Raoul Pochon

Le vote des femmes

date de rédaction : 01/01/1922
mise en ligne : 20/04/2011
Augmenter la taille du texteDiminuer la taille du texteImprimer le texteRecommander ce texte par mail

Pour quant à moi, je le proclame

Si j’étais un vieux sénateur

Les trouvant certes à ma hauteur

J’eusse permis le vote aux femmes

Pour leur égibilité

Ce fut toujours dans mon programme

Croirait-on pas en vérité,

Que le métier de député

De sénateur inamovible,

Est quelque chose d’indicible,

De rare et de mystérieux,

Ne convenant qu’aux seuls messieurs,

Mais aux femmes inaccessible,

Alors que ce n’est rien du tout,

Tel que vous l’exercez surtout !

Nous avons des femmes en France

Ne craignant nulle concurrence

Avec les meilleurs d’entre vous,

Messieurs, primant sur leurs époux

Autant que le ciel sur la terre.

Je vous passe de tout commentaire.

Si vraiment, vous n’avez souci

Que de parler pendant des heures,

Elles y sont supérieures

Aux plus loquaces, Dieu Merci !

Comptez que nous avons aussi

Mesdames Colette et Noailles

Qui ne sont pas des « menuailles »

Pour ne citer que ces deux-là

Voire, j’estime que vous êtes

Tous, au prix d’elles des mazettes.

Et vous préférez voir voter

Leur concierge. Quelle santé !

Marcel Coulon

Toute la muse de Pochon

Illustration de V.Le Campion

Paris, Editions de la Tournelle. 1988. 259 p. p.200/201.


Retour en haut de page