Prostitution. Proxénétisme. Traite des êtres humains
 Marie-Victoire Louis

Pornographie

Extrait de l'Abécédaire féministe

date de rédaction : 29/09/2017
date de publication : 29 septembre 2017
mise en ligne : 29/09/2017
Augmenter la taille du texteDiminuer la taille du texteImprimer le texteRecommander ce texte par mail

À la recherche du patriarcat…

L’abécédaire féministe, profondément revu, comporte dorénavant 4782 items et 23 rubriques : I. «Culture» (197) ; II. Droit (99) ; III. Êtres humains (180) ; IV. Êtres humains. Corps (85) ; V. Êtres humains. Enfants (61) ; VI. Êtres humains. Femme-s (879) ; VII. Êtres humains. Homme-s (357) ; VIII. Êtres humains. Relations entre êtres humain-es (218) ; IX. Famille (190) ; X. Féminisme-s. Féministe-s (218) ; XI. Justice (236) ; XII. Langage (180) ; XIII. Patriarcat (214) ; XIV. Penser (368) ; XV. Politique (511) ; XVI. Pornographie (63) ; XVII. Proxénétisme (180) ; XVIII. «Sciences» sociales (91) ; XIX. «Sciences» Sociales (Démographie) (24) ; XX. «Sciences» sociales (Économie) (105) ; XXI. «Sciences» sociales (Histoire) (78) ; XXII. Sexe-s [Sexualité, Sexisme] (70) ; XXIII. Violences (177)… et continuera d’évoluer.

29 septembre 2017

XVI. Pornographie

En noir Items nouveaux et /ou modifiés

Pornographie : Pornographie (1, 2) ; Pornographie («Acteur-trice X») (1, 2, 3, 4) ; Pornographie (Arte) ; Pornographie (Bataille Georges) ; Pornographie (Bourgois Christian) ; Pornographie (Bové José) ; Pornographie (Brownmiller Susan) ; Pornographie («Cannibalisme») ; Pornographie («Ce n’était pas une partouze») ; Pornographie (Corps. Liotard Philippe) ; Pornographie (Corps. Lahaie Brigitte) ; Pornographie (Dictionnaire de) ; Pornographie (Éjaculation) ; Pornographie (Femen) ; Pornographie («Fist fucking») ; Pornographie (Fouet) ; Pornographie (France Culture) (1, 2) ; Pornographie (Garrel Louis) ; Pornographie (Hefner Hugh) ; Pornographie (JPG) ; Pornographie (Inhumanité) ; Pornographie («Juvénile») (1, 2) ; Pornographie (Libéralisme) ; Pornographie (Libération) ; Pornographie («Liberté d’expression») (1, 2) ; Pornographie (Langage) (1, 2) ; Pornographie (Le Monde) ; Pornographie (Mort) ; Pornographie (Niel Xavier) (1, 2, 3, 4, 5, 6, 7) ; Pornographie («Plaisir») ; Pornographie («Porn Studies») ; Pornographie (Post-Pornographie. Marie-Hélène Bourcier) ; Pornographie (Radio Libertaire) ; Pornographie (Revendication. France Officielle. 2016) (1, 2) ; Pornographie (Robbe-Grillet Alain) ; Pornographie (Rousseau Jean-Jacques) ; Pornographie (Sade) (1, 2) ; Pornographie (Sado-masochisme) ; Pornographie («Sexe») ; Pornographie (Sitbon Guy) ; Pornographie (Steiner George) ; Pornographie (Tin Louis-George) ; Pornographie (Tortures) ; Pornographie (Trous) ; Pornographie (Tulard Jean) ; Pornographie (Viol) (1, 2) ; Pornographie (Vision) ; Pornographie (Violences contres les femmes)

29 septembre 2017 : 63 items

Pornographie (1) : On ne dira jamais assez que la pornographie est l’école, l’apprentissage, la banalisation, la normalisation, la légitimation, de toutes, absolument toutes les violences. Une société qui l’accepte, qui la justifie, révèle que sa finalité est bien d’incessamment de produire de la violence. 1 Aucun processus de libération féministe ne sera donc possible tant que la chape de plomb que son « évidence » (ou ses critiques ponctuelles, ce qui revient au même) impose à nos pensées ne sera levée. En demander l’interdiction totale est nécessaire : la pornographie n’est pas la ‘simple’ apologie de la violence ; c’est la visualisation, à l’échelle de la terre entière, de la mise en œuvre des viols, violences, tortures, humiliations qu’elle impose. Et ce, sous couvert de plaisir : là, seule de sa catégorie, réside spécifiquement sa monstruosité.

Pornographie (2) : La pornographie incarne, dans son ignominie, l’alliance du patriarcat et du capitalisme. Elle en est leur ultime vérité. Elle en est leur condamnation.

Pornographie (Acteur-trice X) (1) : L’un-e d’entre eux-elles doit nécessairement être régulièrement vanté-e pour ses grandes qualités d’acteur-trice. Piqûre de rappel afin que l’on se (nous) persuade que le cinéma porno est un cinéma [presque] comme l’’autre’. Dans l’attente de l’effacement, en marche accélérée, de la frontière entre les deux, et de la pénétration de l’un par l’autre…
* Ajout. 13 avril 2015. …Que l’on peut considérer comme quasiment effectuée. (Cf. Pornographie Xavier Niel)

Pornographie (Acteur-trice X) (2) : Lu, vu, entendu ce jour [12 mai 2016] : Rocco Siffredi, aujourd’hui, a «monté les marches» au festival de Cannes.

Pornographie (Acteur-trice X) (3) : 10 juillet 2016. Rocco Siffredi, en pleine page de garde, nu, bandant mais le sexe recouvert d’un cache-sexe, en toute cohérence politique et économique avec l’engagement proxénète du Monde est à la une du Magazine du Monde. En pages intérieures, Le Monde, pleine page, là encore, vous offre le privilège de voir son sexe, à nu, mais ‘au repos’. Une offre privilège du Monde(Cf. Culture, Pornographie. Xavier Niel)

Pornographie (Acteur-trice X) (4) : Je reçois, le 16 juillet 2017, une Alerte Google (Rubrique : Pornographie) qui informe l’insertion par Wikipédia du nom d’une jeune femme sous la dénomination : «Actrice pornographique», mais dont la présentation précise qu’elle est «une ancienne actrice pornographique». Son nom, son âge, sa photo, sa filmographie (les titres des 8 films pornographiques dans lesquelles elle a joué) sont cités. On lit aussi qu’elle «cesse de tourner dans la première moitié des années 2000». Cette jeune femme est ainsi marquée à vie par cette identité, comme autrefois d’autres l’étaient par La Lettre écarlate [Nathaniel Hawthorne], marque rouge qui désignait la femme adultère dans l'Amérique du XVIème siècle.
- Je précise aussi que c’est la première fois que je suis informée par Google d’une inscription sur Wikipédia. Ce sont à ce type d’indices, parmi tant et tant d‘autres, que l’on peut voir les effets des pressions des lobbys proxénètes.

Pornographie (Arte) : Sur Arte, disponible jusqu’au 31 juillet 2016, on peut voir un film intitulé Pornography dont la finalité est de «de présente[r] différentes opinions sur la pornographie» et d’«aborde[r] l’hypocrisie dont la société occidentale fait preuve dans ce domaine.». La question posée est : «Pourquoi est-il plus moral de montrer des actes sexuels plutôt que des meurtres ?»
Il est ainsi présenté : «Qu’est ce que la transgression ou l’indécence ? Plusieurs personnages décalés ou sérieux livrent leur opinion sur la pornographie et l’obscénité dans le monde contemporain. Ce court-métrage d’animation est un plaidoyer pour la liberté d’expression et le libre arbitre.»
On peut présenter le fondement de l’argumentaire - de fait un plaidoyer pro domo assez habile - ainsi : La pornographie est définie par l’obscénité, elle-même assimilée à l’indécence. Or, tout dans notre monde est obscène, au premier chef la guerre, puis la télé, la politique, etc., donc la pornographie ne peut être en elle-même critiquée et sa critique n’est donc qu’hypocrisie ; elle peut, elle doit même, être valorisée car elle est assimilée à [faire] l’amour.
Les critiques de la pornographie, voire ceux et celles qui ne savant qu’en penser ou qui s’interrogent sur elle sont assimilés à des enfants, des êtres immatures devant être formés. Le film, en effet, se termine ainsi : «Il serait temps qu’on devienne adultes et qu’on s’éduque. Vous ne pensez pas ? », suivi par une voix de petite fille affirmant : «Moi, quand je serai grande, je me marierai avec Justin Biber».
Mais auparavant, nous avions entendu une autre voix de petite fille déclarant : «Les garçons, ils veulent tout de suite qu’on les suce, ou vous sodomiser. Moi je n’ai pas envie. Enfin, pas tout le temps…» 2
- La «liberté d’expression» et «le libre arbitre» des petites filles…
Nul-le ne peut justifier l’injustifiable. Et ce constat est heureux. Et fort moral. (Cf. Êtres humains. Enfants, Pornographie. Liberté d’expression)

Pornographie (Bataille Georges) : Afin de masquer l’éclatante évidence de notre monde pornographe, parmi les nombreuses moyens mis en œuvre à cette fin, réhabiliter ceux (et celles) considérés comme ayant pu en être sinon les thuriféraires, du moins, en avant garde, les défenseurs : Bataille [1897-1962] est souvent évoqué. On s’embarrasse alors peu de la nature de l’argumentaire. Ainsi, on pouvait entendre (France Culture, 23 décembre 2014), et ce alors que rien dans ce qu’évoquait le débat n’avait à voir avec la pornographie, ni ne permettait de mieux l’analyser : «Il faut lire Georges Bataille, l’écrivain qui combat le mieux la froide pornographie calculatrice des nouveaux liens sociaux». 3

Pornographie (Bourgois Christian) : Christian Bourgois [1933-2007], concernant sa lecture, à 15 ans, des livres d’Henry Miller, auteur de : «La littérature pornographique, c’était un peu les contes de fées du monde moderne…» 4

Pornographie (Bové José) : José Bové, défenseur, en 2007, du porno à la télé «parce que, dans les prisons, c’est une énorme soupape(Cf. Hommes politiques. France. XXème siècle. Vert-es) 5

Pornographie (Brownmiller Susan) : Susan Brownmiller en réponse, en 1985, à la question de Daniel Cohn-Bendit lui demandant comment le mouvement «Femmes contre la pornographie» a été créé : «C’est le même combat [que celui des années 60 qui réclamait la liberté sexuelle]. Nous voulons libérer la sexualité des mythes masochistes qui pèsent sur l’imaginaire masculine. […] C’est la suite logique de notre lutte contre la violence que subissent les femmes. Nous nous sommes demandées d’où venait cette violence. Par quelle aberration un père pouvait-il estimer avoir la droit d’abuser de sa fille ou de son fils ? Comment un jeune hommes pouvait t-il trouver naturel de violer une femme qui se refusait à lui ? En y réfléchissant, nous avons vu que la pornographie conduisit naturellement à de tels comportements.» 6

Pornographie («Cannibalisme») : Lu : «J’ai cessé de consommer de la pornographie […]» Moderne cannibalisme : on baise les femmes et après on les «consomme». (Cf. Culture. Consommation, Homme. «Cannibalisme»)

Pornographie («Ce n’était pas une partouze») : Claude Lanzmann, lors d’un interview réalisé en 2014 concernant les personnes juives contraintes de se dénuder avant de pénétrer dans les chambres à gaz dans lesquelles elles étaient assassinées par centaines, par milliers, par centaines de milliers dit : «Tout ça se dénudait. Ce n'était pas une partouze.» 7 Comment justifier, fusse par la négative, une telle comparaison ?

(Pornographie. Corps) (1) : Dans le Dictionnaire de la pornographie [2015] il n’existe pas de rubrique Corps [En lieu et place : «anus», «chair», «clitoris», «cul», «peau», «poils», «prépuce», «seins», «sexe», c’est tout…] mais on peut lire une rubrique nommée : «Rhétorique du corps».
Celle-ci débute ainsi : «La pornographie utilise une rhétorique simplifiée mais efficace du corps».
Mais ce «corps» singulier trois lignes après, s’organise autour de deux figures : celle de «salope» et celle de «l’étalon».
Si l’on souhaite en connaître la présentation qui se veut analyse, lire les trois colonnes et demi qui suivent.
Quant à la conclusion, la voici : ces deux figures sont tout à la fois «un idéal», «une vision caricaturale», toujours «une rhétorique», «des figures imaginaires» et enfin : «une fixation du désir sur des images plutôt que sur des êtres8
Des êtres concernés ? À peine…
- Un problème, vous avez dit un problème ? Où donc ? (Cf. Êtres Humains. Corps)

Pornographie (Corps. Lahaie Brigitte) : Pour Brigitte Lahaie, en janvier 2017, «marraine de l’association Ennocence, qui vise à protéger les enfants contre les risques d’exposition à la pornographie en ligne», fervente défenseure de «la liberté sexuelle et de la pornographie», «les parents doivent donner des messages simples et clairs sur la sexualité aux enfants :
‘Ton corps peut te donner du plaisir, mais il faut que tu en aies envie. Si c’est le cas et que ton corps dit oui, fais-le, mais si ton corps te dit non, écoute-le’
- Et voilà comment, sous couvert d’«éducation affective à l’école», les parents et les enseignant-es doivent éduquer leurs enfants à «écouter leurs corps», sur le fondement de leur «plaisir».
- Par ailleurs, là encore, sous couvert de «protection des risques», c’est le principe même de la pornographie qui est légitimé.
- On peut aussi citer d’elle dans ce même article :
«Si un enfant est exposé, il ne faut pas le laisser seul avec ses interrogations et ces images qui ne font pas sens. Mais pas la peine non plus de lui expliquer les choses dans les détails. À mon avis, mieux vaut leur dire simplement qu’il s’agit de jeux pour les grands, que c’est normal qu’il ne comprenne pas pour l’instant, mais qu’il comprendra plus tard.» Et «l’enfant» aura intériorisé l’équivalence : pornographie = «jeux».
- Enfin, quant à sa suggestion selon laquelle «le gouvernement devrait faire fermer tous ces sites de téléchargement illégal et de streaming où les publicités pornographiques pullulent», elle peut fort aisément être interprétée comme une demande de l’industrie du porno pâtissant des sites gratuits. 9 (Cf. Êtres humains. Corps, Êtres humains. Enfants, Femme. Orgasme)

Pornographie (Dictionnaire de) : En sus du Comité de parrainage du Dictionnaire de la pornographie [qu’il est il est difficile de ne pas considérer comme étant, a minima, une légitimation] que voici : Bruce Benderson, Philippe Brenot, Jean-Claude Carrière [l’auteur de la Préface], Malek Chebel, Hélène Cixous, Roger Dadoun, Maurice Godelier, Bertrand Guillarme, Julia Kristeva, Sandra Laugier, Jean-Luc Nancy, Daniel Welzer-Lang, Philippe di Folco - coordinateur de ce livre publié en 2005 aux PUF - dans ce qu’il nomme «un comité d’être ensemble», le livre cite Élisabeth Badinter, Pascal Guignard, Éric Fassin, Richard Pinhas, Franck Poupaud, Mathieu Amalric et Thomas Bourgeois. 10

Pornographie (Éjaculation) : Lu dans l’Autobiographie d’un hardeur : «Mes premières éjaculations resteront les plus grands moments de mon existence.» 11 (Cf. Sexe. Homme)

Pornographie (Femen) : Au delà des nombreuses critiques concernant leur manque de clarté et leurs innombrables confusions politiques, j’ai relevé dans le Manifeste des Femen, avec étonnement, que si certes, la pornographie était citée à deux reprises, elle l’était, mais accompagnée du terme, considérablement limitatif, de «mainstream». On lit en sus : «Nous reconnaissons en partie le mouvement post-porn (mouvement qui cherche à redessiner la pornographie comme une activité créatrice qui construit et déconstruit les idées de genre, de pouvoir, de politique et d’égalité) car il s’éloigne de l’initiative patriarcale.» Cet engagement est incompatible avec un engagement féministe. 12

Pornographie («Fist Fucking») : Le fist-fucking que Michel Delon dans l’édition des Œuvres de Sade pour La Pléiade, nomme «pratique sexuelle» je le nomme : torture. 13 (Cf. Violences)

Pornographie (Fouet) : Le fouet que Michel Delon dans l’édition des Œuvres de Sade pour La Pléiade, nomme «stimulant sexuel» je le nomme : torture. 14 (Cf. Violences)

Pornographie (France Culture) (1) : Afin de présenter le cadre d’analyse d’une émission consacrée à la pornographie de France Culture intitulée : L’Atelier du pouvoir, on lit : […] «On pourrait penser à première vue que s’intéresser aux enjeux de pouvoir dans l’industrie du X s’éloigne de notre analyse habituelle des rapports de force qui traversent notre société. S’il est un angle sous lequel le monde du X n’est jamais analysé, c’est bien celui du pouvoir. […]» 15 … Ah bon ? Incidemment, cette petite phrase apparemment anodine nie tout simplement la pensée féministe…

Pornographie (France Culture) (2) : L’émission (quotidienne) d’Hervé Gardette du 18 mars 2016 Le grain à moudre était intitulée : «Avec le porno, le sexe est-il encore à la bonne école ? Faut-Il tout faire pour protéger les mineurs de la pornographie ou bien faut-il s’en servie comme d’un outil pédagogique ? » 16 Concernant l’interdiction par la loi de la pornographie accessible aux enfants et la demande d’une intervenante Thérèse Hargot, de fermer les sites illégaux aux mineurs, Hervé Gardette, réagit : «Pardonnez moi cette question un peu naïve, mais pour quelles raisons est-ce qu’il faudrait-il absolument légiférer sur cette question et empêcher le plus possible les mineurs…» Il est arrêté par un intervenante : «Parce que c’est interdit par la loi» […] Il poursuit alors : «Je vais poser ma question de manière un petit peu différente. Pour quelle raison est-ce que cette loi existe ? Pour qu’elle raison y a t-il une loi qui interdit aux mineurs d’avoir accès à la pornographie ? Ce que je veux dire c’est : «Est ce qu’il y a par exemple des études qui prouvent de manière totalement irréfutable qu’un mineur qui va avoir a accès à la pornographie va être profondément et longuement traumatisé ?». Il est alors suivi par un sociologue, Mathieu Trachman [auteur de : Le travail pornographique. Enquête sur la production de fantasme] qui explique que : «La question est probablement mal posée [...]». […] Hervé Gardette poursuit : «Finalement ce sont des nouvelles normes (fellation, sodomie…) qui en remplacent de plus anciennes. En quoi ces nouvelles normes seraient-peut être plus dangereuses…je reste sur les mineurs, ou en tout cas sur les jeunes gens..» Réponse du sociologue : «On se le demande…»
On entend aussi dans l’émission que la pornographie est tout à la fois «une industrie culturelle», et [n’]est [qu’]un «objet masturbatoire», que les pornographes peuvent être définis comme «un ensemble d’entrepreneurs de fantasmes», que le «revenge porn» «n’a rien à voir avec la porno», et enfin, oui, qu’il y a bien une «pornographie éducative», telle que présentée : «Comment faire un massage génital, comment utiliser la digue dentaire, comment utiliser les préservatif féminin ; comment provoquer l’éjaculation féminine, comment trouver le point G.». (Cf. Culture, Hommes. Journalistes. Gardette Hervé)

Pornographie (Garrel Louis) : Lu, dans Gala, sous le titre : «À 11 ans, je regardais du porno en groupe» : «Louis Garrel [à l’affiche de Mal de pierre, aux côtés de Marion Cotillard], était hier le premier invité de la nouvelle émission de Radio Nova, Dans les yeux de. Le comédien et réalisateur s’est confié sur les films et les acteurs qui l’ont influencé mais aussi sur ses premiers émois sexuels et son rapport à la pornographie. […] Il n’y avait pas Inter­net donc nous avions un loueur de vidéo­cas­settes un peu complice qui nous louait des cassettes. À 11–12 ans, on regar­dait du porno en groupe. Nous passions des après-midi à 10–12 autour d’un film porno, autour de celui qui avait le ‘Graal’ et ça c’était très drôle, c’était très bien». Et c’est dans Amarcord, le chef d’œuvre de Fede­rico Fellini, que Louis Garrel dit avoir retrouvé cette émotion : ‘Cette scène où ils se masturbent tous dans la voiture, j’ai très bien compris ce qu’il voulait dire. Je trouvais ça magnifique comme image’». 17
- D’egos en égos, de promos en promos, de médias en médias, de banalisations en banalisations, de confusions en confusions…
- La note à payer, in fine, au financements de la presse, des films ? (Cf. Culture)

Pornographie (Hefner Hugh) : Gloria Steinem, concernant Hugh Hefner, fondateur de Playboy, auteure de :
«Une femme qui lit Playboy, se sent comme un juif qui lit un manuel nazi18

Pornographie (HPG) : HPG, dans Autobiographie d’un hardeur [paru dans Hachette Littératures !], acteur, producteur, réalisateur de de films porno, écrit notamment :
«On ne réalise par un film porno avec de bons sentiments. Quand la caméra tourne, je ne fais pas de cadeaux. Je ne prendrai pas le risque de gâcher le moment que je veux avoir en images. S’il fallait arrêter une scène sous prétexte que la fille arrive dans le porno poussée par la malheur ou la misère, je ne ferai pas beaucoup de films. Je suis d’un égoïsme monstrueux. Je pense au film et à mon plaisir. Je me suis assis sur mon humanité. […] J’ai accepté la donne du métier : beaucoup de jeunes actrices sont des pauvres filles et circuler dans le porno entraîne des conséquences pour elles. Cela me surprend moi-même ! mais il ne s’agit pas d’un viol. Ces femmes ont signé pour un boulot. N’oublions pas qu’elles sont responsables. […] Le viol commence à partir du moment où l’actrice dit ‘non’ […] J’en suis encore, à 35 ans, après quinze années de porno, à ne pas savoir répondre à cette question de base : Comment puis je accepter de soumettre ces jeunes femmes à un tel travail ? […] Si je sens qu’elle n’est pas très contente, j’évalue jusqu’ou je peux continuer. […] Je classifie la douleur de la fille, comme peuvent le faire les médecins, de 1 à 10. Si elle monte trop, j’arrête. C’est une brutalité qui ressemble à celle du patron qui harcèle son employée. Sauf que là, le travail est dans le sexe.[…] 19 (Justice. Preuve (5), Sexe. Homme (3))

Pornographie (Inhumanité) : Il faut lire et relire L’amant de Lady Chatterley de D.H. Lawrence et vivre pleinement les émotions que ce livre suscite pour saisir d’emblée, à son opposé, la radicale inhumanité de la pornographie. (Cf. Homme. Lawrence D.H)

Pornographie («Juvénile») (1) : Lorsque l’on sait que Marc Dutroux imposait à Sabine Dardenne, 12 ans, l’une de ses victimes, et sans doute probablement aux autres petites filles qu’il a violées et tuées, la vision des films porno, (à l’époque), cryptés sur Canal plus en lui disant : «Regarde, c’est super» ; lorsque l’on sait que, lors du procès, celle-ci interrogée par le Président du Tribunal, concernant ce qu’elle pouvait regarder à la télévision, répondit : «Canal plus, brouillé. Je devais m’efforcer de regarder entre les lignes [lui disait Dutroux] Je n’en avais pas envie, ça ne m’intéressait pas, j’avais déjà ça ‘en live’», alors oui, on sait que toute distinction entre la pornographie dite juvénile et la pornographie (adulte ?) est injustifiable, sauf à considérer la pornographie, en elle-même, comme normale, comme légitime. 20

Pornographie («Juvénile») (2) : Toute dénonciation de la «pornographie juvénile» légitime «la» pornographie. (Cf. Langage. Adjectif)

Pornographie (Langage) (1) : Lu, vu sur internet, le 29 juin 2016, les photos des «trente stars qui ont débuté dans l’industrie pour adulte», précédé de : «De films X à films d’auteur, il n’y a qu’un pas». Source : Marie-France. Rubrique «Vie pratique. Féminin».
Pour banaliser le terme de «pornographie», retirer toute hypothèse critique, il suffit faire disparaître le mot, le remplacer par un autre, absurde, mais moins signifiant [«industrie pour adulte»), puis par un troisième, prestigieux [«film d’auteur»], tout en stigmatisant les acteurs /actrices sur lesquels pèse, en cas de nécessité, la seule responsabilité d’avoir tourné dans des «films porno». En attendant, elles aussi - ou du moins, une fraction d’entre elles - d’être «réhabilitées». Efficace…

Pornographie (Langage) (2) : Un article paru, le 22 octobre 2016, sur Sexe actu s’intitule : Changer les mots-clés de la pornographie.
- On y lit : «[…] La re-labellisation ne fait que commencer, elle soulève mille questions, mais elle tente d'annuler quelques stigmas. Quelques démonstrations : Domination → domination soft, medium, hard ; - Faux seins, vrais seins → augmentés ou naturels ; - Viol → représentations du non-consentement ; - Godemichets, sextoys → aides.»
- On y lit aussi : «Quid de ce qu'on ne veut PAS voir – par désintérêt, dégoût ou à cause d'un traumatisme personnel ? Il faudrait alors une double série de mots-clefs : ce que je veux voir MAIS ce qui me répugne. Par exemple je veux voir du sexe collectif mais avec un consentement clair. Je veux voir une fellation mais sans éjaculation externe. Je veux voir de l'«interracial» mais sans acteurs ou actrices de type caucasien. Je demande un cunnilingus mais avec des poils. Les hashtags du futur se définiront ainsi en recherches positives mais aussi en recherches négatives.
- On y lit enfin : «Vous connaissez le dicton : les vainqueurs écrivent l'histoire. Bon. Les dominants (actuels) écrivent aussi les mots-clefs, et il est temps de changer, ou au moins de questionner, le point de vue mâle, blanc, hétéro – je veux croire qu'il n'est confortable pour personne, en 2016, d'avoir à réclamer des choses comme «premier abus sexuel anal violent sur très jeune fille Noire». La sexualité n'en sera pas réduite : seulement augmentée, et plus inclusive.»
- «Pas confortable» : les mots, délicatement choisis pour protéger la sensibilité des violeurs, pas la réalité d’une petite fille violée par un criminel…

Pornographie (Libéralisme) : Entendu : «La progression du libéralisme culturel a empêché une condamnation tout azimut [d’une industrie dont on reconnaît qu’elle relève de la pratique privée].» 21 Une pseudo analyse, un absurde constat et une confusion intellectuelle sur France Culture qui interdit toute gênante prise de position. (Cf. Culture, Pornographie. France Culture)

Pornographie (Libération) : Le lis le CR d’une BD évoquant une réécriture de la Genèse, après la naissance d’Adam : « Alors, s’allongeant par terre, il se masturbe. Puis, jouit. Là, miracle : giclant sur sa côte, une blonde sculpturale apparaît, Eve. La suite n’est pas bien dure à imaginer. Ils font l’amour et Adam éjacule au bord de la bouche de sa partenaire, Gilbert Hernandez développant au fil des pages une passion non réprimée pour le blanc épais, presque mat, du sperme, véritable lumière divine de cette histoire. La pomme avec un diable-serpent obsédé, Caïn et Abel, les longues nuits pluvieuses de l’arche de Noé, tout est prétexte pour l’auteur à mettre en scène une pornographie joyeuse où pénétration et cunnilingus riment avec amour
Puis vient la suite : «Dommage toutefois qu’il n’aille pas plus loin, la BD restant très hétéro-centrée et classique dans les positions dessinées. Quitte à pervertir la Bible, du moins en apparence, on aurait aimé plus de folie et d’originalité : Eve prenant Adam, de l’inceste entre frères, des partouzes, de la zoophilie, bref tout ce que nous offre finalement la Genèse entre les lignes. Et pas seulement des éjaculations faciales.» 22 (Cf. Êtres humains (Relations entre êtres humains. «Plan cul», Patriarcat, Sexe. Homme, Violences)

Pornographie («Liberté d’expression») (1) : La pornographie relève dorénavant selon les normes dominantes, de la «liberté d’expression».
Les pornographes sont donc toujours, plus ou moins cachés, aux avant-gardes de la lutte contre «la censure».
- Je découvre, à l’appui de cette analyse, qu’aux États-Unis, «la Coalition pour la liberté de parole représente l'industrie du X». 23

Pornographie (Liberté d’expression) (2) : Il faudrait connaître - exercice difficile - les sources de financement pornographes/proxénètes de la presse afin d’en apprécier l’impact : au vu de la façon dont ces sujets sont traités, il serait plus rapide de citer celle qui pourrait ne pas en être dépendante. (Cf. Liberté de la presse)

Pornographie (Le Monde) : Lu sur Le Monde du 11 avril 2015 un long article (pleine page avec photos couleurs) de Denis Cosnard intitulé : «Le porno en quête d’une nouvelle vigueur» [titre dont nous devions sans doute comprendre le délicat humour], qui nous fait partager les inquiétudes et les espoirs des «poids lourds du secteur» (de la pornographie) qui «tentent de contrer l’offre des nouveaux acteurs» (comprenez les «tubes majoritairement gratuits»).
On y lit que le succès du site américain Uplust [qui «reste déficitaire mais condense toutes les promesses de la pornographie 2.0 : plus ‘fun’, ‘cool’, collaborative, gratuite ou presque et peut être rentable un jour»] «fait saliver Marc Dorcel, le pape français du X».
On y lit que Marc Dorcel qui «a traversé en 35 ans toute l’histoire du X» est présenté comme ayant «construit une jolie PME familiale, la plus belle marque du porno chic».
On y lit que son fils, Grégory Dorcel, «n’a pas de mots assez durs contre ceux qui ont dévasté le modèle économique du porno» et qu’il «se désole» : «On en arrive au point où même les plus grands du secteur peinent à trouver des clients qui payent».
On y lit que (dans la porno), «gagner de l’argent n’est pas si facile», que, depuis le milieu des années 2000, «le marché reste désespérément plat» et que, «rapporté à des ventes de 3,3 milliards de dollars, la marge (de profit) de 2,5 % est positive, mais pas franchement sexy».
On y lit aussi que de «respectables banquiers comme Jean Marie Messier et Georges Pauget siègent au conseil du petit groupe de Jean-Baptiste Descrois-Vernier, côté à la bourse de Paris».
On y lit enfin que, malgré la crise, «les professionnels gardent néanmoins espoir» grâce «aux nouveaux casques de réalité virtuelle» : «Quand la fille s’approche et commence à vous susurrer à l’oreille, on a vraiment le sentiment d’y être. Avec une telle puissance masturbatoire, les gens vont devenir fous ! Cela annonce de très beaux jours pour l’industrie porno». Sur son site, Elsa Darling, une actrice devenue évangéliste de la réalité virtuelle, annonce rien moins qu’une ère nouvelle : «Désormais, l’homme n’aura plus à regarder une écran. Il sera lui même dans le film porno».
- Voilà ce que Le Monde est devenu : il sert à passer les plats, servir la soupe à «l’industrie» pornographique. Il s’est donné un maître ; il en est le valet. 24 (Cf. Hommes (Journalistes), Liberté de la presse, Patriarcat, Politique, Proxénétisme, Sade (Le Monde), «Sciences » sociales. Économie, Violences)

Pornographie (Mort) : Sade [1740-1814], auteur de «Décharger en étranglant… cette volupté est une des plus raffinés qu’un libertin puisse se procurer.» 25 (Cf. Homme. Libertin, Sade).

Pornographie (Niel Xavier) (1) : Copropriétaire avec Pierre Bergé et Mathieu Pigasse, du journal et du Groupe Le Monde, en charge donc notamment de nommer le directeur. 26 :
- Lu sur Libération, 14 Septembre 2006 : 27 «Xavier Niel, 39 ans, fondateur du groupe Iliad, qui comprend le fournisseur d'accès à l'Internet Free, l'annuaire téléphonique inversé Annu et la banque de données Société.com, est le petit prince des nouvelles technologies. Mais il n'y a pas que l'ADSL dans la vie. Depuis une vingtaine d'années, il cultive en parallèle un jardin secret : exploitation de peep-shows et sex-shops, sites pornos, vente par correspondance de sex-toys... Cela lui vaut de comparaître aujourd'hui en correctionnelle pour abus de biens sociaux, après avoir échappé aux poursuites pour proxénétisme. Lui qui revendiquait le droit au respect de sa «vie économique» privée, va devoir assumer publiquement. Il semble désormais prêt à le faire. Main à la main. Aux enquêteurs, Xavier Niel a exposé sa vision de l'industrie du sexe, carburant au black : «Retour sur investissement intéressant et non fiscalisé», «argent facile». Sans fausse pudeur, il leur a confessé : «Ces espèces utilisables instantanément ne donnent pas la même sensation de gain que l'argent que je gagne de façon orthodoxe comme opérateur de télécommunications.» […] Leur [celui de Fernand Develeter et de Xavier Niel] établissement alsacien, sous l'enseigne Sex-Shop X Live Peep-Show, emploie une quinzaine de jeunes femmes comme «artistes visuelles». Mais en cabine, on ne touche pas qu'avec les yeux. Le juge d'instruction Renaud Van Ruymbeke, spécialiste des affaires financières, détaille dans son ordonnance de renvoi la «variété des contacts physiques» avec le même détachement que pour les transactions off-shore : «Caresses par le client sur les seins et les fesses des danseuses, intromission de godemichés ou de vibromasseurs dans le sexe et/ou l'anus des danseuses par le client, intromission par les danseuses de ces mêmes ustensiles dans l'anus de certains clients

Pornographie (Niel Xavier) (2) :
- Lu sur Le Monde, 30 avril 2014, l’article intitulé Xavier Niel, le triomphe du hacker, dont la lecture devrait être enseignée dans toutes les écoles de journalisme, à titre de modèle d’expression de la honte, de la négation de toute idée même de journalisme. Vous voulez être défendu, en dépit de tout, au mépris de toute morale, la meilleure solution : Vivez des revenus procurés pour vous par les femmes.
Pornographie (Niel Xavier) (3) :
- Lu sur Le Figaro, 23 mai 2014, sous l’intitulé Xavier Niel lorgnerait le secteur des lunettes un article commençant ainsi : «L'emblématique fondateur de Free, Xavier Niel, qui a révolutionné le monde de l'Internet et de la téléphonie mobile avec ses prix cassés […]»
Pornographie (Niel Xavier) (4) :
- Lu sur Wikipédia (2015) : «Xavier Niel est mis en examen et placé en détention provisoire à la prison de la Santé (Paris) le 28 mai 2004 pendant un mois pour proxénétisme aggravé et recel d'abus de biens sociaux concernant un de ses « peep-shows » Le 30 août 2005, une ordonnance de non-lieu est rendue en sa faveur par le juge d'instruction Renaud Van Ruymbeke concernant les accusations de proxénétisme. Il est condamné le 27 octobre 2006 à deux ans d'emprisonnement avec sursis et à 250 000 euros d'amende par la 11e chambre du tribunal correctionnel de Paris pour recel d'abus de biens sociaux datant de 2001 à 2004 dans un "peep-show" dont il était actionnaire. […] En juin 2011, Pierre Rimbert critique dans le Monde Diplomatique (filiale à 51 % du groupe Le Monde, mais bénéficiant historiquement d'une rédaction indépendante) la disparition progressive de l'indépendance rédactionnelle au Monde. L'article rapporte notamment une déclaration de Xavier Niel, propriétaire du Monde : «Quand les journalistes m’emmerdent je prends une participation dans leur canard et après ils me foutent la paix». Selon le journaliste Amaury de Rochegonde, Xavier Niel considère que la «propriété des journaux influents [sert] en France à se protéger des pouvoirs de toutes sortes.»

Pornographie (Niel Xavier) (5) :
- Lu sur Le Figaro, 7 juin 2015, un article sous l’intitulé : «Xavier Niel s’offre un gigantesque hôtel en plein Paris», avec photo de l’hôtel Coulanges, Place des Vosges, 31,5 millions d’euro, suivi de deux commentaires de lecteurs / lectrices du Figaro : « Une très belle acquisition, a un prix fort raisonnable en plus. Heureux que ce bâtiment reste dans les mains d'un français. Bravo ! ». Et : «Lorsque qu'un bien est exceptionnel, il y a toujours des gens de qualité qui mettent le prix.»

Pornographie (Niel Xavier) (6) :
- Lu sur le Canard Enchaîné, 19 octobre 2016, un article intitulé : «Enquête sur le monde de Niel», «personnalité incontournable du monde des affaires», «11ème fortune de France». Ni le terme de pornographie, ni celui de prostitution n’est lisible…28

Pornographie (Niel Xavier) (7) :
- Entendu sur France Culture, 29 Solveig Godluck, co-auteure avec Emmanuel Paquette, de La voix du pirate, Éditions First, livre-biographie consacré à Xavier Niel, auteure de : «[…] Vous savez, qu’il a beaucoup de gens, très, très bien qui ont fait plein de choses dans le minitel rose : ca a été une école du business incroyable pour tous les entrepreneurs d’internet».
- On entend aussi : «Il n’hésite pas» ; «Il veut être au courant de tout» ; «personnage Balzacien» ; «volontiers provocateur» ; «Il déteste, il déteste qu’on aille dans sa vie privée» ; «Il n’hésite pas» ; «un hacker de notre société, de notre économie plus globalement […] celui qui déconstruit, qui voit quel est le code derrière et qui essaie de s’en servir […] pour reconstruire autre chose» ; «il investit partout» ; «J’aime mon pays» ; La France est un paradis fiscal» ; «Il a envie de rendre à son pays un petit peu que ce qui lui a donné »…
Question : «Ses détracteurs le surnomme, le pornocrate»…Réponse: «C’est la vérité. C’est l’un de ses vieux surnom, C’est la vérité. Il ne sent cache pas vraiment, à vrai dire. Mais Il en a un petit peu marre que l’on parle tout le temps de cette époque la, avec un peu de dégoût, de manière un peu moralisatrice…»

Pornographie (Niel Xavier) (7) :
* Lu sur le Canard enchaîné. 23 août 2017. Pourquoi le Canard nomme t-il pudiquement Xavier Niel «un milliardaire du Net et du téléphone» ? 30

Pornographie («Plaisir») : Le plaisir invoqué par les pornocrates n’est que celui que procure l’expression de la domination, de l’humiliation, de l’abaissement, du pouvoir de la mise à mort. Le plus grave est sans doute qu’ils n’en sont pas même conscients…

Pornographie («Porn Studies») : Lu sur la liste de diffusion Effigies 31 : Les éditrices de Routledge «are pleased to announce the launch of a new journal devoted to the study of pornography. Porn Studies is the first dedicated, international, peer-reviewed journal to critically explore those cultural products and services designated as pornographic and their cultural, economic, historical, institutional, legal and social contexts. Porn Studies will publish innovative work examining specifically sexual and explicit media forms, their connections to wider media landscapes and their links to the broader spheres of (sex) work across historical periods and national contexts. Porn Studies is an interdisciplinary journal informed by critical sexuality studies and work exploring the intersection of sexuality, gender, race, class, age and ability. […]»
La pornographie : «cultural products and services» : Il y a des êtres humains concernés ? : ah bon ? Pour supprimer les rapports de domination et les violences qui leur sont consubstantielles, il suffit de supprimer les personnes. Il fallait y penser. Une idée pleine d'avenir. Quant à l'intersection «of sexuality, gender, race, class, age and ability» ... encore une preuve de ce que ces mots ne sont - dans la meilleure des hypothèses - que du verbiage. [20 mai 2013]. (Cf. Langage. Genre, Sexualité)

Pornographie (Post-Pornographie) : Concernant la rubrique «Post-pornographie» du Dictionnaire de la pornographie, celle-ci, présentée comme «une critique de la raison pornographique moderne occidentale (XII-XXème siècle)» - huit siècles donc - l’est aussi comme étant «indissociable des Lumières». Il suffit d’affirmer.
Dès lors l’«autopornification», et la «pornutopia», eux aussi s’inscrivent dans le droit fil du triomphe de la raison.
Quant à la signification - sans définition préalable - de la «post-pornographie», en voici la conclusion : «Dans une logique post-moderne et post-pornographique vraiment obscène, le sexe n’est que performance, c’est à dire accumulation de scripts sexuels construits. Le rôle de la pornographie ne peut plus être de réifier la différence sexuelle et la pseudo-complémentarité ‘naturelle’ de la bite et du vagin organiques. Il n’existe pas de sexualité naturelle ou contre-nature.» 32
Tout s’éclaire…

Pornographie (Radio Libertaire) : Sur Radio Libertaire [émission Trou noir], Christophe Bier, auteur, le 1er avril 2017, de : «C’est dans la presse de cul qu’on est le mieux considéré et le mieux payé. Il n’y a rien à dire33 La suite de l’émission : insupportable, odieuse…(Cf. Genre. Mauvais)

Pornographie (Revendication. France Officielle. 2016) (1) : Un rapport officiel «relatif à l’éducation à la sexualité. Répondre aux attentes des jeunes, construire une société d’égalité Hommes-Femmes» présentée par Danielle Bousquet, Présidente du Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes consacre un paragraphe à la «Pornographie», sous l’intitulé : «Un auto apprentissage qui doit s’accompagner de ressources adaptées ». Au delà des éternelles banalités, j’ai cherché quelles étaient les revendications en la matière. En vain. Il n’en existe pas. Après avoir précisé qu’il «fallait se garder d’une ‘panique morale’», que «l’information à la sexualité» devait être «claire et ne pas porter de jugement» la conclusion du paragraphe est la suivante : «Même actuellement, alors que la loi prévoit une véritable égalité à la sexualité qui intègre l’enjeu de l’égalité filles-garçons, les actions réellement mises en place manquent d’envergure, soit par manque de moyens financiers soit par manque de volonté politique.» C’est tout.
Honte à ce Rapport, Honte à ce Conseil : Les réalisateurs de films porno n’auraient sans doute pas même oser écrire une telle justification…34 (Cf. Enfants, Violences)

Pornographie (Revendication. France Officielle. 2016) (2) : Pas un mot de condamnation concernant la pornographie dans l’Axe 5 : «Éducation et protection des jeunes» (p.35 à 37) dans l’Avis publié le 5 octobre 2016 du Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes, intitulé : Avis pour une juste condamnation sociétale et judicaire du viol est des autres agressions sexuelles.
Il n’est question que de «prévention active», à savoir notamment «transmettre aux enfants la capacité à dire non, dès le plus jeune âge […]» (p.35), de «déconstruire les stéréotypes de sexe relatifs à l’amour et à la sexualité, et à informer les enfants et les adolescent.e.s de leurs droits», «d’apprentissage du respect de soi et des autres», suivi de : «La démarche de la France s’inscrit dans celle plus large de la lutte contre les violences faites aux enfants au niveau européen». (p.35) La suite, à l’avenant…
- Compte notamment tenu de ces deux textes, il serait difficile de contester quelqu’un- qui affirmerait que la France officielle de F. Hollande cautionne la pornographie, sans même se soucier de ses effets sur les enfants et les adolescent-es.

Pornographie (Robbe-Grillet Alain) : Alain Robbe-Grillet [1922-2008]. Romancier et cinéaste français, présenté comme le «théoricien du nouveau roman», conseiller littéraire des Éditions de Minuit de 1955 à 1985, élu à l’Académie Française, auteur de : […] «Quand on a libéré les revues pornographiques, au Danemark, la criminalité sexuelle a diminué. Je crois qu’il faut lutter conte le puritanisme et par conséquent lutter aussi contre la notion de vertu. C’est elle qui pousse au crime. Les fascistes sont des vertueux. Hitler était un puritain. Et ces terroristes allemands dont on s’étonne avec quelle facilité ils peuvent assassiner, ils sont mus par la vertu.» Terrifiant…35 (Cf. Hommes. Intellectuels. France. XXème siècle, Morale, Patriarcat, Vertu)

Pornographie (Rousseau Jean-Jacques) : Je lis dans Rousseau (concernant les enfants) : «J’ai mieux aimé me priver d’un plaisir que de troubler leur joie» et : «J’aime mieux m’abstenir de les caresser que de leur donnée de la gêne ou du dégoût.» 36 (Cf. Êtres humains. Enfants)

Pornographie (Sade) (1) : La pornographie, c’est le triomphe, l’apothéose de Sade [1740-1814]. (Cf. Sade)

Pornographie (Sade) (2) : Je lis dans l’annonce d’un séminaire universitaire doctoral à l’université de Bordeaux, intitulé Sade et la pornographie [27 janvier 2017] : « […] Selon Lynn Hunt (The invention of Pornography, obscenity and the origins of modernity, 1500-1800), Sade pousse à l’extrême les potentialités subversives de la pornographie sur le plan politique et social, tout en ouvrant la voie à une forme moderne et apolitique de la pornographie.» 37Vous avez dit : justification ? Comment ne pas voir que cette seule présentation participe de la légitimation de la pornographie. Et légitime, en toute logique, toutes les confusions conceptuelles.

Pornographie (Sado-masochisme) : Lu dans le livre de Richard Poulin et Cécile Coderre, La violence pornographique, la réaction d’une femme à laquelle un homme avec lequel elle avait un rendez-vous s’était mis à lui parler de sadomasochisme. Je lui ai dit : «Tu dois avoir perdu la tête. Apprendre à éprouver du plaisir à travers la souffrance ! mais c’est ton plaisir et ma souffrance !» 38 Si l’analyse du sadomasochisme - si tant est que l’on en accepte l’expression - est plus complexe que ce jugement, elle n’en est pas moins infiniment plus juste que toutes les analyses fondées sur le postulat des liens - à l’équivalence, à la conjonction - entre le sadisme et du masochisme. (Poursuivre) (Cf. Violence (Sade. Sacher-Masoch Leopold von)

Pornographie («Sexe») : La vérité de la pornographie, c’est «le sexe» comme horizon ultime de la conscience humaine.
* Ajout. 10 octobre 2016. Lu dans l’Autobiographie d’un hardeur, phrase par laquelle commence le livre : «À l’origine, il y a la découverte de ma queue». 39 (Cf. Sexe. Homme (3))

Pornographie (Sitbon Guy) : Guy Sitbon, auteur (en 1975) de : «Ah ! la femme du porno ! Elle est parfaite. On n’a pas à la séduire, à la conquérir. Le plaisir de conquérir n’est-il pas masculin ? La résistance de la femme n’est-elle donc plus l’indispensable piment de la passion ? C’était vrai, mais cela n’est plus. L’homme n’a plus envie de conquérir. Serait-il devenu amorphe ? Non, il s’est simplement affaibli, il n’a plus les moyens de conquérir la femme. Jadis, nous la séduisions, montant notre cheval, une lance au bout du bras. Puis, nous avons eu le pouvoir et l’argent. De nos poings nous pouvions la protéger contre les dangers. Nous n’avons plus ni cheval, ni lance, ni argent, ni muscle. Elles sont presque aussi fortes que nous, elles gagent presque autant d’argent, elles ne sont pas beaucoup moins intelligentes, qu’utiliserons-nous pour les conquérir ? Les derniers francs qui font la différence entre notre salaire et le leur ? notre mince supériorité dialectique ? La petite force qui nous fait porter la valise la plus lourde ? Et comment, les protégerions nous alors que nous avons au moins aussi peur qu’elles dans la ville. La vérité est que nous n’avons plus aucun moyen de les conquérir. Alors qu’elles attendent encore que nous soyons princes charmants, nous les souhaitons comme le femmes du porno ; conquises d’avance. Elles n’ont rien compris. Elles continuent à faire les difficiles. Nous sommes pour bien longtemps encore enfermés dans les cinémas pornos.» Admirable ! : un morceau d’anthologie. 40 Incidemment, ce diagnostic a permis à son auteur de gagner pas mal d’argent dans le porno…

Pornographie (Steiner George) : George Steiner, auteur de […] : «La question de la pornographie est des plus pertinentes. Les arguments fallacieux que l’on avance habituellement pour la justifier provoquent autant de nausée que la chose elle-même. […]» 41

Pornographie (Tin Louis-George) : Louis-George Tin, chargé de la rubrique Homosexualités dans le Dictionnaire de la pornographie, auteur de : «En effet, à supposer que la jeunesse hétérosexuelle risque d’être affectée par la pornographie qu’elle consomme (ce qu’aucune étude sérieuse n’a jamais pu établir), la jeunesse homosexuelle trouve au contraire dans la pornographie qu’elle recherche l’aliment et le support de la conscience de soi.» 42

Pornographie (Tortures) : Après avoir à nouveau regardé des sites pornographiques (gratuits, ce qui ouvre des horizons concernant ceux qui sont payants) dont la violence, me semble t-il, ne cesse de s’accroitre, j’ai vu des femmes giflées, fouettées, étouffées, étranglées, recevant des décharges électriques, avec des colliers de chiens, attachées, perforées, pendues, empalées, encage, écartelées, étranglées, bâillonnées, contraintes à vomir, des mains et même des demi-bras faisant fonction de sexe dans leur vagins, dans leur anus. Les femmes ne sont plus que trois trous à remplir, à bourrer, à défoncer, boucher, à détruire. Les hommes sont leur sexe. La logique finale : la mise à mort. (Octobre 2015)

Pornographie (Trous) : La finalité de la pornographie, est de transformer les femmes (les hommes suivent…) en trois trous équivalents à défoncer. Pour la plus grande gloire du phallus, c’est à dire tout bêtement de l’homme, lui-même si souvent réduit à son «cul». Mais, il faut encore que ces trous, «cons», «culs» et «bouches» n’aient que cette seule fonction. Sade en est le père incontestable : «À quoi servirait la langue des femmes, si ce n’est à torcher des culs. Pour moi, je ne lui connais que cet usage là.» ; «Ce même jour, on proclama une nouvelle loi, qui parût être l’ouvrage du libertinage sodomite de la veille, une nouvelle loi, dis-je qui statuait qu’elles serviraient, à compter du premier décembre, tout à fait de vases à leurs besoins, et que ces besoins, en un mot, gros et petits, ne se feraient jamais que dans leurs bouches.» L’élargissement de la sphère de l’ignominie est sans limites. Et la pornographie s’emploie à son épanouissement.

Pornographie (Tulard Jean) : Jean Tulard (de l’Institut), auteur dans son Dictionnaire amoureux du cinéma, à la Rubrique : X (Films) de : «C’est sous la septennat de M. Giscard d’Estaing que se produisit la plus grande révolution du Septième Art. Non pas le scope ni le relief, mais la fin de la censure, la liberté pour la porno.» 43 (Cf. Culture. Cinéma)

Pornographie (Viol) (1) : Entendu : «Une scène de viol dans un porno, c’est comme un meurtre dans un polar.»

Pornographie (Viol) (2) : Un jeune homme accusé avec plusieurs autres du viol d’une adolescente entre 2009 et 2011 est, le 27 mai 2016, acquitté avec deux autres co-accusés. Son avocat, Me Bernard Sivan déclare que ce verdict est «la victoire de la raison. On ne pouvait oublier qu’on jugeait des gosses nourris de pornographie via leurs téléphones portables». 44

Pornographie (Vision) : Après avoir regardé une heure et demi de sites pornographiques - ce que je n’avais pas fait sérieusement depuis 2005 - tous absolument gratuits et libres d’accès, j’ai du mal à reprendre mes esprits. Ce que j’ai pu écrire m’apparaît comme dérisoire, tant la violence s’est accrue, banalisée, car légitimée. (Novembre 2014)
* Ajout. 12 octobre 2015. Apprendre à mêler, au moment humainement, personnellement possible, les émotions et l'intellect ; c'est, je pense, ainsi que je peux lire, voir, écrire sur tant d'horreurs, et surtout parce que cela a un sens qui les dépasse : les dénoncer. Il ne faut pas détourner les yeux de la pornographie.

Pornographie (Violences contre les femmes) : La meilleure pédagogie : que chaque personne qui veut lutter contre ces violences se contraigne à regarder les sites pornographiques, sans occulter les plus violents ?

Retour en haut de page
Notes de bas de page

1 Cf. Marie-Victoire Louis, La porno est entrée dans les mœurs http://www.marievictoirelouis.net/document.php?id=832

2 Arte, Pornography. 31 juillet 2016

3 France culture. Les nuits de France Culture. Qui êtes vous Georges Bataille ? Rediffusion, 23 décembre 2014

4 France Culture. Affinités électives. Christian Bourgois (Éditeur). 5 mai 2005. Rediffusion, le 23 mars 2014

5 Libération. 1er février 2007

6 Dany Cohn-Bendit, Nous l’avons tant aimée, la révolution. Points Actuels. Le Seuil. 254p. 1988. p.181

7 Chaine Histoire. Claude Lanzmann, Pourquoi Shoah ?, Entretien réalisé par Antoine Casubolo Ferr. 1er février 2015. 12h 35. Entendu une seule fois. Doit être réécouté.

8 Philippe Liotard, In, Dictionnaire de la pornographie. (Sous la direction de Philippe Di Folco) PUF. 581p. 2005. p.414 à 416

9 Charente libre. Enfants et pornographie : Brigitte Lahaie plaide pour l’éducation affective à l’école. 6 janvier 2017

10 Dictionnaire de la pornographie. (Sous la direction de Philippe Di Folco) PUF. 2005. 581p. Présentation du Comité de parrainage avant celle du titre du Livre + p. XV

11 HPJ, Autobiographie d’un hardeur. Hachette. Littératures. 196p. 2002. p.12

12 Femen, Manifeste. Les éditions Utopia. 60p. Avril 2015. p.34, 36 et 38.

13 Note 3 de la page 72 de La philosophie dans le boudoir de Sade. In, Sade, Œuvres. III. La Pléiade. Gallimard. 1638p. 1998. p.1316

14 Note 1 de la page 160 de La philosophie dans le boudoir de Sade. In, Sade, Œuvres. III. La Pléiade. Gallimard. 1638p. 1998. p.1353

15 France Culture, L’Atelier du pouvoir. Les maîtres du X. 3 mai 2015

16 France Culture, Du grain à moudre. 18 mars 2016

17 Gala, Louis Garrel, «À 11 ans, je regardais du porno en groupe». 31 octobre 2016

18 L’Express, Hugh Hefner, l’humaniste ( ! ) qui voyait les femmes comme des ‘objets sexuels’. 28 Septembre 2017

19 HPG, Autobiographie d’un hardeur. Hachette Littérature. 196p. 2002. p.115 à 119

20 Sabine Dardenne, J’avais 12 ans, j’ai pris mon vélo et je suis partie à l’école…Pocket. 184p. 2006. p.36 et 168

21 France Culture. L’atelier du pouvoir. L’industrie du X. Présentation. 3 mai 2015. Rediffusé le 15 août 2015

22 Libération, Plan-Plan-cul-Culte. 2 juin 2017

23 AFP. Porno: Los Angeles impose le préservatif. 8 novembre 2012

24 Le Monde. Le porno en quête d’une nouvelle vigueur. 11 avril 2015

25 Sade, Les cent vingt journées de Sodome, In Œuvres. I. La Pléiade. Gallimard. 1363p. 1990. p.201, 291-292, 352

26 Le Figaro, Le Monde : les actionnaires ont choisi leur candidat. 17 avril 2015

27 Libération, Le X, Versant obscur du patron de Free. 14 Septembre 2006

28 Le Canard Enchaîné. Enquête sur le monde de Niel. 19 octobre 2016. p.4

29 France Culture, Soft Power, le marché de l’art au bord de la crise de nerfs. 23 octobre 2016

30 Le Canard enchaîné. Canard Plus. 23 août 2017. p.7.

31 Association des jeunes chercheur·e·s en Études Féministes, Genre et Sexualités. Liste de diffusion qui concerne 1600 personnes [octobre 2012].

32 Marie-Hélène Bourcier, In, Dictionnaire de la pornographie. (Sous la direction de Philippe Di Folco) PUF. 581p. 2005. p.378 à 380

33 Radio Libertaire. 1er avril 2016. 17h 40

34 Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes. Rapport relatif à l’éducation à la sexualité. Répondre aux attentes des jeunes, construire une société d’égalité Hommes-Femmes » 136 p. 13 juin 2016

35 AH ! NANA. De Sade à Masoch en passant par Robbe-Grillet. Questions posées à Alain Robbe-Grillet par Isabelle Sacuto. Édité par les Humanoïdes associés. Décembre 1977. p.20, 21

36 Jean-Jacques Rousseau, Les rêveries d’un promeneur solitaire, in, Œuvres Complètes. I. La Pléiade. NRF. Gallimard. 1969p. 1986. p.1088

37 Fabula. La recherche en littérature. Agenda. Sade et la pornographie. 24 janvier 2017

38 Richard Poulin et Cécile Coderre, La violence pornographique. Éditions Asticou. Québec. 168p. 1986. p.106

39 HPG. Autobiographie d’un hardeur. Hachette Littératures. 196p. 2002. p.9

40 Guy Sitbon, Le porno n’existe pas. La Nef. Directeur : Lucie Faure. Amour et sexualité. N° 58. Octobre/ novembre, décembre 1975. p 87à 93

41 George Steiner, Réelles Présences. Les arts du sens. Folio Essais. 281 p. 1994. p.230

42 Louis-George Tin. In, Dictionnaire de la pornographie. (Sous la direction de Philippe di Folco) P.U.F. 581p. 2005. p.217

43 Jean Tulard, Dictionnaire amoureux du cinéma. 721p. 2009. p. 691

44 Nice matin, Ados violeurs condamnés, «des gosses nourris de pornographie via leur portables». 28 mai 2016


Retour en haut de page