Harcèlement sexuel. Droit de cuissage
 Association contre les violences faites aux femmes au travail. (AVFT)

Communiqué  de presse - 8 mars 2007
Procès  en diffamation contre huit femmes qui ont dénoncé  les agressions sexuelles d’un universitaire

date de rédaction : 08/03/2007
date de publication : 11/03/2007
mise en ligne : 13/03/2007
Augmenter la taille du texteDiminuer la taille du texteImprimer le texteRecommander ce texte par mail

Huit enseignantes, chercheuses féministes et présidente d’une association de lutte  contre les violences faites aux femmes : Mesdames Nicole Décuré, Michèle Ferrand, Dominique Fougeyrollas, Annick Houel, Nicky Lefeuvre, Catherine Le Magueresse, Marie-Victoire  Louis, Françoise Picq sont renvoyées devant le Tribunal correctionnel de  Toulouse, mercredi 14 mars 2007 à 14 heures.

Le  29 novembre 2004, C. Le Magueresse (Présidente de l’Association européenne contre les Violences faites aux Femmes au Travail (AVFT), juriste) et M-V Louis  (ex-présidente de l’AVFT et chercheuse au CNRS) saisissaient Remy Pech, le  président de l’université de Toulouse le Mirail en ces termes:

« Le  22 novembre, nous apprenions par un texte publié sur EFL (Liste de diffusion des  Etudes Féministes de l'équipe Simone Sagesse, Toulouse), que Daniel Welzer-Lang  était en première position pour être nommé professeur de sociologie (fléché  "genre") par une commission universitaire qui se réunit mardi 30 novembre. (…)

De  nombreuses personnes et institutions savent que l'essentiel est tu, caché, nié.

À  plusieurs reprises, D. Welzer-Lang a été accusé d'avoir agressé sexuellement des  étudiantes sous sa responsabilité pédagogique et/ou alors qu'il était leur  employeur dans le cadre de l'association "Les Traboules". Il a également été mis  en cause pour des pratiques déontologiquement inacceptables.

Les  personnes victimes de Daniel Welzer-Lang ne veulent pas porter plainte de crainte, légitime, de représailles. L'une d'entre elles a exprimé sa peur en  disant : "il est partout, dans toutes les commissions, il reçoit des  financements Daphné pour les projets de recherche, j'ai l'impression de  m'attaquer à un empire".

Nous  respectons leur décision, elle n'enlève rien à la réalité des agissements que  ces personnes ont toutefois dénoncée   auprès de fonctionnaires de l'université de Toulouse.

Nous  avons rencontré - ensemble ou séparées - certaines de ces femmes.  
 
Nous  ne pouvons donc légalement, politiquement et moralement rester silencieuses et  participer à la perpétuation de cette impunité qui peut mettre en danger  d'autres étudiantes.

Nous  taire serait cautionner ces violences et mépriser celles qui ont eu le courage  de les dévoiler. (…) »

En  dépit de cette lettre, l’université présente la candidature de D. Welzer-Lang au  poste de professeur à M. Fillon, ministre de l’éducation nationale, de  l’enseignement supérieur et de la recherche. Confrontées à cette décision, C. Le  Magueresse et M-VLouis saisissent M. Fillon par une lettre en date du  1er décembre 2004 :

« (…)  Compte tenu de la gravité des faits, et fortes des réactions que nous avons  reçues depuis lors, nous vous demandons de ne pas entériner cette nomination. Et  de prendre les mesures qui s'imposent eu égard aux faits  dénoncés.(…) »

Ces  deux lettres ne reçoivent aucune réponse et D. Welzer-Lang est nommé professeur  le 1er février 2005.

Dans  un communiqué du 8 décembre 2004, publié sur la même liste, celui-ci écrit  :

« Objet  d'une campagne de diabolisation sans précédent sur cette liste de diffusion, je  ne pouvais pas demeurer plus longtemps silencieux.

Je  regrette que le débat se soit déplacé du fond (un poste études de genre : sa  définition, la nature des études genre elles-mêmes) vers le terrain de la  calomnie pure et simple. Je reviendrai vers vous plus longuement sur ce sujet  dans les semaines à venir. Dans l'immédiat, je tiens à rappeler que ma  désignation est d'abord et avant tout le résultat de mes productions  scientifiques sur le genre et les rapports sociaux de sexe, ce que nul-le ne  peut contester.

Du  reste, je m'étonne que de nouvelles accusations odieuses aient été portées à mon  encontre la veille de la session du Conseil d'Administration appelé à statuer  sur ma nomination comme professeur, accusation répétées ensuite au Ministre pour  qu'il n'entérine pas cette nomination.

Je  ne peux y voir que des manoeuvres d'intimidation au sujet desquelles j'ai donné  pour instructions à mon avocat d'engager toute action utile».

 En  mai 2005, l’Association Nationale des Etudes Féministes (ANEF) publie dans son  bulletin (n°46), le texte intitulé : «Chantage et abus de pouvoir dans les  universités».

Les  auteures écrivent notamment:

« Fin novembre 2004, comme des dizaines d'autres  centres et réseaux d'études féministes en France et à l'étranger, l'ANEF a  dénoncé auprès de la Présidence de l'Université de Toulouse-Le Mirail  l'attribution du poste de professeur de sociologie fléché « Rapports sociaux de  sexe - Travail, genre et sociétés » à Daniel Welzer-Lang, titulaire d'un poste  de maître de conférences dans cette université depuis 1995.  (…)
 

Dans  le milieu des études féministes, la dénonciation collective de la promotion de Daniel Welzer-Lang en raison de « désaccords déontologiques » a pu apparaître  comme un euphémisme puisque plusieurs témoignages, écrits et oraux, font état de  situations de harcèlement sexuel, de harcèlement moral, d'abus d'autorité et  d'atteinte à la dignité des personnes de la part de cet enseignant-chercheur sur  des étudiant-e-s et des salarié-e-s sur des contrats de recherche menés sous sa  direction, tant à l'université que dans le cadre de l'association « Les  Traboules ». (…)»
 
(…)  Quand plusieurs étudiantes et doctorantes, sur le long terme, de manière  récurrente, allèguent de façon concordante de sollicitations sexuelles directes  de leur directeur, assorties de promesses d'encadrement de leurs travaux  universitaires, de recrutement sur des contrats de recherche, voire de  valorisation des travaux par des publications conjointes, il existe un risque  inacceptable de manipulation et d'abus de pouvoir ». (…)

II  est nécessaire et urgent que soit brisé le silence".


Le  28 janvier 2005, Daniel Welzer-Lang dépose une plainte pour diffamation auprès  du juge d’instruction du TGI de Toulouse à l’encontre de Catherine Le Magueresse  et de Marie-Victoire Louis, puis le 1er juillet 2005 à l’encontre des  responsables de l’ANEF. Nicole Décuré, Michelle Ferrand, Dominique Fougeyrollas, Annik Houel, Nicky  Lefeuvre, Françoise Picq sont alors, elles aussi, poursuivies.

Ainsi,  celles qui, en tant que féministes, chercheuses-enseignantes, militantes,  citoyennes, ont dévoilé publiquement les violences sexuelles - comme il était de  leur devoir de le faire - sont poursuivies au lieu et place de l’auteur des  agressions sexuelles.

Celles  qui ont saisi les autorités compétentes universitaires et ministérielles - qui  n’ont procédé à aucune enquête - sont renvoyées devant le Tribunal.

  
L’enjeu  de ce procès est de savoir si les victimes de violences sexuelles et/ou les  personnes qui ont connaissance de ces violences peuvent ou non les dénoncer.

L’enjeu  est de poser la responsabilité des institutions au sein desquelles ces violences  ont eu lieu et qui auraient du agir.

Pour  exprimer votre solidarité à l’égard des prévenues:  
 
Tribunal  correctionnel de Toulouse (2 allées Jules Guesde), 3 ème Chambre à 14  heures.

Contact : Catherine  Le Magueresse, présidente de l’AVFT : 06 81 37 84 17.

www.avft.org (http://www.avft.org)

www.marievictoirelouis.net (http://www.marievictoirelouis.net)

www.anef.org (http://www.anef.org/)


Retour en haut de page