Raoul Ponchon

Un calvaire1

Le Journal
13 janvier 1908

date de rédaction : 13/01/1908
date de publication : 13 janvier 1908
mise en ligne : 28/04/2008
Augmenter la taille du texteDiminuer la taille du texteImprimer le texteRecommander ce texte par mail

Ces jours derniers, lorsque j'appris,
Par les gazettes de Paris,
Que Marcelle Tinayre,
L'auteur de tant de beaux romans
Aussi subtils que véhéments,
Était légionnaire ;

Je pris un fiacre furibond
Qui me mit chez elle d'un bond.
Après un court qui-vive,
Dès aussitôt que je la vis :
- Parbleu ! nous sommes tous ravis
De ce qui vous arrive.

« On vous décore, m'a-t-on dit.
« - Hélas ! Qu'elle me répondit,
Je n'en suis pas plus fière.
C'est une farce qu'on me fait.
Je suis décorée, en effet,
Ainsi que Paul et Pierre.

« - Sans doute. Mais causons raison.
Allez-vous perdre la raison,
Parce qu'on vous décore ?
Voilà, vraiment, qui me confond.
Cette distinction, au fond,
N'a rien qui déshonore.

« L'État, à ses heures galant,
Admire fort votre talent ;
Et bien, il vous le prouve
En vous octroyant ce ruban,
Ce coquelicot tout flambant.
Et le monde l'approuve.

« - L'État !mais je m'en moque un peu.
Pour lui, tout art c'est de l'hébreu,
Sinon de l'alchimie.
Est-ce que l'État s'y connaît
En écriture ? L'État n'est
Pas une académie.

« Comme je l'ai dit à Briand :
« Donnez-moi plutôt un brillant,
« Un collier, une perle. »
« - D'accord. Aussi bien, il s'en faut
Que je blâme. Mais, à défaut
De grive, on prend du merle !

« Ce ruban que vous dédaignez,
N'a pas, ainsi que vous croyez,
Une telle importance.
« - Pardon ! si j'avais pu prévoir.
J'aurais mis à ne pas l'avoir
Autrement d'insistance.

« Alors qu'autour de moi je vois
Des gens épris de cette croix,
Et jusques au vertige,
Qui marqueront le pas,
Comment, à moi qui n'en veut pas,
Se peut-il qu'on l'inflige !

« - Enfin, vous l'acceptez, pourtant ?
Et voilà le point important.
« - Oui, pour ne pas me faire
Remarquer. Après tout, mon Dieu,
Un ruban de plus, rouge ou bleu,
Ça n'est pas une affaire.

« Mais je ne la porterai pas.
Je ne veux pas qu'à chaque pas,
La foule dindonnière
Exerce sur moi son humour,
Ou bien encor me prenne pour -
Disons-le - cantinière.

« - Tant pis ! Je vous le dis sans fard.
Car ce petit ruban flambard,
Cette fleur purpurine,
Ferait merveille, j'en suis sûr,
Comme chez vos pareilles, sur
Votre jeune poitrine. »

Et, là-dessus, je pris congé :
- Croyez surtout, monsieur, que j'ai
L'horreur de la réclame,
Dit la charmante femme. Ainsi,
Ne dites rien, sorti d'ici,
« - Comptez sur moi, madame. »

Retour en haut de page
Notes de bas de page
1 Ce texte m’a été adressé par M. Bruno Monnier, responsable d’un site consacré à Raoul Ponchon : http://raoulponchon.blogspot.com

Retour en haut de page