Dr Madeleine Pelletier

Les femmes n’ont pas de patrie1

La Suffragiste
Septembre 1910

date de rédaction : 01/09/1910
date de publication : Septembre 1910
mise en ligne : 03/09/2006
Augmenter la taille du texteDiminuer la taille du texteImprimer le texteRecommander ce texte par mail

Les étudiantes polonaises de l’Université de Cracovie et de Lemberg nous envoient une proclamation, dans laquelle elles recommandent aux femmes de boycotter l’Université russe de Varsovie. 

Le tsar, pas plus que Guillaume qui a exprimé sur la question son opinion dans un discours récent, le tsar n’est pas pour l’émancipation des femmes ; seulement, comme les Polonais qui ont gardé encore le sentiment national, ne veulent pas se laisser russifier à l’Université de Varsovie, il a ouvert cet établissement aux femmes, afin de le peupler.

Certes, nous respectons le patriotisme des Polonaises, mais, nous ne saurions, nous féministes, blâmer des femmes de profiter d’une commodité qu’on leur offre d’acquérir l’instruction supérieure, dans un pays où la plupart des Universités leur sont fermées.

Une femme doit faire passer l’émancipation de son sexe avant la patrie, car, où les hommes, seuls, sont citoyens, les femmes ne sauraient être patriotes ; la patrie n’est pas leur affaire.

Retour en haut de page
Notes de bas de page
1  Note de l’éditrice. Ce petit texte n’est pas signé. Mais de par son style, comme de ses fondements, il peut sans risque être attribué à Madeleine Pelletier, par ailleurs Directrice de La Suffragiste.

Retour en haut de page