Prostitution. Proxénétisme. Traite des êtres humains
 Marie-Victoire Louis

Document sans titre

date de rédaction : 30/11/-1
Augmenter la taille du texteDiminuer la taille du texteImprimer le texteRecommander ce texte par mail

Extrait de l’Abécédaire féministe

À la recherche du patriarcat…

L’abécédaire féministe, profondément revu, comporte dorénavant 4238 items et 23 rubriques : I. «Culture» (177) ; II. Droit (90) ; III. Êtres humains (144) ; IV. Êtres humains. Corps (60) ; V. Êtres humains. Enfants (48) ; VI. Êtres humains. Femme-s (813) ; VII. Êtres humains. Homme-s (333) ; VIII. Êtres humains. Relations entre êtres humain-es (185) ; IX. Famille (180) ; X. Féminisme-s. Féministe-s (195) ; XI. Justice (203) ; XII. Langage (143) ; XIII. Patriarcat (199) ; XIV. Penser (330) ; XV. Politique (453) ; XVI. Pornographie (52) ; XVII. Proxénétisme (164) ; XVIII. «Sciences» sociales (78) ; XIX. «Sciences» Sociales (Démographie) (23) ; XX. «Sciences» sociales (Économie) (84) ; XXI. «Sciences» sociales (Histoire) (58) ; XXII. Sexe-s [Sexualité, Sexisme] (62) ; XXIII. Violences (164)… et continuera d’évoluer.

29 juin 2017

IV. Être-s humain-es (Corps) :

En noir : Nouveaux items

Être humain : Être humain Corps (1,2,3,4) ; Corps («Disposer de son») (5) ; Corps «Mon corps m’appartient» (6) ; Corps Althusser (Louis) ; Corps (Amnesty International) ; Corps (Arabes) ; Corps (Bras et jambes) ; Corps (Cadavre) ; Corps (Capital) ; Corps («Capitalisme corporel») ; Corps (Carte d’alimentation. France. 1941) ; Corps («en morceaux») ; Corps (Inaliénable) ; Corps (Elle) ; Corps (Femme) ; Corps (Festival de Cannes. 2017) ; Corps (Football) ; Corps (Fouille à corps. Police. Prison) (1,2,3,4,5,6,7,8,9) ; Corps (GPA. «Gestation pour autrui») ; Corps (Gouvernement) ; Corps (Injure) ; Corps (Jambes) ; Corps (Khomeiny) ; Corps (Langage) (1,2) ; Corps (Mains) (1,2) ; Corps (Marchandisation) ; Corps (Mannequinat) ; Corps (Matérialisme) ; Corps (non patrimonialité) ; Corps (Président de la République) ; Corps (Propreté) (1,2) ; Corps (Proxénétisme) (1,2) ; Corps (Nudité) ; Corps (Nudité. Femme) ; Corps (Pulsions) ; Corps («Quatre mains») ; Corps (Rodin Auguste) ; Corps (Sade) ; Corps (Seins) ; Corps (Soljenitsyne Alexandre) ; Corps (Viols) ; Corps (Visage) (1,2) ; Corps (Vivants et morts) ;

29 juin 2017: 60 Items

Être humain. Corps (1) : Le corps ne pense pas. (Cf. Êtres humain-es)

Être humain. Corps (2) : Marilia Aisenstein, après avoir affirmé : «Je l’ai compris très vite, il n’y a pas de philosophe femme. Hannah Arendt est la seule grande exception. C’est la raison pour laquelle j’ai fui de la philosophie à la psychanalyse.» poursuit : «La seule vraie question philosophique a trait à : ‘comment on pense’. La seule vraie réponse est : ‘avec son corps’. Alors c’est comme ça, et il n’y a aucune raison que ça ne dire pas, c’est inscrit dans le corps1
- Peut être a t-elle, depuis lors, modifié son analyse… (Cf. Penser. «Sciences» sociales. Philosophie. Psychanalyse)

Être humain. Corps (3) : Le corps n’est que l’incarnation de l’être.
Tout ce qui réduit l’un à l’autre, subsume l’un dans l’autre, participe de la négation de l’être humain. (Cf. Être humain)

Être humain. Corps (4) : Hier [28 juin 2017], j’entendais une universitaire considérer comme une avancée nouvelle, positive, le fait que les «jeunes féministes» redécouvraient «le corps». Mais comment ne pas voir que séparer le corps de l’être humain, c’est briser la séparation entre la vie et la mort ?

Être humain. Corps («Disposer de son») (5) : Dans l’appel à manifester ce jour (25 janvier 2014) à Paris, signé - à l’initiative de la Marche Mondiale des femmes contre les Violences et la Pauvreté - par des dizaines d’associations, partis, syndicats [dont la liste doit être connue 2], intitulé : «Avortement Espagne : Manifestations Solidaires Paris et ailleurs !» «Non à la régression des droits des femmes en Espagne et ailleurs ! […]», je lis notamment : «Nous appelons à : - Lutter pour une Europe où toutes les femmes pourraient disposer librement de leur corps sans contrainte étatique et religieuse, et qui intègre ces droits à la Charte européenne des droits fondamentaux. […] Et le texte se termine ainsi : «Non à l'ordre moral qui veut gérer nos vies, Oui à nos droits, tous nos droits, et à la liberté de choix d'avoir un enfant ou non».
- L’Europe libérale proxénète a encore gagné : ce sont ses ‘concepts’ qu’elle a, sous couvert de lutte pour le droit à l’avortement, imposé. (Cf. Proxénétisme)

Être humain. Corps («Mon corps m’appartient») (6) : Affirmer «mon corps m’appartient», c’est poser le droit de propriété (de son corps) comme fondement de son identité, au mépris de toutes les philosophies posant la liberté comme fondement de la personne humaine pensante. C’est substituer la question de la liberté (de l’être) à celle de la propriété (du corps). Toute dissociation du corps et de l’être humain est en, soi une négation de la personne humaine, morcelée, et donc chosifiée.
Cette expression ne peut être légitimé. En effet, si je suis propriétaire (de mon corps) - dissocié de ma personne -, je suis libre d’en disposer à mon gré, de le vendre, le louer, de l’exploiter, et donc d’en être exploitée : on légitime donc la capacité de chacun-e à s’approprier d’autres êtres humains. On comprend mieux, dès lors, comment une revendication présentée, vécue comme féministe en est venue à être utilisée, en toute cohérence libérale, par les tenants du proxénétisme. Et peut justifier l’esclavage.
Enfin, subordonnant l’être - qui dès lors disparaît - à l’avoir, c’est la «propriété de soi» qui est présentée comme «le combat de la nouvelle génération» par «le dirigeant du think Tank, Liberal. Generation. Libre» présenté comme ayant «travaillé au cabinet de C. Lagarde à Bercy et à la BERD à Londres3
- Pour mieux appréhender les régressions inhérentes cette affirmation, Cf. :
* L’article 28 de la Déclaration des droits de l’homme de l’an III (24 juin 1793) : «Tout homme peut engager ses services, son temps : mais il ne peut se vendre, ni être vendu ; sa personne n’est pas une propriété aliénable [...].»
* John Locke [1632-1704] : «Je ne suis pas le propriétaire de ce qu’un autre est en droit de me prendre quand il lui plaira, contre mon consentement.» 4
* Emmanuel Kant [1724-1804] : «L’homme ne peut pas disposer de lui-même, parce qu’il n’est pas une chose. Il ne saurait donc être propriétaire de lui même.» 5
- Entendu [2012] : «Elle lui offre son corps» : le corps est devenu l’objet du sujet.
- Lu [12 septembre 2013] : «Mon corps, ce jouet» [Revue : Styliste]
(Reprendre) (Cf. Êtres humain-es)

Être humain. Corps (Althusser Louis) : Louis Althusser [1918-1990], auteur
- de : «On me dit que j’ai, vers 1975, prononcé cette phrase terrible : ‘Et puis, il y a des corps et ils ont des sexes’ !» ;
- de : «Mon corps désirait profondément avoir son existence à lui.» ;
- de : «Je m’appropriais toutes les virtualités effectives de mon corps.» ;
- de : «C’est là que je me mis à ‘penser’ avec mon corps.» ;
- de : «J’étais enfin devenu heureux dans mon désir, celui d’être un corps, d’exister avant tout dans mon corps.»
- Et, in fine, de : «Lorsque je ‘rencontrai’ le marxisme, ce fut avec mon corps que j’y adhérai6
Sidérant, lorsque l’on sait l’influence que cet homme eut sur une fraction importante des intellectuels marxistes français, et au delà…(Cf. «Intellectuel» France. XXème siècle. Althusser (Louis), Sexe)

Être humain. Corps (Amnesty International) : Amnesty International a, en mars 2014, lancé une campagne internationale intitulée : «Mon corps, mes droits», ces deux termes étant précédés de : «ma vie, ma santé, mon éducation, mon choix, mon avenir». Un nouveau concept : l’égotisme utilitariste, dont les femmes seraient l’avant-garde ? (Cf. Être humain. Corps. Fouille à Corps, Droits humains. Amnesty International)

Être humain. Corps (Arabes) : Je reçois un «appel à contribution» émanant du Journal l’Homme et la société, Paris, l’Harmattan, intitulé : «Corps en colère dans les révoltes arabes». [1er mars 2017. Date de remise des articles : 30 mai 2017]
- Court, mais suffisant pour saisir l’utilisation politique qui peut être faite de l’usage du mot : «corps», au lieu et place d’«êtres humains».

Être humain. Corps (Bras et jambes) : Marie-Georges Buffet, ministre communiste de la Jeunesse et des sports [1997-2002], interrogée sur cette «expérience», répond (par écrit) : «La première chose à laquelle je me suis attelée, ce fut de redonner confiance aux sportifs et aux sportives. Pour moi, il faut les considérer comme des citoyens à part entière, et non pas comme des bras et des jambes. […]» 7
Encore heureux…

Être humain. Corps (Cadavre) : Un médecin légiste : «Ce n’est pas un cadavre, c’est une personne décédée8 (Cf. Êtres humain-es)

Être humain. Corps (Capital) : Entendu sur Arte le 19 août 2016 dans une émission consacrée au Brésil à l’occasion des Jeux Olympiques : «Le corps est un capital comme un autre….» 9 (Cf. Proxénétisme, «Sciences» sociales. Économie)

Être humain. Corps («Capitalisme corporel») : Je lis à l’annonce d’un colloque intitulé : «Le corps humain saisi par le droit : entre liberté et propriété» : «[…] On voit poindre ici la logique de marché, laquelle fait craindre l’émergence d’un capitalisme corporel.» Dès lors que c’est bien le corps qui est sujet du colloque, que c’est bien du corps que toutes les interventions parlent [«Le corps humain, la dignité et la liberté» ; «Le corps humain et la propriété» ; «Le corps mis à disposition» ; «Le corps contraint»] la crainte évoquée n’est qu’hypocrisie et cache sexe.
Enfin, l’expression de «capitalisme corporel», lu ici, par moi, pour la première fois, - sans doute promise à un brillant avenir - est inappropriée. Car ce dont il s’agit c’est l’achèvement d’une logique capitaliste qui a depuis déjà fort longtemps, intégré les êtres humains dans le marché mondial. Ce qui est en cause et doit être dénoncé, c’est le capitalisme libéral proxénète. (Cf. Patriarcat, Proxénétisme)

Être humain. Corps (Carte d’alimentation. France. 1941) : Lu dans le Journal de Jean Guéhenno, alors professeur en Khâgne, en date du 28 avril 1941 : «Samedi, j’ai dû faire la queue à la mairie pour changer ma carte d’alimentation. (Les professeurs de gymnastique seuls ont droit à la carte T - 350 grammes de pain - Ceux qui, comme moi, ne soulèvent que des mots n’ont doit qu’à la carte A - 200 grammes de pain.)» 10(Cf. Hommes. «Intellectuels», Langage, Politique. Guerre)

Être humain. Corps (Émotions) : Christophe André, auteur de : «Nos émotions ne parlent pas, mais elles s’expriment. Par des sensations corporelles, des comportements, des pensées automatiques, radicales, simplifiées. Et de même, pour les calmer et les apaiser, les mots ne suffisent pas, en général. Il faudra passer par le corps.» 11 (Cf. Être humain. Soi. André Christophe, Langage)

  1. Être humain. Corps (Festival de cannes. 2017) : Lu : «Cannes, c’est comme un enchevêtrement fébrile de corps et d’émotions en tenues de soirées.» 12 (Cf. Culture)

  2. Être humain. Corps (Fouille à corps. Police (1) : [France. 1996] On lit dans le livre d’Anne-Valérie Noir, fille de Michel Noir, épouse (à l’époque) de Pierre Botton, et ce, alors qu’elle n’est ni mise en examen, ni inculpée, ceci : «Le commandant de police me fit savoir qu’il souhaitait se rendre en ma compagnie à ma banque pour perquisitionner le coffre que j’y détenais. Ce ne serait donc jamais fini ? Nous voilà à 11 heures dans la salle des coffres. Lorsqu’il s’aperçut que le mien était vide, le ton monta devant le personnel de la banque, effaré par ses méthodes. ‘Où sont les papiers, vous devez me dire où sont les papiers’. J’ignorais de quels documents il parlait. Mais quand je lui posais la question, il éructa : ‘Je veux les papiers. Si vous ne me dites pas où ils sont, cet officier de police judicaire femme va vous fouiller’. Cette tentative d’intimidation passée, il acheva mon audition.» 13

Être humain. Corps (Fouille à corps. Prison) (2) : En garde à vue, en prison, leur signification réelle : viol des personnes emprisonnées ou menacées de l’être par l’État. Autrefois appelées «examen vaginal et rectal» ; aujourd’hui encore : «fouille corporelle [intégrale, «fouille à nu [avec ou sans inspection anale]», «investigations corporelles internes».
- Amnesty International, en 2013, évoque, pour sa part : «les fouilles des cavités internes14

Être humain. Corps (Fouille à corps. Prison) (3) : Sur Wikipédia, en mai 2013, à ce terme, on peut lire, sans autre commentaire : «En droit [positif] français la «fouille à corps» (ou «fouille corporelle») est assimilée à la perquisition.» [Cf. Cass. crim. 21 juillet 1982 (Bull.crim. n°196 p.535)] Éclairant. (Cf. Politique. Prison, Sexe-s)

Être humain. Corps (Prison. Fouille à corps) (4) : Prison de Haguenau. 1935. «La détenue entièrement nue, doit s’accroupir au dessus d’un miroir posé à terre et tousser afin que la surveillante puisse procéder à un examen attentif, sans inutile contorsion. […]»15

Être humain. Corps (Fouille à corps. Prison) (5) : France. Prison de la Roquette. 1966 : «On nous a emmenées, dans la 1ère division, devant une cellule absolument nue et dépourvue de tout mobilier. Il faisait un froid très vif. Nous y sommes toutes rentrées l’une après l’autre. […]
Quand je fus complètement nue, Mme Têtout me fait écarter les jambes et se mit à genoux devant moi pour procéder à une inspection détaillée de mon anatomie. Ne voulant pas être en reste, Richet, pendant ce temps, m’écartait les fesses des deux mains et s’assurait que la partie charnue de ma personne ne recelait rien qui fut contraire au règlement. Mon briquet semblait mettre quelques bonne volonté à rester en place, mais tous mes muscles contractés pour l’y maintenir, je n’osais ni protester, ni faire le moindre mouvement susceptible de précipiter la catastrophe. Des larmes de honte et d’impuissance coulaient sur mon visage, et une brave surveillante, demeurée à la porte me regardait d’un air navré. Le zèle déployé par ses «supérieures» l’écœurait et elle ne le cachait pas.» 16 (Cf. (Cf. Politique. Prison)

Être humain. Corps (Fouille à corps. Prison) (6) : Entendu ce jour, 5 décembre 2014, sur Radio Libertaire (Chroniques Syndicales) : une prisonnière qui avait ses règles, soumise à une fouille à corps «intégrale», a du retirer son tampon et le montrer à la surveillante (sans date précise). (Cf. Politique. Prison)

Être humain. Corps (Fouille à corps. Prison ) (7) : Canada. 2006. Prison de Surrey, Nathalie Getteliffe, auteure de : «[...] On nous a isolées une à une dans nos cellules pour nous déshabiller. On m’a demandé encore de me pencher en avant et d’écarter mes fesses et de soulever mes seins17 (Cf. Politique. Prison)

Être humain. Corps (Fouille à corps. Prison ) (8) : France. Prison d’Orléans. 2012. Je lis, sous la plume de Jacqueline Sauvage : «Hier [le jour même où elle avait tué son mari, et appris le suicide de son fils. 10 septembre 2012] quand les gendarmes m’y ont abandonnée [en prison à Orléans] à 23 heures, les gardiennes m’ont demandée de me mettre nue.» 18 (Cf. Justice. Procès Jacqueline Sauvage)

Être humain. Corps (Fouille à corps. Prison ) (9) : Dans un reportage consacré aux femmes enfermées pour de longues peines à la prison de Rennes, on lit une pancarte sur une porte : «Local des fouilles intégrales». Pourquoi ces inutiles humiliations supplémentaires ? 19

Être humain. Corps (Inaliénable) : Transformer l’article 16-1 du Code civil (français) : «Le corps humain est inviolable» en : «Le corps humain est indissociable de la personne humaine. La personne humaine est inviolable et inaliénable.» L’inscrire dans le préambule de la constitution et en tirer les conséquences dans tous les textes de droit interne, inter-régional et international.
- Cf., entendu dans un documentaire intitulé Les ors de la République : «Le domaine de l’État est inaliénable et imprescriptible». 20 Ce qui est valable pour les meubles de l’Élysée pourrait peut être l’être aussi pour un-e enfant, un-e adulte, violé-e, prostituée. Non ? (Cf. Droit, Proxénétisme. Abolitionnisme, Violences)

Être humain. Corps (Jambes) : Lu dans le livre collectif intitulé Maternité esclave [1975] : «Une jeune femme se souvient de l’humiliation ressentie dans une salle commune (d’une maternité) lorsque le médecin entrant pour sa visite matinale déclara d’un ton qui se voulait peut être paternel (!) : «les papattes en l’air». Et toutes ensemble, ces jeunes femmes, le derrière nu, se mirent en position gynécologique sans oser protester […] Elle avait dix-neuf ans.» 21

Être humain. Corps («en morceaux») : Un colloque intitulé : «Le corps en morceaux : violences sexuelles et violences sexuées faites aux femmes» doit avoir lieu au Sénat le 28 novembre 2014. Il sera ouvert par Pascale Boistard, Secrétaire d’État, chargée des droits des femmes sur le thème : «La prostitution, une violence faite au corps des femmes». (Cf. Proxénétisme, Violences)

Être humain. Corps (Elle) : Lu dans Elle, en février 2014, l’article intitulé : Espagne, Mon corps, propriété privée : «C’est une action de reconquête. Prenant le slogan : ‘Mon corps m’appartient’ au pied de la lettre, des centaines d’Espagnoles ont répondu à l’appel de la performeuse Yolanda Dominguez en faisant enregistrer leurs corps au Registre des biens meubles dans les chambres de commerce de plusieurs villes. […] Cette action contient bien sûr une ironie décrypte l’artiste dans le journal El Pais. Nous ne sommes pas évidemment que des corps, mais avec sa loi de restriction de l’IVG, le gouvernement nous traite comme tels, de simples corps.» 22 La marchandisation des êtres humains avance inexorablement…Et la presse qui, sous couvert de beauté, depuis si longtemps, a marchandisé les femmes poursuit logiquement son rôle d’avant garde en la matière (Cf. Femmes, Politique. Frontières, Proxénétisme, Sexe-s […] )

Être humain. Corps (Femme) : Dans film, Le septième juré [Georges Lautner. 1962] une jeune femme, attirante, jeune, belle, en bikini, dorait son beau cops au soleil. Elle est assassinée. Nous assistons au crime. Une reconstitution doit avoir lieu : la personne chargée de l’incarner, était un homme fort, entièrement vêtu, pourvu d’un pardessus. (Cf. Culture. Cinéma. Le septième juré, Justice)

Être humain. Corps (Football) : Daniel Sibony, psychanalyste, lors du Mondial de foot de 1998, auteur de : «sans être un freudien obsédé, on peut voir chaque équipe comme un corps collectif qui, dès qu’il a la balle, devient phallique et va l’enfoncer dans le creux du corps adverse. Dans maintes langues, marquer un but c’est carrément tirer un coup…» 23 (Cf. Sexe-s. sexualité, Violences)

Être humain. Corps (Gouvernement) : Une émission de France Culture, en mars 2014, est consacrée au «gouvernement du corps [...]». 24 (Cf. Politique)

Être humain. Corps (GPA. «Gestation pour autrui») : Aucune dénonciation de la GPA (dite, pour en dénier toute dénonciation féministe et en occulter l’ignominie : «gestation pour autrui)» n’est crédible, ne serait-ce qu’en pure logique, si elle n’est concomitamment liée à celle de la dénonciation du proxénétisme. Or, elle en est exclue dans la «Charte pour l’abolition universelle de la maternité de substitution», [qualifiée de «pratique sociale»] dont en France les associations initiatrices sont la CADAC (Coordination des associations pour el droit à l’avortement et à la contraception), la C.L.F (Coordination lesbienne en France), et Le Corp (Collectif pour le respect de la personne. Responsable. Sylviane Agasinski). Les premières «Assises» ont eu lieu à l’Assemblée nationale, le 2 février 2016. On note qu’en conclusion, «la parole politique» (au singulier) était dévolue à «Marie-George Buffet, Yvette Roudy, anciennes ministres, José Bové (Député Européen. Les Verts) et de nombreux responsables politiques européens.» (Cf. Proxénétisme)

Être humain. Corps (Injure) : 27 octobre 2016, place Maubert, un taxi frôle un cycliste qui, furieux, l’injurie en ces termes : «Descends ! Descend, si t’es un homme !. Pédé ! T’as rien dans le cul !» ? Légèrement contradictoire, non ? (Cf. Êtres humains. Relations entre êtres humains. Injure, Homme, Sexe [])

Être humain. Corps (Khomeiny) : Khomeiny [1902-1989], auteur, dans un discours en 1979 de : «Chaque fois que dans un autobus un corps féminin frôle un corps masculin, une secousse fait vaciller l’édifice de notre révolution». 25
- Fait vaciller la pensée…

Être humain. Corps (Langage) (1) : Non, le corps ne parle pas ; non, il n’y a pas de parole, pas de langage du corps. Il y a des paroles, des langages (silences inclus) de l’être humain, dont certaines se manifestent ou non, consciemment ou non, par des expressions visibles ou non, lisibles ou non, physiquement, corporellement ou non.
Non, le corps (arts de la danse inclus) n’a pas à «se dire», à «s’exprimer», à «se laisser aller», à «se libérer», à «dire sa vérité»…Le corps (le cœur, le cerveau, le sexe…) ne peut être dissocié de l’être humain ; s’il l’est, quand il l’est, c’est une négation de l’idée même d’être humain. (Cf. Langage, Proxénétisme)
* Ajout. 5 juin 2016. Françoise Dolto [1908-1988] évoque «un vocabulaire du corps». 26

Être humain. Corps (Langage) (2) : Le processus de transfert des attributions supposées être celles de l’«être humain» au corps s’accélère…
- Quelques intitulés de livres, séminaires, colloques, exposés, journées d’études, appels à contrats, articles, thèses (non exhaustif) :
- [2014-2015] : «Mon corps a-t-il un sexe ?» ; «Corps vulnérables» ; «Du corps imaginaire à la singularité du corps : Le féminin en question» ; «Le corps à travers le regard» ; «Du corps différent à l’imaginaire de l’autre» ; «Le corps imaginaire incarcéré deux fois» ; «Quand le corps s’abîme dans l’art» ; «Le corps doublement blessé» ; «Du corps ‘sculpté’ au sexe mutilé» ; «Le corps féminin, fantasme de la chirurgie esthétique» ; «Cancer du sein, le corps singulier» ; «L’apprentissage du corps après l’accident» ; «Pratiques de séduction et construction du corps des épouses dans l’Assemblée des femmes» ; «Hermaphrodites et invertis dans le discours médical à la Belle époque. Corps vulnérables ou corps coupables ?» ; «Le corps en lambeaux : violences sexuelles et violences sexuées faites aux femmes» ; «La violence des mots et leurs effets sur le corps» ; «Violences sexuelles et marquage du corps dans le monde romain» ; «Entre sexe, genre et statut. La violation des corps dans les sources tragiques et judiciaires de l'Athènes classique» ; «Le corps à l’épreuve du Moyen Âge à l’époque contemporaine» ; «Le corps, valeur sociale protégée : les mots du code pénal et les limites de la répression» ; «La prostitution, une violence faite au corps des femmes» ; «Corps en guerre ; une reconfiguration de la virilité» ; «Le corps du délit ou la libre disposition de soi» ; «Validité, autonomie, abjection : interroger le corps et le care» ; «Corps individuels, corps subjectifs ; Quelles subjectivités dans les pratiques de transplantation ?» ; «La personne greffée : Corps individuel, identités personnelle et professionnelle» ; «Corps collectifs : Du don à la justice» ; «Corps et marché dans la transplantation d’organes» ; «Genre, corps et vulnérabilité : normes médicales, éthiques et politiques de l'intégrité corporelle et de la sexualité» ; «Les normes corporelles comme enjeu d’altérité» ; «Au cœur du vieillissement ? Regards croisés sur le corps» ; «Le corps reproducteur» ; «Corps et sciences sociales» ; «Conversions des corps et transmutations identitaires» ; «Le genre à l'épreuve de l'idéal. Approches pluridisciplinaires de la mise en image des corps» ; «Hyper-médicalisation des corps et de la société : perspectives d’émancipation» ; «Le corps handicapé et ses constructions sociales» ; «Le corps masculin déplacé. L'épreuve de la migration dans la littérature arabe moderne» ; «Cherchez la Femme ! Enjeux du corps féminin en médecine contemporaine» ; «Du corps au genre : dialogues interdisciplinaires» ; «Résister en corps. Ethnographies de l'infamie» ; «Corps noirs et médecins blancs. Entre race, sexe et genre : savoirs et représentations du corps des Africain(e)s dans les sciences médicales françaises (1780-1950)» ; «La Colonisation des corps. De l'Indochine au Viet Nam» ; «Corps à l'oeuvre, à l'ouvrage et à l'épreuve. Sociohistorique des arts de la performance, années 1970» ; «Transcrire le corps» ; «Du corps imaginaire à la singularité du corps : Le féminin en question» ; «Femmes politiques issues de l'immigration : un corps à part» ; «Transcrire le corps. Penser la notion de corps au sein des études de genre et des théories féministes» ; «La nudité, une arme politique ?» ; «Biotechnologies, corps et personne : ‘l'Ouest et le Reste’» ;
- [2016/2017] : «Mon corps, mes droits ! : droits sexuels et reproductifs, de la législation à la pratique» ; «Du corps au langage et du langage au corps. Sociologie, philosophie et études de genre face à la sexualité» ; «Corps et biopolitique : les images des migrants» ; «Fragiles ou contagieuses, le pouvoir médical et le corps des femmes»; «Les batailles du corps. Le féminin entre désir, contrainte et aliénation» ; «Géographies queer : corps, performance et militantisme» ; «La chair de l'Asie. Corps contraints et rationalisation des individus au sein des sociétés orientales», «Corps vulnérables, vies dévulnérabilisées», «Corps de migrants en souffrance : le cas de Chinois à Paris » ; «Genre, corps et sexualité dans l’espace (post-ottoman» ; «Le corps en lambeaux. Violence sexuelles et sexuées faites aux femmes» ; «Le corps humain saisi par le droit. Entre liberté et propriété» ; «Le corps humain est-il une chose, appropriée ?» ; «A qui appartient mon corps ? Conséquences éthiques
Du sujet à la situation : vulnérabilités» ; «Des éléments du corps humain disponibles pour l’industrie pharmaceutique ?» ; «Les utilités du corps d’autrui : le contrôle des autorités parentales
et tutélaires» ; «Le corps des personnes détenues : de l’objet de punition au respect de la personne»; «Contraintes du corps en psychiatrie» ; «Critique féministe des savoirs : corps et santé» ; «Sociologie et Anthropologie des Corps en Transformation» ; «L’approche relationnelle du corps et de la personne : un défi sociologique et philosophique abordé à partir du cas de la procréation et de la filiation» ; «Le corps du prêtre est-il genré ? Controverses silencieuses dans l’Église Catholique» ; «Droit, construction politique de son corps et morale» ; «Potentialités des corps handicapés» ; «Corps, genre et vulnérabilité. Les femmes et les violences conjugales» ; .
- Certes, «le corps» n’est pas une ‘découverte’ nouvelle [de la recherche, de l’Université], mais ce processus doit être analysé dans le contexte de la dissociation accélérée du «sexe», du «corps» et de «l’être humain», (après notamment la dissociation du «corps» et de «l’âme»), ce qui lui confère une signification politique actuelle d’importance.
Un dépeçage de l’être humain à l’œuvre. (Cf. Langage, Genre, Proxénétisme, Sexe-s […])-Proxénétisme)

Être humain. Corps (Mains) (1) : Lu, dans un livre intitulé Le défi féminin [1993] : «La main qu’elle tend est une vraie paluche de mec.» 27

Être humain. Corps (Mains) (2) : Je lis dans Imperium de Ryszard Kapuscinski, l’évocation d’une rencontre à Moscou (1990): «Je me demande bien pourquoi, mais tout à coup, Anna Andreevna, une femme d’une quarantaine ou peut-être d’une soixantaine d’années, tend vers moi ses mains dépassant des manches trop courtes de son imperméable : ‘Regardez un peu, me dit-elle, bouleversée et désespérée, regardez un peu les mains d’hommes qu’ils m’ont faites !’ exhibant ses mains noueuses, rugueuses, épaisses, elle répète : ‘Des mains d’homme !’. Dans sa bouche, ces paroles résonnent comme une terrible accusation, une horreur, une malédiction. ‘Depuis que je suis jeune, m’explique t-elle et criant et en éclatant en sanglots, ils m’ont obligée à travailler comme plombier. Toute ma vie, comme plombier. Et maintenant, regardez, me dit-elle, avec un mélange de douleur et de menace dans la voix, maintenant, j’ai des mains d’homme !’. […]» 28

Être humain. Corps (Marchandisation du) : La séparation de l’être humain de son corps, condition nécessaire à la marchandisation des êtres humains ne concerne pas que le proxénétisme, ni la «GPA», ni…. Le libéralisme emporte tout sur son passage : ainsi, lu dans la presse, concernant la gestion des hôpitaux : «L’avortement fait partie des actes très peu valorisés (Il ‘rapporte’ 4 fois moins qu’un curetage après une fausse couche par exemple) qui ne résistent pas à la pression des objectifs à atteindre.» 29 (Cf. «Sciences» sociales. Démographie. MFPF)

Être humain. Corps (Mannequinat) : Entendu une jeune fille de 17 ans : «Je me trouvais trop maigre, les gens se moquaient de moi, ils disaient que j’étais anorexique, qu’on voyait mes os, qu’on aurait dit un squelette, mais, maintenant, vu que je suis dans le milieu du mannequinat, j’aime mon corps.» 30
Pour une analyse critique de ce déni au regard ‘du milieu du mannequinat’, cf. le livre / témoignage de Victoire Maçon Dauxerre, Jamais assez maigre. Journal d’un top model. 31 (Cf. Être-s humain-es. Mode)

Être humain. Corps (Matérialisme) : Entendu par un ‘matérialiste libertaire’ : «Nous sommes un corps». 32 Non : un être humain pensant. La nuance est de taille…

Être humain. Corps (Non patrimonialité) : Pseudo concept repris, sans analyse, ni justification, par le Rapport d’information N° 3334 (Avril 2011) de l’Assemblée Nationale (lui-même d’une incroyable et systématique confusion) [Danielle Bouquet (PS), Présidente ; Guy Geoffroy (UMP) Rapporteur]). Il fut repris dans la Résolution N° 3522, votée à l’Assemblée Nationale le 6 décembre 2012 «à l’unanimité». Voici l’article 16 du code civil dont ce «concept» (Chapitre II : Du respect du corps humain) est issu (depuis le 30 juillet 1994) : «La loi assure la primauté de la personne, interdit toute atteinte à la dignité de celle-ci et garantit le respect de l’être humain dès le commencement de la vie». Et en voici l’alinéa 5 : «Les conventions ayant pour effet de conférer une valeur patrimoniale au corps humain, à ses éléments ou à ses produits sont nulles».
C’est ainsi qu’un alinéa d’un article du droit français [dont l’ambiguïté concernant l’avortement est patent] est dorénavant censé fonder l’abolitionnisme (français !), faisant donc d’un Code civil national portant sur «les conventions» la source de droit permettant de faire croire à «la position abolitionniste de la France», au lieu et place d’engagements européens et internationaux.
Cet article 16 alinéa 5 - rappelons le, de droit civil - d’une extrême confusion sémantique - est donc dorénavant considéré comme : «un des principes juridiques au fondement de notre société démocratique et républicaine» (p.17 du Rapport sus cité N°3334), lequel est censé justifier l’abolitionnisme français. Et ce, au mépris de la hiérarchie des normes juridiques (Préambule de la Constitution, Constitution, lois…) françaises, des engagements européens, internationaux, au mépris donc de la signature de tous les textes qui ont engagé la France depuis des dizaines d’années ; plus particulièrement, depuis «la quatrième conférence mondiale sur les femmes», à Pékin, en 1995 ? C’est en effet celle-ci qui a légitimé internationalement le concept de «prostitution forcée», lequel a ouvert la voie royale à la légitimation du proxénétisme.
- Comment peut on à ce point occulter, nier l’existence - et donc légitimer leur réalité - tous les textes émanant de l’Union Européenne ainsi que celle toutes les instances internationales ?
- Pourquoi les associations qui se disent abolitionnistes cautionnent-elles, s’alignant sur les positions gouvernementales françaises, ce déni, ce subterfuge ?
- Pourquoi celles qui ont signé : «L’Appel à entrer en résistance contre l’Europe proxénète» 33 ont-elles, sans aucune explicitation, renié leur signature ?
(Cf. Proxénétisme. Abolitionnisme) 34

Être humain. Corps (Président de la République) : Entendu hier dans le film consacré à François Hollande, Président de la république, que, lors des attentats de novembre 2015 à Paris, il avait «fait corps avec les Français». 35
Le «corps du roi» se perpétue…

Être humain. Corps (Nudité) : Rien n’est moins ’naturel’ que la nudité, sauf peut être, dans ‘l’état de nature’ qui n’est que fiction philosophique, mais aux effets politiques (incarnés notamment par Rousseau) bien réels. (Cf. Femme. Artiste. Yamina)

Être humain. Corps (Nudité. Femme) : Lorsque Le Deuxième sexe de Simone de Beauvoir est paru dans sa première traduction anglaise, en 1953, pour la première fois aux États-Unis, chez A. Knopf la couverture représentait une femme nue.
- Libération, le 30 octobre 2015, pour présenter le livre critique de Marie-Jo Bonnet sur Simone de Beauvoir, s’affichait la photo de dos, nue, de Simone de Beauvoir. Ignoble. 36 (Cf. Culture. Guerrilla girls, Féminisme. Antiféminisme)

Être humain. Corps (Propreté) (1) : Je lis un livre de 1891 de la baronne de Staffe [1843-1911], arbitre des bonnes manières bourgeoises au XIXème siècle, intitulé : Le Cabinet de toilette. Dans le deuxième partie consacrée au «Soins corporels en général», des chapitres sont consacrés au visage, à la chevelure, à la bouche, aux dents, à la voix, aux yeux, au nez, à l’oreille, à la main, au pied. C’est tout.
Dans le chapitre «Conseils hygiéniques et intimes», on lit :
- «Pour mériter de rester l’être adorable que l’on rêve, la femme doit maintenir toute sa personne dans un état d’exquise et raffinée propreté. Que les mères repoussent la sotte pruderie qui les conseille. Un corps net est le compliment obligé d’une nature chaste, d’un esprit réservé, des façons décentes.» (p.52)
- «La femme, cette merveille de la création, supporterait que sa peau de satin, aux reflets nacrés, fut déshonoré par des souillures ! Non, non, le noble corps humain doit être religieusement délivré chaque soir et chaque matin, des taches et impuretés qu’il peut recevoir, de par l’assujettissement aux lois animales et matérielles, auxquelles il est encore soumis.» (p.54)
- «Mais il n’est pas permis au grand nombre, dira t-on, de prendre des bains chaque jour, le temps et l’installation font défaut. Je répondrai que le bain à l’éponge - suffisant en ce qui concerne la propreté - ne demande que de courts instants et un coin sans témoins. Si on ne disposait pas encore de ces cours instants, tous les jours pour le bain entier, on en aurait bien quelques-uns pour l’exécuter partiellement. […] Puis, une ou deux fois par semaine, partiellement, il faudrait prendre les quelques minutes qui sont nécessaires pour le bain complet.» (p.55,56)
- «La moindre négligence concernant la propreté est tout à fait condamnable. (p.56)» 37

Être humain. Corps (Propreté) (2) : Souvenir d’enfance. Une femme paysanne, dans les années 1950/1960, à Gordes (Vaucluse), le dimanche, avant d’aller à la messe, montait un bol d’eau chaude dans sa chambre «pour, disait-elle, «faire sa grande toilette».

Être humain. Corps (Proxénétisme) (1) : Toute analyse (de type philosophique, psy, sociologique, historique...) centrée sur le corps (mais aussi sur le désir, la passion, les passions, la jouissance…) qui ne se situe pas dans le cadre de et par rapport à la domination proxénète, la légitime. (Cf. Proxénétisme)

Être humain. Corps (Proxénétisme) (2) : Je lis une pancarte présentée par une Américaine lors d’une manifestation pro-avortement : «Keep your laws out of my body !». 38 Est-ce plus clair ainsi ? Dissocier le sexe, le corps de l’être humain afin - par ce processus de parcellisation - de maximiser son profit, n’est-ce pas la logique la plus fondamentale du système libéral proxénète, celle à laquelle il aspire, celle pour laquelle il se bat si efficacement ? La suite, la vente par morceaux…(Cf. Proxénétisme)

Être humain. Corps (Pulsions) : Entendu sur Arte (15 mai 2016) : «Le corps des femmes fait (ou : est ?) l’objet de toutes les pulsions.»

Être humain. Corps («Quatre mains») : Dans un centre de thalassothérapie, lu : «Massage. Quatre mains». Comprendre : massage effectué par deux masseurs (ou masseuses).

Être humain. Corps (Rodin Auguste) : Auguste Rodin [1840-1917], auteur de : «Lorsque j’ai un beau corps de femme pour modèle, les dessins que j’en prends me donne des images d’insectes, de poissons, d’oiseaux. […]» 39 (Cf. Femme. Remarquable. Claudel Camille, Homme Remarquable. Rodin Auguste)

Être humain. Corps (Sade) : La première personne ayant employé l’expression : «ton corps est à toi» serait-il, en 1795, Sade [1740-1814], dans La Philosophie dans le boudoir ? 40 En voici la citation exacte : «Fous, Eugénie, fous donc, mon cher ange, ton corps est à toi, à toi seule, il n’y a que toi seule qui aies le droit d’en jouir et d’en faire jouir qui bon te semble.» Les femmes et les associations qui affichent cette revendication qu’elles partagent avec les associations proxénètes devraient y réfléchir plus avant, à nouveau, de l’utiliser. (Cf. Homme. Sade, Proxénétisme.)

Être humain. Corps (Seins) : Lu, dans un livre publié en 2014, citant une lettre datant de 1854 : «[…] Jetant sur Adah un regard masculin, il remarqua soudain que son corsage bourgeonne ; rien de comparable, ajoute-t-il toutefois, à celui de sa sœur aînée, Marie». 41 (Cf. Femme. Remarquable. Souvestre Marie)

Être humain. Corps (Soljenitsyne Alexandre) : Interrogé (s.d) sur la (sa) vieillesse, Alexandre Soljenitsyne [1918-2008] débuta sa réponse par : «Nous avons vécu ensemble, mon âme et mon corps».42

Être humain. Corps (Viols) : Lu : Une maternité ouvre à Londres «pour les femmes victimes de viol», «la première au monde», «en partenariat avec l'organisation My Body Back, spécialisée dans l'aide aux femmes victimes d'abus sexuels43 (Cf. Violence-s)

Être humain. Corps (Visage) (1) : Lu dans une nouvelle, L’inutile beauté, de Guy de Maupassant [1850-1893] : «Une femme apparut, vieille aussi, propre, avec un bonnet de nuit bien blanc encadrant une tête osseuse, aux traits accentués, une de ces grosses têtes bonnes et rudes de femmes d’ouvriers laborieuses et fidèles.» 44 Le visage d’une femme révélateur de sa fidélité…

Être humain. Corps (Visage) (2) : Ryszard Kapuscinski [1932-2007] rencontre en 1960 à Accra (capitale du Ghana), une jeune femme, An, qui «a le visage tatoué».
Il poursuit : «Elle vient d’une tribu du Nord, les Nankani : dans le Nord, on mutile le visage des nouveaux nés. Cette coutume remonte à l’époque où les tribus du Sud asservissaient les tribus du Nord pour les vendre aux Blancs. Aussi, les hommes du Nord se défiguraient-ils le front, les joues et le nez pour devenir invendables. […]» 45

Être humain. Corps (Vivants et morts) : Si le même terme, à savoir : «le corps» peut être employé pour un être humain vivant et un être humain mort, qu’en déduire ? Je lis dans les dépêches de l’AFP reprises par Le Figaro :
- «Charente : un corps démembré retrouvé» (28 mars 2016) ;
- «La gendarmerie a retrouvé cet après-midi un corps au sud de l'île d'Oléron. Le Parquet de La Rochelle a confirmé à l'AFP en début de soirée la découverte d'un corps ‘de femme’. Le cadavre n'a pas encore été identifié.» (10 mars 2016)
- «Le corps sans vie d’une femme a été retrouvé […] Un couple mis en examen après la découverte d’un corps torturé» (28 février 2016)
- «Le Croissant rouge Lybien a fait état de la découverte de 40 corps rejetés sur les côtes Lybiennes» (26 octobre 2016) ;
- «Le corps d'une jeune femme a été découvert ce dimanche dans un ruisseau reliant deux bras de l'étang de Thau» (21 décembre 2015)
* Ajout. 25 septembre 2016. Dans le discours d’André Malraux [1901-1976] pour le transfert ses cendre de Jean Moulin au Panthéon, le 19 décembre 1964, respectueux de l’homme, il évoque son «corps de mort». (Cf. Être humain. Corps. Cadavre)

Retour en haut de page
Notes de bas de page

1 n, Françoise Barret-Ducrocq & Évelyne Pisier, Femmes en tête. Flammarion. 534p. 1997. p.172

2 ANCIC, CADAC, Collectif Tenon XXe, Mouvement Planning Familial Confédéral, 40 ans de mouvement, 
APEL-Egalité, Association Droits des Femmes XXème, Association Nationale des Études Féministes, Association Nationale Sages-Femmes Orthogénistes, Collectif 8 mars pour toutes, Collectif Oui oui oui, Collectif National pour les Droits des Femmes
, Collectif de Pratique et de Réflexion Féministe Ruptures, Coordination Française pour le Lobby Européen des Femmes, 
Coordination lesbienne en France, Comité Femmes Manche 50, Demain les femmes (sud77), 
Du Côté des femmes, 
Encore Féministes, 
EGALE, Elu/es Contre les Violences faites aux Femmes, Femm’Ecolos, 
Femmes pour le Dire Femmes pour Agir, 
Fédération Régionale d’IDF du Planning Familial, Féminisme enjeux Théâtre de l’opprimé, 
Féminisme et géopolitique, Féministes pour une Autre Europe, Femmes en Résistance, Femmes Solidaires, FièrEs, La Grande Loge Féminine de France, L'Assemblée des Femmes, Les efFRONTé-e-s, 
Lesbiennes of Color, Ligue du Droit International des Femmes, 
Maison des Femmes de Montreuil, Maison des Femmes de Paris, Marche Mondiale des Femmes France, Mouvement du Nid, Osez le Féminisme, Regards de femmes, 
Réseau Féministe Ruptures, Réseau de Jeunes Féministes d’Europe MMF, Solidarité féministe, SOS Sexisme, Association pour la Mixité l’Egalité La LaÏcité, Attac, CNAFAL, Comité laïcité, République Coordination Nationale des Comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité, FASTI, Fondation Copernic, Groupe Cadre de vie, l'Inter-LGBT, Hétéros au boulot, Le Long Yang Club Paris, 
LGBT Formation Avignon, Les Enfants d'Arc-en-Ciel, Ligue des Droits de l’Homme, Marea Granate Paris, Médecins du Monde, Les Soeurs de La Perpétuelle Indulgence, Union des Famille Laïques, Union des associations laïques, LMDE, Confédération Générale du Travail, Fédération Syndicale Unitaire, 
Syndicat général des lycéens, UNEF, Union Syndicale Solidaires, UL-CGT 20, Alternative Libertaire, CAP21, Ensemble, Europe Ecologie Les Verts, Gauche Unitaire, Izquierda Anticapitalista (Espagne), Les Jeunes Écologistes, Lutte Ouvrière, Mouvement des Jeunes Communistes Français, Mouvement Jeunesses Socialistes, Nouveau Parti Anticapitaliste, Parti Communiste Français, Parti de Gauche, Parti Socialiste, Parti Pirate, Union des Étudiants Communistes…

3 Cf. TedX. Paris. 13 septembre 2016

4 John Locke, Traité du gouvernement civil. GF. Flammarion. 381p. 1992. p.247

5 Emmanuel Kant, Leçons d’éthique. Le livre de poche. 1997. p. 292

6 Louis Althusser, L’avenir dure longtemps. Suivi de, Les faits. Autobiographies. Stock / IMEC. 356p. 1992. p.206, 207

7 Marie-George Buffet, Un peu de courage ! Le Cherche-midi. 169p. 2004. p.31

8 La 6. 5 décembre 2016. 12 h 45

9 Chaîne Arte. 19 août 2016. 18 h 30

10 Jean Guéhenno, Journal des années noires. 1940-1944. Gallimard. 344p. 1947.p.108

11 France Culture, 3 minutes à méditer par Christophe André. 25 Juillet 2016

12 Le Figaro. Culture. Isabelle Adjani. Ses souvenirs les plus défrisants de Cannes. 15 mai 2017

13 Anne-Valérie Noir, Il vaut mieux perdre sa fille que les élections. Flammarion. 201p. 2001. p.166

14 Rapport d’Amnesty International. 2013. Iran. 353p. p.146

15 Jean-Marie Fitère, Violette Nozière. France Loisirs. 279p. 1978. p.177

16 Nicole Gérard, Sept ans de pénitence. Robert Laffont. 456p.1972. p.255

17 Nathalie Gettliffe, Lettres de prison. Traitée comme une criminelle pour avoir voulu protéger ses enfants. Document. Michel Lafon. 211p. 2006. p.41

18 Le Journal du Dimanche. JDD, Jacqueline Sauvage. ‘J’ai fermé les yeux et tiré trois fois‘. 26 février 2017

19 TFI. Grands reportages. Prison de femmes. 21 mai 2017

20 Chaine Toute l’histoire, Les ors de la république. 2 mai 2011

21 Maternité esclave. Les chimères. 10/18. 319p. 1975. p.186,187

22 Elle, Mon corps, propriété privée. 21 février 2014. p.20

23 France Culture, Cité par Jacques Munier de l’article, « Football et érotisme au masculin ». Revue Desports. N° 5. 18 mai 2015

24 France Culture. Le gouvernement du corps : le rôle du corps en politique.14 décembre 2014

25 Sisyphe. La longue marche des femmes en Iran. 29 décembre 2005. Préalablement publié en Italien dans Il Manifesto (25 juin 2005), puis publié par Attac (Grain de sable. 30 novembre 2005) .

26 Françoise Dolto, La cause des enfants. Le livre de poche. 638p.1985. p.28

27 Caroline Brizard, Le défi féminin. Duchamp / Chevalier. 252p. 1993. p.105

28 Ryszard Kapuscinski, Imperium. 10 /18. 340p. 1999. p.309

29 Métrofrance.com. Avorter, un droit fragile. 19 septembre 2008

30 TFI. Sept à huit. Dans les pas de Lisa, 17 ans et apprentie mannequin. 13 septembre 2015

31 Victoire Maçon Dauxerre, Jamais assez maigre. Journal d’un top model. Janvier 2016. Éditions les Arènes. 272p.

32 Radio Libertaire. Chroniques rebelles. 27 juin 2015

33 Appel à entrer en résistance contre l’Europe proxénète. 21 janvier 1999. http://www.marievictoirelouis.net/signaler.php?id=537

34 Cf., pour la critique de nombre de ces textes, Marie-Victoire Louis : http://www.marievictoirelouis.net/index.php?id=336

35 France Info. François Hollande, le mal aimé. 11 mars 2017

36 Libération. Beauvoir et ses proies féminines. 30 octobre 2015

37 La baronne de Staffe, Le cabinet de toilette. Paris Victor-Havard, Editeur. 1891.351p.

38 Le Figaro. Madame. Avortement ; les femmes témoignent sur internet. 24 septembre 2015

39 France culture. Une vie, une œuvre. Auguste Rodin ou l’esthétique de l’inachèvement. 21 novembre 2015

40 Sade, La philosophie dans le boudoir. In, Œuvres. III. La Pléiade. 1638p. 1998. p.37,38

41 In, David Steel, Marie Souvestre. 1835-1905. Pédagogue pionnière et féministe. Presses universitaires de Rennes. 208p. 2014. p.24

42 France Culture, Une vie une œuvre. Alexandre Soljenitsyne. 1ère diffusion 17 septembre 2011. Réédition 27 mai 2017

43 Le Figaro avec AFP, Une maternité pour les femmes victimes de viols ouvre à Londres. 29 juillet 2016

44 Guy de Maupassant, L’Inutile Beauté. Albin Michel. 286p. 1926. p.183

45 Ryszard Kapuscinski, Il n’y aura pas de paradis. Flammarion. 10/18. 308p. 2005. p. 11


Retour en haut de page