Revue : Projets Féministes
numéro 1
  AVFT

Initiatives

Lettre à Madame la Secrétaire d’Etat aux droits des femmes et à la vie quotidienne

Projets Féministes N° 1. Mars 1992
Quels droits pour les femmes ?
p. 148 à 150

date de rédaction : 01/03/1992
date de publication : Mars 1992
mise en ligne : 07/11/2006 (texte déjà présent sur la version précédente du site)
Augmenter la taille du texteDiminuer la taille du texteImprimer le texteRecommander ce texte par mail

Paris, le 18 Juin 1991


Madame la Ministre,


Nous avons appris avec plaisir votre nomination au secrétariat d'État aux droits des femmes et à la vie quotidienne, par Madame Edith Cresson, Première ministre.

Quotidiennement, des millions d'hommes en France exercent des violences psychologiques, physiques, sexuelles, auxquelles des millions de femmes, quels que soient leur âge et leur milieu doivent résister. Ces violences spécifiques aux femmes constituent des atteintes aux droits de la personne.

En France, elles ne sont, en tant que telles, ni quantifiées, ni analysées, ni sanctionnées à la mesure de leur gravité. C'est pourquoi, dans notre recensement ci-après, nous citerons, outre quelques chiffres français, des statistiques officielles en provenance d'autres pays.

* Deux millions de femmes sont victimes des violences de leur conjoint ou ex-conjoint, selon les estimations de Madame Michèle André. On oublie trop souvent que ces violences incluent aussi des viols, des actes de torture, des assassinats.

Au Canada, un meurtre sur 5 est commis au sein de la famille.

Dans 9 meurtres conjugaux sur 10, c'est l'homme qui tue la femme.

* Des enfants, majoritairement des petites filles, sont victimes d'agressions sexuelles commises par un homme de la famille.

Aux Etats-Unis, l'estimation la plus basse est d'une fille sur 10 filles, et d'un garçon pour 5 filles.

* Outre les petites filles et les femmes déjà victimes de mutilations sexuelles, plus de 10.000 petites filles en sont encore menacées en France.

Près de 5.000 viols sont officiellement déclarés chaque année en France, auxquels il faut ajouter plus de 8.000 attentats à la pudeur. Ce chiffre n'est pas révélateur de leur fréquence réelle. Aux Etats-Unis, au Canada, en Allemagne, un viol a lieu toutes les 6 minutes.

* Le harcèlement sexuel- chantage sexuel et climat de travail sexiste - a comme conséquences pour les femmes brimades professionnelles démissions, licenciements.
Selon les chiffres de la Communauté européenne, de trois à huit femmes sur la ont subi une situation de harcèlement au travail.

* Les femmes qui sont prostituées cumulent toutes ces violences, en plus de celles exercées par les proxénètes, les clients, les pouvoirs publics.

* Un trafic international de femmes, essentiellement du Tiers monde, existe en France, dont la réalité est encore occultée dans notre pays.

* Toutes les femmes, et nombre d'hommes, sont agressées quotidiennement par la pornographie, le sexisme des publicités diffusées sur les murs des villes et à la télévision.

Toutes ces agressions sexuelles et sexistes, à l'encontre des femmes résidant en France, françaises ou immigrées, ont lieu non seulement dans la famille, au travail et dans la rue, mais aussi dans lès écoles, les commissariats, les hôpitaux, les cabinets de psychiatres, de médecins, d'avocats, dans les lieux de cultes.

Nous, signataires, souhaitons que le premier gouvernement dirigé par une femme adopte, grâce à l'action de votre Secrétariat d'Etat, un plan global et prioritaire de lutte contre les violences faites aux femmes, élaboré en tenant compte des acquis et des expériences féministes, françaises et internationales.

Veuillez agréer, Madame la Ministre, l'expression de notre considération. 1

***

SIGNATAIRES

Miguel Abensour, professeur Paris VU - Aicha Arnaout, poétesse - Michel Askevis. ingénieur de recherehes - Association "Du côté des femmes" Lille, le collectif féministe et la librairie associative - Association Européenne contre les violences faites aux femmes au travail - France Aubert, maître de conférence - Marie-Christine Aulas, parlementaire européenne, groupe des verts - M. Bacou, directrice d'études Columbia University - Christine Bard. historienne - Luce Belot. Josiane Sion. UFF Nord - Jean-Michel Belorgey, député - Claudine Bidard, maître de conférence- B Biebuyek, directeur d'études Columbia University- Laurence Bernier, UFFParis - Michèle Bordeaux, professeur Faculté de droit Nantes - Josiane Boutet. Socio-linguiste - Colette Capitan. CNRS - Collectif féministe de Jussieu - Collectif féministe contre le viol et les violences faites aux femmes. Toulouse - Collectif féministe Sorbonne - Françoise Collin, professeur de philosophie, écrivain, rédactrice en chef des Cahiers du GRIF - Thérèse Cerneau. Sylvie Colomines, Anne-Marie Cousteilles, Danielle Dufour. France Fargues. Irène Sapir, Claude Viguier, conseillères municipales de Bergerac - Mireille Dadoy, CNRS - Maurice Dayan, psychanaliste, professeur -Sonia Dayan-Hersbrun, professeur - Demonet. directeur CNRS, père de famille - Monique Dental. collectif de pratiques et de réflexion féministes Ruptures - Jean-Jacques Dupeyroux, professeur à Paris il - Françoise d'Eaubonne, écrivaine, Secrétaire générale de "SOS sexisme". présidente du "Comité Vérité Doucé" - Eugène Enriquez, professeur Paris VII - Fédération CRC santé sociaux - Fédération Sud PTT - Des Femmes de la Gavine, Toulouse - Pierre Fougeyrollas, professeur Paris VII –GAMS - section française du comité interafricain sur les pratiques traditionnelles affectant la santé des femmes et des enfants - Emmanuel Garrigue, maître de conférence - Paule Gentot- économiste - GRAIFF, Marseille - Philippe Grand, archiviste - Margaret Goodoin, secrétaire de direction - groupe Femmes de Bergerac - Danielle Haase-Dubosc, directrice d'études et professeur d'université - Chapour Haghihat, maître de conférence - Nancy Huston, écrivain - Luce Irigaray, directrice de recherches CNRS - Jeunes Femmes, Bergerac, - Liliane Kandel, chercheuse CNRS - Paul Kessler, directeur de recherches CNRS - Odile Krakovitch, archiviste - Claude Kressmann, conseillère municipale, responsable juridique - Irène de Lipowoski, ancien député-maire - Florence Loupiac - Colette de Marguerie, avocate - Claude Meignan, historienne - Fatima Mezyane, enseignante - Andrée Michel, directrice de recherches honoraire au CNRS - Claire Michard, Maison des Sciences de l'Homme - Janine Mossuz-Lavau, directrice de recherches CNRS - Mouvement "Jeunes Femmes"- Les Mélusines Associées, Rouen - Gérard Nameur, professeur - Monique Novel, psychologue et formatrice - Pernette, formatrice en travail social- Michelle Perrot, professeur Paris VII - Annie Picard, Yvonne Sée, section française de ligue internationale de femmes pour la paix et la liberté - Denise Pouillon-Falco, Union contre le trafic des êtres humains - Dominique Pradalier, journaliste - Frédérique Reynaud, assistante - Rebatel Christine, informaticienne - Danielle Riva, Alternative Rouge et Verte - Luce Sirkis, médecin -Irène Sokologorsky, professeur Paris Vill, - 50 femmes battues, Clermont-Ferrand - SOS femmes battues, Nice - SOS Femmes, Angel - Maryse Tripier, professeure  à Paris VII -Catherine Valabrègue, Pour une éducation non sexiste - Daniel Welzer-Lang, anthropologue, RIME, centre d'accueil pour hommes violents, Lyon - Claude Zaidman, maître de conférence, responsable CEDREF - Michèle Zemor, directrice d'école, responsable "Forum pour une paix juste et globale au Moyen Orient"

Retour en haut de page
Notes de bas de page
1 Ajout. Août 2003. Cette lettre rédigée par l’AVFT s’inscrit à la suite de la lettre adressée à Michel Rocard, Premier Ministre, en date du 6 juin 1988. In : Cette violence dont nous ne voulons plus. N° 8. Septembre 1988. p.41-42. M-V.L

Retour en haut de page