Marc Legrand

Les commandements du parfait jaloux1

La Fronde
03/03/1898

date de publication : 03/03/1898
mise en ligne : 03/09/2006
Augmenter la taille du texteDiminuer la taille du texteImprimer le texteRecommander ce texte par mail

Ta chère femme enfermeras
Comme en un sérail musulman.

Une scène tu lui feras
Au moins quotidiennement.

Toujours sur ton cœur garderas
La clef de son appartement.

Dans ses tiroirs tu fouilleras
Avec un âpre acharnement.

Ses lettres décachetteras
Et retiendras sournoisement.

Ses clignements d’yeux épieras
Et jusqu’au moindre bâillement.

Quand seule tu la laisseras
Rentreras inopinément.

Grave, tu l’interrogeras
Sur l’emploi de chaque moment.

La nuit, tu te consumeras
Si quelqu’un lui fit compliment.

Du cousin tu l’éloigneras
Qui le reluque tendrement.

À son visage imposeras
D’une voilette le tourment.

À sa tailleuse ordonneras
De ne la flatter nullement.

Avec scrupule, tu choisiras
Pour elle d’ennuyeux romans.


Du monde tu le sèvreras
En lui vantant l’isolement.   

Aux bains de mer la conduiras
Dans quelque ‘trou’ sans agrément.

Au bal, jamais ne danseras
Qu’avec elle rageusement

En wagon ne tolèreras
Que toi dans son compartiment.

Au théâtre surveilleras
Les lorgnettes en mouvement

Et quand de chagrin tu mourras
Elle épousera… son amant !

Retour en haut de page
Notes de bas de page
1 Déjà reproduit dans « Cette violence dont nous ne voulons plus ». N° 5.  Juin 1987. p. 48.

Retour en haut de page