Émile Pouget

Dans la confiture

Le Père Peinard
26/12/1897

date de publication : 26/12/1897
mise en ligne : 03/09/2006
Augmenter la taille du texteDiminuer la taille du texteImprimer le texteRecommander ce texte par mail

Il y a rue Saint Gilles, une turne où l’on fabrique des confitures et cette boîte sucrée est meublée de sacrées vaches de contre-coups qui ne sont pas confits en douceur.

Un de ces gardes-chiourme, notamment, qui reçoit les malheureuses bougresses le matin, est d’une muflerie pyramidale. Cette fripouille là a du être sous-off quelque part. À la façon dont il commande : « Sur deux rangs ! marche ! Lavez vos pattes ! », on sent le goujat de l’armée.

Ces façons militaires seraient tout simplement ridicules, si le salopiaud n’entrelardait ses commandements d’injures et de vacheries à l’adresse des pauvres diablesses de turbineuses.

Nom de dieu, il faut vraiment que les malheureuses aient la faim au ventre pour endurer pareilles vilenies !

Et foutre, ce n’est pas tout : le sac-à-mistoufles, ainsi que tous ses pareils ne se prive pas de traiter ses esclaves à la turque.

Sa bêtise égale sa vacherie, nom de dieu ! En effet, quel est-il ? un prolo… Que demain on le saque et il sera aussi couillon que les camarades. Or, l’animal s’esquinte à remplir la caisse du singe et l’imbécile ne se rend pas compte qu’il accumule sur son lard [.]dement de haines.

Y aurait foutre rien d’épatant à ce que, un de ces quatre matins, quelque bonne bougresse lui administre une trifouillée de marrons – pas glacés !
Il ne l’aurait certes pas volé.
Et ce n’est foutre pas le singe qui lui collerait des compresses d’alcool ou lui foutrait des rentes.

Le salopiaud devrait pourtant être fixé, cré pétard ! S’il n’avait pas la bouillotte en marmelade, il se souviendrait qu’un jour, un gars l’agrippa par le fond de la culotte avec l’intention de le balancer dans une cuve à confiture…
Quelques types s’interposèrent, - moins pour éviter la déconfiture du sac à mistoufles que pour sauver la cuvée de confitures que le porc aurait embrennée.
Les types n’en pinçaient peut-être pas pour le sabottage…

Eh bien, non, ça n’a pas corrigé le grigou !

En pince t-il donc pour être bombardé martyr du capitalisme ?
Si oui, qu’il le dise, et les prolos qu’ils cramponne verront à lui choisir sa sauce  : ils ne sont pas confituriers pour des prunes !
S’il aime la poire en compte ou les fesses en marmelade, qu’il le dise, nom de dieu !


Retour en haut de page