que j’ai envie de faire…
- Heureuse nature…

Dialogue (798) : Ne vous dérangez pas, il est là pour ça
- Pour me servir ?

Dialogue (799) : Si vous critiquez tout, vous détruisez tout
- Si vous ne critiquez rien, vous obéissez à tout

Dialogue (800) : « 18 candidats, dont une femme »
- 17 hommes et une femme se présentent aux élections

Dialogue (801) : C’est important, c’est même capital…
- Mais… ce n’est pas audible ? dicible ? acceptable ? osable ?, pensable ?

Dialogue (802) : Pourquoi êtes-vous brouillé-es ?
- J’ai oublié

Dialogue (813) : Nous voulons rétablir la paix
- Nous voulons la défaite de l’agresseur

Dialogue (814) : Il manifestait une réserve de bon aloi
- Qui démontrait une parfaite inhumanité

Dialogue (815) : Es-tu d’accord avec moi ?
- Assez discuté… Allons diner !

Dialogue (816) : « Mon corps est à moi »
- Et toi, qui es-tu ?

Dialogue (817) : « Nous condamnons fermement »
- Avez-vous une alternative ?

Dialogue (818) : Il joue sa carte personnelle
- Pourquoi l’hypothèse qu’il défende ses idées vous est-elle à ce point étrangère ?

Dialogue (819) : C’est incroyable la manière dont on est ici traité-es
- C’est notre quotidien

Dialogue (820) : Elle avait raison
- Donc, il avait tort

Dialogue (821) : Je suis D. R. H [Directeur des ressources humaines]
- Embaucher, débaucher…, à part ça ?

Dialogue (822) : Cet homme ne cesse d’encenser son épouse
- Tous les deux se carapacent contre les critiques

Dialogue (823) : Elle était insupportable avec ses techniciens…
-
Et moi, je me suis dit : ‘Il n’y en a pas un qui va lui foutre une tarte ? »

Dialogue (824) : « À qui, depuis sa mort, appartient-il ? »
- À personne. La question est odieuse

Dialogue (825) : « C’est une grande question »
- Mais, vous, qu’en pensez-vous ?

Dialogue (826) : « Il y a un déplacement du curseur »
- Ou : parler pour occuper le temps d’antenne et justifier son invitation à l’émission

Dialogue (827) : Tu veux gagner plus que moi !
- «
Je veux juste que tu fasses la moitié du boulot »

Dialogue (828) : Tu l’a embrassée ?
- Oui, «
elle comprend ce langage-là »

Dialogue (829) : « Réforme des retraites. Que reste-t-il aux opposants ? » [France Culture]
- Réforme des retraites. Comment le gouvernement va-t-il sortit de la nasse dans laquelle il s’est mis ?

Dialogue (830) : « Le renouveau de l’érotisme »
- Les lobbys proxénètes sont encore passé par là

Dialogue (831) : « Pourquoi la France a-t-elle un taux de vaccination au papillomavirus si faible par rapport à ses voisins européens ? »
- Pourquoi 45 % des filles et 9 % des garçons de 15 ans ont-ils/elles reçus une dose de vaccin en 2021 ?

Dialogue (832) : « Il faut renforcer l’éducation à la sexualité à l’école »
- Avec quelle position sur le patriarcat, la domination masculine, le proxénétisme, la pornographie ?

Dialogue (833) : « Moi, je pense que… »
- N’est-il pas présenté comme sociologue ?

Dialogue (834) : « Calmez-vous !
- Je suis très calme »

Dialogue (835) : « Un milliard, maintenant, c’est plus rien »
- Pas vraiment pour moi

Dialogue (836) : « 97% des personnes en prison sont des hommes. Il y a peut-être un problème »
- Sans doute, et même, un gros

Dialogue (837) : « Les manifestations sont légitimes » ; « Nous respectons la contestation sociale ».
- Ce qui signifie que l’hypothèse inverse pourrait être invoquée

Dialogue (838) : Ma vie est foutue
- Arrête de t’apitoyer sur toi-même !

Dialogue (839) : Tu as changé !
- Je viens simplement de me rendre compte que tu n’as jamais fait attention à moi

Dialogue (840) : « La jeunesse racisée »
- Leur seule unité : ils ne sont pas blancs de peau

Dialogue (841) : Pourquoi te comportes-tu comme un enfant ?
- « À cause des femmes »

Dialogue (842) : « Pour rester poli-e »
- Pour ne pas être accusé-e d’être raciste

Dialogue (843) : « Pour suppléer aux défaillances de l’État… »
- Une riche analyse politique

Dialogue (844) : « Le code de l’honneur… »
- Pour justifier toute sortes de violences patriarcales

Dialogue (845) : Emmanuel Macron parle trop
- Emmanuel Macron a été submergé par les mots. Il s’y est englouti. Il surnage à grand’peine

Dialogue (846) : « Il avait une vision stratégique »
- Il ne suffit pas : il faut la défendre et s’y tenir

Dialogue (847) : Ils / elles sont dépendant-es de…
- Ou : ils / elles sont totalement aligné-es sur… ?

Dialogue (848) : « C’est moi qui pose la question, pas vous »
- Cela ne vous donne pas le droit de refuser ma critique, pas plus que de diriger ma réponse

Dialogue (849) : « L’occident contre le reste du monde »
- Un milliard de personnes contre sept milliards de personnes

Dialogue (850) : « Il faut arrêter de dire n’importe quoi »
- Une forte analyse politique

Dialogue (851) : « Le consentement à l’impôt »
- Mais je n’ai jamais «
consenti » à l’État !

Dialogue (852) : « En même temps… »
- Toutes contradictions d’emblée, assumées, légitimées

Dialogue (853) : « Le verbatim utilisé… »
- Vous voulez dire : la politique effectivement menée ?

Dialogue (854) : « Il faut avoir une vision pour la France »
- D’emblée, le problème est mal posé

Dialogue (855) : Vous êtes défiant-e ?
- Non, je dénonce

Dialogue (856) : « Il faut une tête politique »
- Et vous dites croire au peuple trahi par les élites !

Dialogue (857) : Cela va bien se terminer, du moins, on l’espère…
- Un peu léger, comme analyse, non ?

Dialogue (858) : « Ça bouscule les codes du genre… »
- Vous pouvez préciser ?

Dialogue (859) : « C’est aux parlementaires de décider »
- C’est au peuple de se taire

Dialogue (860) : Vous pensez que…?
- N’exagérons rien..

Dialogue (861) : « Cela n’engage que moi »
- Quelle arrogance !

Dialogue (862) : « Je suis fatigué-e
- Ça doit être le changement de saison
»

Dialogue (863) : Sa vie fut un échec
- «
C’est la vie ! »

Dialogue (864) : « Sa parole est démonétisée »
- Quelle est la valeur de votre parole ?

Dialogue (865) : Il était « comme il faut »
- Elle était «
mauvais genre »

Dialogue (866) : « Je ne suis pas sûr qu’il soit coupable
- Nous sommes tous coupables »

Dialogue (867) : « J’ai été censuré-e »
- Que dois-je en déduire ? Que vous aviez raison ? Que je devrais être solidaire de vous ?

Dialogue (868) : « Le compte n’y était pas »
- En d’autres termes, vous étiez sûrs de perdre, aussi avez-vous décidé de vous passer d’un vote qui l’aurait reconnu

Dialogue (869) : « Nous ne rajouterons pas du chaos au chaos »
- Démission ! Dissolution ! Destitution ! Référendum !

Dialogue (870) : Je suis très en colère
- «
Moi, j’ai dépassé ce stade. Je suis là pour me battre »

Dialogue (871) : « C’est démocratique »
- Non. C’est un article de la constitution

Dialogue (872) : « Les retraites ne sont pas un investissement »
- Pour les salarié-es, c’est un dû

Dialogue (873) : Vous êtes susceptible !
- Non. Rigoureuse

Dialogue (874) : Les conséquences de l’acte sexuel qui peuvent être dramatiques pour les femmes
- Ce n’est pas trop tôt !

Dialogue (875) : « Si vous publiez, j’attaque »
- Attaquez !

Dialogue (876) : À quoi reconnait-on, notamment, une pensée conservatrice ?
- Elle place Emanuel Macron au centre de l’échiquier politique

Dialogue (877) : « L’usage abusif des LBD… » [Amnesty International]
- Vous cautionnez l’usage ‘normal ? - des LBD, que - de fait - vous légitimez

Dialogue (878) : « C’est un fait incontestable »
-Existe-t-il des faits contestables ?

Dialogue (879) : « C’était un lieu, alors, un peu vulgarisé »
- Dire que c’était un lieu populaire serait-il moins vulgaire ?

Dialogue (880) : Ils ont interdit l’accès à la place de la Concorde, trop chargée d’histoire et trop proche de l’assemblée nationale, de l’élysée, de l’ambassade des États-Unis
- Faut-il qu’ils soient faibles !

Dialogue (881) : « Ce régime est autoritaire »
- Et c’est maintenant que vous en rendez compte !

Dialogue (882) : « C’est moi ou le chaos »
- Et si le chaos c’était lui ?

Dialogue (883) : « Tout mandat impératif est nul » [Article 29 de la constitution]
- Toutes les consignes de vote ne pourraient-elles pas alors être anticonstitutionnelles

Dialogue (884) : « Je soutiens la destruction des bidonvilles à Mayotte »
- Et c’est comme cela que vous pensez «
ramener le droit et la sécurité » !

Dialogue (885) : « Ce n’est pas un échec…
- c’est un naufrage » [Laurent Berger]

Dialogue (886) : « Le risque de l’immobilisme »
- L’espoir d’une nouvelle vie

Dialogue (887) : « Tout est devenu marché »
- Le meilleur constat pour aller à l’essentiel ?

Dialogue (888) : « Il faut chercher une voie de sortie »

- Et c’est comme cela que vous pensez vous en sortir ?
Dialogue (889) : « Je me suis senti très seul »
- Vous n’êtes pas le seul !

Dialogue (890) : « Il ne veut pas de dédire »
- Quel homme intelligent
!

Dialogue (891) : « Le risque est de passer du peuple à la foule »
-Vous faites comment ?

Dialogue (892) : « Violences policières »
- Et / ou violences d’un État policier ?

Dialogue (893) : Derrière la colère,
- La solidarité

Dialogue (894) : « J’appelle à l’insurrection »
- « On ne peut pas relayer votre appel »

Dialogue (895) : « Une démocratie défaillante »
- Une démocratie cache-peuple

Dialogue (896) : Ces « femmes du mauvaise vie »
- … qui vivent dans un «
lieu de plaisir »

Dialogue (897) : « Je voulais vous l’entendre dire… »
- Pouvez-vous préciser pourquoi ?

Dialogue (898) : « C’est un livre - un film, une série… - culte »
- Pouvez-vous préciser : «
selon moi » ?

Dialogue (899) : « La démocratie, c’est le dialogue. Alors, écoutez-moi [un député Macroniste] »
- Le problème, c’est que vous, vous parlez tout temps, et, nous, quand on parle, on ne nous écoute jamais.

Dialogue (900) : « C’est qui le souverain, vous ou nous ? »
- «
Il y a une légitimité du mandat »

Dialogue (901) : Si l’on ’oublie’ les carcans institutionnels, ne peut-on voir et de manière aveuglante, que des millions de personnes s’opposent à la volonté d’un seul homme ?
- Si !

Dialogue (902) : « L’exécutif suit de très près la situation »
- À défaut de pouvoir et de savoir faire quoi que ce soit

Dialogue (903) : « Dès lors que l’on prend la mesure réelle des problèmes… »
- Comme vous ?

Dialogue (904) : « Je lui doit tout »
- Beaucoup, plutôt, non ?

Dialogue (905) : Quel avenir pour les manifestations ?
- « S’il ne cède pas, pourquoi on céderait, nous ? »

Dialogue (906) : « On a peur de perdre ; eux, ont envie de gagner »
- Et la spéculation installe le monde sur un volcan

Dialogue (907) : « Il a fait des erreurs »
- Non. Il ne savait pas quoi faire

Dialogue (908) : « Je suis la victime d’une chasse aux sorcières »
- Non. Vous êtes l’objet d’un inculpation

Dialogue (909) : « La parole des femmes se libère »
- Le début du commencement de la fin du pouvoir des hommes sur les femmes ? Le nième ?

Dialogue (910) : Quelle est votre politique culturelle ?
- Augmenter notre part du marché

Dialogue (91I) : « Ce n’est pas le but qui compte, c’est le chemin »
- Ce qui justifie tout et n’importe quoi

Dialogue (912) : « À tort ou à raison »
- Ne serait-il pas préférable que vous donniez votre position ?

Dialogue (913) : « Il / elle mérite d’être cité-e »
- Non. Il /elle doit être connu-e, mis-e en valeur, réfléchi-e, critiqué-e

Dialogue (914) : On va protéger les Sudètes
- Non. Vous allez envahir la Tchécoslovaquie

Dialogue (1915) : L’émigration n’est pas un crime
- Non, mais elle en est le plus sûr moyen, pensaient-ils

Dialogue (1916) : « Un rien leur fait plaisir »
- Ce «
rien », c’est vous qui l’avez créé

Dialogue (917) : « Je ne me base que sur les données prouvées »
- Ce qui restreint considérablement la sphère de la réflexion, de la pensée, non ?

Dialogue (918) : « Je voulais que les enfants aient confiance en leur père »
- Mais vous avez dit que c’était un escroc …

Dialogue (919) : « Je suis très surprise de vos nuances de spécialiste »
- Pourquoi n’est-il pas possible que vous exprimez les raisons de votre désaccord ? »

Dialogue (920) : « J’ai l’impression de dire des énormités »
- Mais pourquoi ne pensez-vous pas que ce sont eux qui ne peuvent vous comprendre ?

Dialogue (921) : « Ai-je tort ou raison ? »
- Quelle est cette personne à qui vous conférer le pouvoir sur vos pensées ?

Dialogue (922) : Il / elle voulait les persuader de …
- Il / elle avait besoin de se réassurer

Dialogue (923) : Pourquoi ne voulez-vous pas discuter de ce qu’il / elle a dit, fait, écrit, pensé ?
- Parce que cela m’empêche de penser par moi-même

Dialogue (924) : « Elle transcende les barrières de genre »
- En clair, il s’agit d’une femme définie comme un homme. Mais le contraire est aussi possible

Dialogue (925) : « Ni immobilisme, ni extrémisme »
- Comment ne pas se situer

Dialogue (926) : Il / elle « est dans l’extrémisme »
- Faute de pouvoir le / la critiquer…

Dialogue (927) : « une prestation plutôt réussie sur la forme »
- Juger de « la forme », c’est juger le discours d’un homme, pas une politique. Plus encore, c’est penser que l’une puisse se comparer, voire se substituer à l’autre.

Dialogue (928) : « Nous continuerons à suivre le dossier sur les urgences »
- Si pour vous, c’est un « dossier » ; pour moi, pour nous, c’est un problème urgent politique de santé publique laissée délibérément non traitée, en réalité aggravée.

Dialogue (929) : « Les gens de gauche méprisent le peuple »
- Et, c’est bien connu, les gens de droite le respectent

Dialogue (930) : « On n’ouvre jamais un parapluie dans une maison »
- Y croire, sans plus de preuve, comme à dieu

Dialogue (931) : « Il faut toujours nuancer »
- Des nuances ne rendent pas juste une analyse fausse

Dialogue (932) : « Le paradis perdu »
- Grâce à dieu !

Dialogue (933) : « Ils ne voulaient pas que je continue mes études, car cela m’aurait empêchée de me marier »
- Combien ?

Dialogue (934) : « L’individualisme régnant… »
- Prière de ne pas oublier les innombrables expressions, manifestations de solidarité, d’altruisme, de partages, d’échanges, d’entraides, d’espoirs…

Dialogue (935) : Est-ce que vous, vous soutenez cette violence ?
- « Moi, je n’ai pas de problème avec ça »

Dialogue (936) : « Ne mords pas la main qui te nourrit »
- Et baisse les yeux !

Dialogue (937) : « C’est la loi du destin »
- Non, c’est le pouvoir du plus fort

Dialogue (938) : « Il / elle semblait avoir l’esprit confus »
- Non. Il / elle [re]mettait de l’ordre dans ses idées

Dialogue (939) : « C’était prémonitoire »
- Disons, plus honnêtement, que ce fut un heureux hasard

Dialogue (940) : Il / elle cherchait désespérément une porte de sortie
- Il / elle buta sur un porte d’entrée fermée de l’extérieur

Dialogue (941) : « Il s’est laissé prendre au piège »
- Non. Il a délibérément tout fait pour échouer, tout seul

Dialogue (942) : « Chéri, je ne me sens pas bien aujourd’hui »
- Cela dure depuis longtemps, non ?

Dialogue (943) : « Il ne faut pas céder aux provocations »
- Faut-il pour autant céder face à la force ?

Dialogue (944) : Vous devez condamner ces violences
-Un numéro vert a été mis à la disposition de ceux et celles qui s’en estiment victimes

Dialogue (945) : Excellente question…
- «
À laquelle, vous répondez quoi ? »

Dialogue (946) : « Il faut remettre l’homme, la citation, l’œuvre, dans son contexte »
- Pour ne pas avoir à les juger par eux-mêmes

Dialogue (947) : Il a une maîtresse…
- « Je ne pensais pas que cela pouvait faire si mal »

Dialogue (948) : « Si j’étais provocateur, je dirais …. »
- Concrètement, vous allez dire ce que vous pensez, non ?

Dialogue (949) : « une explosion spontanée »
- Non. L’expression soudaine, inattendue, d’une accumulation de révoltes, tapies dans l’inconscient individuel et collectif, tues, mises sous le boisseau, réprimées…

Dialogue (950) : « Des hommes arrivent… »
- Passez votre chemin ! Cachez-vous ! Grimez-vous ! Fuyez !

Dialogue (951) : Sauver encore ce qui peut l’être…
- À quel prix, à quel coût, au risque de quelles compromissions ?

Dialogue (952) : « Mon mari est heureux. Il a obtenu tout ce qu’il voulait »
- Deux ans après, il l’empoisonna et se suicida après.

Dialogue (953) : « Ils ne peuvent aller jusque-là… »
- Et pourtant si, ils y allèrent et même au-delà… De la cécité….

Dialogue (954) : Il / elle avait perdu son fil d’Ariane
- J’espère qu’il / elle pourra, sans être Dédale, trouver seul-e la sortie du labyrinthe dans lequel il /elle [s’]était enfermé-e

Dialogue (955) : Les femmes se regardaient dans leur miroir….
- Et ne voyant qu’elles, elle ne pouvaient ni se comprendre, ni comprendre le monde…

Dialogue (956) : « Moi, les motivations m’importent peu ; seuls les résultats m’intéressent »
- Autant cesser de réfléchir…

Dialogue (957) : « La société semble faire peur à ses dirigeants »
- « Semble », vous en êtes sûr ?

Dialogue (958) : « Cela me choque et d’ailleurs cela choque beaucoup de monde »
- Vous n’avez pas d’autres arguments ?

Dialogue (959) : « Que voulez-vous de plus ? »
- Vous !

Dialogue (960) : « Que puis-je de plus ? »
- Comprendre ce que vous avez dit, fait, vous excuser, changer d’analyse, de point de vue…

Dialogue (961) : « Les violences de son temps… »
- Pouvez-vous être plus précis ? Car, là, cela ne veut rien dire

Dialogue (962) : « Circulez, il n’y a rien à voir »
- C’est justement, là, ça, ce que je veux voir

Dialogue (963) : « Tu es la femme de ma vie »
- Ou : comment empêcher une femme de vous quitter

Dialogue (964) : Prends des amants, cela te fera du bien
- «
J’ai déjà donné… »

Dialogue (965) : Relevons « les contradictions de nos contradicteurs »…
- Je doute que cela soit le meilleur moyen de construire une ’autre’ politique

Dialogue (966) : Ton « point de vue » de sa « vision »… (ou l’inverse)
- Non. Il s’agit de deux analyses politiques

Dialogue (967) : « Elle a été violée à plusieurs reprises »
- Un ou plusieurs hommes, à différents moments, ont violé cette femme

Dialogue (968) : « Glissez mortels, n’appuyez pas »
- Vos souffrances intéressent-elles quiconque ?

Dialogue (969) : Entrez dans le marché mondial…
-Et, avant, pensez que mourir de faim n’est pas une hypothèse à exclure

Dialogue (970) : Pourquoi : ‘Tout va mal’?
- «
J’ai failli me faire renverser la semaine dernière par un cycliste »

Dialogue (971) : « Vive Lénine ! »
- Ni dieu, ni maître ! »

Dialogue (972) : « J’ai pris 15 kilos à la mort de ma mère »
- Et tu la détestais….

Dialogue (973) : « Ne les clouez pas au pilori »
- Il s’agit juste d’appliquer la loi

Dialogue (974) : « Il n’avait pas d’esclave »
-État-ce parce qu’il s’opposait à l’esclavage ou parce qu’il était trop pauvre pour en posséder un ?

Dialogue (975) : Vous êtes de gauche. Pourquoi ?
- La droite, c’est pire

Dialogue (976) : « J’ai même été assassin…
- Faut de tout pour faire un monde…

Dialogue (977) : « Je me dois d’être franche, je faisais partie du jury »
- Non. Cette information était obligatoire et posée préalablement à tout débat

Dialogue (978) : Je ne comprends rien
- «
Je vais être obligé de réfléchir pour deux »

Dialogue (979) : « Elle côtoie les plus grands »
- C’est ce que vous avez trouvé de mieux, la concernant ?

Dialogue (980) : « Il / elle a fait un sans-faute »
- C’est vous que jugez des fautes ? Pouvez-vous préciser ce que vous entendez par ce terme ?

Dialogue (981) : « Vous jetez le bébé avec l’eau du bain »
- Le bébé était-il vivant ou mort ? mort noyé ? mort du fait de la saleté de l’eau ? …

Dialogue (982) : « Après cinquante ans d’expérience… »
- Votre analyse n’est pas pour autant plus juste que la mienne

Dialogue (983) : « Le ruissellement par le haut… »
- … s’est heurté au nivellement par la base…

Dialogue (984) : « Je ne vous fait pas un dessin…. »
- Non. je préférerais un argumentaire

Dialogue (985) : Est-ce que tu m’aimes ?
- Tu le sais bien

Dialogue (986) : Tu n’as pas le droit !
- C’est mon devoir !

Dialogue (987) : « Sa mort est bien triste, mais….»
- Un policier l’a tué

Dialogue (988) : « Ils étaient jusque-là favorisés… »
- Non. Ils étaient, jusque-là, bénéficiaires d’un privilège indu, injuste, qui depuis lors, a été, à la suite de nombreuses révoltes, supprimé…

Dialogue (989) : Ma moitié m’a quitté-e
-Tu t’es retrouvé-e entier-ère ?

Dialogue (990) : Vous n’avez pas peur ?
- Non. J’ai pris l’habitude d’être prudente-e

Dialogue (991) : Il n’était que l’ombre de lui-même
- Elle n’était que l’ombre de son mari

Dialogue (992) : Vous n’étiez plus vous-même ?
- Je n’étais plus que ce que je m’étais caché à moi-même

Dialogue (993) : Dedans ou dehors ?
- Où est, alors, l’ailleurs, le nulle part ?

Dialogue (994) : ‘Relaxe‘, qu’est-ce que ça veut dire ?
- Que vous vous pouvez partir

Dialogue (995) : Vous ne la preniez pas au sérieux ?
- Non. Elle était bien trop en avance pour nous

Dialogue (996) : Je suis « exaspéré par les sorties et les diners en ville »
- Ne suffit-il pas, pour ne plus l’être, de rester chez vous ?

Dialogue (997) : Vous la gâtez !
- Non. Je la séduis

Dialogue (998) : Viens te battre, comme un homme
- Sans moi

Dialogue (999) : Ça n’a ni queue ni tête
- À moins que la queue soit dans la tête

Dialogue (1000) : J’ai le droit pour moi
- Garde le pour toi. Moi, je m’en vais

Dialogue (1001) : Pourquoi ne peux-tu pas le / la comprendre ?
- Parce qu’il faudrait être dans sa tête

Dialogue (1002) : Tu y crois, toi, à l’alignement des planètes ?
- Tu sais, moi, je n’y vois plus que d’un œil

Dialogue (1003) : Mais, qu’est-ce que j’ai fait aux bon dieu pour avoir des enfants pareils ?
- Moi, en tout cas, je n’y suis pour rien

Dialogue (1004) : Il m’a dit qu’il n’avait jamais aimé que toi
- Pfft, il n’a jamais aimé que lui…

Dialogue (1005) : Quel équilibriste !
- Non. C’est un illusionniste

Dialogue (1006) : Était-elle une personne de conviction, engagée, militante, activiste… ?
- Responsable

Dialogue (1007) : ‘L’intelligence artificielle’, c’est trop tôt…
- Non, c’est trop tard

Dialogue (1008) : Une critique sévère, sans concession
- Juste

Dialogue (1009) : Il y a des guerres plus justes que d’autres
- Je dirais plutôt : il y a des guerres dans lesquelles on est obligé-es de s’engager, d’autres, que l’on doit dénoncer. Mais que penser, que faire, de l’immense entre-deux ?

Dialogue (1010) : Il / elle pensait, en ayant convaincu, avoir gagné.
- Il / elle se pensait la norme

Dialogue (1011) : Il / elle sur-réagit…
- Que savez-vous de sa vie, de ses peurs, de ses terreurs, de ses espoirs, qu’il / elle ignore aussi peut-être ?

Dialogue (1012) : Pourquoi ?
- Pourquoi cette question ?

Dialogue (1013) : Pourquoi ?
- Pourquoi pas ?

Dialogue (1014) : Ne quitte pas ton mari
- Où irais-je ?

Dialogue (1015) : Penser seul-e ?
- Ou : Penser malgré soi ?

Dialogue (1016) : Elle s’est donnée à lui
- Il ne lui avait rien demandé

Dialogue (1017) : Cette mesure est jugée nécessaire.
- Il n’est pas nécessaire d’être injuste

Dialogue (1018) : Pourquoi, quand vous vous attaquez à l’Islam, ce sont si souvent les vêtements des femmes qui sont la cible ?
- D’après vous ?

Dialogue (1019) : Je l’ai lu dans sa biographie
- J’ai entendu dire que c’était faux

Dialogue (1020) : Cet épisode annonce…
- Disons plutôt : Cet épisode peut être considéré comme un germe de, comme pouvant expliquer, comme faisant partie des causes, des explications de ce qui advint…

Dialogue (1021) : Pourquoi n’avez-vous rien fait ?
- Cela demandait trop de temps, trop d’énergie, trop d’argent

Dialogue (1022) : Moi, je lis entre les lignes
- Et pourquoi pas au-dessus ?

Dialogue (1023) : Pourquoi ne dis-tu pas ce que tu en penses ?
- Je ne veux pas qu’on me vole mon idée

Dialogue (1024) : Je me suis renseigné-e pour savoir combien la payer, afin de connaître le prix courant, normal…
- Si tu ne l’avais pas connu, serait-ce le prix que tu lui aurais payé ? Et penses-tu qu’il soit juste ?

Dialogue (1025) : Ce n’est pas ce que j’ai dit
- Mais, c’est comme ça que je l’ai perçu

Dialogue (1026) : Il a été assassiné parce qu’il était dans le trafic de drogue
- Non. Parce qu’il voulait le quitter

Dialogue (1027) : Tout le monde peut le faire
- Il faut juste savoir …

Dialogue (1028) : Mais pourquoi n’avez-vous pas mis en oeuvre votre programme ?
- Il aurait fait trop de bruit dans le Landerneau politique

Dialogue (1029) : Quelle brillante - et lucrative - reconversion !
- Je n’ai pas de plan de carrière

Dialogue (1030) : Tu l’aimes toujours ?
- Oui, je fais durer le plaisir

Dialogue (1031) : « Les hommes, on ne sait jamais ce qu’ils veulent. »
- Parce que ce sont eux qui décident

Dialogue (1032) : Pourquoi le / la traitez-vous d’obstiné-e ?
- Parce qu’il / elle ne se résigne pas à son sort

Dialogue (1033) : « Le peuple veut la chute du régime ! »
- N’est-ce pas la principale revendication par-delà le monde, à moins qu’elle ne soit la nouvelle universalité ?

Dialogue (1034) : « Cela se passe très bien »
- Si vous pouviez ajouter :
« selon moi », ce serait mieux

Dialogue (1035) : « Cela n’a débouché sur rien »
- Si vous pouviez ajouter : «
selon moi et je ne sais à quelle échéance », cela serait mieux

Dialogue (1036) : Pourquoi ne se séparèrent-ils pas ?
- Leurs craintes respectives de l’après les en empêchaient

Dialogue (1037) : Pourquoi l’as-tu quitté-e ?
- Son amour me bouchait l’avenir

Dialogue (1038) : Pourquoi ne lui as-tu pas répondu ?
- Il / elle pouvait faire tout-e seul-e

Dialogue (1039) : « Je vais caricaturer pour me faire comprendre »
- Est-ce bien nécessaire ?

Dialogue (1040) : Elle juge tout et tout le monde et ne laisse que peu de place à la critique
-Elle ne peut penser autrement

Dialogue (1041) : « Le message est passé ».
- Vous devez alors comprendre que votre parole est arrivée à son terme et que le débat est clos

Dialogue (1042) : « Les gens d’en face »
- Tu veux dire : nos ennemis ?

Dialogue (1043) : « Je sais que j’ai raison et je suis obstiné »
- Et pourtant, il avait tort

Dialogue (1044) : « Voltaire était méchant »
- Non. Il écrivait ce qu’il pensait, dont certaines appréciations que l’on peut juger méchantes

Dialogue (1045) : « Rapports de genre…
- Oui, parlons des femmes…
»

Dialogue (1046) : « J’ai besoin de vous »
- Je me sens soudain, plus fort-e.

Dialogue (1047) : Reconnaissez le Sahara Occidental …
- D’accord, si vous ouvrez une ambassade d’Israël

Dialogue (1048) : Il / elle est un « puit de science »
-Et je ne comprends rien à ce qui est présenté comme la quintessence de sa pensée

Dialogue (1049) : « Que tous les élèves en sachent autant que leurs profs ! »
- Moi, j’ai toujours peur qu’un de mes élèves en sache plus que moi !

Dialogue (1050) : « Faites, faites ! »
- Je prendrai ma décision seul-e, en mon temps

Dialogue (1051) : « En quoi suis-je concerné ? »
- Vous avez brisé ma vie

Dialogue (1052) : « J’ai compris votre message »
- C’était que celui que vous m’aviez suggéré d’exprimer

Dialogue (1053) : « Autant que je sache, et je sais fort peu… »
- Mais non, mais non…

Dialogue (1054) : « Vous savez ceci beaucoup mieux que moi… »
- Mais non, mais non…

Dialogue (1055) : Pourquoi leur avez-vous offert une pelle à tarte ?
- Parce que c’était la seule possibilité, dans mes moyens, restante sur leur ‘liste de mariage’ déposée au Bon Marché

Dialogue (1056) : « Je ne sais pas ce qui m’a pris… »
- Tu as simplement fait ce dont tu avais envie, sans le savoir

Dialogue (1057) : Il n’était pas généreux
-Oui, il ne savait pas recevoir

Dialogue (1058) : Pourquoi expliquait-il / elle son livre ?
- Parce que, sans cela, on n’aurait rien compris en le lisant

Dialogue (1059) : « Il y a forcément quelque chose à faire. »
- Un bon début

Dialogue (1060) : « Ayez ma chance ! »
- On fait comment ?

Dialogue (1061) : « Je ne suis qu’un simple médiateur »
- Non. Il était un journaliste pas très courageux

Dialogue (1062) : Je peux vous offrir ce qui vous manque actuellement
- Adieu

Dialogue (1063) : Pourquoi avez-vous grossi ?
- « J’ai mangé mes émotions »

Dialogue (1064) : Certain-es ont des héritages
- D’autres une hérédité

Dialogue (1065) : « Il y a des trous dans la raquette », ça veut dire quoi ?
- Que la politique menée est inappropriée, mais cela évite de s’y appesantir.

Dialogue (1066) : « Ça prend beaucoup de temps »
- Pour l’État, ça lui en fait gagner

Dialogue (1067) : Est-ce que vous pouvez faire plus ?
- «
On fait déjà beaucoup »

Dialogue (1068) : Une fois devenu un « homme politique », que faire ?
- On parle de tout, on détourne tout, on justifie tout, on a réponse à tout, on ment sur tout. Mais l’avantage est que l’on ne cesse pas de vous donner la parole

Dialogue (1069) : « Est-ce que vous voulez une anecdote ? »
- Non

Dialogue (1070) : « Malheureusement, ce sont souvent des femmes
- Ben oui »

Dialogue (1071) : « Je vais vous donner des conseils de lecture ? »
- Mais vous l’a-t-on demandé ?

Dialogue (1072) : Je vais vous le dire franchement, vous m’empêchez de vivre depuis si longtemps qu’aujourd’hui, je m’en vais
- Et, soudainement, elle se sentit beaucoup mieux

Dialogue (1073) : « Quelle est votre revendication ?
-
Un débat »

Dialogue (1074) : Pourquoi vendez-vous tout ça ?
- «
Je me déleste »

Dialogue (1075) : Ce monsieur - cette dame - a l’air triste
- Il / elle a toutes les raisons de l’être

Dialogue (1076) : « Tu en fais une affaire personnelle… »
- Mais, c’est de ma vie qu’il s’agit !

Dialogue (1077) : « Pourquoi faudrait-il toujours subir ?
-
Quelle puérile justification ! »

Dialogue (1078) : Vous voyez partout des complotistes
- Et vous, à les dénoncer, vous vous refusez à voir les complots qu’ils dénoncent parce qu’ils qui vous y intègreraient

Dialogue (1079) : Comment êtes-vous si sûr-e de vous ?
- «
J’ai écrit 500 pages là-dessus »

Dialogue (1080) : Un dégât collatéral, une monnaie d’échange, un coût élevé, un effet d’aubaine, un terroriste, un panel, un champ de bataille…
- Vous parlez bien d’êtres humains ?

Dialogue (1081) : Vous lui coupez la parole…
- Mais ce qui est dit est tellement convenu qu’avant même le début de la phrase, j’en connais la fin

Dialogue (1082) : « Nous sommes derrière nos soldats »
- Mais qui les a placés devant ?

Dialogue (1083) : « C’est un bon début »
- Vous n’êtes ni très regardant, ni très exigent, ni très analysant

Dialogue (1084) : « Retenez votre offensive terrestre » [qui menace la vie de vos soldats]
- Mais continuez à bombarder ce qui ne tue que les Palestinien-nes

Dialogue (1085) : Soyez responsables !
- Pourquoi ne dites-vous pas plus clairement, plus honnêtement : soyez comme nous, ou : comme moi ?

Dialogue (1086) : Vous manquez de nuances !
- Et vous, à force de nuances, il y a longtemps que vous avez oublié l’essentiel

Dialogue (1087) : Une solution à deux États
- Sans retrait des colonies de Cisjordanie, sans libération des prisonnier-ères, sans droit au retour, sans…

Dialogue (1088) : « L’Occident est dans un piège »
- Non il est dans un de ses moments de vérité

Dialogue (1089) : « C’est une réaction normale d’Israël »
- Mais c’est justement là que réside ‘la question Palestinienne’

Dialogue (1090) : « Le Hamas ne représente pas les Palestiniens-nes »
- Qui vous autorise une telle ’analyse’ ? Question subsidiaire : Qui représente les Palestiniens-nes ?

Dialogue (1091) : Ne soyez pas agressif-ve !
- Celui/celle qui énonce le conseil, l’injonction, l’interdit est celui / celle qui en profite, directement ou non

Dialogue (1092) : Que demander de plus ?
- Tout, ou plutôt : agir

Dialogue (1093) : Pourquoi fut-elle licenciée ?
- Les hommes qu’elle devait commander s’estimaient humiliés de l’être par une femme, la déclarèrent incompétente et ils furent entendus.

Dialogue (1094) : Comment devint-elle ‘folle’ ?
- Elle fut progressivement, délibérément, systématiquement, amenée à le devenir.

Dialogue (1095) : « Comment en parler aux enfants ? »
- Mais les parents eux-mêmes ne savent qu’en penser !

Dialogue (1096) : « Je gère la situation »
- Au mieux de tes intérêts …

Dialogue (1097) : « Il vous apprécie plus que moi »
- Est-il votre boussole ?

Dialogue (1098) : « J’étais ivre »
- Ça aide…

Dialogue (1099) : Qu’attendait-il de son intervention ?
- L’écho qui en retentirait à ses oreilles

Dialogue (1100) : Mon analyse n’a pas, à ce jour, été démentie
- Elle n’en est pas juste pour autant

Dialogue (1101) : « Cette réfugiée Palestinienne est très en colère »
- Non. Elle est bouleversée et fait une analyse politique.

Dialogue (1102) : C’est quoi, votre métier ?
- « C’est un métier de chacal »

Dialogue (1103) : « Il faut revenir à l’essence de ce texte »
- C’est-à-dire, à votre rédaction

Dialogue (1104) : « J’ai assoupli les critères… »
- Encore un libéral…

Dialogue (1105) : « C’est l’existence de l’État d’Israël qui est en jeu »
- Sera-t-il mieux assuré par l’éradication du Hamas et / ou par celle des Palestinien-nes ?

Dialogue (1106) : « C’est le détail qui fait toute la différence »
- Mais il n’en reste pas moins un détail, sauf si vous considérez que la Shoha est un détail de l’histoire

Dialogue (1107) : « C’est l’écume des choses »
- Voilà un jugement bien léger

Dialogue (1108) : « Je vais me faire l’avocat du diable… »
- Pourquoi ne dites-vous pas qu’il s’agit des questions que, vous, vous vous posez ?

Dialogue (1109) : Pourquoi dites-vous : « ça n’arrive pas qu’aux autres ? »
- Parce que ça m’est arrivé, à moi.

Dialogue (1110) : « Vous êtes célibataire ?
- Il y a quelqu’un dans ma vie »

Dialogue (1111) : Qu’est-il arrivé après ?
- Pourquoi, comment est-ce advenu ?

Dialogue (1112) : « Je ne comprends pas »
- Et pour cause, ce que-ils disent, ce qu’ils font, est incompréhensible

Dialogue (1113) : « De quoi elle se mêle, celle-là ? »
- Elle se mêle de mes affaires »

Dialogue (1113) : « Je ne suis jamais cité-e »
- Réjouis-toi. Cela signifie que l’on n’a pas réussi à te coller une étiquette

Dialogue (1114) : « Pourquoi ce sont toujours les mêmes qui ‘passent à la télé ?’ »
- C’est simple. Parce qu’ils parlent en se fondant sur les - larges - positions officielles telles que répercutées par les médias

Dialogue (1115) : Pourquoi le monde a-t-il les yeux fixés sur la destruction par Israël de Gaza ?
- Parce que c’est l’image, le passé, le présent, le futur de l’«
occident » qui est en cause

Dialogue (1116) : « Vous allez le payer cher ! »
- Comme ce que je vaux ?

Dialogue (1117) : « Vous prenez des risques ! »
- Comme ceux que vous prenez en menaçant ?

Dialogue (1118) : « C’est touchant »
- Pour vous ; pour moi, c’est vrai

Dialogue (1119) : « Les desseins de dieu sont impénétrables »
- Effectivement. J’ai perdu ma carte bancaire
hier.

Dialogue (1120) : « Est-ce qu’on peut compter sur vous ? »
- Et sur vous ?

Dialogue (1121) : « Vous n’êtes qu’un salaud ! »
- Allons, ne vous laissez pas aller à vos émotions…

Dialogue (1122) : « Cherchez la femme ! »
- Ce qui évite de chercher l’homme

Dialogue (1123) : N’oublie pas d’où tu viens !
- Mais je vais ailleurs !

Dialogue (1124) : « Elle a morflé »
- Elle a jugé, elle a foncé, elle a gagné

Dialogue (1125) : « Je le jure ! »
- Sur ta parole ?

Dialogue (1126) : « Tu me coûtes cher ! »
-Et toi, ma vie

Dialogue (1127) : Il / elle ira loin !
- Jusqu’à vous ?

Dialogue (1128) : Il / elle voulait être riche
- C’était vraiment se contenter de peu

Dialogue (1129) : On est dans une société individualiste
- Si l’on oublie tous ceux et celles qui augmentent notre ‘individualité’ : les psys, les coachs, les influenceurs, les profs, les journalistes, les héros, les victimes, les penseurs, les guides, les partis, les médias, lesquels s’ajoutent aux familles, aux religions, aux sectes, aux États, aux lois, aux prisons, aux médicaments, à l’alcool, aux drogues, aux amendes, aux dogmes, aux symboles, aux habitudes, aux guerres, à la crainte, à la peur, à l’inquiétude, au souci des autres…

Dialogue (1130) : « Je… »
- Personne ne l’écoutait, il suffisait de le regarder : il était tellement faux que son visage parlait pour lui

Dialogue (1131) : Viens, restes, pars avec moi
- Je ne te reconnais aucun droit sur moi

Dialogue (1132) : Signez !
- J’ai ma fierté

Dialogue (1133) : « C’est paradoxal »
- Et vous croyez avec ça [nous aider à] mieux comprendre ?

Dialogue (1134) : J’ai à nouveau envie de…
- Tu as débloqué ton inconscient ?

Dialogue (1135) : « Il fait le jeu du pouvoir »
- Non, il s’y confronte

Dialogue (1136) : Combien serais-je indemnisé-e, remboursé-e, payée…
- «
On sera à vos côtés »

Dialogue (1137) : « Mentent-ils ?
- Oui, parce qu’il y a des précédents »

Dialogue (1138) : « Je voudrais vous poser une ou deux questions »
- Réfléchissez bien avant de savoir s’il vous faut répondre à la première

Dialogue (1139) : « Fact Checking : Vrai ou Faux ? »
- Réponse : C’est plus compliqué que cela »

Dialogue (1140) : « Il faut trouver un équilibre », dites-vous : pouvez-vous préciser ?
- Entre ce qui est odieux et ce qui est insupportable

Dialogue (1141) : « Il est entouré de médiocres »
-Non. Il les a choisis comme tels, à son image

Dialogue (1142) : « C’est une théorie.
- Non. C’est l’évidence.
»

Dialogue (1143) : « On est tous coupables »
- Comment mieux s’exonérer soi-même…

Dialogue (1144) : Pourquoi, si souvent, les hommes inventent-ils aux femmes des amants ?
- Parce qu’ils les estiment alors à la fois de moindre valeur et plus accessibles

Dialogue) : « Ça ne me plait pas »
- Ce n’était pas sa finalité

Dialogue (1146) : Vous avez tort
- Je connais vos manières de faire parler…

Dialogue (1147) : « Vous auriez du mal à m’exciter.
- Je prends cela comme un défi ? »

Dialogue (1148) : « Quelle est mon empreinte carbone ?
- Vous explosez les compteurs »

Dialogue (1149) : Dois-je faire cela ?
- « Tout le monde a un rôle à jouer »

Dialogue (1150) : Vous n’avez pas de personnel politique compétent
- « Nous allons élargir le casting »

Dialogue (1151) : Où étiez-vous ces derniers temps ?
- « J’ai disparu des radars »

Dialogue (1152) : C‘est une caricature
- De quoi, de vos idées ?

Dialogue (1153) : « Si c’était vrai, cela se saurait »
- Et c’est ainsi que tant de de violences, de crimes, de génocides ont été mis sous le boisseau

Dialogue (1154) : « C’est mon problème »
- Qu’aurais-je donc à y faire ?

Dialogue (1155) : « Le retour au sacré »
- C’est ce que vous signifiez par : « Il faut des repères à la jeunesse » ?

Dialogue (1156) : Si je tombe, je balance tout. Vous inclus
- Un des fondements les plus anciens, les plus efficaces, du pouvoir

Dialogue (1157) : Cela ne peut pas m’arriver à moi
- Un des talons d’Achille du pouvoir

Dialogue (1158) : « J’échange avec beaucoup de personnes »
- Que devrais-je en conclure ?

Dialogue (1159) : « Pas de polémique ici
- Je dis ce que je pense »

Dialogue (1160) : Il / elle m’a aidé-e
- « Heureusement que de telles personnes existent »

Dialogue (1161) : « Que dit la réalité du terrain ? »
- Vous employez trois termes impropres, inadéquats, inappropriés

Dialogue (1162) : « Tu penses ce que tu veux et les gens font ce qu’ils veulent »
- Et les vaches seront bien gardées

Dialogue (1163) : « J’ai donné le meilleur de moi-même »
- Et ils / elles n’en ont pas tenu compte, ni vous en remercié-e, ni récompensé-e ?

Dialogue (1164) : Qu’est-ce que tu voudrais ?
- Qu’on me laisse vivre comme je voudrais

Dialogue (1165) : « Pour moi, ce ne sera jamais obscène »
- Et pour moi ?

Dialogue (1166) : « Je suis hors de moi »
- Reconstituez-vous…

Dialogue (1167) : Quel est son problème ?
- Il a tué sa femme

Dialogue (1168) : « On revient inlassablement au même sujet
- Vous revenez inlassablement au même sujet
»

Dialogue (1169) : « La gauche doit protéger »
- Je ne veux pas être protégé-e. Je veux penser, agir avec le plus d’autres possibles

Dialogue (1170) : « Il n’y a pas d’exemple de … »
- Tout n’est-il pas singulier ?

Dialogue (1171) : Tu es ému-e, moi pas
- Un choc de culture ?

Dialogue (1172) : Pourquoi avez-vous changé de nationalité ?
- «
Pour des raisons de confort »

Dialogue (1173) : « On était huit en famille pour les fêtes
-
Et nous, 17 »

Dialogue (1174) : « Malgré tous ces obstacles, elle réussit … »
- Et, alors, vous allez poursuivre votre récit, votre analyse sur elle…

Dialogue (1175) : Dites-moi…
- D’abord, répondez-moi : avez-vous réfléchi à votre question ?

Dialogue (1176) : Comment vous sentez-vous dans le monde ?
- Surnuméraire

Dialogue (1177) : Pourquoi êtes-vous triste ?
- «
Le 1Er janvier, je serais plus vieille d’un an »

Dialogue (1178) : « Est-ce que les député-es nous représentent bien ou mal ? »
- Est-ce que les député-es nous représentent ?

Dialogue (1179) : Je n’arrive pas à terminer mon roman
- Tuez la femme

Dialogue (1180) : « Pas une de moins »
- Vous voulez dire : Plus aucune ?

Dialogue (1181) : Il a tué sa femme et ses quatre enfants. Comment cela a-t-il été possible ?
- Il y a eu «
un manque de coordination entre les services »

Dialogue (1182) : Il est vainqueur. Qu’a-t-il gagné ?
- Une ville, en ruine, totalement dévastée

Dialogue (1183) : « Elle te trouve trop radicale »
- À moins que ce soit elle qui soit trop conservatrice

Dialogue (1184) : Ils se battent pour mieux vivre
- D’autres, pour survivre

Dialogue (1185) : Vous voulez que je vous aide ?
- Vous d’abord

Dialogue (1186) : Il ne m’aime pas
- Pourquoi devrait-il t’aimer ?

Dialogue (1187) : « Pensez-vous que les français soient réceptifs à ? »
- Eux, je ne sais pas, mais, moi, oui

Dialogue (1188) : « Que faut-il penser de ? »
- Je peux le faire tout-e seul-e

Dialogue (1189) : « Je ne me l’explique pas »
- Essayez quand même

Dialogue (1190) : « On va suivre ce dossier »
- Il y a quand même eu des milliers de mort-es

Dialogue (1191) : « Ce qu’il / elle veut dire, c’est…
- Ne suffit-il pas plutôt simplement de le / la lire ?

Dialogue (1192) : « Il / elle a été manipulé-e »
- Vous le / la déresponsabilisez

Dialogue (1193) : Je vis bien
- Grand bien vous fasse !

Dialogue (1194) : Vous êtes la cause de la dispute entre nous
- Dites plutôt que j’en suis le sujet

Dialogue (1195) : « Que voulez-vous faire avec ces gens-là ? »
- Les écouter, notamment leurs critiques à votre égard

Dialogue (1196) : Pourquoi a-t-il effacé son apport ?
- «
Il ne peut pas y avoir deux crocodiles dans un même marigot »

Dialogue (1197) : « Il n’avait pas le caractère facile »
- Et alors…, il connut la solitude ?

Dialogue (1198) : « Je ne dirais rien ».
- Parce que vous avez trop à dire, ou parce que vous n’avez rien à dire ?

Dialogue (1199) : « Il n’y a aucun historien sérieux qui défende cette thèse »
- Et donc… ?

Dialogue (1200) : « Ils se sont fourvoyés en me critiquant »
- Heureusement que vous êtes là !

Dialogue (1201) : « Le contexte biographique est, le concernant, fondamental »
- Pour comprendre ses incohérences, ou les justifier ?

Dialogue (1202) : « Par respect et politesse pour vous et pour les autres… »
- Signé : moi

Dialogue (1203) : Il était un puits de science
- Il resta au fond

Dialogue (1204) : Il faut hospitaliser
- Mais on n’a pas de lits !

Dialogue (1205) : « On est dans la ‘guerre de faible intensité’ »
- Combien faut-il encore de [dizaines de] milliers de morts pour ‘entrer’ dans la ‘guerre de haute intensité’, la seule ‘vraie’ ?

Dialogue (1206) : Où as-tu passé la nuit ?
- Tu m’aimes ?

Dialogue (1207) : « On n’a jamais su ce qu’il pensait vraiment »
- Est-il assuré qu’il ait une pensée qui lui soit propre ?

Dialogue (1208) : « Je ne pensais pas qu’il y ait un homme comme lui »
- Mais, c’est le seul qu’elle ait connu !

Dialogue (1209) : « On ne peut pas tout accepter »
- Il ne faut rien prendre pour acquis

Dialogue (1210) : « Je me risque à ça » ; « Je m’inscris dans cette affaire-là »
- Autrement dit, vous exprimez ce que vous pensez

Dialogue (1211) : « Tout ce qu’il y a autour de la pénétration »
- Dois-je comprendre que vous évoquez ici votre conception de ce que d’autres nomment : la sexualité ?

Dialogue (1212) : « Elle ne craint personne
-
Je me crains »

Dialogue (1213) : Il navigue à vue
- Mais il ne sombre pas

Dialogue (1214) : « Vous ne savez rien de moi
-
Je sais tout ce dont j’ai besoin »

Dialogue (1215) : « Vous avez raison »
- Mais je n’ai pas tort

Dialogue (1216) : « Il a des déboires avec la justice »
- Vous parlez bien de Donald Trump dont la candidature à la présidence des Etats-Unis peut être invalidée par la Cour suprême ?

Dialogue (1217) : « Voilà… Je n’en dis pas plus »
- Un religieux téméraire devant les hommes et devant dieu

Dialogue (1218) : Vous serez évalué-e
- Mais, je n’ai pas été formé-e !

Dialogue (1219) : Il faut faire des enfants.
- Commencez, vous-mêmes, messieurs !

Dialogue (1220) : « Il y a une tension insoutenable »
- Ne serait-ce pas plutôt une contradiction flagrante ?

Dialogue (1221) : « J’aime la vie »
- Dois-je comprendre que vous êtes contre l’avortement ?

Dialogue (1222) : « Les garçons ont peur de faire mal aux filles
-
Ils ont peur de se faite battre ! »

Dialogue (1223) : « La vérité, c’est celle du terrain »
- En d’autres termes : votre syndicat est dépassé par sa base ?

Dialogue (1224) : « Des injonctions contradictoires »
- Non : des contradictions entre une politique nationale et une politique européenne, internationale fondées sur la suprématie de la logique des marchés, lesquels ne se soucient pas des frontières, qui sont pour eux, autant de gênes, de freins, de barrières à transgresser

Dialogue (1225) : « Il faut protéger les jeunes filles »
- De qui ?, de quoi ? : du monde ? de la connaissance ?, des rêves ?, des aspirations ?, des mères ?, des pères ?, des hommes ?, du mariage ?, des enfants ? des belles-mères ?, de la séduction ?, des viols ?...

Dialogue (1226) : « Elle est passée à l’acte »
- Elle s’est mariée ?, a divorcé ?, a pris un-e amante ?, a tué ?, a volé ?, s’est engagée en politique ?, en religion ?, a rompu avec sa famille ? est partie en Inde ? a crée son entreprise ?...

Dialogue (1227) : « L’avortement est un problème incarné dans les corps des femmes »
- Non. Il n’y a pas de liberté des femmes pensable sans le droit à l’avortement.

Dialogue (1228) : « Tu es optimiste »
- Non. Je [te] propose une analyse

Dialogue (1229) : Parlez !
- Dans les circonstances actuelles, je préfère me taire

Dialogue (1230) : « C’est inconcevable [et /ou irresponsable…] »
- Parlez pour vous !

Dialogue (1231) : Je ne suis pas digne de vous
- Mais si ! mais si !

Dialogue (1232) : Que penses-tu de ton mari ?
- Que c’était comme jeter des perles à un crocodile

Dialogue (1233) : « Un baisé volé »
- Non. Il a embrassé une femme par la force et / ou la ruse

Dialogue (1234) : « Ils criaient tous : Défoncez-les !
- Oui. C’était rigolo »

Dialogue (1235) : Il / elle était socialiste-réformiste-conservateur/trice
- Compte tenu de la faiblesse de ces assises, une évolution progressiste devrait pouvoir être espérée

Dialogue (1236) : « Je lui faisais plus confiance qu’à moi-même »
- Et c’est ainsi que débute les catastrophes

Dialogue (1237) : « Il a l’air de croire à ce qu’il dit »
- Est-ce ainsi que vous jugez un programme politique ?

Dialogue (1238) : 55% ont voté pour…
- Vous oubliez de dire que 6 % ont voté

Dialogue (1239) : « Il s’est avoué vaincu »
- Non. Il a perdu le match

Dialogue (1240) : « On comprends très bien … »
- Il serait plus juste de dire que vous avez le sentiment, l’impression de comprendre, que vous croyez comprendre

Dialogue (1241) : « C’était un conflit de loyauté »
- Non. C’était une contradiction entre une position de principe et une amitié

Dialogue (1242) : C’était pénible, lourd, répétitif, bruyant, fatigant, humiliant…
- «
Et puis, on s’habitue »

Dialogue (1243) : Il répétait sans cesse que « la liberté fait peur »
- C’est faux

Dialogue (1244) : « Merci de votre témoignage »
- Ce n’est pas un témoignage. C’est une analyse politique et une dénonciation.

Dialogue (1245) : Pourquoi vous agace-t-il ?
-Il parle avec passion de ce qui pour moi n’a aucun intérêt

Dialogue (1246) : « Elle sait ne pas peser sur lui »
- «
Elle sait », ou elle a appris ?

Dialogue (1247) : C’est un sujet « controversé », « brulant », « clivant », « explosif », « périlleux », « dommageable », « difficile », « dangereux », « scabreux » …
- Tous ces adjectifs, pour ne pas avoir à qualifier ledit sujet, à avoir, à pouvoir donner son avis, à prendre position, à s’engager. À parler en son nom

Dialogue (1248) : « Je raisonne en juriste »
- Je ne suis pas juriste. Puis-je néanmoins comprendre votre raisonnement ?

Dialogue (1249) : « Le pouvoir panique… »
- Ne surestimez-vous pas vos forces ? Par ailleurs, parler de ‘logique du pouvoir’ ne serait-ce pas plus juste ?

Dialogue (1250) : « C’est profond… »
- Pourquoi ne pouvez-vous dire que vous n’avez rien compris - et, mieux - que c’est incompréhensible ?

Dialogue (1251) : « Il faut rendre le monde un peu moins violent, un peu moins absurde, un peu moins injuste… »
- Quelle ambition !

Dialogue (1252) : « J’ai souffert avec… »
- Ou plutôt : Ne l’ayant pas personnellement vécue, j’ai voulu non pas partager mais, du moins du fait de ma fonction, tenté de remédier à la souffrance de…

Dialogue (1253) : « Un viol collectif »
- Non. Cinq hommes ont violé une femme

Dialogue (1254) : « Cette analyse dont j’ai parlé dans mon livre… »
- Sans intermédiaire, pour ainsi dire, du producteur au consommateur…

Dialogue (1255) : « Le Liban est en proie à l’embrasement »
- Vous avez sans doute voulu évoquer le fait que, en réaction aux attaques du Hezbollah sur le nord d’Israël, l’armée israélienne a bombardé Saïda ?

Dialogue (1256) : Il a quitté sa femme ?
- Oui. Il n’avait plus besoin d’elle

Dialogue (1257) : « La Russie ne doit pas perdre et l’Ukraine ne peut pas gagner »
- «
La Russie doit perdre et l’Ukraine doit gagner »

Dialogue (1258) : « Vous savez que vous avez gagné un tee-shirt France Inter ?
- J’en suis ravie »

Dialogue (1259) : Pourquoi l’avez-vous fait ?
- Pour être en accord avec moi-même

Dialogue (1260) : Comment remettre à l’endroit un monde qui ne marcherait plus à l’envers ?
- En pensant aux raisons pour lesquelles ceux et celles qui ont été traité-es d’imbéciles l’ont été

Dialogue (1261) : « L’éternel retour… »
- Mais, comment commencer ?

Dialogue (1262) : Nous devons travailler ensemble…
- Et, comme d’habitude, une fois encore, vous garderez pour vous le pouvoir et les bénéfices

Dialogue (1263) : Pourquoi échouez-vous ?
- Parce que nous avons raison

Dialogue (1264) : « Expliquez-nous… »
- Je me contenterai de vous dire ce que je pense

Dialogue (1265) : « Je ne comprends rien »
- Vous pouvez essayer un petit peu chaque jour

Dialogue (1266) : Nous allons continuer…
- Mais je ne connais pas le début !

Dialogue (1267) : « C’est impossible »
- Cela n’empêche pas de réfléchir

Dialogue (1268) : « Si c’est comme ça, c’est que ça doit être comme ça »
- En êtes-vous sûr-e ?

Dialogue (1269) : « On le connait, il est comme ça, il faut faire avec »
- Vive la subversion…

Dialogue (1270) : Il a pris une position lucide, osée, courageuse…
- Non. Il décide seul et ce qu’il dit est irresponsable

Dialogue (1271) : « Cela veut dire… »
- Cela pourrait vouloir dire…

Dialogue (1272) : Ayez une pensée personnelle
- C’est un ordre ?

Dialogue (1273) : Répondez-moi !
- C’est un interrogatoire ?

Dialogue (1274) : Un enfant normal
- Un enfant comme les autres

Dialogue (1275) : J’ai perdu une petite fille
- Sa mère et moi, ma femme et moi, avons perdu une petite fille

Dialogue (1276) : Ne me dérangez-plus !
- Excusez-moi !

Dialogue (1277) : Ça n’a aucun sens !
- Ça dépend pour qui

Dialogue (1278) : Mon cerveau est un carcan
- Enlevez-le, brisez-le, libérez-vous

Dialogue (1279) : « Qu’il en soit fait selon ma volonté »
- C’est vite dit !

Dialogue (1280) : Écoutez cette archive, produite par l’intelligence artificielle. « Tout est faux. »
- «
C’est bluffant ! »

Dialogue (1281) : Merci d’avoir donné votre sentiment
- Je vous ai présenté mon analyse

Dialogue (1282) : « Est-ce un chef d’œuvre ? »
- « Je ne suis pas critique d’art »

Dialogue (1283) : Quelles réformes proposez-vous ?
- « On ne fait pas du neuf avec du vieux »

Dialogue (1284) : « C’est un-e touche à tout »
- C’est un homme / une femme curieux-se de tout

Dialogue (1285) : « Il est trop tôt de débattre de tout cela »
- Et, après, c’est très vite, trop tard.

Dialogue (1286) : « Pourquoi avoir dénoncé des élections frauduleuses, alors que le parti a obtenu la majorité au parlement ? »
- Parce qu’elles ont été frauduleuses

Dialogue (1287) : « Pourquoi n’êtes-vous pas venu compositeur ? »
- De quoi aurais-je vécu ?

Dialogue (1288) : « Que vous a-t-il appris ?
- Rien »

Dialogue (1289) : Approuvez-vous cette loi ?
- « Je suis avocat »

Dialogue (1290) : Pourquoi n’a-t-elle pas pu choisir le métier qu’elle souhaitait ?
- « Parce que sa famille a été plus forte qu’elle »

Dialogue (1291) : On interroge « l’efficacité de l’action publique »
- Mais avant d’être efficaces, encore faut-il que les services publics existent

Dialogue (1292) : « Ça part d’un bon sentiment »
- Cela ne résous pas mon problème

Dialogue (1293) : « Il faut des personnes pour parler aux personnes »
- C’est cela votre proposition à la critique de l’État ?

Dialogue (1294) : « Une initiative qui pourrait être améliorée »

- Bref, elle ne vaut rien

Dialogue (1295) : Voulez-vous ?
- « Je n’exige pas, je demande »

Dialogue (1296) : « J’ai peur »
- Moi aussi. Alors, maintenant, on fait quoi ?

Dialogue (1297) : « Vous avez toute ma confiance »
- À déclarer avec assurance et parcimonie, ce qui n’en a que plus de valeur

Dialogue (1298) : « Vous leur avez ouvert les yeux ? »
- Comment pouvez-vous poser une question pareille ?

Dialogue (1299) : « C’est d’abord une question de choix collectif »
- Pouvez-vous, politiquement, clarifier ce que vous signifiez par ces termes ?

Dialogue (1300) : Qu’apporte « un esprit brillant » à la pensée ?
- De la brillance

Dialogue (1301) : « Je ne vois personne qui mérite mon vote »
- Bien pensé…

Dialogue (1302) : À l’origine des troubles ?
- Des troubles

Dialogue (1303) : Y a-t-il un lien entre « les civilisations archaïques » et « les mentalités primitives » ?
- Je n’en sais fichtre rien et je m’en moque totalement

Dialogue (1304) : Il / elle avait des stratégies d’évitement
- Et finit par ne même plus se voir

Dialogue (1305) : Il / elle était schizophrène
- Mais si l’on pense que c’est le monde qui est perturbé, que reste-t-il de la schizophrénie ?

Dialogue (1306) : Pourquoi dites-vous que vous vous estimez riche ?
- Parce que je peux m’offrir le luxe de prendre un emploi qui me plaît, mal payé

Dialogue (1307) : « Je n’ai pas à me plaindre »
- Dites-moi plutôt ce dont vous avez à vous réjouir

Dialogue (1308) : Un bucheron canadien épousa une danseuse de l’Opéra, et…
- Et… ils eurent de beaux enfants…

Dialogue (1309) : Nous sommes au milieu d’un guet
- Mais, où le voyez-vous ?

Dialogue (1310) : Avec toi, je parle dans le désert
- Parle plus fort, le voisin a encore augmenté le son de sa musique !

Dialogue (1311) : Il nous soutient, c’est sûr ?
- Oui, mais, au meeting, il veut être hors champs caméra…

Dialogue (1312) : « Croyez-moi, on le fera plier ! »
- Encore, une pensée charmante…

Dialogue (1313) : Es-tu marié-e, es-tu célibataire ?

- Non, je suis seul-e

Dialogue (1314) : Il est inclassable
- Non. Il est infréquentable

Dialogue (1315) : « Il / elle avait les idées larges »
- Mais, peu profondes…

Dialogue (1316) : Comment parvint-il à maintenir toute sa vie son ascendant sur elle ?
- Par l’exercice quotidien d’un savant dosage de mises à distance silencieuses et de mépris affiché, entrecoupé de menaces bien concrètes et ravivé par quelques violences bien senties

Dialogue (1317) : « Il faut faire les choses à fond »
- Un beau projet, qui n’exclue par son contraire

Dialogue (1318) : Je suis pleine de toi
- Ne pars pas !

Dialogue (1319) : « Cela appartient désormais à l’histoire »
- Cela appartenait déjà à l’histoire

Dialogue (1320) : « Pourquoi avez-vous écrit ce livre (fait ce film…) ? »
- Pourquoi m’interrogez-vous ?

Dialogue (1321) : Parlez-moi de votre vie…
- Passons à autre chose, voulez-vous…

Dialogue (1322) : Il faut poser la règle …
- Puis, celle-ci posée, aller à l’exception et enfin, faire de l’exception la règle

Dialogue (1323) : « Une ligne rouge a été franchie »
- Mais qui l’a décidée ? exprimée ? formalisée ? quand ? avec quelles conséquences ?

Dialogue (1324) : « J’avais le vide en moi »
- Et tu existes

Dialogue (1325) : « Il faut dire les choses »
- Soixante-dix ans après, il serait temps

Dialogue (1326) : « Elle avait peur d’y passer »
- Vous voulez dire qu’elle avait peur d’être assassinée par son mari ?

Dialogue (1327) : « Ce moment, où tout s’est passé »
- Vous parlez du viol ou de l’assassinat ?

Dialogue (1328) : Je serai là pour toi
- Oh non ! Pitié !

Dialogue (1329) : « C’est un constat, par un jugement »
- De quoi cherchez-vous à [vous] prévenir ?, à vous protéger ?

Dialogue (1330) : « Je suis partiellement d’accord avec mon interlocuteur »
- Mais il vient de détruire vos analyses !

Dialogue (1331) : « Et je ne suis pas le seul à le penser ! »
- Seriez-vous donc d’accord avec ceux qui pensent comme vous ?

Dialogue (1332) : « C’est honteux et humiliant »
- C’est colonialiste

Dialogue (1333) : « Qu’est-ce que tu en penses ? »
- Laisse-moi penser seul-e

Dialogue (1334) : « Ils ont disparu dans la tourmente »
- Non. Ils ont été assassinés à Auschwitz

Dialogue (1335) : « Votre interlocuteur / trice, c’est moi »
- C’est vous qui l’avez décidé

Dialogue (1336) : « Nous avons des témoins »
- Que vous avez corrompus ? utilisés ? choisis à dessein ? sans autre lien avec moi que de vous fournir une accusation contre moi ?

Dialogue (1337) : « Je veux quitter le pays parce que j’entends qu’il y aura des pogromes contre les juifs et les coiffeurs.
-
Pourquoi les coiffeurs ? »

Dialogue (1338) : Quel fut votre héritage ?
- Le silence

Dialogue (1339) : « J’étais ouvrier.
- Vraiment ouvrier ? »

Dialogue (1340) : « Il voulait se faire aimer »
- Il oubliait qu’il était détesté

Dialogue (1341) : « Ils ne sont pas prêts à faire des concessions »
- Est-ce cela en quoi consiste votre analyse de la politique internationale ?

Dialogue (1342) : « Les juges sont-ils justes eux-mêmes ? »
- La question est hors sujet : le quotidien, la fonction des juges est d’appliquer la loi

Dialogue (1343) : « Comment ont-ils réagi ?
- Ils n’ont pas réagi. »

Dialogue (1344) : « J’ai été naïve »
- Non, ils ont été eux-mêmes

Dialogue (1345) : « Pouvez-vous faire un commentaire ? »
- Ça se passe de commentaire. Il suffit de lire

Dialogue (1346) : « C’est multifactoriel »
- Dire ça ou rien…

Dialogue (1347) : Je suis perdu !
- Non. Vous êtes coupable

Dialogue (1348) : Si vous persistez dans votre déclaration, nous serions tous les deux perdus
- Vous, beaucoup plus que moi

Dialogue (1349) : C’est très gênant, c’est contreproductif
- Non. C’est criminel

Dialogue (1350) : « La véracité du récit… »
- La véracité ou la vérité ?

Dialogue (1351) : « Il se répand dans la presse, dans les médias… »
- Comme une trainée de poudre ?

Dialogue (1352) : « Votre problématique, c’est la santé »
- J’ai un cancer

Dialogue (1353) : « Prenez soin de vous »
- Mon rendez-vous chez le médecin est dans trois mois

Dialogue (1354) : « L’important, c’est d’écouter les gens »
- Je croyais que c’était de les aider à trouver du travail

Dialogue (1355) : « Il faut faire la part des choses. »
- Qui décide des
« choses » ?

Dialogue (1356) : « Très naturellement… »
- C’est-à-dire, au terme de mois de crises…

Dialogue (1357) : « Il faut un changement de l’exécutif »
- C’est tout ?

Dialogue (1358) : Sur quoi porte vos désaccords ?
- Ce qui pour moi (nous) est fondamental, structurant, essentiel, pour lui (eux) sont des variables d’ajustement

Dialogue (1359) : « Des difficultés relationnelles entre les deux pays »
- Ne pas oublier que certain-es accusent l’un de «
génocide »

Dialogue (1360) : Vous êtes mon port d’attache
- Mais je n’ai pas d’ancre !

Dialogue (1361) : Qu’entendez-vous par « alliance raisonnable » ?
- «
L’alliance du centre-droit et du centre gauche »

Dialogue (1362) : « Des dommages collatéraux »
- En excluez-vous les enfants ?

Dialogue (1363) : « Vous êtes tous des ânes »
- Avant, vous nous appeliez «
ânes bâtés ». Une avancée ?

Dialogue (1364) : Quel est ton « cheval de bataille » ?
- Je marche à pied

Dialogue (1365) : Il exagère trop
- Non. Il exagère

Dialogue (1366) : « Ils salissent le marché », dites-vous. Lequel ?
- Du porno

Dialogue (1367) : « Je ne veux pas me substituer à vous
-
Vous le faites »

Dialogue (1368) : Aucune solution n’est possible, viable, envisageable
-Tâchons d’en trouver une, jamais encore pensée, imaginée, jugée crédible

Dialogue (1369) : « Il n’y a pas que moi qui dise cela »
- Que devrais-je en déduire, en conclure ?

Dialogue (1370) : Nous ne voulons pas discuter avec vous
- Nous concernant, cette hypothèse nous est depuis longtemps étrangère

Dialogue (1371) : « J’ai voulu lui faire aimer ce que j’aimais »
- C’est votre conception de l’amour ?

Dialogue (1372) : « Toutes choses égales, par ailleurs »
- Et vous avez vu cela où ?

Dialogue (1373) : « C’est une impasse »
- Non. C’est une relation, un rapport [de forces] inabouti

Dialogue (1374) : « Il faut remettre l’église au milieu du village »

- De l’ordre, de l’ordre ! le mien, bien sûr

Dialogue (1375) : « Des seconds couteaux ont été tués »
- Sans intérêt donc

Dialogue (1376) : Il est universel
- Elle est touche-à-tout

Dialogue (1377) : « Les massages de Martine »
Non. Martine et ses massages

Dialogue (1378) : J.O
- «
L’enjeu ne vaut pas la chandelle ». A minima

Dialogue (1379) : « Si vous le dites… »
- Et vous, qu’en dites-vous ?

Dialogue (1380) : « Le gouvernement a resserré les vis sur le plan des mœurs »
- C’est ainsi que vous analysez la décision prise d’interdire aux femmes de sortir sans être accompagnées par un homme ?

Dialogue (1381) : « … Ma haine… Pardon !
- Mais, non, c’est normal »

Dialogue (1382) : « Passons, passons … )
- Mais non, mais non, poursuivez…

Dialogue (1383) : « Il a donné sa vie pour celle des autres »
- Non, il été assassiné ; sa vie lui a été prise

Dialogue (1384) : « Vous êtes dans l’idéologie »
- Non, je suis dans le concret.
Et vice-versa

Dialogue (1385) : « J’en veux pour preuve »
- Présentez d’abord vos arguments

Dialogue (1386) : « Je ne dis pas que Poutine est un enfant de chœur »
- Dois-je considérer que c’est votre analyse politique ?

Dialogue (1387) : « Tu dors ?
- Oui »

Dialogue (1388) : C’est toujours la même histoire !
- Mais, c’est vous qui avez écrit le scénario !

Dialogue (1389) : « Un invariant anthropologique »
- Un quoi ?

Dialogue (1390) : « C’est très éloquent »
- Mais c’est faux

Dialogue (1391) : Les déconstructeurs déconstruisent
- Et vous, vous déconstruisez les déconstructeurs

Dialogue (1392) : Ne touchez pas à la clé de voûte !
- Sinon, elle vous tombera sur la tête…

Dialogue (1393) : Il faut aller à la racine
- Mais je n’atteins que des rizhomes …
Dialogue (1394) : « Ce sont des sophistes »
- Et vous, quelle est votre rigueur ?

Dialogue (1395) : Vos fleurs sont toujours ravissantes
- Et les vendeuses toujours charmantes !

Dialogue (1396) : « Il faut que jeunesse se passe »
- Et les étudiant-es sont de grands enfants

Dialogue (1397) : « Ce qui est grave, c’est qu’ils choisissent un camp »
- Lequel, faut-il le préciser, n’est pas le vôtre

Dialogue (1398) : « On n’a rien inventé »
- Parlez pour vous, s’il vous plait

Dialogue (1399) : « C’est un-e philosophe »
- Et ce qu’il / elle dit est incompréhensible, incohérent

Dialogue (1400) : Pourquoi avez-vous choisi ces trois exemples pour illustrer votre thèse ?
- Parce que ce sont les seuls que je connais

Dialogue (1401) : « On ne peut pas répondre à votre question, sans la remettre dans son contexte »
- Mais, préalablement, la question est-elle pertinente, juste, conséquente, appropriée ?

Dialogue (1402) : Pourquoi est-elle seule à expliquer « ses œuvres » ?
- Parce qu’elle est la seule à les comprendre, à fortiori à les mettre en valeur, à les vanter

Dialogue (1403) : « Tout va mal »
- Moi, j’ai mal à la gorge

Dialogue (1404) : « L’explication est toute bête »
- Et, c’est un-e intellectuel-le qui vous le dit…

Dialogue (1405) : « Il faut faire avec… »
- Une bien noble ambition…

Dialogue (1406) : « Vous avez un position tranchée »
- Dans vos analyses ?

Dialogue (1407) : « Peut-être pourriez-vous conclure sur une note plus optimiste ? »
- Dans quel but ?

Dialogue (1408) : « Domestication des corps »
- Non : domestication des êtres

Dialogue (1409) : Sciences-po est occupé par des manifestant-es pro-palestiniens ; vous qui avez ‘fait’ Sciences-po, qu’en pensez-vous ?
- Je pense que…

Dialogue (1410) : « Si tu veux mon avis…
- Pas la peine, j’ai le même »

Dialogue (1411) : « Le pouvoir politique n’a jamais fait pression sur moi »
- Vous partagez les mêmes idées, les mêmes analyses : pourquoi l’aurait-il fait ?

Dialogue (1412) : « Comme vous les savez… »
- Non. J’en ignore tout

Dialogue (1413) : « Il fut l’homme des circonstances »
- Percutante analyse de la situation…

Dialogue (1414) : « Le pays est démuni face à … »
- Non. L’État ne veux, ne peux agir pour, contre, afin de…

Dialogue (1415) : « Malgré la fermeté de l’exécutif… »
- À cause de, en réaction à, pour s’apposer à « la fermeté de l’exécutif »

Dialogue (1416) : Instaurer de l’espoir
- Créer du possible

Dialogue (1417) : « C’est une exagération »
- Par rapport à quoi ?

Dialogue (1418) : « C’était une bonne idée, mais prématurée
- On se console comme on peut

Dialogue (1419) : D’abord avancer, puis continuer
- « D’abord continuer, puis avancer »

Dialogue (1420) : « Ne pas confondre vitesse et précipitation »
- Du calme ! du calme !

Dialogue (1421) : « Il y a des trous dans la raquette »
- La « raquette » semble devoir remplacer - en politique - « le mètre-étalon du pavillon de Breteuil à Sèvres » …

Dialogue (1422) : « C’est un raccourci »
- Néanmoins juste

Dialogue (1423) : « Votre femme vous quitté. Pourquoi portez-vous toujours une alliance ?
- Parce que, moi, je ne l’ai pas encore quittée. »

Dialogue (1424) : « Selon les Français »
- Non. Selon ce que les sondages d’opinion déforment de la pensée des français et des françaises [les étanger-ères résidant en France supposé-es en étant exclu-es] - exercice impossible par ailleurs - tel qu’ils en ont pris l’habitude.

Dialogue (1425) : « Appel au calme ! »
- Retour à l’ordre injuste qui avait causé l’assassinat, les émeutes, les violences

Dialogue (1426) : Démontrez, justifiez, expliquez ce que vous affirmez !
- Non. C’est à vous de me dire pourquoi vous considérez que ce que j’ai affirmé est critiquable

Dialogue (1427) : « Attendez ; je dois réfléchir »
- Il est trop tard

Dialogue (1428) : Ce qui disait est inacceptable
- «
Il était un baromètre de son temps »

Dialogue (1429) : Qu’est-ce que tu en penses ?
- « C’est nul »

Dialogue (1430) : Elle est harcelée
- « Ce n’est pas une colombe blanche »

Dialogue (1431) : « Je n’ai rien à perdre »
- Mais qu’avez-vous à gagner ?

Dialogue (1432) : « La famille, un espace hors droit »
- Non. Une institution où le droit avait laissé tout pouvoir aux parents, en l’occurrence au père, qui avait tout pouvoir sur la mère.

Dialogue (1433) : « Vous aimiez vos parents ? »
«
Il a fallu que j’admette que je n’aimais pas mes parents »

Dialogue (1434) : « Nous n’avons pas l’ambition de faire un maximum de voix »
- Un peu, quand même, non ?

Dialogue (1435) : « Une rue qui grouille de monde »
- Vous n’auriez pas en tête un verbe plus respectueux ?

Dialogue (1436) : « Des méthodes pires que celles d’Israël »
- Quelles sont-elles ?

Dialogue (1437) : Ce que vous dites est « pertinent »
- Non. Je dis ce que je pense

Dialogue (1438) : « J’avais besoin de parler à une femme »
- À ‘une’ femme ?

Dialogue (1439) : Vous êtes jolie
- «
Si vous me prenez par les sentiments ! »

Dialogue (1440) : Pourquoi l’avez-vous embrassée ?

- « L’occasion fait le larron »

Dialogue (1441) : « Des victimes collatérales »
- Non. Des victimes ciblées

Dialogue (1442) : Ils / elles ont volé
- «
Nécessité fait loi »

Dialogue (1443) : « Tu m’aimes ? »
- Naturellement !

Dialogue (1444) : « Tu ne m’aimes pas ! »
- Mais si !

Dialogue (1445) : « Tu es belle »
- Je n’y suis pour rien !

Dialogue (1446) : « Tu as peur ? »
- C’est vous qui me faites peur
!

Dialogue (1447) : « À Dieu va ! »
- On y va…

Dialogue (1448) : Il / elle ne m’a pas répondu
- Cela ne signifie pas qu’il / elle n’y ait pas réfléchi ; c’est peut-être même la preuve qu’il / elle y ait réfléchi

Dialogue (1449) : « Moi, je veux que la France reste la France »
- Sans doute, faudrait-il ajouter : telle que je la sclérose à mon entendement

Dialogue (1450) : « Il n’y a pas de problème ! »
- Si. Il y en avait un, que vous venez de clore

Dialogue (1451) : « Vous ne fumez pas, vous ne buvez pas ; vous n’avez pas de vice
- Oh si ! Il y a tous les autres. Il y a le choix ! »

Dialogue (1452) : « Êtes-vous violents ?
- Nous avons une certaine culture de la défense : quand on nous attaque, on se défend »

Dialogue (1453) : « Il se donne du temps »
- Mais, nous, on ne veut pas attendre !

Dialogue (1454) : « Pour quelles raisons ? .... »
- Il vaut faut encore des raisons ? Vous n’avez pas encore compris ?

Dialogue (1455) : « S’agit-là d’une crise ?
- Oui, mais il faut définir le mot : crise »

Dialogue (1456) : « Un territoire ultra-marin »
- Un territoire, un pays colonisé

Dialogue (1457) : « Un racisme ‘anti-blancs’ »
- Une lutte anticoloniale

Dialogue (1458) : « C’est un malheureux accident »
- Non. C’est un assassinat dont vous ne voulez pas chercher, trouver, dénoncer l’assassin

Dialogue (1459) : « J’ai mal »
- Prenez votre mal en patience …

Dialogue (1460) : « Aimez-vous les uns les autres »
- J’ai déjà entendu des phrases plus intelligentes

Dialogue (1461) : « Au collège, on avait des cours de sexualité
- Non. C’était des cours d’initiation à la sexualité »

Dialogue (1462) : « Ils sont manipulés ! »
- Tout d’abord, avant de poursuivre : vous, n’avez-vous jamais été influencé ?

Dialogue (1463) : « Vous faites, à la télévision, des créations magistrales
- Oui »

Dialogue (1464) : « C’est beaucoup plus important qu’un plan de carrière »
- Un plan de carrière est-il important ?

Dialogue (1465) : « Vous pensez qu’ils nous cherchent ?
- Non. Mais s’ils nous trouvent, c’est pareil »

Dialogue (1466) : « Elle est partie !
- Mais, moi, je suis là ! »

Dialogue (1467) : « Il / elle disparaît derrière ses textes »
- Ses textes le / la révèle

Dialogue (1468) : « Tu n’as pas vieilli d’un jour
- J’ai dix ans de plus »

Dialogue (1469) : Viens avec moi !
- «
Occupes-toi de ce qui te regarde et fous-moi la paix ! »

Dialogue (1470) : « Pour qui me prends-tu ? »
- Pour ce que tu es : un égotiste, un salaud, un lâche, un menteur… (en fonction…)

Dialogue (1471) : Vous rétablissez l’ordre ?
- Non, on tente de rétablir la circulation

Dialogue (1472) : Des incitations bienvenues ?
- Des effets d’aubaine, plutôt…

Dialogue (1473) : Ma femme a déposé plainte contre moi
- Prends une avocate féministe !

Dialogue (1474) : C’était raté !
- C’était difficile, mais nécessaire

Dialogue (1475) : Je n’ai jamais été critiquée, ni félicitée
- Heureuse sois-tu ! Quelle liberté !

Dialogue (1476) : Pourquoi se dévalorise-t-elle ?
- Pour ne pas se distinguer et, croyait-elle, pour mieux se faire accepter…par des imbéciles

Dialogue (1477) : Je suis trop vieux-vielle pour changer
- À quel âge avez-vous changé ?

Dialogue (1478) : Jusqu’à l’ivresse…
- Jusqu’à la lie…

Dialogue (1479) : Une transfusion de sang
- Une transfusion d’intelligence

Dialogue (1480) : « Je suis le peuple, et le peuple, c’est moi »
- Je suis le président et le pouvoir, c’est moi

Dialogue (1481) : Ne prendre la parole que lorsque l’on a quelque chose - de personnel ? pertinent ? original ? compétent ? approprié au sujet ? - à dire
- Qui en juge ?

Dialogue (1482) : « Le mur est tombé »
- Sur qui ?

Dialogue (1483) : « S’il / elle avait été entendu-e de son temps… »
- Les poules auraient des dents…

Dialogue (1484) : Qui êtes-vous ? Vous connaissez-vous ? D’où venez-vous ?
- Je viens, m’a-t-on dit, «
du hasard et de la nécessité »

Dialogue (1485) : « Est-ce un geste prudent ou modéré ? »
- Les deux, mon général. Et on pourrait y ajouter : lâche

Dialogue (1486) : « Pas de noir-es et pas d’arabes »
- Compris. Pas de soucis !

Dialogue (1487) : « J’ai eu beaucoup de chances dans la vie »
- Notamment, celui d’épouser une femme très riche, ce qui vous a permis de devenir un mécène partout entouré, respecté

Dialogue (1488) : « La vue est imprenable »
- Mais mon coeur ne l’est pas

Dialogue (1489) : « Ce serait une mauvaise nouvelle pour tout le monde »
- Pouvez-vous parler en votre nom et /ou de préciser au nom de qui vous êtes censé-e - et sous quelles conditions - vous exprimer ?

Dialogue (1490) : « Cela surprend tout le monde »
- Du moins, parmi vos connaissances…

Dialogue (1491) : « Je suis plutôt pour »
- Pour une fois, une pensée binaire serait bienvenue, souhaitable, nécessaire

Dialogue (1492) : Comment lutter contre la dite-intelligence-dite-artificielle ?
- D’abord, cesser d’employer le terme d’«
intelligence ». Puis, être intelligent-e, révolté-e, original-e, anti-conformiste, créatif-ve, vivant-e, hors-norme, subversif-ve, luddiste, radical-e, réfractaire, révolté-e, révolutionnaire…

Dialogue (1493) : « Transition de genre »
- Non. Aspiration à, volonté de changer du sexe affecté à la naissance, à l’aide d’hormones du sexe opposé, à vie, d’opérations chirurgicales définitives ; c’est-à-dire pour un homme devenir une femme, pour une femme, devenir un homme

Dialogue (1494) : À chacun son choix
- « Homo homini lupus est »

Dialogue (1495) : Quel est votre plan pour nous tirer d’affaire ?
- Cette question n’est pas de votre ressort

Dialogue (1496) : Quel est notre avenir ?
- C’est une question dont je me serais allègement passé

Dialogue (1497) : Je ne veux pas imposer mon avis
- Ici, tout le monde donne son avis

Dialogue (1498) : Il tomba héroïquement
- Il fut tué sans avoir résolu la question de savoir si les raisons qui lui avaient été présentées afin de s’engager avaient été les bonnes

Dialogue (1499) : Des interrogatoires ?
- Non. Des tortures

Dialogue (1500) : Je le / la connais
- Quelle fatuité !

Dialogue (1501) : « Un homme très controversé »
- Non. Un homme raciste, nationaliste…

Dialogue (1502) : « Nous vivons en paix »
- Vous voulez dire : dans l’illusion ?

Dialogue (1503) : Vive la désobéissance civile
- Pourquoi : civile ?

Dialogue (1504) : Vous êtes passible d’un rappel à l’ordre
- Vous croyez que vous me faites peur ?

Dialogue (1505) : Faites-moi confiance
- Pouvez-vous m’expliquer pourquoi ?

Dialogue (1506) : « Ce qui manque, c’est la volonté politique »
- Concrètement : vous, au pouvoir ?

Dialogue (1507) : « C’est une rente qui tombe tous les mois »
- C’est bien du salaire des enseignant-es que vous parlez ?

Dialogue (1508) : « Les salaires baissent quand les métiers se féminisent »
- Les interdire aux femmes les augmenteraient ?

Dialogue (1509) : Lisez le Projet de paix perpétuelle
- «
On n’est pas dans un monde de bisounours ! »

Dialogue (1510) : Quel est, pour toi, le sport le plus stupide ?
- Les records de descente en apnée

Dialogue (1511) : « C‘est dans les tuyaux »
- Vous voulez dire qu’en ‘en haut lieu’, il s’agit d’une question que l’on évoque, dont on discute, et qui pourrait peu ou prou être mise en application

Dialogue (1512) : « Femmes, nous n’avons pas de modèles »
- Créez-le !

Dialogue (1513) : « Il est l’idole de… »
- N’exagérez-vous pas un peu ?

Dialogue (1514) : « C’est un homme de conviction »
- Oui, mais lesquelles ?

Dialogue (1515) : « C’est une fuite en avant »
- C’est une vie maitrisée de bout en bout

Dialogue (1516) : Avoir peur est normal
- Ne pas être dominé-e par la peur l’est moins

Dialogue (1517) : Il / elle est pessimiste
- Préfèreriez-vous qu’il / elle soit mensonger-ère pour être optimiste ?

Dialogue (1518) : « Ne laissez personne décider à votre place »
- Et, pour cela, je dois voter pour vous qui déciderez pour moi ?

Dialogue (1519) : « Décidez de votre propre destin »
- Il suffit, pour cela, que je signe votre contrat ?

Dialogue (1520) : C’est un problème d’égo
- Ou situez-vous la différence avec un problème de dignité personnelle ?

Dialogue (1521) : « Je le dis comme je pense »
- Dois-je, dès lors, plus vous croire que d’habitude ?

Dialogue (1522) : « Ça peut sembler contre-intuitif »
- Dois-je en déduire que c’est complètement faux ?

Dialogue (1523) : « Un choix crucial »
- Vous n’êtes pas obligé-es de les croire…

Dialogue (1524) : « C’est une très bonne question »
- D’autant que c’est vous qui m’avez suggéré de la poser

Dialogue (1525) : « Ça m’ennuie que la seule femme du plateau me fasse le syndrome de … »
- Mais je suis la seule femme du plateau !

Dialogue (1526) : « Il y a aucune dénonciation »
- Et je suis censé-e comprendre votre constat comme un compliment ?

Dialogue (1527) : Critiquez, critiquez…
- Vous serez toujours en de ça des nécessités de la critique…

Dialogue (1528) : « C’est un sujet qui vous inspire, vous, les femmes »
- C’est surtout un sujet qui met les hommes très mal à l’aise

Dialogue (1529) : « Vous ne lisez pas les textes théoriques féministes
- Je n’aime pas l’ostentation
»

Dialogue (1530) : « Compréhensions mutuelles », « constats partagés »
- Mensonges, mensonges…

Dialogue (1531) : « Des gestes à valeur ajoutée »
- Des vies à valeur ajoutée ?

Dialogue (1532) : « La propagande » : ?
- Les médias informent, discutent, présentent ce qu’ils veulent nous faire croire

Dialogue (1533) : Bourdes sur bourdes, gaffes sur gaffes…
- Bref, lui-même, en majesté…

Dialogue (1534) : « Vous tournez toujours autour de la question de… »
- Vous n’auriez pas une manière moins humiliante de traiter de ce sur quoi je travaille ?

Dialogue (1535) : « De grandes manoeuvres diplomatiques »
- Pour aboutir au maintien du statuquo

Dialogue (1536) : « Un huitième mort après une fusillade entre des gendarmes et des indépendantistes survenue lundi »
- « L’un des deux hommes visés par balles par des gendarmes le 3 juin a succombé à ses blessures »

Dialogue (1537) : « Le nécessaire retour au passé »
- Le dépassement du passé

Dialogue (1538) : « Conduis-nous sur le droit chemin »
- Mais le chemin est courbe !

Dialogue (1539) : Penser régler une question politique par des solutions économiques…
- C’est reculer pour ne pas sauter

Dialogue (1540) : Je veux des soldats !
- Je veux de la main d’œuvre !

Dialogue (1541) : « L’union fait la force »
- Et moi, je fais quoi ?

Dialogue (1542) : « Il est évident que… »
- Disons plutôt : mon hypothèse est que…

Dialogue (1543) : « Vous devriez avoir honte de vous conduire ainsi »
- Mais qu’ai-je donc fait ?

Dialogue (1544) : « Un discours philosophique sceptique »
- Un engagement politique qui s’affirme

Dialogue (1545) : « J’en reviens à ma marotte »
- Pourquoi vous dévalorisez vous ?

Dialogue (1546) : « Les féministes devraient s’intéresser à la pornographie »
- Heureusement que vous êtes là !

Dialogue (1547) : « Dites-nous, avec votre expérience, notre expertise, comment nous devons analyser, percevoir la réalité ? »
- C’est cela votre conception du journalisme ?

Dialogue (1548) : « J’ai bon espoir que l’évidence s’impose »
- Espérons donc !

Dialogue (1549) : « Pour ceux et celles qui me connaissent… »
- Est-ce vraiment nécessaire ?

Dialogue (1550) : « Il faut une incarnation ! »
- La mort du Politique, de la Politique

Dialogue (1551) : « Si vous n’avez besoin de rien, vous pouvez toujours compter sur lui
- C’est déjà mieux que rien »

Dialogue (1552) : Pourquoi se marient-ils ?
- Il ne veut pas vivre seul et elle a besoin d’« assurer son avenir ». Ou vice-versa

Dialogue (1553) : « Ces gens-là… »
- De qui voulez-vous parler ?

Dialogue (1554) : « Il veut que je m’occupe des enfants »
- Non. Il veut vous garder sous son pouvoir

Dialogue (1555) : « Le requiem de Fauré me fait croire en dieu »
- Les voies du seigneur sont impénétrables

Dialogue (1556) : Si X était vivant-e, il / elle …
- … Aurait dit, fait, ce que vous allez lui faire dire, faire

Dialogue (1557) : « Quelle incroyable exigence !
- Plus on exige, plus on obtient »

Dialogue (1558) : « Qui ne risque rien n’a rien »
-
Comment peut-on penser : ne « rien avoir » ?

Dialogue (1559) : Je ne trouve pas les mots pour le dire
- Alors, n’en parlons plus

Dialogue (1560) : Je prends ma part de responsabilité
- Cela allégera-t-il la sienne ?

Dialogue (1561) : « Nous serons-là pour nous battre contre eux »
- C’est votre programme ?

Dialogue (1562) : « Il est en phase avec sa base »
- Vous m’avez convaincu-e : je vais les suivre

Dialogue (1563) : « Je crois en eux »
- Des progrès de la liberté d’expression…

Dialogue (1564) : « Elle lui parlait »
- Il parlait. Et ce n’était pas pour lui répondre

Dialogue (1565) : Que pensez-vous de…
- «
Ce n’est pas le sujet »

Dialogue (1566) : « Union des droites
- Non. Union nationale »

II. Dialogues. Lus. (Par ordre de lecture)

Dialogue (1) : « Dites-moi pourquoi vous l’avez séparé de moi ? Je te l’ai déjà dit, répondit le directeur, Parce que. »
- « On lui demanda si c’était lui qui avait tué le directeur des ateliers de la prison de Clairvaux. Il répondit : Oui. On lui demanda : Pourquoi. Il répondit : Parce que. » 1

Dialogue (2) : « Toujours la même chanson : vous n’avez jamais rien d’autre à dire ?
- Qu’aurais-je à dire d’autre ? La vérité est une.
» 2

Dialogue (3) : « Eh bien, comment voulez-vous vivre ?
-
Je ne veux pas avoir à me morceler. C’est tout. » 3

Dialogue (4) : « Adieu ma chère !
- Eh bien, adieu, puisque tu le veux. »
4

Dialogue (5) : « Nous sommes esclaves.
- Vous êtres reines. » 5

Dialogue (6) : « Vous vouliez vous tuer chez moi, s’écria-t-elle.
-
Non, pas seul, dit-il d’une voix douce. » 6

Dialogue (7) : « Votre mari ne vous renseigne donc pas ? demanda plaisamment Jantrou. Il est pourtant bien placé, à l’ambassade
- Oh ! mon mari, murmura-t-elle avec un geste dédaigneux, mon mari, je n’en tire plus rien. » 7

Dialogue (8) : « […] Eh bien dit-il, qu’est-ce que cela prouve ? [...]
-
Que tu ne sens rien, grosse souche. » 8

Dialogue (9) : « Faut bien que tout le monde vive.
- Oui, seulement il serait à souhaiter qu’on puisse vivre sans empêcher les autres de le faire.
» 9

Dialogue (10) : « Avez-vous le sentiment que les gens qui vous ont écoutés se sont retrouvés dans votre discours ? »
- De l’un au même….

Dialogue (11) : « Qu’est-ce que tu dis de tout ça, toi ? […]
-
Tout ce qu’on pourra dire ou rien, c’est du pareil au même. » 10

Dialogue (12) : [Napoléon] : « Vous êtes un traitre, duc d’Otrante [Fouché], je devrais vous faire couper la tête.
-
Ce n’est pas mon avis, Sire. » 11

Dialogue (13) : « Messieurs, voulez-vous m’accepter pour arbitre ?
- Très volontiers, très volontiers, notre hôtesse. » 12

Dialogue (14) : J’ai raison.
- « L’abbé de Saint-Pierre disait qu’il ne fait jamais prétendre avoir raison, mais dire : ‘Je suis de cette opinion jusqu’à présent.’ » 13

Dialogue (15) : « Rentrez tranquillement.
- Non. Je ne rentrerai pas là-dedans. Je ne mettrai plus les pieds dans cette taule. Rentrez-y, vous !
[…] » 14

Dialogue (16) : « Si j’étais votre femme, j’empoisonnerais votre thé.
- Madame, si j’étais votre mari, je le boirais.
» 15

Dialogue (17) : « Quand je serai grande, je ferai du cinéma.
- On ne parle pas la bouche pleine. »
16

Dialogue (18) : « Je n’ai pas beaucoup d’amis qui s’intéressent à moi.
- ‘Prenez un chien, mademoiselle ! C’est des meilleurs amis que les chrétiens’, dit Bob. » 17

Dialogue (19) : « ‘Alors, y va falloir que j’aille chercher mes pantoufles moi-même ?’ »
- Cette voix transperçait Maggie comme un glaive. »
18

Dialogue (20) : « Il voulait s’effacer…
-
Je lui dis : ‘Paraissez au contraire’. » 19

Dialogue (21) : « Vous êtes très généreux.
- Non, seulement riche. »
20

Dialogue (22) : « Maman, comment tu as pu passer ta vie avec cet homme ?
- Tais-toi, c’est ton père !
» 21

Dialogue (23) : « Comment votre mari a-t-il pu vivre toutes ces longues années, sous l’emprise de la drogue ? »
- Pourquoi ne m’a-t-il jamais été demandé comment, moi, j’ai pu les vivre ? »
22

Dialogue (24) : « Vos propos menacent la République.
- Quelle république, monsieur le Président ? » 23

Dialogue (25) : « Il parle très peu, dit Célia.
- Il n’a personne à qui parler. » 24

Dialogue (26) : « Nos actions sont des chaînes que nous forgeons.
- Oui, en vérité, mais je crois que c’est le monde qui fournit le fer. » 25

Dialogue (27) : « Mais je sais que vous me méprisez.
- Oui, en effet… un petit peu, dit Mary, qui inclina la tête avec un sourire. » 26

Dialogue (28) : « Ne me parlez plus jamais de cette manière.
- Fort bien, dit Fred […] » 27

Dialogue (29) : « Il était brutal avec vous ; vous le haïssiez.
- Non ! Il me lassait. » 28

Dialogue (30) : « Je ne vois pas comment un homme arrivera à valoir grand-chose tant qu’il n’aura pas une femme pour l’aimer tendrement.
- À mon avis, la valeur devrait lui venir avant qu’il ne s’attende à être aimé. » 29

Dialogue (31) : « Et maintenant, où allons-nous ?
- C’est très simple. Vous allez d’un côté, et moi de l’autre. » 30

Dialogue (32) : « On les aura ! »
- « On les a eus » 31

Dialogue (33) : « Peut-on vivre sur un glacier ?
- Oui, si on n’est pas frileux. » 32

Dialogue (34) : « Voilà l’argent. Un million.
- Ah, si vous me prenez par les sentiments ! » 33

Dialogue (35) : « L’occident, tel qu’ils le voient ». 34
- Le monde tel qu’il est…

Dialogue (36) : « […] C’est-à-dire que je voudrais épouser Cathérina Milkhaïlovna […] et que j’ai décidé de lui demander d’être ma femme, poursuivit Simonson.
- Qu’ai-je à voir là-dedans, rétorqua Nekhlioudov. Cela dépend d’elle. »
35

Dialogue (37) : « Aujourd’hui, c’est la fête des femmes…
- On en a deux dans le studio… »
36

Dialogue (38) : Les USA, le 25 février 2022, proposent suite à l’agression russe de l’Ukraine d’évacuer Volodymyr Zelenski. Sa réponse :
- «
Le combat est ici. J’ai besoin de munitions, pas d’un taxi. »

Dialogue (39) : « Quand elle ira bien, je partirai.
- Jamais ! jamais !
[…]
- Que voulez-vous dire, miss Briggs, qu’elle n’ira jamais bien ou que je ne partirai jamais ? » 37

Dialogue (40) : « La gloire est pour les femmes le deuil éclatant du bonheur. » 38
- Femmes, soyez soumises, vous serez heureuses, en fut souvent la traduction.

Dialogue (41) : « ‘Tout bonheur est une innocence’ » dit Alexis.
- Hadrien lui, dit : ‘Tout bonheur est un chef-d’œuvre’ ». 39

Dialogue (42) : « Je ne vous apprendrai rien en vous vous faisant remarquer que toute personne qui se dit a-politique est une personne de droite, en général.
- Laissez-moi réfléchir à ce jugement trop tranché pour me paraître acceptable…
» 40

Dialogue (43) : « Vous (à un ouvrier) espérez que ça ne ferme pas (l’usine Bridgestone) ?
- Vous vous rendez compte de la question que vous posez, là ? » 41

Dialogue (44) : « Je lui demandai s’il m’accorderait la parole dans ses réunions.
- Venez me voir là-bas. Si possible je vous donnerai votre chance. » 42

Dialogue (45) : « Vous vous sentez solidaire de tous les paumés de la terre ?
-
Un peu. En tout cas je choisis toujours mes personnages parmi eux parce qu’il n’y a vraiment que ceux-là qui m’intéressent. » 43

Dialogue (46) : « T’es d’accord ?
- Faut bien... » 44

Dialogue (47) : « Voulez-vous m’épouser ?
- Bien. Bien. Nous verrons. » 45

Dialogue (48) : « De quel côté vous rangez-vous ?
- Quels sont les plus forts ? »
46

Dialogue (49) : « Et la gloire ? s’écria Lucien.
- Dam ! dit Lousteau, ça conserve des illusions. »
47

Dialogue (50) : « Y es-tu libre ? dit Michel ?
- Autant qu’on peut l’être quand on est indispensable, répondit Lucien avec une fausse modestie. »
48

Dialogue (51) : « Sans un sou ! dit Cerizet.
- Sans un sou, répéta le grand Cointet. - Ils sont à moi, se dit-il.
» 49

Dialogue (52) : « Tu ne sais pas ce que c’est que d’aimer.
- Nous savons toutes ce métier-là, en naissant ! dit la cousine.
» 50

Dialogue (53) : « N’oublie pas que même si tu gagnes cette course de fous, tu n’es jamais qu’un fou.
-
Peut-être, mais tu as gagné. » 51

Dialogue (54) : « Peut-on réparer l’esclavage ? » 52
- Comment - diable ! - pourrait-on réparer l’esclavage ?

Dialogue (55) : « N’ayez pas peur. Je suis avec vous.
- Justement. » 53

Dialogue (56) : « No Pasaran !
- Mais ils sont passés. » 54

Dialogue (57) : « À propos, dites donc, est-ce vrai que toutes les femmes ont quitté Moscou ? Une drôle d’idée ! Qu’avaient-elles à craindre ?
- Est-ce que les dames françaises ne quitteraient pas Paris, si les Russes y entraient ? demanda Pierre ». 55

Dialogue (58) : « - Ne me dites pas de pareilles choses, balbutia-t-elle, je suis fiancée, j’en aime un autre.
- Ne me parlez pas de cela, lui intima-t-il. Que m’importe ! Je vous dis que je suis fou, amoureux fou de vous. Est-ce ma faute si vous êtes ravissante ? »
56

Dialogue (59) : « Mais en quoi suis-je coupable ?
- En ceci tu l’as épousée sans amour, en ceci que tu l’as trompée en te trompant toi-même. »
57

Dialogue (60) : « Sur la disparition du patriarcat, je peux vous en parler…
- Nous en parlerons avec Marlène Schiappa. »
58

Dialogue (61) : « Qu’est-ce que l’homme ?
- Je ne peux pas répondre à une question si compliquée. » 59

Dialogue (62) : « […] Son métier ? fit M. Chubb. C’est une des personnes importantes du pays. Il travaille avec sa tête, vous pouvez l’voir.
- Alors, on va s’fumer une pipe, dit le vieux Sleck ; les boniments, j’commence à en avoir assez.
». 60

Dialogue (63) : « Mais, toutes ces erreurs… Pourquoi le gouvernement n’y a-t-il pas mis fin ?
- Parce que l’erreur est souvent forte, et le gouvernement souvent faible
[…]. » 61

Dialogue (64) : « Une femme ne devrait jamais connaître d’ennuis. Il devrait toujours y avoir un homme pour l’en protéger.
- Mais imaginez que l’homme lui-même connaisse des ennuis… Vous aimeriez qu’elle s’en occupe. Ou bien imaginez, ajouta Esther, qui tout à coup, leva les yeux joyeusement vers Harold, que l’homme soit personnellement la cause de ses ennuis. »
62

Dialogue (65) : « Pas plus tard qu’hier, vous avez dit du bien de lui… Vous avez changé d’avis aussi rapidement ?
- Ce n’est pas moi… C’est lui qui, en changeant à mes yeux, m’a fait changer d’avis. »
63

Dialogue (66) : « Une femme n’apprécie guère un homme qui lui dit la vérité.
- Je pense que vous vous vantez un peu trop de dire la vérité, Monsieur Holt, dit Esther, s’emportant finalement. »
64

Dialogue (67) : « Vous devez penser qu’il est digne d’occuper n’importe quelle situation… la première de tout le comté.
- « Mais non, dit Esther, en secouant la tête malicieusement. Je pense qu’il est trop bien pour cela. »
65

Dialogue (68) : « Vous direz à la France entière que je suis innocent !
-
Judas ! traitre ! » 66

Dialogue (69) : « Voilà donc les hommes ! dit Mme d’Artelles ; et pourtant vous ne me croirez pas si vous le voulez, monsieur de Prosny, mais je vous jure qu’il a aimé Hermangarde, que j’ai été témoin de cet amour et que je ne l’oublierai jamais !
- Et vous feriez bien, comtesse, - répliqua Prosny - pour que quelqu’un s’en souvienne ; car lui, probablement, ne s’en souvient plus ! »
67

Dialogue (70) : « Avez-vous le sentiment que la période la plus active de votre vie est terminée ? »
-
Pas du tout. Jusqu’ici ma vie n’a été que la première partie de ma quête. » 68

Dialogue (71) : « C’est ta manière de te venger ?
- Non. c’est la manière dont je vois les choses. »
69

Dialogue (72) : « Qu’est-ce que vous faites quand vous ne travaillez pas ?
- Du ménage
, comme tout le monde. » 70

Dialogue (73) : « Qu’est-ce que cela ? […]
- Il en est ainsi et pas autrement. »
71

Dialogue (74) : « Voyez-vous, on ne donne pas à Dieu ce qui est à Dieu. Voilà la raison du mal. »
- On ne donne même pas à l’homme ce qui est à l’homme
[…] Il faudrait commencer par là. » 72

Dialogue (75) : « Je vous dis que cette guerre ne pourra jamais finir.
-
Eh bien, à la fin, il faudra sans doute qu’elle se termine. » 73

Dialogue (76) : « Allez-vous appeler l’honneur une paresse de sentiment ?
-
Ah ! Pasenov, vos questions manquent vraiment trop d’ambiguïté. » 74

Dialogue (77) : « Vive Cavour !
- Vive la guerre de Crimée ! » 75

Dialogue (78) : « Mademoiselle, soyez toujours ce que vous êtes aujourd’hui et ce que votre physionomie exprime si bien.
- Bien dit, mon ami ; j’ajoute : Sois le contraire de ta tante, et tu seras la doublure de ta mère. » 76

Dialogue (79) : « Nous sommes d’accord.
- Absolument. » 77

Dialogue (80) : « Vous résistez ?
- Je résiste répondis-je. » 78

Dialogue (81) : « C’est ridicule…
- Ce n’est pas ridicule d’être ému.
» 79

Dialogue (82) : [à un chef de chantier] « Il n’y a pas de femmes ?
- J’en ai connu. » 80

Dialogue (83) : « Je suis le diable.
-
Que voulez-vous que cela me fasse ? » 81

Dialogue (84) : « L’occident a-t-il abandonné l’Afghanistan ? » 82
- La politique [internationale] occidentale depuis des dizaines et des dizaines d’années a-t-elle définitivement sombré à l’aéroport de Kaboul le 16 août 2021 ?

Dialogue (85) : « Il y a beaucoup de pertes dans la recherche. » 83
- Était-elle donc censée procurer un gain ?

Dialogue (86) : « Vous avez consacré un grand livre à la gratuité. »
- « Oui, en pure perte. »
84

Dialogue (87) : « On ne peut plus causer avec Poutine… Il est complètement dingue !
- C’est pour cela qu’il faut privilégier la voie du dialogue… »
85

Dialogue (88) : « Je n’ai pas dit cela.
- Je n’ai pas prétendu vous l’avoir entendu dire. » 86

Dialogue (89) : « On saura un jour ?
- Non. On ne saura jamais.
» 87

Dialogue (90) : « Ça va ?
- Ça va, et toi ?
- Ça va. »
88

Dialogue (91) : « Et si vous détruisez la religion, que lui substituerez-vous ?
- Quand je n’aurais rien à mettre à la place, ce sera toujours un préjugé de moins
[…] » 89

Dialogue (92) : « En tout cas, poursuivis-je excédé, qu’est-ce qui vous donne le droit de vous ériger en juge ? Je trouve ça insultant. »
- En tant que juif, je me considère comme une autorité en matière d’angoisse et de souffrance.
» 90

Dialogue (93) : « Le jour où je suis arrivée à Auschwitz, commença-t-elle derrière moi, il faisait beau. Les forsythias étaient en fleur.
- Et moi je mangeais des bananes à Raleigh, Caroline du Nord, me dis-je. » 91

Dialogue (94) : « Tu vois, les choses ont retrouvé leur place.
- Elle rétorqua, railleuse : ‘Quelle place ?’ »
92

Dialogue (95) : « Je peux vous proposer une femme.
- Vous n’auriez pas autre chose ?
93

Dialogue (96) : « La manière dont vous avez traité les gens depuis le début de votre mandat est un scandale. Vous êtes aussi machiavélique, manipulateur et menteur, arrogant, aussi méprisant, aussi cynique [...]. Vous avez assassiné l'hôpital. J'ai jamais vu un président de la Ve République aussi nul que vous »…
- Mais vous êtes fou ou quoi ? » 94

Dialogue (97) : « Mais où sont les pères ?
- On se le demande. » 95

Dialogue (98) : « Je viens de rompre avec mon passé. Et même avec mon avenir.
- Très bien. Il te reste le présent. » 96

Dialogue (99) : « Comment peut-on vivre avec 1.300, 1.400 euros par mois ? »
- […]
On vit mieux qu’avant. » 97

Dialogue (100) : « Mais je ne saurai jamais, balbutia Maheu, je dirai des bêtises.
- Tu diras ce que tu sens et ce sera très bien ».
98

Dialogue (101) : « Mais, bon dieu ! tu as tout, que veux-tu encore ?
- Je veux autre chose répondit-elle à mi-voix. » 99

Dialogue (102) : « Parlez de la Commune !
- Je parlerai, monsieur le marquis de Castellane, de ce dont il me plaira de parler, et si vous avez quelques observations à me faire, je suis prêt à les recevoir ici ou ailleurs. » 100

Dialogue (103) : « N’est-ce pas, Nat, mon intelligent petit bébé noir !
-
Oui, ma’me. » 101

Dialogue (104) : « Silence, monsieur Steerforth ! dit M. Mell
- Silence, vous-même, dit M. Steerforth, en devenant très rouge, à qui parlez-vous ? » 102

Dialogue (105) : « Mlle Trotwood, répondit M. Murdstone, en haussant les épaules et en se levant, si vous étiez un homme…
- Billevesées ! dit ma tante, ne me parlez pas de ces sornettes !
» 103

Dialogue (106) : « Oh ! merci ! C’est parfaitement vrai, s’écria-t-il. Mille fois merci de ce que vous venez de dire là !
- Pas du tout, répondis-je avec hauteur ; vous n’avez aucune raison de me remercier. »
104

Dialogue (107) : « Melle Dartle, lui dis-je, s’il est possible que vous ayez le cœur assez dur pour ne pas plaindre cette malheureuse mère…
- Et moi, qui me plaindra ? reprit-elle avec amertume. C’est elle qui a semé. Qu’elle gémisse sur ce qu’elle récolte !’ » 105

Dialogue (108) : « Elle : ‘Pourquoi vous a-t-on déçu ?’
- Je la regardais dans les yeux : ‘Parce qu’on m’a cédé.’»
106

Dialogue (109) : « - Oh ! mon chéri, prends-moi, garde-moi, je ne veux que ce que tu veux.
- Non, non ! chérie, c’est toi la maîtresse, je ne suis là que pour t’aimer et t’obéir. »
107

Dialogue (110) : « Je vous tiens. Vous allez faire six mois au moins de prévention. Dénoncez ou je vous arrête.
- Arrêtez-moi. »
108

Dialogue (111) : « - C’est une imposture ! cria le capitaine, et il lança le livre sur la terre mouillée.
- Mais, c’est pour les enfants ! répondit doucement sa femme. » 109

Dialogue (112) : « Je suis bien heureuse, dit-elle, et je vous félicite de tout mon cœur.
- Le mot propre est congratuler, remarqua le préfet.
» 110

Dialogue (113) : « Pourquoi as-tu déserté ? demanda Trotta.
- Suis seulement rentré chez moi, dit Onufrij. »
111

Dialogue (114) : « Non. Donc, il ne reste que…
- Le ‘donc’ n’est pas logique, dit mon père. Ce n’est pas parce qu’un chemin est barré qu’il en existe un autre. »
112

Dialogue (115) : « - Je ne sais pas jusqu’à quel point je puis faire confiance à un communiste, gémit Anderson.
- Vous avez bien fait confiance à la compagnie financière de Torgas, répliqua Mac.
» 113

Dialogue (116) : « - Je répondrai à ceux qui m’ont envoyé que vous n’avez pas voulu accepter de faire la moitié du chemin.
- La moitié du chemin ! coupa Mac. Il n’y a pas de moitié à un chemin qui ne mène nulle part. » 114

Dialogue (117) : « - Quelle preuve aurais-je de votre bonne foi ?
- Exactement, celle que nous pouvons avoir de la vôtre, répondit London. » 115

Dialogue (118) : « Vous êtes seul. N’êtes-vous pas malheureux ?
- Premièrement, on n’est pas forcément malheureux parce qu’on est seul, deuxièmement, je ne suis pas seul et troisièmement je ne suis pas malheureux. De sorte qu’il me semble avoir répondu à votre question assez rapidement.
» 116

Dialogue (119) : « Promettez-moi, me dit-il, me regardant avec gravité, de ne jamais offenser Dieu.
- Mais, Boria, m’écriai-je, ne voyez-vous pas que c’est Lui qui offense tout le monde ! » 117

Dialogue (120) : « I am a man.
- Nobody is perfect ! » 118

Dialogue (121) : « Vous n’êtes pas un homme, si vous ne m’achevez pas.
- [« Lui, répondait en ricanant »] : Pas encore. » 119

Dialogue (122) : « Et toi, comment t’en tires-tu depuis qu’ils sont tous morts ?
- Très bien, dit ma mère. »
120

Dialogue (123) : « Je ne hais personne, umfundisi [pasteur en Zoulou]. Je ne désire de pouvoir sur personne.
- C’est bien. Il y a déjà assez de haine dans notre pays comme cela. » 121

Dialogue (124) : « Si j’étais un nègre, je penserais comme eux.
- Si tu étais un nègre, tout le monde se foutrait de ce que tu penses. » 122

Dialogue (125) : « Mais vous avez tout le monde pour ennemi : intendants, ministres, maîtres des chapelle, acteurs, tous m’ont parlé contre vous.
- Ce serait une preuve de mon innocence. » 123

Dialogue (126) : « Il me demande si j’ai couché avec mon éditeur.
- Je lui réponds parce que je suis bien élevée.
» 124

Dialogue (127) : « ‘Toujours aussi jolie ?’, lui dit l’agent.
- « ‘Toujours aussi con ?‘ lui dit la jeune femme. »
125

Dialogue (128) : « Pourquoi pensez-vous cela ? Nous nous occupons de tout le monde.
- Mais Paul Nikolaïevitch n’est pas ‘tout le monde’ !
» 126

Dialogue (129) : « Comment ça ? Pourquoi une opération, si tout va bien, Eugénie Oustinovna ?
- Pour que tout aille mieux encore, dit-elle avec un pauvre sourire. »
127

Dialogue (130) : « Un enfant criait : Vive l’Empereur !’
- Une vieille femme lui dit : ‘Attends donc qu’il ait fait quelque chose !’
» 128

Dialogue (131) : « Colonel, dit Fayolle, vous violez trois fois la loi.
- Je vais la violer sic fois, répondit le colonel ; et il fait arrêter Fayolle, Paulin Durrieu et Teillard-Latérisse. » 129

Dialogue (132) : « Est-ce bien la France qui te chasse, où sont-ce les tiens [les communistes au pouvoir en URRS] qui te démolissent ? »
- Nous serons à Francfort vers les onze heures du soir. As-tu faim ? »
130

Dialogue (133) : « Vraiment, Christian [Rakowsy] : je sais que les bolcheviks comme toi ne connaissent pas l’emploi personnel des fonds secrets, mais ton salaire est-il maigre à ce point que tu doives porter une chemise comme celle-ci ?
- Tu ne dis que des bêtises ! Laisse ma chemise tranquille.
» 131

Dialogue (134) : « Eh bien alors, pourquoi n’est-ce pas votre avis ?
- Parce que vous et moi, ce n’est pas la même chose, répartis-je. »
132

Dialogue (135) : « Vous mentez, de me dire vil.
- Tu mens de dire que j’ai menti. »
133

Dialogue (136) : « Si le sale métèque espère en avoir la queue d’un, il se fourre le doigt dans l’œil…
- Voyez comme elle me parle… » 134

Dialogue (137) : « Je vous garde uniquement par respect pour votre estimé père, sans cela il y a longtemps que je vous aurais envoyé voler en l’air.
- Vous me flattez trop, Excellence, en supposant que je sais voler. »
135

Dialogue (138) : « Peut-on découvrir ce qui n’existe pas ?
- Cela n’existe pas parce que nous ne savons pas le voir. » 136

Dialogue (139) : « Je ne peux pas, Sacha. Je me marie.
- Oh, laissez donc ça ! A qui cela sert-il ? »
137

Dialogue (140) : « Je comprends votre dégoût, votre haine, mais vous pourriez m’épargner devant les étrangers, vous pourriez dissimuler votre sentiment.
- Je vous demande pardon dit-elle. »
138

Dialogue (141) : « Comment ça, pas de quoi ? Les paysans arrachent le chaume de leurs toits et le typhus fait son apparition, à ce qu’on dit.
- Et après ? L’année prochaine, la récolte sera bonne, on refera des toits neufs, et si nous mourrons du typhus, d’autres vivront après nous. »
139

Dialogue (142) : « Les libérer du travail ! ricana Lydia. Est-ce donc possible.
- Oui. Assumez-en une part.
» 140

Dialogue (143) : « Monsieur le président, la situation est vraiment grave.
- Monsieur le ministre, cela ne nous avait pas échappé. »
141

Dialogue (144) : « Il faut que vous interveniez, monsieur le Président. Lundi prochain au plus tard. Votre parole est attendue.
- Bon, j’interviens. Et pour dire quoi ?
» 142

Dialogue (145) : « L’amour ? L’amour est une prédilection exclusive pour l’un ou pour l’une entre tous les autres, dit-elle.
- Une prédilection pour combien de temps ? Pour un mois ? Pour deux jours, pour une demi-heure ? fit le monsieur aux cheveux blancs et il se mit à rire.
» 143

Dialogue (146) : « Pourquoi ne veux-tu pas me faire le plaisir…
- De céder, interrompit Marthe. » 144

Dialogue (147) : « Elle fait semblant d’avoir mal et crie : ‘Mes enfants, votre père me bat !’
- Je crie : ‘Ne mens pas !’ - Ce n’est pas la première fois hurle-t-elle ou quelque chose d’approchant. »
145

Dialogue (148) : « Il buvait, m’a-t-on dit ?
- Oui, mais c’est de ma faute : je ne savais pas agir sur lui ; je lui faisais des reproches continuels. »
146

Dialogue (149) : « Le voilà maintenant qui nous manque de respect!... Des chevaux sur l’heure ! J’ai dit !
- Moi, je voudrais bien, mon cher, mais où les prendre ? » 147

Dialogue (150) : « J’ai faim.
- Tout le monde ne peut pas être heureux comme un lord. Va-t‘en. »
148

Dialogue (151) : « Qu’est-ce que tu dis ?
- Je prédis, répondit Gwynplaine. » 149

Dialogue (152) : « Vous ne voulez agir qu’en êtres pensants, selon des principes, en faisant des tas d’histoires, et le seul résultat que vous obteniez, c’est d’embrouiller les choses.
- Et vous qui essayez d’agir autrement, à quel résultat aboutissez-vous ? demanda le docteur. 150

Dialogue (153) : « Le général de Gaulle vous fait demander, au nom de la France, si vous voulez l’aider.
- La question ne se pose évidemment pas, répondis-je. » 151

Dialogue (154) : « Tu seras récompensé pour ta bonne action.
- Tong le forgeron apprécia les paroles de Song Gang. Il dit en souriant : ‘J’espère bien’. » 152

Dialogue (155) : « Je suis un intellectuel, je ne m’abaisserai pas à me quereller avec toi…
- Justement, ce sont les intellectuels que je tabasse, moi. » 153

Dialogue (156) : « L’argent ne fait pas le bonheur.
- Celui qui a dit ça est un sacré menteur. »

Dialogue (157) : « Son témoignage est bouleversant.
- Non. Révoltant.
» 154

Dialogue (158) : « Comment expliquez-vous l’échec de Combat ?
-
Combat a été un succès. » 155

Dialogue (159) : « Que pensez-vous du cinéma ?
- Et vous ? »
156

Dialogue (160) : « Comment vous plaisent les vers de NN ?
- Ma foi, il gagne son pain. » 157

Dialogue (161) : « La balance étant absolument égale pour moi, je préfère que ce soit vous qui la fassiez pencher d’un côté ou de l’autre - Décidez vous-même. » 158

Dialogue (162) : « - Mais je ne le pense pas un instant, Yégor, interrompit madame, et elle se dit sur le champ qu’il était acheté par les Doutlov. » 159

Dialogue (163) : Sous le titre : « Un dialogue fructueux », un dessin de presse représente le ministre du travail à l’assemblée nationale s’adressant aux député-es : « Je sais ce que vous allez me demander ! » qui lui répondent : « On sait ce que tu vas répondre ! » 160

Dialogue (164) : « C’est un voleur !
- Et alors, est-ce que cela l’empêche d’avoir faim ?»
161

Dialogue (165) : « Si tu n’as pas ma fille, tu auras toujours une fortune
- Laissez-moi espérer qu’en acquérant l’une j’obtiendrai l’autre. »
162

Dialogue (166) : « Comme si c’était pas toujours des voyous qu’on exécutait !
- Hmm, hmm ! Sauf qu’historiquement parlant… Tiens, moi j’en vois tout de suite trois qui… parce que Socrate, Jeanne d’Arc et Jésus-Christ, tu parles d’une racaille ! »
163

Dialogue (167) : « Il faudrait acheter une nouvelle voiture.
- ‘Ouais, lançait-il derrière elle. Une nouvelle voiture pour aller avec une nouvelle maison, pour aller avec un nouveau boulot ! Un vie toute nouvelle’. » 164

Dialogue (168) : « Un gaillard ! Il n’a qu’à vouloir, pas une fille ne lui résistera.
- Eh bien, qu’il s’adresse aux autres ! dit fièrement Marion. » 165

Dialogue (169) : « [« de jolis garçons qui n’avaient pas un sou »] Ils offraient à Melle de Brevanne une chaumière et leur cœur. »
- [« La jeune personne leur répondit d’un petit air dédaigneux »] : - J’aime mieux un château et une voiture. » 166

Dialogue (170) : « Il m’a secoué en me criant à la figure : ‘Qu’il aille se faire pendre !’ ». Et il m’a planté là.
- […] C’est gentil, reprit le député, d’un ton convaincu. Je n’en demandais pas tant… Avec ça nous pouvons marcher. » 167

Dialogue (171) : « Eh ! oui, C’est défendu, mais toutes les sociétés le font
- « Elles ont tort, puisque c’est mal. »
168

Dialogue (172) : Knock : « Est-ce que ça ne vous gratouille pas davantage quand vous avez mangé de la tête de veau à la vinaigrette ? »
- Le tambour de ville : « Je n’en mange jamais. Mais il me semble que si j’en mangeais, effectivement, ça me gratouillerait plus. » 169

Dialogue (173) : - « N’êtes-vous pas encore las de souffrir ?
- Vous vous trompez fort, lui dis-je, monsieur, si vous croyez que les souffrances affaiblissent notre foi. Nous éprouvons, au contraire, ce que dit le Psalmiste, que plus nous souffrons de nos maux et plus nous souvient de Dieu. » 170

Dialogue (174) : « Si j’étais à votre place, j’aurais honte de m’être exposé à avancer une chose qui me convaincrait d’imposture
- Vous n’êtes qu’un raisonneur, me répondit-il brusquement, et s’en alla. »
171

Dialogue (175) : « Vous êtes bien dur, dit Candide
- C’est que j’ai vécu, dit Martin. »
(chapitre 23)

Dialogue (176) : « Qu’est-ce qu’elle a ?
- Treize ans. »
172

Dialogue (177) : « ‘Je vous aime ! dit-il simplement. Oui, en vérité, par tout ce qu’il y a de plus sacré au monde, je vous aime, et je suis tout à vous !
- Ah!...’ s’écria Mrs. Aouda, en portant la main à son cœur
. » 173

Dialogue (178) : « ’Pourquoi n’utilisez-vous pas un coussin ou un oreiller ? suggéra Baby Kochamma d’une voix amicale. Vous y verriez mieux.’
- ‘Pourquoi vous vous occupez pas de vos oignons, la vieille’ suggéra le chauffeur d’une voix inamicale. » 174

Dialogue (179) : « Il y a des lieux de mémoire, parce qu’il n’y a plus de mémoire »
- « Ah, ben dis donc ! C’est terrible. » 175

Dialogue (180) : « ‘Je suis un bon musulman, lui dit-il, dans un monde qui méprise la foi.
- Plutôt que d’être bon, n’as-tu jamais envie d’être bien ?demanda Joryleen. »
176

Dialogue (181) : « On nait, on meurt, mais ça laisse pas mal de choses au milieu, non ?
- Quoi ? Une femme ? des enfants ? » 177

Dialogue (182) : « Tu vas où, tu vas faire la pute ?
- Va te faire enculer !
» 178

Dialogue (183) : « Oh, Bachir, tu me reconnais, c’est moi !
- Je m’en bats les couilles ! Casse-toi ! »
179

Dialogue (184) : « C’est vous, Ulrick, dis-je, qui serez le numéro deux.
- Ma foi ! dit mon cousin, c’est assez d’un ! »
180

Dialogue (185) : « Et vous remarquerez, mon cher monsieur de Balibari, que notre sexe, généralement, fixe son choix sur un mauvais sujet.
- Pas toujours, madame, me récriais-je, votre humble serviteur a inspiré beaucoup de ces attachements-là. […] » 181

Dialogue (186) : « Enfant ! dit Lord George, je n’ai pas quatre ans de moins que vous.
- Vous avez quarante ans de moins comme expérience. » 182

Dialogue (187) : « C’est bizarre quand on y réfléchit, poursuit Kropp. Nous sommes pourtant ici pour défendre notre patrie. Mais les Français, eux, aussi, sont là pour défendre la leur. Qui donc a raison ?
- Peut-être les uns et les autres, dis-je, sans y croire. » 183

Dialogue (188) : « [Pourquoi], c’est un grand péché de dire : ça, c’est bon, ça, c’est mauvais ? »
- Parce qu’il y a des gens qui meurent de faim. »
184

Dialogue (189) : « On dit qu’on ne connaît jamais un homme tant qu’on n’a pas vécu avec lui, dit Evelyn.
- ‘C’est bien vrai. Sipsey disait qu’on ne sait pas quel poisson on a ferré tant qu’on ne l’a pas sorti de l’eau. »
185

Dialogue (190) : « Il est mort ?
- Ah ça, les asticots vous le confirmeront. » 186

Dialogue (191) : « Et vous imaginez que les hommes vous en croiront ? »
- Ils m’en croiront ou non : Mais le fait n’en sera pas moins vrai. » 187

Dialogue (192) : « Mais cela est défendu.
- Chère amie, c’est moi qui le défends aux autres et qui vous le permets et vous le demande. » 188

Dialogue (193) : « […] Une mélancolie qui a réduit à la triste nécessité d’accepter un nouvel amant tous les soirs.
- Ni riez pas, c’est la plus cruelle chose. Si vous savez le supplice quand on n’aime pas ! ... » 189

Dialogue (194) : « Je paierai tous les jours.
- Voilà ce qui s’appelle parler, cela… » 190

Dialogue (195) : « À la bonne heure ! mais jurez-moi, du moins que vous ne m’interromprez plus.
- À tout hasard, je le jure. » 191

Dialogue (196) : « Parce que vos ne le voulez pas.
- Vous n’avez jamais voulu. Nous ne désirons plus. Nuance. » 192

Dialogue (197) : « Cette tâche noire, ici ? … Je ne comprends pas. Je croyais que c’était là que nous étions les plus forts.
- Dites plutôt que nous devrions l’être ! » 193

Dialogue (198) : « Que me voulez-vous ? demandais-je avec une gaucherie inquiète.
- Il faut dire : ‘Que me voulez-vous ? monsieur Reed ? » me fut-il répondu. »
194

Dialogue (199) : « Est-ce un homme bon ?
- C’est un ecclésiastique et on dit qu’il fait beaucoup de bien. »
195

Dialogue (200) : « Helen, pourquoi restes-tu avec une fille que tout le monde tient pour une menteuse ?
- Tout le monde, Jane ? Voyons, il n’y a que quatre-vingt personnes qui t’aient entendu appeler de ce nom, or le monde en contient des centaines de millions. »
196

Dialogue (201) : « Voulez-vous vous calmer et dire des choses raisonnables ?
- Je veux bien me calmer si cela vous fait plaisir ; mais pour ce qui est de dire des choses raisonnables, je me flatte de le faire en ce moment-là. »
197

Dialogue (202) : « Oh, Jane ; c’est cruel ! C’est coupable. Il ne serait pas coupable de m’aimer.
- Il le serait de vous obéir. » 198

Dialogue (203) : « Vive l’empereur ! »
- « À bas le roi ! »
199

Dialogue (204) : « Messieurs, comment peut-on dire une chose pareille ?
- J’obéis à l’ordre ! dit-il. » 200

Dialogue (205) : « Je ne vois pas, mon colonel, comment nous pouvons nous entendre
- C’est justement cela que nous devons savoir, c’est de cela qu’il s’agit ! »
201

Dialogue (206) : « Tu peux d’ailleurs compter désormais sur une sagesse éternelle de ma part
- Oui, mais malheureusement, lui dis-je, cette sagesse vous prend un peu tard ; c’est le médecin qui arrive après la mort. »
202

Dialogue (207) : La juge soviétique à Léningrad lors du procès de Joseph Brodski [1940-1996], accusé de « parasitisme », l’interroge :
« - Qui donc a établi que vous êtes poète ?
- Personne. Et qui donc a établi que je suis un être humain ?
» 203

Dialogue (208) : « Mais quoi, dit-elle, est-ce que cette fille est folle ? Quoi, tu veux donc être une dame de qualité ?
- Oui, dis-je en pleurant, et je pleurais de tout mon cœur, jusqu’à éclater encore en sanglots. »
204

Dialogue (209) : « - C’est vous que j’aime et rien que vous / En amour, vous le dites tous
- La vertu est une dot / L’argent fait la vertu plutôt
- Je suis pauvre et n’ai que moi-même / Soyez mienne en tout dénuement
- Au for, vous penser : Elle ment / Que l’amour seul soit nos débats !
- Elle aime assez, qui ne hait pas. »
205

Dialogue (210) : Jocaste : ‘Je sais ce que je dis, Va, mon avis est bon. »
- Œdipe : « Eh bien, tes bons avis m’exaspèrent à la fin. » 206

Dialogue (211) : (23 juin) 1789. Le marquis de Dreux-Brézé : [Après le départ du roi] « Messieurs, vous avez entendu les intentions du roi. »
- Mirabeau : « Oui, Monsieur, nous avons entendu les intentions qu’on a suggéré au roi, et vous, qui ne sauriez être son organe auprès des États Généraux ; vous, qui n’avez ici place, ni droit de parler, vous n’êtes pas fait pour nous rappeler son discours. Cependant, pour éviter toute équivoque et tout délai, je déclare que si l’on vous a chargé de nous faire sortir d’ici, vous devez demander des ordres pour employer la force ; car nous ne quitterons nos places que par la puissance des baïonnettes. » 207

Dialogue (212) : 1938. Dialogue entre Jean Gabin [1904-1976]et Michèle Morgan [1920-206], dans Le quai des brumes [Marcel Carné. Jacques Prévert] :
«- Ou tu vas ?
- J’sais pas .
- Allons-y. Nous allons du même côté. »

Dialogue (213) : Les dialogues dans l’œuvre d’Ivy Compton-Burnett [1884-1969] : souvent, du grand art, taillés comme des pointes d’épée, ciselés comme des diamants.

III. Dialogue. Analyses. Réflexions.

Dialogues (1) : Dialoguer avec une personne avec laquelle il n’y a pas d’accord jugé possible, sans renoncer à ses propres analyses - en excluant donc toute recherche de consensus, toute esquive, tout contournement de la pensée… - pour avancer de concert, est un processus extrêmement difficile. Est-ce même possible ? Si oui, à quelles conditions ? Poser a minima comme préalable un cadre unique de référence ? Voire une finalité commune ?

Par ordre alphabétique. Dialogues :

Dialogue (Aron Raymond) (1) : (novembre) 1968. Raymond Aron [1905-1983], dans son Introduction à Marxismes imaginaires, auteur de :
« Pourquoi ai-je continué, au cours de cette longue période, un dialogue sans espoir et sans issue, d’abord avec mes amis de jeunesse, existentialistes, puis avec une nouvelle génération de marxistes, opposés les uns aux autres par leur langage et leurs référents théoriques, proches les uns des autres par le gauchisme de principe, le révolutionnarisme verbal, l’indifférence à la recherche humble et nécessaire des faits ? » Suivi de :
« Mais je ne doute pas que l’intérêt philosophique m’incite à poursuivre la controverse avec les sectes, contemporaines et rivales du gauchisme parisien. » 208 (Cf. Hommes. « Modestes », Penser, Philosophie)

Dialogue (Austen Jane) (2) : 1811. Jane Austen [1775-1817], dans Raison et sentiments, auteure de :
« Elinor convint de tout cela, car elle ne jugeait pas qu’il fut digne qu’on lui répondit sérieusement. » 209 (Cf. Êtres humains. Soi)

Dialogue (Balzac Honoré de) (3) : 1847-1843. Honoré de Balzac [1799-1850], dans les Illusions perdues, parmi les conseils de critiques donnés par Lousteau à Lucien [de Rubempré], évoque « la nouvelle littérature où l’on abuse du dialogue (la plus facile des formes littéraires) et des descriptions qui dispensent de penser. » 210

Dialogue (Banks Russel) (4) : 2016 (pour la traduction française). Russel Banks [1940-2023], dans Continents à la dérive, auteur de :
« […] Elle et son père ne parleront jamais plus de cet évènement, ni entre eux, ni à quiconque. Ils n’ont rien à en dire l’un à l’autre qu’ils n’aient déjà complètement compris, et par conséquent ils garderont le silence sur cet incident, comme s’il n’avait jamais eu lieu. » 211

Dialogue (Bonaparte) (5) : 1850. François René de Chateaubriand [1768-1848], dans les Mémoires d’Outre-tombe, auteur de :
« Fontanes [Louis de. 1757-1821] et madame Bacciochi [Élisa. Napoléone. 1806-1869] me parlèrent de la satisfaction que le Consul avait eu de ma conversation : je n’avais pas ouvert la bouche ; cela voulait dire que Bonaparte était content de lui. » 212

Dialogue. Samuel Butler :

Dialogue (Butler Samuel) (6) : 1903. Samuel Butler [1835-1902], dans Ainsi va toute chair, auteur de :
« […] Tout de même, il était fâcheux que le docteur Skinner eût choisi ce point particulier comme base d’attaque, car il était obligé de laisser son ennemi en possession du terrain. Et quand les gens sont laissés en possession du terrain, les spectateurs ont la fâcheuse habitude de croire que l’adversaire n’ose pas livrer bataille. » 213

Dialogue (Butler Samuel) (7) : 1903. Samuel Butler [1835-1902], dans Ainsi va toute chair, auteur de :
« Naturellement le médecin vit du premier coup d’œil ce qu’il en était [que son épouse était alcoolique], mais il en parla au mari avec tant de ménagements et de détours qu’Ernest ne comprit rien à ses insinuations. Il était d’un caractère trop franc et trop positif pour être capable de comprendre des insinuations de ce genre. » 214

Dialogue (Butler Samuel) (8) : 1903. Samuel Butler [1835-1902], dans Ainsi va toute chair, auteur de :
« […] Tout de même, il était fâcheux que le docteur Skinner eût choisi ce point particulier comme base d’attaque, car il était obligé de laisser son ennemi en possession du terrain. Et quand les gens sont laissés en possession du terrain, les spectateurs ont la fâcheuse habitude de croire que l’adversaire n’ose pas livrer bataille. » 215

Dialogue (Butler Samuel) (9) : 1903. Samuel Butler [1835-1902], dans Ainsi va toute chair, auteur de :
« […] Dans l’instant même Ernest répliqua vertement à son père. Je ne veux pas répéter les expressions dont il se servit, car elles jaillirent de ses lèvres sans qu’il eût le temps de les penser, et elles pourraient paraître irrespectueuses à mes lecteurs. Ce fut une coute phrase, mais elle suffit. Théobald devint livide et ne répondit rien ; mais jamais plus il ne dit à son fils aucune chose qui le mît dans la nécessité de répéter les mots qu’il venait de dire. » 216

Dialogue (Chateaubriand François-René de) (10) : 1850. François-René de Chateaubriand [1866-1848], dans les Mémoires d’Outre-tombe, auteur de :
« J’ai causé avec deux papes d’autre chose que des intrigues de cabinet ; je les ai obligés de parler avec moi de religion, de liberté, des destinées futures du monde. […] C’est à des vieillards que j’ai osé dire d’avancer, et de replacer la religion à la tête de la marche de la société. » 217 (Cf. Hommes. « Modestes ». Chateaubriand François-René de)

Dialogue (Chestov Léon) (11) : 1993. Léon Chestov [1866-1938] écrit, le 4 novembre 1932, à Martin Buber [1878-1965] :
« Je vous envoie en même temps, en recommandé, comme convenu entre nous, mon compte-rendu. Pendant six semaines, je m’en suis occupé exclusivement. Je voudrais seulement, une fois de plus, ne pas affirmer que je l’ai réussi. Ce n’est ni un compte-rendu ni une discussion, cela m’apparait plutôt comme une sorte de dialogue avec vous. Et, aussi, je ne sais pas si je vous ai correctement compris et non plus si ma voix et mes paroles sont suffisamment fortes et claires pour être comprises par vous. Mais c’est déjà votre affaire et pas la mienne - à présent, quand tout est terminé, je ne puis que vous repéter ce que je vous avais déjà écrit : si mon compte-rendu ne vous satisfait pas, vous n’avez pas à vous gêner : mettez-le tranquillement de côté et ne vous en préoccupez pas. Il va de soi que vous êtes libres d’apporter - sans me questionner - toutes les corrections linguistiques et de style qui vous paraîtront nécessaire. […] »
Un modèle de rigueur… Et un nécessaire éclairage sur les difficultés - les impossibilités ? - des comptes-rendus. 218

Dialogue (Dickens Charles) (12) : 1850. Charles Dickens [1812-1870], dans David Copperfield, auteur de :
« Mais il était évident pour moi que, si elle se lançait dans ces explications, c’est que la question se soulevait malgré elle dans son esprit : c’est à elle qu’elle répondait, quoi que ce fut à moi qu’elle adressât son discours en l’absence de tout auditeur. » 219

Dialogue (Diderot Denis) (13) : 1792. Denis Diderot [1713-1784], dans La religieuse, auteur de :
« Quand on parle, c’est toujours à quelqu’un ; cela vaut mieux sans doute que de s’entretenir seule, quoi que ce ne soit pas tout à faire sans plaisir. » 220

Dialogue (Eliot George) (14) : 1866. George Eliot [1819-1880], dans Felix Holt, le radical, auteure de :
« Habituellement, l’égoïsme montre sa sottise dans un dialogue. » 221

Dialogue (Faraoun Mouloud) (15) : (22 mars) 1956. Mouloud Feraoun [1913-1956] écrit dans son Journal :
« […] Nous n’avions pas peur, mais nous en avions assez de nous voir, d’échanger de vains propos. Chacun se voulait seul, là, bien isolé, séparé totalement des autres, plein d’une colère passive qui vous accable, bien décidé à refuser toute explication, à ne plus chercher à comprendre, à ne plus réagir même. Dans les familles, entre époux, devait régner sans doute la même incompréhension, le même refus du dialogue, le suprême énervement. » 222 (Cf. Relations entre êtres humains, Penser, Politique)

Dialogue (Genet Jean) (16) : (19, 20, 21 décembre) 1975. Entretien de Jean Genet [1910-1986] avec Hubert Fichte [1935-1986] pour Die Zeit :
« - […] En art, on est solitaire, on est seul en face de soi-même. Dans une conversation, on parle avec quelqu’un.
- Et ça dérange ?
- Évidemment, ça change la perspective. » 223

Dialogue (Guérin Daniel) (17) : 1981. Daniel Guérin [1904-1988], dans une Postface à son livre L’anarchie, évoque, concernant mai 1968 : « un dialogue aux mille voix. » 224 (Cf. Politique. Anarchisme)

Dialogue (Gribinski Michel) (18) : (20 mars) 2022. Michel Gribinski, psychanalyste, sur France culture, en réponse à la question :
« L’hystérie, qu’est-ce que c’est ? » auteur de :
« Ah non je ne peux pas répondre à ça ! Ça nous entraine dans un… Il faut repartir très loin en arrière. Comment vous dire d’un mot ? D’abord je ne sais pas répondre aux questions directes, il faut que je vous le dise pour la suite de l’émission.
- Pourquoi ?
Parce que c’est faux, toujours. Il faut s’approprier une question pour essayer d’y répondre sans être sûr d’y arriver et la généralisation directe à une question aussi vaste que celle-là ne débouche à mon sens que sur des choses inexactes. Et ça j’aime pas, j’aime pas trop. »
Puis il répond à la même question concernant « la névrose ». 225 (Cf. Psychanalyse)

Par ordre chronologique. Dialogue. Victor Hugo :

Dialogue (Hugo Victor) (19) : (24 février) 1848. Victor Hugo [1802-1885], rapportant sa prise de parole, place de la Bastille, « sur le soubassement de la colonne », alors qu’il tentait en vain de défendre l’abdication - et non la « déchéance » - de Louis-Philippe et la régence de la duchesse d’Orléans - « Non, pas de Régence ! À bas les Bourbons ! Ni roi, ni reine ! pas de maîtres ! » - auteur de :
« Je ne rapporterai de mes paroles que celles qu’il me fut possible de faire arriver à mon (sic) orageux auditoire. Ce fut bien moins un discours qu’un dialogue, mais le dialogue d’une seule voix avec dix, vingt, cent voix plus ou moins hostiles. » 226

Dialogue (Hugo Victor) (20) : 1869. Victor Hugo [1802-1885], dans L’homme qui rit, auteur de :
« Parler tout haut et tout seul, cela fait l’effet d’un dialogue avec le dieu qu’on a en soi. » 227

Dialogue (Huguenin Jean-René) (21) : (15 mars) 1956. Jean-René Huguenin [1936-1962], écrit dans son Journal :
« Il n’y a que le dialogue qui ne me laisse pas d’amertume. » 228

Dialogue (La France insoumise) (22) : (24 mars) 2022. Lu dans la Newsletter de L’insoumission :
« L’Insoumis Adrien Quatennens démolit Valérie Pécresse chez Hanouna. »

Dialogue. Michel Leiris :

Dialogue (Leiris Michel) (23) : (7 février) 1943. Michel Leiris [1901-1990] écrit dans son Journal :
« Rien n’existe qu’à partir du dialogue. » 229 (Cf. Hommes « Intellectuels », « Sciences » sociales. Ethnologie)

Dialogue (Leiris Michel) (24) : (3 novembre) 1985. Michel Leiris [1901-1990] écrit dans son Journal :
« Entre deux êtres, n’avoir plus rien à se dire est peut-être la fin de tout. » 230

Dialogue. Martin Luther King :

Dialogue (Luther King Martin) (25) : 1963-1964. Martin Luther King [1929-1968], dans Révolution non violente, auteur de :
« Il y a trop longtemps que notre Sud bien aimé s’est embourbé tragiquement en choisissant le monologue au lieu du dialogue. » 231

Dialogue (Luther King Martin) (26) : 1963-1964. Martin Luther King [1929-1968], dans Révolution non violente, auteur de :
« […] Empruntant la terminologie du philosophe juif Martin Buber [1878-1965], je dirais que la ségrégation substitue la relation ‘Je-ça’ à la relation ‘Je-tu’ et relègue les êtres humains au rang d’objet. » 232

Dialogue (Malone) (27) : 1992. Michael Malone [1942-2022], dans Juges et assassins, auteur de :
« Ce n’était pas du tout la question que j’avais l’intention de lui poser. Je voulais lui demander ce qui s’était passé enter Edith Keene et lui. Mais avais soudain décidé que je n’avais pas le courage d’entendre sa réponse. » 233

Dialogue. Sándor Márai :

Dialogue (Márai Sándor) (28) : 2004. Sándor Márai [1900-1989], dans Mémoires de Hongrie, auteur de :
« Oui, j’écoutais mon visiteur sans comprendre un traître mot de ce qu’il marmottait - et pourtant j’étais réceptif à l’ensemble de son discours, semblable à ce voyageur qui, dans un récit de Kosztolànyi [Dezsö. 1885-1936. Le contrôleur bulgare], écoute le contrôleur bulgare d’un train express traversant les ténèbres de la nuit lui exposer la tragédie de son existence dans une langue inaccessible ; émus, les deux hommes finissent par s’étreindre fraternellement. » 234

Dialogue (Márai Sándor) (29) : 2004. Sándor Márai [1900-1989], dans Mémoires de Hongrie, auteur de :
« […] Or, ce qui était une vérité pour lui ne l’était pas nécessairement pour moi. Si je me souviens avec une netteté particulière de cette phase de notre conversation, c’est que nous disions la même chose, mais nous n’étions pas du même bord, chacun de nous parlait de l’autre côté de la barricade. » 235

Dialogue (Marrou Henri-Irénée) (30) : 1961. Henri-Irénée Marrou [1904-1977], dans Le métier d’historien, auteur de :
« […] Mais, grâce à son commerce avec les grands penseurs d’autrefois, le philosophe nourri d’histoire travaille en disposant de données beaucoup plus riches ; d’autre part, il cesse d’être seul et de soliloquer devant un public muet. À nouveau, soulignons ce mot : c’est un dialogue qui s’engage entre lui et ses prédécesseurs. » 236

Dialogue (Mauriac François) (31) : 1951. François Mauriac [1885-1970], dans Le sagouin, auteur de :
« Elle l’écoutait se plaindre d’une oreille distraite et attendait qu’il reprit son souffle, pour parler à son tour : ‘Et moi…’ et ressassait l’histoire de son mariage. » 237

Dialogue (Mitterrand François) (32) : (13 juin) 1971. François Mitterrand [1916-1996], au congrès socialiste d’Epinay, auteur de :
« Moi, je suis pour le dialogue et je suis pour l’idéologie, mais je ne suis pas pour le dialogue idéologique. » 238 Un homme promis à un brillant avenir…

Dialogue (Oulitskaïa Lioudmila) (33) : (16 mars) 2022. Lioudmila Oulitskaïa, sur France Culture, concernant Soljenitsyne [1918-2008], auteure de :
« […] Il a connu un échec cuisant. Et pour moi, cet échec, je l’ai vu dans une émission à la télévision quand on voit Poutine venir chez Soljenitsyne, et ils ont conversé, ils ont causé - c’était vraiment de la causette - et quand j’ai vu ce dialogue, là j’ai compris que Soljenitsyne avait complètement perdu. Et aujourd’hui, c’est évident. » 239

Dialogue (Rousseau Jean-Jacques) (34) : 1770-1775. Jean-Jacques Rousseau [1712-1778], dans Rousseau juge de Jean-Jacques. Dialogues, auteur de :
« […] La forme du dialogue m’ayant paru la plus propre à discuter le pour et le contre, je l’ai choisie pour cette raison. »
Une note de La Pléiade précise :
« L’échange de lettres entre Saint-Preux et Julie avait permis à Rousseau d’exprimer dans La nouvelle Héloïse les aspects complémentaires de sa pensée ; mais le dialogue est surtout la forme privilégiée de l’apologie ; la deuxième préface de La nouvelle Héloïse met déjà en scène Rousseau et un personnage anonyme, qui joue le rôle du Français des Dialogues. Les Lettres écrites de la Montagne contiennent beaucoup de dialogues fictifs. »
N.B. « Apologie » : « Discours, écrit visant à justifier et par extension à louer une personne, une doctrine. »
Le dialogue n’est-il pas plutôt pour Rousseau, comme pour d’autres, une manière de penser, d’élargir le spectre de ses pensées, avec soi, avec d’autres ? 240

Dialogue (Sand George) (35) : George Sand [1804-1876], dans Histoire de ma vie, auteure de :
« […] L’archevêque […] déjeunant chez le curé avec tout son état-major, voulut plaisanter son hôte qui ne se laissa pas faire. ‘Vous avez quatre-vingt-deux ans, monsieur le curé, lui dit-il, c’est un bel âge ! ‘
- Oui-da, monseigneur, répliqua le curé
[…] vous avez beau z’être archevêque, vous n’y viendrez peut-être point !’.
- L’observation du prélat voulait dire au fond : ‘Vous voilà si vieux que vous devez radoter, et il serait temps de laisser la place à un plus jeune.’ Et la réplique signifiait : ‘Je ne la laisserai point que vous ne m’en chassiez, et nous verrons si vous oserez faire cette injure à mes cheveux blancs.’
» 241

Dialogue (Sarraute Nathalie) (36) : 1988. Nathalie Sarraute [1900-1999], auteure de :
« Ce qui m’intéressait, c’était ce qui précédait les dialogues. »
242

Dialogue. Léon Tolstoï :

Dialogue (Tolstoï Léon) (37) : (21 mai-2 juin) 1884. Léon Tolstoï [1828-1910] écrit dans son Journal :
« (Concernant sa ‘famille’) Impossible de parler. Ils ne comprennent pas. Et impossible de se taire. » 243

Dialogue (Tolstoï Léon) (38) : (15 décembre) 1888. Léon Tolstoï [1828-1910] écrit dans son Journal :
« Sonia [son épouse] a dit au dîner : ‘Il faut être tout à fait bête pour croire [son mari. Biffé], un autre, ne pas avoir ses idées propres’. J’ai dit, moi : ‘Personne n’a ses propres idées, il s’agit seulement de savoir si l’on suit les idées du Christ ou celles de Mme Minangois [atelier et magasin de couture à Moscou]. » 244 (Cf. Hommes. Autoritaires, Famille. Couple, Penser. Idées)

Dialogue (Tolstoï Léon) (39) : (22 août) 1889. Léon Tolstoï [1828-1910] écrit dans son Journal :
« Elle [son épouse] a besoin non pas de convaincre les autres, mais au mépris des arguments de l’interlocuteur de se convaincre elle-même, rien qu’elle-même, qu’elle a raison. Quand on sait cela et qu’on le voit clairement, comment discuter ? » 245

Dialogue (Tolstoï Léon) (40) : (3 septembre) 1890. Léon Tolstoï [1828-1910] écrit dans son Journal :
« Sentiment dénué de bonté envers Sérioja [fils aîné de Tolstoï] Je ne peux pas l’étouffer. Mais quoi dire. Je ne peux que blâmer, et lui est content de soi au dernier point. » 246

Dialogue (Tolstoï Léon) (41) : (12 août) 1893. Léon Tolstoï [1828-1910] écrit dans son Journal :
« […] Il dit que ce n’est pas clair. Et en effet pour lui, ce n’est pas clair, parce qu’il a envie que je lui donne une définition de la religion qui réponde à l’idée peu claire qu’il se fait de ce qu’il souhaiterait que fût la religion. » 247 (Cf. Penser. Pensées. Claires)

Dialogue (Tolstoï Léon) (42) : (8 septembre) 1895. Léon Tolstoï [1828-1910] écrit à Mikhaïl Ossipovitch Menchikov [1859-1918] :
« Le but recherché n’est pas de savoir qui l’emportera dans la discussion, mais d’essayer de dégager la vérité ». 248

Dialogue (Tolstoï Léon) (43) : 1899. Léon Tolstoï [1828-1910], dans Résurrection, auteur de :
« Après le diner, Nekhliouov força l’économe à s’asseoir à la table. Il éprouvait le besoin de parler, de faire part à quelqu’un, à n’importe qui, des grandes pensées qui l’agitaient. Il exposa son projet d’abandonner la terre aux paysans, après quoi il demanda à l’économe ce qu’il en pensait. Celui-ci sourit de manière à impliquer que lui-même partageait cette opinion depuis longtemps et qu’il était bien aise de l’entendre dire. En réalité, il n’avait absolument rien compris. […] » 249

Dialogue (Tolstoï Léon) (44) : 1899. Léon Tolstoï [1828-1910], dans La sonate à Kreutzer, auteur de :
« […] Vous n’allez tout de même pas me dire qu’il vaut mieux, comme autrefois, marier des jeunes gens qui ne se sont jamais vus ? poursuivit-elle en répondant, selon l’habitude de beaucoup de dames, non aux paroles de son interlocuteur mais à celles qu’elle pensait qu’il allait prononcer. » 250

Dialogue (Tolstoï Léon) (45) : (10 octobre) 1907. Léon Tolstoï [1828-1910] écrit dans son Journal :
« Pour la plupart les gens parlent seulement pour exprimer tous leurs sentiments. C’est une façon de parler vide. Et la deuxième, on parle quand on veut transmettre sa pensée à un autre pour son profit. C’est la bonne façon de parler. » Suivi de :
« Étrange, que j’en suis à me taire avec les gens qui vivent autour de moi et à parler seulement avec ceux, éloignés dans le temps et le lieu, qui m’entendront. » 251

Dialogue (Tolstoï Léon) (46) : (12 juillet) 1909. Léon Tolstoï [1828-1910] écrit, concernant son épouse, dans son Journal :
« Si elle savait et comprenait comme elle empoisonne mes dernières heures, mes jours, mes mois de vie ! Mais, le dire, d’une part je ne sais pas, et d’autre part, je n’espère pas que des paroles quelles qu’elles soient agissent sur elle. » 252 (Cf. Famille. Couple. Mariage)

Dialogue (West Side Story) (47) : 2021.
« ‘Tony’, c’est Antonio ?
- Non, c’est Anton »

Dialogue. Edith Wharton :

Dialogue (Wharton Edith) (48) : 1920. Edith Wharton [1862-1937], dans Le temps de l’innocence, auteure de :
« […] Vous ne vous êtes jamais rien demandé l’un à l’autre, n’est-ce pas ? Et vous ne vous êtes jamais rien dit. Vous êtes restés l’un devant l’autre, à deviner ce qui se passait - un duo de sourds-muets, pas vrai ? […] » 253 (Cf. Famille. Couple)

Dialogue (Wharton Edith) (49) : 1922. Edith Wharton [1862-1937], dans La splendeur des Lansing, auteure de :
« L’indépendance de Suzy, son autonomie comptait parmi ses traits de caractères les plus attirants ; si elle se transformait en écho, leur duo délicieux risquait de devenir les plus fastidieux des monologues. » 254

Dialogue (Yourcenar Marguerite) (50) : 1980. Marguerite Yourcenar [1903-1987], dans Les yeux ouverts, auteure de :
« […] Certes, nous avons aussi les dialogues, surtout les dialogues platoniciens, mais le niveau en est très élevé, le ton très spécial, celui de personnes s’accordant pour discuter d’un sujet abstrait. Les épisodes réalistes y sont rares. Cela ne nous donne pas du tout l’idée de ce qui se passait quand on entrait dans une maison et qu’on abordait quelqu’un, quand deux ou trois personnes échangeaient des propos personnels dans l’intimité. » 255 (Cf. Philosophie)

Dialogue (Zola Émile) (51) : 1885. Émile Zola [1840-1902], dans Germinal, auteur de :
« Puis il [Jeanlin] conclut avec une gravité de petit philosophe : ‘Faut mieux être seul, on est toujours d’accord.’ » 256

Retour en haut de page
Notes de bas de page

1 Victor Hugo, Claude Gueux. 1834. (sur Internet) p.19, 20

2 Alessandro Manzoni, Les fiancés. Folio. Gallimard. Classique. 862p. 1997. p.358

3 Doris Lessing, Les enfants de la violence. La cité promise. Le livre de poche. 915p. 1981. p.203

4 Balzac, La femme de tente ans. Garnier-Flammarion. 242p. 1965. p.147

5 Balzac, La femme de tente ans. Garnier-Flammarion. 242p. 1965. p.147

6 Balzac, La femme de trente ans. Garnier-Flammarion. 242p. 1965. p.113

7 Émile Zola, L’argent. Le livre de poche. 501p. 1978. p.237

8 Denis Diderot, Correspondance. Bouquins. Robert Laffont. 1468p. 1997. p.205

9 John Steinbeck, Les raisins de la colère. 1939. Folio. Gallimard. 639p. 2020. p.261

10 John Steinbeck, Les raisins de la colère. Folio. Gallimard. 639p. 2020. p.290

11 Stefan Zweig, Fouché. Le livre de poche. 279p. 2013. p.155, 156

12 Denis Diderot, Jacques le fataliste. In : Denis Diderot, Œuvres. La Pléiade. 1470p. 1951. p.644

13 Voltaire, Dictionnaire philosophique. Article : Influence. 1771

14 La reprise du travail aux usines Wonder. 10 juin 1968

15 Échange entre Lady Margaret Ashton et Winston Churchill.

16 France Culture. À voix nue. Nelly Kaplan. 4 avril 2001 [2ème diffusion. 6 décembre 2020]

17 George Eliot, Le moulin sur la Floss. Folio. Gallimard. Classique. 738p. 2003. p.382

18 George Eliot, Le moulin sur la Floss. Folio. Gallimard. Classique. 738p. 2003. p.388

19 Charles Péguy, Notre Jeunesse. Tempus. Perrin. 250p. 2016. p.246

20 Irma la douce. Willy Wilder. 1963

21 France Culture, Une ouvrière Tunisienne de Latelec licenciée. Nasawiat. 23 décembre 2020

22 Épouse de Diego Maradona

23 Dialogue entre Louise Weiss et Édouard Herriot. In : Louise Weiss, Combats pour les femmes. Albin Michel. 270p. 1980. p.63

24 George Eliot, Middlemarch. Folio. Gallimard. Classique. 1152p. 2020. p.45

25 George Eliot, Middlemarch. Folio. Gallimard. Classique. 1152p. 2020. p.64

26 George Eliot, Middlemarch. Folio. Gallimard. Classique. 1152p. 2020. p.200

27 George Eliot, Middlemarch. Folio. Gallimard. Classique. 1152p. 2020. p.203

28 George Eliot, Middlemarch. Folio. Gallimard. Classique. 1152p. 2020. p.221

29 George Eliot, Middlemarch. Folio. Gallimard. Classique. 1152p. 2020. p.201

30 Les enfants du paradis. 1945. Film de Marcel Carné et Jacques Prévert

31 3 août 1914 - 1er janvier 2021 : Monument aux morts de St Georges de Didonne

32 Souvenir d’enfance

33 Copie Conforme. Film de Jean Dréville avec Louis Jouvet. Dialogues de Francis Jeanson.1947

34 France Culture, Alain Finkielkraut. 13 mars 2021

35 Léon Tolstoï, Résurrection [1899]. Marabout géant. 522p. (s.d) p.472

36 Radio courtoisie

37 William Makepeace Thackeray [1848], La foire aux vanités. Folio. Gallimard. Classique. 1071p. 2005. p.215

38 Germaine de Staël

39 Marguerite Yourcenar, Les yeux ouverts. Entretiens avec Matthieu Galey. Le livre de poche. 314p. 1980. p.148

40 Marguerite Yourcenar, Les yeux ouverts. Entretiens avec Matthieu Galey. Le livre de poche. 314p. 1980. p.113

41 France Culture, Fermeture de Bridgestone : Les politiques toujours impuissants ? 26 mars 2021

42 Louise Weiss, Combats pour les femmes. Albin Michel. 270p. 1980. p.172

43 France Culture, Partis-pris. Roger Grenier [1919-2017] 3 avril 2021 [1ère diffusion. 7 juillet 1975]

44 Gas oil. Gilles Grangier. Dialogue Jean Gabin. Jeanne Moreau. 1955

45 Les communiants. Ingmar Bergman. 1963

46 Honoré de Balzac, Illusions perdues. Garnier frères, 876p. 1969. p.264

47 Honoré de Balzac, Illusions perdues. Garnier frères, 876p. 1969. p.400

48 Honoré de Balzac, Illusions perdues. Garnier frères, 876p. 1969. p.443

49 Honoré de Balzac, Illusions perdues. Garnier frères, 876p. 1969. p.580

50 Honoré de Balzac, La cousine Bette. Éditions Garnier frères. 496p. 1974. p.36

51 James C. Scott, Petit éloge de l’anarchisme. Instinct de liberté. Lux. 228p. 2020. p.125, 126

52 France Culture, Peut-on réparer l’esclavage ? 10 mai 2021

53 La ronde. Max Ophüls. 1950

54 Adults in the room. Costa-Gavras. 2019

55 Léon Tolstoï, La guerre et la paix. La Pléiade. Traduction de Pierre Pascal. 1654 p. 1945. p.1183 (Livre 3)

56 Léon Tolstoï, La guerre et la paix. La Pléiade. Traduction de Pierre Pascal. 1654 p. 1945. p.748 (Livre 2)

57 Léon Tolstoï, La guerre et la paix. La Pléiade. Traduction de Pierre Pascal. 1654 p. 1945. p.406 (Livre 3)

58 France Culture, Échange Patrick Buisson- Guillaume Erner. 20 mai 2021

59 Chaîne Histoire, Les trois vies de Germaine Tillion. 2001. 24 mai 2021

60 George Eliot, Felix Holt, le radical. Folio. Gallimard. Classique. 801p. 2021. p.242

61 George Eliot, Felix Holt, le radical. Folio. Gallimard. Classique. 801p. 2021. p.263

62 George Eliot, Felix Holt, le radical. Folio. Gallimard. Classique. 801p. 2021. p.582

63 George Eliot, Felix Holt, le radical. Folio. Gallimard. Classique. 801p. 2021. p.167

64 George Eliot, Felix Holt, le radical. Folio. Gallimard. Classique. 801p. 2021. p.216

65 George Eliot, Felix Holt, le radical. Folio. Gallimard. Classique. 801p. 2021. p.632, 633

66 Alfred Dreyfus, Le jour de sa destitution, de sa dégradation militaire, en présence 4 à 5.000 personne. 13 janvier 1895

67 Barbet d’Aurevilly, Une vieille maîtresse. Folio. Gallimard. Classique. 540p. 1979. p.487

68 V.S. Naipaul, L’Inde. Plon. 10/18. 1992. 666p. p.421

69 Il était une fois en Amérique. Sergio Leone. 1984

70 France Culture, Laisse parler les femmes. 14 juillet 2021

71 Hermann Broch, Les somnambules. II. Gallimard. 1986. 372p. p.103

72 Hermann Broch, Les somnambules. II. Gallimard. 1986. 372p. p.118

73 Hermann Broch, Les somnambules. II. Gallimard. 1986. 372p. p.203

74 Hermann Broch, Les somnambules. L’imaginaire, Gallimard. 727p. 2009. p.59, 60

75 Le mariage de minuit. 1941. Mario Soldati

76 La comtesse de Ségur, Le général de Dourakine. Hachette. Bibliothèque rose illustrée. 375p. 1907. p.143

77 France Culture, Un itinéraire avec régis Debray. Conclusion d’un échange entre Alain Finkielkraut et Régis Debray. 23 juillet 2021 [1ère diffusion. 14 novembre 2020]

78 Louise Michel, Souvenirs et aventures de ma vie. La Découverte. Maspéro. 437p. 1983. p.353

79 France Culture, Échange Paul Léautaud-Robert Mallet. 23 août 2021

80 France Culture, La vie de chantier. Un chef de chantier. 12 octobre 2021

81 Les visiteurs du soir. Marcel Carné. 1942

82 France Culture, Le temps du débat. 17 août 2021

83 France Culture, Entendez-vous l’éco ? 1er janvier 2021

84 France Culture, Les cours du Collège de France. Christine Goémé interroge Carlo Ossola. 7 février 2022 [1ère diffusion. 10 mars 2016]

85 Le Canard enchaîné, L’Impasse [Dessin]. 23 février 2002. p.1

86 Le président. [Henri Verneuil]. 1961

87 François Maspero, concernant le nombre d’Algériens assassinés, noyés, torturés par la police française le 17 octobre 1961. In : France Inter, Affaires sensibles. 14 mars 2022. Les estimations sont de plusieurs centaines.

88 Frantz Fanon, Peau noire et masques blancs. 1952. (sur Internet) p.43

89 Denis Diderot, Entretien d’un philosophe avec Mme la Maréchale de ***. In : Œuvres philosophiques. La Pléiade. 1413p. 2010. p.646

90 William Styron, Le choix de Sophie. I. Folio. Gallimard. 456p. 1990. p.134

91 William Styron, Le choix de Sophie. II. Folio. Gallimard. 476p. 1992. p.389

92 Elena Ferrante, L’enfant perdue. Folio. Gallimard. 619p. 2018. p.232

93 Michel Galabru, dans : A deux, c’est plus facile. Émilie Deleuze. 2009

94 Échange à Strasbourg, entre un citoyen et Emmanuel Macron. 12 avril 2022

95 France Culture, Le combat des mères isolées. 16 avril 2022

96 Christiane Rochefort, Le repos du guerrier. Le livre de poche. 245p. 1963. p.61

97 France Inter, Le téléphone sonne. 19h 55. 2 mai 2022

98 Émile Zola, Germinal. Fasquelle. Le livre de poche. 503p. 1969. p.207

99 Émile Zola, La curée. Le livre de poche. 2021. 412p. p.26

100 Échange entre le marquis de Castellane et Clemenceau. 3 juillet 1880. In : Georges Clemenceau, La liberté à tout prix. Le Monde. Les Rebelles. 189p. 2012. p.24

101 William Styron, Les confessions de Nat Turner. Folio. Gallimard. 529p. 1969. p.205

102 Charles Dickens, David Copperfield. Le livre de poche. Classique. 1024p. 2008. p.157

103 Charles Dickens, David Copperfield. Le livre de poche. Classique. 1024p. 2008. p.284

104 Charles Dickens, David Copperfield. Le livre de poche. Classique. 1024p. 2008. p.471

105 Charles Dickens, David Copperfield. Le livre de poche. Classique. 1024p. 2008. p.937

106 Jean-René Huguenin, Journal. Éditions du Seuil. 353p. 1993. p.168

107 Émile Zola, La bête humaine. GF. Flammarion. 459p. 2011. p.209

108 Victor Serge, Les hommes dans la prison. Climats. 266p. 2011. p.48

109 Joseph Roth, La marche de Radetzky. Éditions du Seuil. Points. 398p. 1995. p.19

110 Joseph Roth, La marche de Radetzky. Éditions du Seuil. Points. 398p. 1995. p.51

111 Joseph Roth, La marche de Radetzky. Éditions du Seuil. Points. 398p. 1995. p.372

112 Sebastian Haffner, Histoire d’un Allemand. Souvenirs (1914-1933). Babel. 435p. 2004. p.348

113 John Steinbeck, En un combat douteux. Le livre de poche. 435p. 1961. p.152

114 John Steinbeck, En un combat douteux. Le livre de poche. 435p. 1961. p.321

115 John Steinbeck, En un combat douteux. Le livre de poche. 435p. 1961. p.170

116 Entretien d’Henri de Montherlant par Jacques Chancel. In : Radioscopie. vol.1. J’ai lu. 215p. 1975. p.160

117 Nina Berberova, C’est moi qui souligne. Actes Sud / Labor / L’aire. 609p. 1990. p.286

118 Certains l’aiment chaud. Billy Wilder. 1959

119 Louisette Ighilahriz, 20 ans, torturée par et au général Bigard. In : France Inter, Affaires sensibles. La torture pendant la guerre d’Algérie. 16 mars 2022 [1ère diffusion. 9 juin 2016]

120 Mo Yan, Beaux seins, belles fesses. Éditions du Seuil. Points. 895p. 2004. p.158

121 Alan Paton, Pleure, ô pays bien-aimé. Le livre de poche. 429p. 1969. p.416

122 Mississippi burning. Alan Parker. 1988

123 Lorenzo da Porte, Mémoires. Le temps retrouvé. Mercure de France. 390p. 2007. p.181

124 TPMP [Touche pas à mon poste]. 17 septembre 2022

125 Violette Leduc, La folie en tête. Gallimard. 412p. 1970. p.86

126 Alexandre Soljenitsyne, Le pavillon des cancéreux. Julliard. 784p. 1971. p.27

127 Alexandre Soljenitsyne, Le pavillon des cancéreux. Julliard. 784p. 1971. p.181

128 Victor Hugo, Journal. 27 février 1850. In : Victor Hugo. Témoin de son siècle. J’ai lu. L’essentiel. 561p. 1962. p.290

129 Victor Hugo, Le coup du 2 décembre. In : Victor Hugo. Témoin de son siècle. J’ai lu. L’essentiel. 561p. 1962. p.335

130 Panaït Istrati, Vers l’autre flamme. 10/18. 1980. p.66

131 Panaït Istrati, Vers l’autre flamme. 10/18. 1980. p.66

132 Charles Dickens, David Copperfield. Le livre de poche. Classique. 1024p. 2008. p.607

133 Alessandro Manzoni, Les fiancés. Folio. Gallimard. Classique. 862p. 1997. p.129

134 Jules Roy, Mémoires barbares. Le livre de poche. 697p. 1989. p.138

135 Anton Tchékhov, Ma vie. Récit d’un provincial. In : Œuvres. III. La Pléiade. 1033p. 1971. p.581

136 Anton Tchékhov, Ma vie. Récit d’un provincial. In : Œuvres. III. La Pléiade. 1033p. 1971. p.624

137 Anton Tchékhov, La fiancée. In : Œuvres. III. La Pléiade. 1033p. 1971. p.990

138 Anton Tchékhov, Trois années. In : Œuvres. III. La Pléiade. 1033p. 1971. p.426

139 Anton Tchékhov, Ma femme. In : Œuvres. II. La Pléiade. 1021p. 1970. p.925

140 Anton Tchékhov, La maison à mezzanine. In : Œuvres. III. La Pléiade. 1033p. 1971. p.573

141 In : Bruno Le Maire, Des hommes d’Etat. Hachette. Pluriel. 450p. 2009. p.28

142 In : Bruno Le Maire, Des hommes d’Etat. Hachette. Pluriel. 450p. 2009. p.186

143 Léon Tolstoï, La sonate à Kreuzer. In : Souvenirs et récits. La Pléiade. 1591p. 1960. p.1068

144 Louis Guilloux, Le sang noir. Folio. Gallimard. 1982. 631p. p.118

145 Léon Tolstoï, La sonate à Kreuzer. In : Souvenirs et récits. La Pléiade. 1591p. 1960. p.1114

146 Léon Tolstoï, Le père Serge. In : Souvenirs et récits. La Pléiade. 1591p. 1960. p.1318

147 Léon Tolstoï, Les récits de Sébastopol. In : Souvenirs et récits. La Pléiade. 1591p. 1960. p.524

148 Victor Hugo, L’homme qui rit. Éditions Pocket. 762p. 2016. p.197

149 Victor Hugo, L’homme qui rit. Éditions Pocket. 762p. 2016. p.694

150 Anton Tchékhov, Un désagrément. In : Œuvres. II. La Pléiade. 1021p. 1970. p.567

151 André Malraux, Antimémoires. Gallimard. 605p. 1967. p.123

152 Yu Hua, Brothers. Actes sud. 1018p. 2010. p.247

153 Yu Hua, Brothers. Actes sud. 1018p. 2010. p.359

154 France Culture, Irène Frachon. Médecin en alerte. 6 janvier 2023

155 Albert Camus, Actuelles. 1er août 1951. In : Essais. La Pléiade. 1975p. 1965. p.1564

156 Albert Camus, Essais Critiques. 1959. In : Essais. La Pléiade. 1975p. 1965. p.1923

157 Léon Tolstoï, Journaux et carnets. III. (1905-1910). La Pléiade. 1368p. 1985. p.383

158 Léon Tolstoï, Lettres II. 1880-1910. Gallimard. 452p. 1986. p.103

159 Léon Tolstoï, Polikouchka. In : Souvenirs et récits. La Pléiade. 1591p. 1960. p.873

160 Le Canard enchaîné. 8 février 2023. p.1

161 In : France Culture, La vie de Louise Michel, révolutionnaire, anarchiste et écrivaine. 5 mars 2023. [1ère diffusion. 9 juin 1976]

162 Honoré de Balzac, César Birotteau. Bibliothèque de culture Littéraire. 285p. 1964. p.80

163 Michaël Malone, Juges et assassins. Éditions du Seuil. 756p. 1994. p.26

164 Russel Banks, Continents à la dérive. Actes Sud. 542p. 2016. p.132, 133

165 Léon Tolstoï, Les cosaques. In : Souvenirs et récits. La Pléiade. 1591p. 1960. p.818

166 Paul de Kock, La jolie fille du faubourg [1840]. In : Michel Nathan, Anthologie du roman populaire.1836-1918. 10/18. 371p. 1985. p.63

167 Émile Zola, L’argent. Le livre de poche. 501p. 1978. p.129

168 Émile Zola, L’argent. Le livre de poche. 501p. 1978. p.139

169 Jules Romains, Knock ou le triomphe de la médecine.1932

170 Jean Marteilhe, Mémoires d’un galérien du Roi-Soleil. Le Temps retrouvé. Mercure de France. 423p. 2004. p. 253

171 Jean Marteilhe, Mémoires d’un galérien du Roi-Soleil. Le Temps retrouvé. Mercure de France. 423p. 2004. p. 253

172 La boum. 1980. Claude Pinoteau

173 Jules Vernes, Le tour du mode en 80 jours. 1870

174 Arundhati Roy, Le Dieu des Petits Riens. Folio. Gallimard. 439p. 2002. p.152

175 France Culture, Notre vie intellectuelle. Fin de la discussion entre Pierre Nora et Alain Finkielkraut. 19 août 2023. [1ère diffusion. 24 septembre 2022]

176 John Updike, Terroriste. Points. Éditions du Seuil. 320p. 2009. p.77

177 John Updike, Terroriste. Points. Éditions du Seuil. 320p. 2009. p.195

178 Samira Bellil, Dans l’enfer des tournantes. Éditions France Loisirs. Récit. 234p. 2003. p.141

179 Samira Bellil, Dans l’enfer des tournantes. Éditions France Loisirs. Récit. 234p. 2003. p.159

180 Thackeray William Makepeace, Barry Lyndon. Garnier Flammarion. 444p. 2019. p.294

181 William Makepeace Thackeray, Barry Lyndon. Garnier Flammarion. 444p. 2019. p.240

182 William Makepeace Thackeray, Barry Lyndon. Garnier Flammarion. 444p. 2019. p.304, 305

183 Eric Maria Remarque, À l’Ouest, rien de nouveau. Le livre de poche. 243p. 1967. p.170

184 Nikos Kazantzaki, Alexis Zorba. Presses Pocket. Plon. 348p. 1982. p.195

185 Fannie Flagg, Beignets de tomates vertes. J’ai lu. 475p. 2009. p.230

186 Fannie Flagg, Beignets de tomates vertes. J’ai lu. 475p. 2009. p.231

187 In : Diderot, La religieuse. Oeuvres. La Pléiade. 1445p. 1962. p.285

188 In : Diderot, La religieuse. Oeuvres. La Pléiade. 1445p. 1962. p.356

189 In : Diderot, Jacques le fataliste. Oeuvres. La Pléiade. 1445p. 1962. p.576

190 In : Diderot, Jacques le fataliste. Oeuvres. La Pléiade. 1445p. 1962. p.515

191 In : Diderot, Jacques le fataliste. Oeuvres. La Pléiade. 1445p. 1962. p.516

192 Mouloud Feraoun, Journal. 1955-1962. Éditions du Seuil. 348p. 1962. p.56

193 Theodor Plievier, Stalingrad. Flammarion. 505p. 1949. p.17

194 Charlotte Brontë, Jane Eyre. Pocket. 761p. 2015. p.19

195 Charlotte Brontë, Jane Eyre. Pocket. 761p. 2015. p.89

196 Charlotte Brontë, Jane Eyre. Pocket. 761p. 2015. p.120

197 Charlotte Brontë, Jane Eyre. Pocket. 761p. 2015. p.461

198 Charlotte Brontë, Jane Eyre. Pocket. 761p. 2015. p.532

199 Stefan Zweig, Fouché. Les cahiers rouges. Grasset. Fasquelle. 312p. 2006. p.246

200 Theodor Plievier, Stalingrad, par un Allemand. Flammarion. 505p. 1949. p.303

201 Theodor Plievier, Stalingrad, par un Allemand. Flammarion. 505p. 1949. p.499

202 Marivaux, Le paysan parvenu. In : Romans de Marivaux. La Pléiade. 1138p. 1949. p.592

203 Simone de Beauvoir, Tout compte fait. Folio. Gallimard. 634p. 1978. p.418

204 Daniel Defoe, Heurs et malheurs de la célèbre Moll Flanders. In : Moll Flanders. La Pléiade. 1728p. 1969. p.627

205 Daniel Defoe, Heurs et malheurs de la célèbre Moll Flanders. In : Moll Flanders. La Pléiade. 1728p. 1969. p.685, 686

206 Sophocle, Œdipe. Roi.

207 In : Orateurs de la Révolution Française. I. Les constituants. La Pléiade. 1608p. 1989. p.644

208 Raymond Aron, Marxismes imaginaires. Idées, Gallimard. 377p. 1970. p.8, 9

209 Jane Austen, Raison et sentiments. 10/18. 383p. 1882. p.249

210 Honoré de Balzac, Illusions perdues. Garnier frères, 876p. 1969. p.404

211 Russel Banks, Continents à la dérive. Actes sud. 542p. 2016. p.241

212 François-René de Chateaubriand, Mémoires d’Outre-tombe. I. La Pléiade. 1232p. 1983. p.492

213 Samuel Butler, Ainsi va toute chair. Gallimard. Folio. 628p. 2004. p.205

214 Samuel Butler, Ainsi va toute chair. Gallimard. Folio, 628p. 2004. p.516

215 Samuel Butler, Ainsi va toute chair. Gallimard. Folio. 628p. 2004. p.205

216 Samuel Butler, Ainsi va toute chair. Gallimard. Folio, 628p. 2004. p.572

217 François-René de Chateaubriand, Mémoires d’Outre-tombe. II. La Pléiade. 1496p. 1988. p.357

218 In : Nathalie Baranoff-Chestov, Vie de Léon Chestov. II. Éditions de la différence. 310p. 1993. p.123

219 Charles Dickens, David Copperfield. Le livre de poche. Classique. 1024p. 2008. p.277

220 In : Diderot. La religieuse. Oeuvres. La Pléiade. 1445p. 1962. p.351

221 George Eliot, Felix Holt, le radical. Folio. Gallimard. Classique. 801p. 2021. p.602

222 Mouloud Feraoun, Journal. 1955-1962. Éditions du Seuil. 348p. 1962. p.104

223 In : Jean Genet, L’ennemi déclaré. Textes et entretiens choisis. 1970-1983. Folio. Gallimard. 290p. 2010. p.119

224 Daniel Guérin, L’anarchisme. Folio. Gallimard. Essais. 286p. 2019. p.216

225 France Culture, Que se passe-t-il durant une psychanalyse ? 22 mars 2022

226 In : Victor Hugo. Témoin de son siècle. J’ai lu. L’essentiel. 562p. 1962. p.228

227 Victor Hugo, L’homme qui rit. Pocket. 762p. 2016. p.21

228 Jean-René Huguenin, Journal. Éditions du Seuil. 353p. 1993. p.64

229 Michel Leiris, Journal. 1922-1989. Quarto. Gallimard. 1052p. 2020. p.444

230 Michel Leiris, Journal. 1922-1989. Quarto. Gallimard. 1052p. 2020. p.810

231 Martin Luther King, Révolution non violente. Petite bibliothèque Payot. 220p. 2006. p.111

232 Martin Luther King, Révolution non violente. Petite bibliothèque Payot. 220p. 2006. p.115

233 Michaël Malone, Juges et assassins. Éditions du Seuil. 756p. 1994. p.458

234 Sándor Márai, Mémoires de Hongrie. Albin Michel. 425p. 2004. p.52

235 Sándor Márai, Mémoires de Hongrie. Albin Michel. 425p. 2004. p.240

236 In : L’histoire et ses méthodes (sous la direction de Charles Samaran). La Pléiade. 1771p. 1961. p.1491

237 François Mauriac, Le sagouin. Plon. Presses Pocket. 140p. 1977. p.31, 32

238 In : Les grands discours du XXème siècle. Flammarion. Champs. Classiques. 307p. 2009. p.248

239 France Culture, Lioudmila Oulitskaïa, Une littérature de combat. 16 mars 2022

240 In : Jean-Jacques Rousseau, Les confessions. Autres oeuvres autobiographiques. In : Oeuvres complètes. I. La Pléiade. 1969p. 1986. p. 663, 1617

241 George Sand, Histoire de ma vie. In : Œuvres autobiographiques. I. La Pléiade. 1470p. 1970. p.699

242 France Culture, À voix nue. Nathalie Sarraute. 11 août 2021 [1ère diffusion. 1988]

243 Léon Tolstoï, Journaux et Carnets. I. (1847-1889). La Pléiade. 1451p. 1979. p.881

244 Léon Tolstoï, Journaux et Carnets. I. (1847-1889). La Pléiade. 1451p. 1979. p.884

245 Léon Tolstoï, Journaux et Carnets. I. (1847-1889). La Pléiade. 1451p. 1979. p.1011, 1012

246 Léon Tolstoï, Journaux et carnets. II. (1890-1904). La Pléiade. 1399p. 1980. p.88

247 Léon Tolstoï, Journaux et carnets. II. (1890-1904). La Pléiade. 1399p. 1980. p.298

248 Léon Tolstoï, Lettres II. 1880-1910. Gallimard. 452p. 1986. p.192

249 Léon Tolstoï, Résurrection. Marabout Géant. 522p. (s.d) p.263

250 Léon Tolstoï, La sonate à Kreuzer. In : Souvenirs et récits. La Pléiade. 1591p. 1960. p.1064

251 Léon Tolstoï, Journaux et carnets. III. (1905-1910). La Pléiade. 1368p. 1985. p.284, 289

252 Léon Tolstoï, Journaux et carnets. III. (1905-1910). La Pléiade. 1368p. 1985. p.637

253 Edith Wharton, Le temps de l’innocence. Garnier-Flammarion. 313p. 1987. p.300

254 Edith Wharton, La splendeur des Lansing, J’ai lu. 317p. 2003. p.67

255 Marguerite Yourcenar, Les yeux ouverts. Entretiens avec Matthieu Galey. Le livre de poche. 314p. 1980. p.142

256 Émile Zola, Germinal. Fasquelle. Le livre de poche. 503p. 1969. p.263


Retour en haut de page