Jules Jouy

Filles d'ouvriers1

Le Père Peinard
01/ 02 / 1994

date de rédaction : 30/05/1898
date de publication : 01/ 02 / 1994
mise en ligne : 03/09/2006
Augmenter la taille du texteDiminuer la taille du texteImprimer le texteRecommander ce texte par mail

Pâle ou vermeille, brune ou blonde
Bébé mignon,
Dans les larmes, ça vient au monde,
Chair à guignon.
Ébouriffé, suçant son pouce,
Jamais lavé,
Comme un vrai champignon, ça pousse
Chair à pavé.

À quinze ans, ça rentre à l'usine,
Sans éventail
Du matin au soir, ça turbine
Chair à travail.
Fleur des fortifs, ça s'étiole
Quand c'est girond
Dans un guet-apens,
Ça se viole
Chair à patron.

Jusque dans la moelle pourrie
Rien sous la dent,
Alors ça rentre en brasserie
Chair à client.
Ça tombe encore ; de chute en chute
Honteuse un soir,
Pour deux francs, ça fait la culbute,
Chair à trottoir.

Ça vieillit et plus bas ça glisse ;
Un beau matin,
Ça va s'inscrire à la police
Chair à roussin ;
Ou bien, « sans carte », ça travaille,
Dans sa maison ;
Alors ça se fout sur la paille ;
Chair à prison...

D'un mal lent souffrant le supplice,
Vieux et tremblant,
Ça va geindre dans un hospice,
Chair à savant.
Enfin, ayant vidé la coupe.
Bu tout le fiel,
Quand c'est crevé, ça se découpe.
Chair à scalpel.

Patrons! Tas d'Héliogabales,
D'effroi saisis
Quand vous tomberez sous nos balles,
Chair à fusils,
Pour que chaque chien sur vos trognes
Pisse, à l'écart,
Nous les laisserons vos charognes,
Chair à Macquart !

Retour en haut de page
Notes de bas de page
1 Publié – dernière stance exclue – dans : Marie-Victoire Louis, Le droit de cuissage. France. 1860-1930. Editions de l’Atelier. Fev.1994. P. 44 et 45.

Retour en haut de page