lettres politiques
 Marie-Victoire Louis

Lettre à Guy Julliard

date de rédaction : 28/03/1997
mise en ligne : 03/09/2006 (texte déjà présent sur la version précédente du site)
Augmenter la taille du texteDiminuer la taille du texteImprimer le texteRecommander ce texte par mail

Paris, le 28 mars 1997.

Monsieur Guy Julliard.
Prospectives études et recherches en sciences humaines
180 Boulevard Georges V
33000 Bordeaux

Par fax et courrier

Monsieur,

J'ai bien reçu votre appel téléphonique, suivi du fax daté du 26 mars.

Je vous remercie de m'avoir proposé de participer à la table ronde organisée le 12 juin à la Bourse de travail de Bobigny sur le thème du "fait prostitutionnel" dans le département de Seine St Denis. Je regrette que vous ne fassiez pas allusion à la teneur de votre travail de recherche que vous avez menée dans ce département puisque celui-ci doit servir de "fil rouge" à l'organisation de cette journée. Je serais très intéressée de pouvoir le lire.

Mais les raisons qui motivent mon refus sont autres.

Je ne souhaite pas participer à une rencontre sur la prostitution sans projet politique affirmé de lutte contre la prostitution et sans que ces moyens de lutte ne soient annoncés. Je ne souhaite pas participer à une rencontre sur la prostitution où les prostitué-es seraient absentes et où leur vécu serait exclusivement dit par d'autres.

Mon engagement intellectuel est militant; je souhaite m'engager pour participer, avec d'autres, à la dénonciation de ceux qui veulent légaliser le proxénétisme, comme à la dénonciation de la violence que constitue, en soi, la prostitution, et non pas sa seule" exploitation".

Cette appréciation - qui ne révèle qu'une position strictement personnelle - n'enlève rien à l'intérêt de l'organisation de votre journée ; les occasions données de discuter de la prostitution sont rares et la vôtre est bienvenue .

En vous remerciant de la confiance que vous avez bien voulu me manifester, je vous prie de croire, Monsieur, à l'assurance de mes sentiments les meilleurs.

Marie-Victoire Louis.


Retour en haut de page