Pour la vérité sur l’assassinat de Sophie Toscan du Plantier
 Marie-Victoire Louis

Un assassin dans la tête

date de rédaction : 29/06/2008
date de publication : 29/06/2008
mise en ligne : 09/07/2008
Augmenter la taille du texteDiminuer la taille du texteImprimer le texteRecommander ce texte par mail

Il a démontré sa force, il a satisfait sa violence, il a affirmé son pouvoir
Il a eu le courage, il a eu la lâcheté, il a eu le contentement de ses désirs

Il participe à l’enquête
Il détruit les preuves de sa culpabilité
Il fait du crime son statut, son faire valoir, son gagne-pain

Il nie
Il fait peur, il intimide, il influence, il menace, il corrompt
Il ment

Il est présumé innocent
Il bénéficie des droits de la défense; sa victime n’en a aucun

Il n’a peur de personne, sauf de lui, des témoins, de sa compagne et de la vérité

Il accuse les journaux de diffamation
Il n’obtient pas gain de cause
Il n’en est pas, pour autant, plus coupable

Il est protégé ; nul-le ne s’en offusque  

Il est libre
Il a la loi pour lui  
Il ne craint plus la justice
Il poursuit ses études de droit

Il défie le monde
Il fascine
Il impose le silence

Il fait trembler les plus fragiles évidences

On regarde partout ailleurs
L’ordre public, celui des Etats, est à ce prix  

On exhume l’assassinée

Est-ce enfin le début du terme de la honte de cette succession de dénis et d’injustices depuis onze ans ?
Quand finira ce scandale ?

S’il doit être innocent, alors nous avons tous et toutes un assassin dans la tête
La justice est une chimère
Et la presse sa caution


Retour en haut de page