Harcèlement sexuel. Droit de cuissage
 Marie-Victoire Louis

Sexes

Extrait de l’Abécédaire féministe

date de rédaction : 05/02/2016
date de publication : 05 février 2016
mise en ligne : 05/02/2016
Augmenter la taille du texteDiminuer la taille du texteImprimer le texteRecommander ce texte par mail

http://www.marievictoirelouis.net/document.php?id=1161&mode=last

À la recherche du patriarcat…

L’abécédaire féministe, profondément revu, comporte dorénavant 2302 items et 23 rubriques : I. « Culture » (82) ; II. Droit (52) ; III. Êtres humains (74) IV. Êtres humains. Corps (13) ; V. Êtres humains. Enfants (24) ; VI. Êtres humains. Femme-s (417) ; VII. Êtres humains. Homme-s (194) ; VIII. Êtres humains. Relations entre êtres humains (112) ; IX. Famille (88) ; X. Féminisme-s. Féministe-s (130) ; XI. Justice (81) ; XII. Langage (76) ; XIII. Patriarcat (91) ; XIV. Penser (141) ; XV. Politique (321) ; XVI. Pornographie (25) ; XVII. Proxénétisme (94) ; XVIII. «Sciences» sociales (34) ; XIX. « Sciences » Sociales (Démographie) (18);XX. « Sciences » sociales (Économie) (43) ;  XXI. « Sciences » sociales. Histoire (44) ; XXII. Sexe-s [Sexualité, Sexisme] (50) ; XXIII. Violences (98)… et continuera d’évoluer. 15 février 2016

XXII. Sexe-s [Sexisme, « Sexualité », Sexuel…]

I. Sexe-s :Sexe (1,2,3,4) ; Sexe (Femme) (1,2,3,4,5,6,7,8) ; Sexe (Homme) (1,2) ; Sexe. Homme (Genet Jean) ; Sexe. Homme (Sade) ; Sexe (Homme) Zemmour Éric) ; Télévision ; Sexes ;Sexe-s (Université, Recherche) (21) ;II. Sexisme : Sexisme ; Discrimination ; Femmes ; Sexisme / Racisme / Homophobie / Xénophobie ; Sexisme (Université. Recherche) (5) ;III. « Sexualité-s » :Sexualité (1,2,3,4,5) ; Dépénalisée ; Sexualité-s (Université. Recherche) (7) ;IV.Sexuel-les :Abus ; Besoin ; Objet ; Plaisir ; Division sociale et sexuelle du travail, du pouvoir) ; Éducation ; Impuissance (dite) (1,2) ; Identité ; Liberté ; Orientation ; Droits (sexuels) et reproductifs ; Mutilations ; Mutilations (Sade) ; Sexuelles (Questions) ; Sexuel-les (Université, Recherche)(16)5 février 2016 : 50 items

I. Sexe-s :

Sexe (1) : D’abord et avant tout, doit être considérée comme l’un des organes du corps humain, celui qui, par ailleurs, différencie l’homme de la femme (sans évoquer les animaux). Définir un être humain comme ayant « un sexe », par « son sexe », a fortiori, identifier l’une des deux moitiés de la population comme étant « le sexe » (beau, faible, fort, exquis, victime, deuxième, troisième…) c’est sinon nécessairement les y amalgamer, sinon les y réduire, c’est, à tout le moins, permettre, cautionner cette ambiguïté entre l’organe et l’être. C’est ouvrir la brèche de la séparation entre le sexe et la personne, c’est ouvrir la voie à leur autonomisation respective. Une voie royale (nécessaire) pour la légitimation du proxénétisme. (Cf. Êtres humains. Corps, Proxénétisme)

Sexe (2) : L’assimilation du « sexe » à la personne a d’abord eu, sous réserves de recherches plus exigeantes, les femmes pour objet. Elles y ont été subsumées. Y inclure les hommes - de plus en plus fréquent - c’est universaliser cette assimilation, c’est cautionner l’identification, l’abaissement des êtres humains à leur [seul] sexe. C’est les nier en tant qu’êtres humains, dorénavant prioritairement, sinon essentiellement, définis par leur sexe ; c’est permettre l’animalisation du monde.

Sexe (3) :La première édition du Dictionnaire de l’Académie française [1674] permet de préciser « les réserves » évoquées. On lit : « SEXE. s. m. Ce qui fait la difference du masle & de la femelle parmi les animaux. Sexe masculin. sexe feminin. on dit qu'il se trouve des animaux qui ont les deux sexes. Les hermaphrodites ont les deux sexes. On a peine à connoistre le sexe dans les oiseaux. On tua tout sans distinction de sexe, ny d'âge. Elle a du merite au dessus de son sexe. Quand on dit, Le beau sexe, ou absolument, Le sexe, on entend tousjours parler des femmes. Il faut avoir consideration pour le sexe. Le sexe est fragile. la foiblesse, l'inconstance du sexe. » (Cf. . Êtres humains, Femmes, Pornographie, Patriarcat, Sexisme)

Sexe (4) : « Le sexe et… », « Le sexe de », « Le sexe, (virgule) » « Le sexe dans …) : à bannir. Comme « le sexe » tout court, sauf s’il s’agit de désigner spécifiquement celui d’un homme et/ou d’une femme. (Cf. Femme (Et))

Sexe (Femme) (1) : Balzac, dans une lettre adressée à Madame Hanska, auteur de : « Toi seule et Anna (sa fille) vous êtes tout le sexe pour moi. L’aventure de la Visc[conti] et celle de la Chouette (anciennes maîtresses, lui disait-il) m’ont fait considérer le contact d’une femme comme la chose la plus dangereuse, la plus malheureuse et la plus venimeuse qu’il y ait sur terre pour l’homme.» 2

Sexe (Femme) (2) : Léon Bloy (1889), auteur de : « Le central concept de ce livre est le sexe physiologique de la femme autour duquel s’enroule ou se débobine implacablement sa psychologie toute entière. Pour parler net, la femme dépend de son sexe, comme l’homme dépend de son cerveau. » 3. (Cf. Femme (Khmers rouges), Penser (Femme), Proxénétisme. Bloy Léon, Sexe [...] )

Sexe (Femme) (3) : Une femme au commissaire Maigret, concernant une jeune fille ‘dévergondée’ : « J’en ai rougi pour mon sexe ». 4 Au pied de la lettre, amusant, sinon comique. Plus fondamentalement, ce sont l’ensemble des références au « sexe » - quel que soit l’adjectif auquel il est, dans toutes ses déclinaisons, accolé - pour qualifier des personnes (hommes et femmes) qui doivent, pour en comprendre l’absurdité, être prises au pied de la lettre. Et, surtout, pour permettre de comprendre comment l’emploi de ce terme s’est avéré, depuis des siècles qu’il est employé, un piège mortel concernant l’évolution de la pensée de l’être humain. (Cf. Femmes, Patriarcat)

Sexe (Femme) (4) : […] Simone de Beauvoir, auteure de : […]  « ce n’est pas de ma faute si, en France, en particulier, dès qu’on parle de ‘femme’, on pense immédiatement ‘sexe’. C’est précisément parce que la femme a été réduite par les hommes à être avant tout ce qu’elle est pour l’homme, c’est à dire presque exclusivement : ‘un sexe’. […] » 5  

Sexe (Femme) (5) : Gabriel Legouvé [1764-1812] Poète. Auteur de : « Tombe aux pieds de ce sexe à qui tu dois ta mère. »  6 Laisse sans voix…

Sexe (Femme) (6) : Michel Leiris [1901-1990] Auteur de : « Dans la femme, un sexe, comme un animal dans sa coquille ». 7 Idem…

Sexe (Femme) (7) : Dénommé, qualifié par Sade (liste fort loin d’être exhaustive) de : « gouffre impur et fétide » ; « con » [« affreux »] ; « fente délicieuse », «petit orifice » (d’une enfant) ; « trou » [« beau », « mignon »] (d’une enfant) ; « vagin » [« étroit », « baillant »] ; « partie infecte »  ; « l’antre odieux » ; « maudite fente » ; «orifice » ;  « motte entrouverte » ; « canal » ; « conduit » ; « local » ; « devant » ; « route » ; « obstacle » ; « réduit » ; « brèche », « voie » mais en règle générale, très inférieur en jouissance à celle que procure, pour lui, le « cul ». « Apprenez, mon enfant, que c’est la même chose ; une femme est femme partout, elle ne fait pas plus de mal à prêter son cul que son con, sa bouche que sa main, ses cuisses que ses aisselles ; tout cela est indifférent. […] » 8 Cf. aussi : « Je fous tout ; et pourvu que mon vit monstrueux blesse ou déchire, ce qu’il pourfend me devient égal. » 9 Dès lors, « la bouche, le con, le cul », hommes ou femmes, violences, torture ou non, peu importe. (Cf. Homme. Sade, Femme-s, Sexe. Homme, Pornographie)

Sexe (Femme) (8) :Entendu en 2015 dans une émission consacrée à Auguste Rodin évoquer l’invitation à ne pas (ne plus ?) considérer « le sexe féminin » comme « obsession sexuelle » ( ?), mais « comme organe de la création, de la production de la vie »…Et ce suivi, sans excès d’inquiétude, sans égard de la simple logique, d’une présentation du même Rodin par Philippe  Sollers comme « un faune en action ». 10
- J’ai alors pensé à l’« argument » dont tant pourrait de prévaloir : « Moi, vouloir la violer, mais, non, Monsieur le juge ! Je voulais connaître, je rendais hommage à l’organe de la création, je me régénérais dans l’organe de la production de la vie » !
* Il n’est pas innocent que cette même émission ait tenté bien maladroitement, en réalité assez grossièrement, de réhabiliter Rodin dans ses relations avec Camille Claudel.

Sexe (Homme) (1) : Quel-le poète-sse, quel-le écrivain-e, quel-le esthète, a-t-il/elle vanté la beauté de l’organe constitutif de l’identité masculine ? Genet ? (Cf. Être humain (Corps), Homme, Personne)

Sexe (Homme) (2) : Le sexe masculin censé être le signifiant suprême des hommes, n’est pourtant jamais (ou presque), dans l’art, la littérature, représenté dressé. La pornographie a remédié à cette trop visible et gênante absence. (Cf. Sciences humaines (Psychanalyse. Freud Sigmund), Pornographie)

Sexe (Homme. Genet Jean) : Jean Genet, auteur de : […] « Adore à deux genoux, comme un poteau sacré
 / Mon torse tatoué, adore jusqu’aux larmes : Mon sexe qui te romps, te frappe mieux qu’une arme/ Adore mon bâton qui va te pénétrer // Il bondit sur tes yeux; il enfile ton âme
/ Penches un peu la tête et le vois se dresser / L’apercevant si noble et si propre à baiser/ Tu t’inclines très bas en lui disant: ‘Madame’ ! […] » 11 (Cf. Justice. Juges. Genet Jean)

Sexe (Homme. Sade) :Dénommé par Sade (liste fort loin d’être exhaustive) : « engin » [« noir et mou », « sec et noir », « triste », « furieux », « le plus médiocre », « le plus étonnement petit », « assez gros », « petit et très dur », « absolument couvert de pustules, de chancres, de vermine », « vilain », « petit », « monstrueux », « superbe », « merdeux », « mort », « en miniature »] ; « membre » [« sublime », « semblable à celui d’un mulet », « plus gros que la taille de la petite fille », « roide et en colère », « de fer », « très ordinaire », « petit, noir et tout rabougri », « affreux », « tyrannique », « superbe », « petit, vieux, pâle et ridé »] ; «arme» ; « instrument » [« court et molasse », « nerveux », « en fureur », « petit » ] ; « morceau » ; « hochet » [« redoutable », « plus dur qu’une barre de fer »] ; « instrument » [« prodigieux », « toujours écumant »] ; « anchois» [« petit et vilain », « libertin »] ; « saucisson » ; « taureau » ; « vit» [« sec et mutin », « nerveux », « dur et bandant », « molasse et baveux », « écumeux de luxure», « mollet, guère plus long que le petit doigt », « en l’air », « musculeux », « mesquin », « superbe », «effrayant », « défaillant », « extraordinairement petit », « énorme », « flasque », « foudroyant », « triste », « victorieux », « de mulet », « furieux », « très médiocre » ] ; « outil» [« long et vigoureux », « molasse enfin rendu à la vie », « d’une longueur et d’une grosseur effrayante », « énorme », « flottant », « rouillé », « si humble et si piteux qu’il fallait presque des lunettes pour se douter de son existence »] ; « pieu» ; « relique » ; « paquet » ; « poutre » [« monstrueuse »] ; « dard» [« monstrueux »] ; «glaive » [« monstrueux »]  ; « bourreau » ; « objet» ; « monstre » [« énorme »] ; « arme » ; « machine »…, remplaçables par une « machine fort ingénieuse qui servait au viols [d’un] libertin » 12 [plusieurs fois à nouveau décrite dans La nouvelle Justine] ; « les tristes dépouilles de son humanité fléchissante » ; « les flambeaux éteints qu’il faut rallumer » 13 Sans oublier : [« le »] « Dieu» 14, ni « le vit qui menace le ciel ». 15 Il prendre ces termes à la lettre, réfléchir à leur signification. Et cesser de rire. (Cf. Homme. Sade, Sexe. Femme, Violences contre les femmes)
* Ajout. 13 octobre 2015. Concernant le sperme, toujours chez Sade : « semence » [« abondant », « impudique »…] ; « liqueur » ; « un venin qui rend méchant» ; « âcre superflu de couilles » (à poursuivre)…

Sexe (Homme. Zemmour Eric) : On lit dans le livre d’Eric Zemmour, Le premier sexe, page 87 : « Ce n’est pourtant pas la première fois (en 2005 ?) que l’homme est tenté d’abandonner le lourd fardeau qu’il a entre les jambes » tandis que, page 134 (à la fin du livre), il écrit, après avoir évacué les femmes du champ de  l’histoire : « Il me semble en revanche que la plus grande résistance (à ?) viendra des hommes, trop contents de s’être enfin débarrassés du fardeau qui court entre leurs jambes. […]» 16

Sexe (Télévision) : Parler de « sexe » à la télé (à la radio) provoque immédiatement - réaction quasi chimique - le rire. Vrai aussi dès lors qu’une femme dénudée ou nue apparaît sur l’écran. (Cf. Femmes, Mise à nu des êtres)

Sexes : Les sexes de l’homme et de la femme, autrefois appelées « parties honteuses » [de leurs corps] sont dorénavant considérés comme les « fondements centraux » de leur identité et /ou de leur intimité. Hommes et femmes ont été subsumés dans et par leurs sexes, eux-mêmes dissous dans leur supposée « sexualité ». Est-il homo ? Est-elle lesbienne ? N’est-ce pas la question qui vient, de plus en plus fréquemment, en premier, à l’esprit  pour désigner un homme ou une femme ? Quelles sont celles, autrement plus fondamentales, qui sont, dès lors, sinon hors sujet, du moins considérées comme secondaires ? Le sexe comme identifiant premier de l’être, comme substitut à l’être…(Cf. Sexualité)

Sexe-s (Université. Recherche) : [2014. 2015] Quelques intitulés de séminaires, colloques, appels à contrats, thèses, articles, livres ... :« Mon corps a-t-il un sexe ? Sur le genre, dialogues entre biologies et sciences sociales » ; « Le sexe du militantisme » ; « Autour des critiques du concept de sexe » ; « La guerre d'Algérie, le sexe et l'effroi » ; « Éduquer à l'égalité entre les sexes à l'école » ; "Sexe en public" ; « L’œil, la scène et la hantise du sexe» ; « Le cerveau a-t-il un sexe» ; « Le squelette a-t-il un sexe ?» ; « La voix a-t-elle un sexe ? » ; « Transgression et banalisation du sexe dans la publicité sur Internet » ; « Le sexe de la Femme » ; « La violence a t-elle un sexe ? » ; « Différences, (in)égalités entre les sexes dans la famille » ; « Inégalités entre sexesdans la famille, à l’école et au travail : approches comparées » ;  « L'objet « sexe » dans les savoirs, les techniques et les pratiques de la biologie et de la médecine au XIXe-XXe siècle » ; « Le sexe sous l'œil des sciences de l'homme (France : 1868-1914) » ; « De l'ambivalence sexuelle à l'origine des sexes » ; « Sexe, race et médecine : regards sur l'anatomie sexuelle des Africain(e)s (fin XVIIIe siècle-milieu XXe siècle) » ; « Evaluer le sexe ‘anormal’ : les outils médicaux de la deuxième moitié du XXe siècle (France) » ; « Quand Arnold est devenue Arlette. Une opération de changement de sexe à La Chaux-de-Fonds en 1941 » ; « Réformer l'état civil : la dualité du sexe en débat. France, XIXème siècle »
 ; « La construction de ‘la femme ménopausée’ comme catégorie de sexe dans le discours médical du XIXème siècle à nos jours » ; « Corps, imagination et pouvoir : le rôle du ‘sexe’ dans l'étiologie de la grossesse nerveuse (XIXe-XXe siècle) » ; « Contribution à l'archéologie de la distinction sexe-genre : ce que les « perversions sexuelles » au XIXème siècle ont fait au sexe » ; « De quoi fait-on l'histoire en faisant l'histoire du sexe ? » ; « Le sexe des anges » : les manuels scolaires de SVT au prisme du genre» ; « Les sexes des pervers » ; « Sexe et politique du XXe au XXIe siècle : entre aliénation et émancipation » ; « Les politisations du sexe dans les années post 68 » ; « Un dispositif de sexe et genre créolisé. L’exemple  de  la  Guadeloupe  et  de  la Guyane » ; « Zones   d’ombre et lumières   dans   le   traitement   de   la   revendication   d’égalité   des   sexes dans la politique chilienne : du positionnement historique à un enjeu de réalisation démocratique » ; « Le sexe à l’école » ; « Le sexe de l’enquête : approches sociologiques et anthropologiques » ; « Les métiers ont-ils un sexe ? » ; « Le sexe comme art » ; « Borderline, les économies du sexe : pornographie et prostitution » ; « Femmes aliénées : la psychiatrie et le ‘sexe faible’ en Grande-Bretagne et en France (1850-1950) » ; « Genre, Travail du Sexe et Santé Sexuelle » ; « Love, Sex and War : Towards another History of 20th Century Europe » ; « Boire, une affaire de sexe et d’âge » ; « Le troisième sexe social » ; « Sexe et genre de la culture : production, médiation et consommation », (Cf. Êtres humains, Langage)

II. Sexisme :

Sexisme : Terme qui, lorsqu’il a été sinon inventé du moins largement utilisé par les féministes, était, pensions-nous, pensais-je - par erreur - censé ne concerner que les femmes. Mais en toute logique, en toute cohérence - s’appliquant aux hommes et aux femmes - le terme de sexisme n’a pas en lui-même de signification féministe et n’a plus d’autre sens que celui que son auteur-e, masculinistes inclus, veut bien lui accorder. Revendiquer une loi anti-sexiste, dès lors, était une erreur d’analyse. (Cf. Sexes)

Sexisme (Discrimination) : Considérer le sexisme comme une « discrimination », c’est interdire toute pensée critique anti-patriarcale et en conséquence en termes de critiques de la domination masculine. Discriminer selon une norme patriarcale, non interrogée, et donc non contestée, c’est conforter le fondement et la légitimité du patriarcat. C’est donc le pérenniser.

Sexisme (Femmes) : Caroline Fourest [après avoir opposé les homosexuel-les aux homophobes] oppose « les femmes » aux « sexistes ». Illustration de la fonction patriarcale de l’emploi du terme, qui, ici, fait tout simplement disparaître… « les hommes ». 17

Sexisme / Racisme / Homophobie / Xénophobie…: Dans tous ces cas de figure, le patriarcat est légitimé. (Cf. Êtres humains. Haine)

Sexisme (Université. Recherche) : [2014. 2015] Quelques intitulés de séminaires, colloques, appels à contrats, thèses, articles... : « Les femmes face au sexisme : confrontation ou évitement ? » ; « Analyse des stratégies de réponses aux violences sexistes » ; « Sexisme, jeux vidéo et culture geek » ; « Sous les pavés, le genre. Hacker le sexisme »… (Cf. Êtres humains, Langage)

III. « Sexualité-s »:

Sexualité (1) : Une définition qui ne soit pas une tautologie est ardemment recherchée. Encore un mot qui ne veut rien dire…Une insulte à l’intelligence. 18

Sexualité (2) : La question dite de la « sexualité » est au cœur de tous les rapports de domination. Dès lors que ce terme est employé, c’est tout l’édifice sur lequel notre monde est bâti qui est conforté, tandis que seule sa critique l’ébranle. Il importe donc de savoir le lire, car si ce terme ne veut rien dire, il est fonctionnel. Ou, plus précisément, c’est parce qu’il ne veut rien dire qu’il est fonctionnel. Comme le « genre », et tant d’autres… (Cf. Langage. Genre)

Sexualité (3) :Pour confirmation : Un Dictionnaire des sexualités vient d’être publié, sous la direction de Janine Mossuz-Lavau. Son introduction à ce livre commence ainsi : « Je ne sais pas quelle est la question, mais je connais la réponse : ‘le sexe’ disait Woody Allen ». Je ne sais si la responsable de ce Dictionnaire - qui a même cru bon rappeler cette phrase, lors d’une émission 19 au cours de laquelle elle présenta ce livre - connaît pas la question, mais elle connaît la réponse à ses (non) questions : [les] « Sexualités ». Il n’est pas, en l’occurrence, anodin de rappeler les multiples engagements politiques de justification de « la prostitution » de Janine Mossuz-Lavau et dès lors mieux comprendre la place accordée dans ce livre à un nombre très important de rubriques confiées à des personnes qui, comme elle, s’étaient depuis de nombreuses années engagées en ce sens. 20 (Cf. Proxénétisme)

Sexualité (4) :Nicolas Sarkozy, auteur de : « La sexualité, c’est privé ». 21 (Cf. Êtres humains, Vie-dite-privée)

Sexualité (5) : Entendu, ce jour, en décembre 2015, dans une émission de France Culture consacrée à la ménopause, dans la bouche d’une gynécologue psychosomaticienne : « La sexualité, c’est aussi important que les bouffées de chaleur, ou autres malaises, ou n’importe quelle maladie. » Sans aucune réaction de René Frydman, producteur de l’émission intitulée : Révolutions médicales. 22

Sexualité (Dépénalisée) : Affirmer que « la sexualité » (pas même définie…et pour cause) serait « une affaire libre et privée » signifie « la » sortir du champ pénal, position revendiquée, sans excès de scrupules ni souvent même de questionnements, par certain-es. C’est dès lors sortir tous les rapports de domination du champ de la loi et donc justifier, légitimer le bien fondé de tous les rapports de force et de toutes les violences sur les personnes. Retour à la barbarie garantie. (Cf. Désirs, Harcèlement (Lois sur), Front National, Patriarcat, Proxénétisme)

Sexualité-s (Université. Recherche) : [ 2014. 2015] Quelques intitulés de séminaires, colloques, appels à contrats, thèses, articles... :« Religion et politiques contemporaines de la sexualité et de la filiation ; « Culture gaie, sexualité gaie » ;« Race, Religion and Sexuality. Agency and Positionality as Intersectional Strategies » ; « Foucault, la sexualité, l’Antiquité : 30 ans après » ; « Hétéronormativité, sexualité et injonction à la maternité : quelles pratiques d’émancipation ? » ; « Handicaps, intimité et sexualités ; « Conférence européenne des géographies des sexualités » ; « Traverser les frontières : sexualités, médias et espaces (urbains) » ; « Femmes et sexualités » ; « Les visages de la sexualité féminine dans le monde » ;  « Sexualités : des lieux et des liens » ; « La sexualité à l'école et dans la famille » ; « Culture, violence et sexualité dans la psychiatrie de Fanon » ;« Normes, trans-identités et inventions des sexualités   ; «  Erotisme et sexualité dans les arts du spectacle » ; « Sexualité, prévention du sida et homophobie » ; « Sexualités et enfermement en Europe » ; « La sexualité au Goulag   ; « Lasexualité en prison » ; « Réguler la sexualité, perspectives historiques » ; « Mœurs et sexualité au bagne » ; « L'asile un instrument de régulation de la sexualité féminine » ; « Extases divines et amours humains entre les murs sacrés. Présence et absence de la sexualité dans les couvents féminins de l’Italie Tridentine » ; « Sexualités et violences sexuelles en institutions fermées-Perspective européenne » ; « Les représentations de la sexualité pour les soldats de terre de l’armée grecque » ; « Normes, trans-identités et inventions des sexualités »; « Dictionnaire des sexualités » ; « Politique et sexualité » ; « Éducation à la sexualité en Picardie. Pratiques, représentations et obstacles » ; « A-t-on toujours eu un “genre » ? Histoire de la sexualité et genèse du genre » ; « Recherches en sciences sociales sur la sexualité » ; « L'objet sexualité est-il soluble dans le champ des scripts sexuels ? » ; « Scripts interpersonnels et sexualité interdite. S’arranger avec les normes par l’individualisation sexuelle » ; « Au bonheur des rencontres. Sexualité, classe et rapports de genre dans la production et l’usage des sites de rencontres en France » ; « Parler de sexualité en entretien. Comment rendre publics des propos privés » ; « Penser l’invisible : la sexualité dans les séries animées françaises pour enfants » ; « Sexualité médiatique chez Michel Houellebecq » ; « Sexualité, secrets et séropositivité : la difficulté de dire et de parler » ; « Les discours sur la sexualité dans la presse féminine : le tournant des années 1968 » ; « Sexualité et redistribution des pouvoirs dans les séries américaines » ;  « La sexualité des sujets transgenres et transsexuels saisie par les médias » ; « Le « cyber-onanisme », une sexualité technicisée et individualisée » ; « Sexualité et communauté familiale, le regard de l’anthropologie » ; « De la légitimité de l’État à communiquer sur la sexualité. Le cas des campagnes de prévention du sida entre 1987 et 2007 » ; « Paradoxe et conflits autour de la sexualité des personnes ‘handicapées mentales ‘ en institution spécialisée » ; « L’homosexualité, une « question difficile ». Distinction et hiérarchisation des sexualités dans l’éducation sexuelle en milieu scolaire » ; « De la libération des enfants à la violence des pédophiles. La sexualité des mineurs dans les discours politiques des années 1970 » ; « Les trans comme parias. Le traitement médiatique de la sexualité des personnes trans en France » ; « Genre et sexualité » ; « Problématisations de la sexualité à l’époque de la féminisation de la médecine » ; « Sexualité, séropositivité et secrets » ; « Sexualité, reproduction et VIH » ; « Sexualité, médicalisation et égalité de genre. Un ménage à trois qui fait problème » ; « Problématisations de la sexualité à l’époque de la féminisation de la médecine » ; « Sexualité » ; « Sexualités, sensualités, socialismes » ; « L'émergence de la sexualité et du pouvoir psychiatrique au XIX siècle » ; « Sexualité(s) et études féministes : quels problèmes ? » ; « Les Grecs, le genre et la sexualité» ; « Les recherches sur la sexualité et le sida sous les fourches caudines du néolibéralisme » ; « Sexualités en révolutions, XIXe, XXe, XXIe siècle » ; «  Discours et théorisations des sexualités» ; « Définitions concurrentes du genre et de la sexualité dans les mouvements féministes » ; « Assister la sexualité de la personne en situation de handicap : une cause sexuelle pas si nouvelle » ; « Queer Maroc : Sexualités, genres et (trans)identités dans la littérature marocaine » ; « Secularism and Sexuality : A Genealogy through Family Law » ; « Sexualités : des lieux et des liens » ; « Raconter les sexualités depuis la marge » ; « Sexualités : des lieux et des liens » ; « Normes, trans-identités et inventions des sexualités » : « Genre(s), sexualités, langage: un nouveau champ d'études? »(Cf. Êtres humains, Langage. Genre)

IV. Sexuel-le :

Sexuel (Abus) : Signifie que l’usage dit « sexuel » d’un être humain - appréhendé en fonction de son utilité (pour l’autre) - est légitime. Dans la foulée, on peut même évoquer (sans guillemets) la « lutte contre les abus dans le commerce du sexe », sans même s’interroger sur la signification holistique, globale, politique, morale de ces mots mis bout à bout …. (Cf. Politique (Abus), Politique (Utilitarisme) Proxénétisme) 23

Sexuel (Besoin) : Pour reprendre diverses définitions données du terme, s’il s’agit :
- d’une « exigence née d'un sentiment de manque, de privation de quelque chose qui est nécessaire à la vie [organique]», alors la question de « l’exigence » se pose ;
- d’une « nécessité impérieuse », alors la question de « la nécessité » se pose ;
- d’un « sentiment de privation qui porte à désirer ce dont on croit manquer », alors la question du « manque » se pose ;
- de « quelque chose » considérée comme « nécessaire à l'existence », de « l’état qui résulte de la privation du nécessaire ».
Dans chacun de ces quatre cas de figure, où se situe l’autre ?

Sexuel (Objet) : Les femmes, que les féministes ont depuis longtemps dénoncées comme étant traitées comme des « objets sexuels », sont dorénavant considérées comme  « sujet[es]s de leur sexualité » 24 : un grand pas en avant…

Sexuel (Plaisir) : Sans autre référence à l’autre, porte en soi sa négation. Et donc potentiellement sa mort. En sus, le lien si souvent présenté comment nécessairement évident entre ces deux termes est mensonger, absurde, grossier. Tout simplement faux. (Cf. Femmes Écrivaines (Colette), Désirs, Jouir, Libertin, Personne, Plaisir, Pornographie, Violences contre les femmes)

Sexuelle (Division sociale et sexuelle du travail, du pouvoir) : La division sociale du travail renvoie à une analyse marxiste du capitalisme ; la division sexuelle du travail à une analyse féministe du patriarcat. Les assimiler, les amalgamer, c’est dissoudre l’un dans l’autre. Deviner lequel…

Sexuelle (Éducation) : Entendu sur France Culture : « Le viol, l’inceste, l’homosexualité [dont « il faut parler aux enfants »] : sujets périphériques à l’éducation sexuelle. » 25

Sexuelle (Impuissance dite) (1) : Souvent, révèle la vérité jusqu’alors cachée. Par ailleurs, dans cette hypothèse, je n’ai jamais vraiment compris clairement de quoi les hommes devaient, en l’occurrence, s’excuser et/ou être ‘désolés’. S’il est vrai qu’ils sont, en règle générale, peu loquaces sur le sujet, il est aussi vrai qu’ils ont rarement le temps de s’en expliquer, tant, si souvent, les femmes veulent si ardemment les convaincre - et se convaincre - que ce-n’est-pas-grave-et-que-ça-arrive-à-tout-le-monde. Toujours appelé par certain-es : « déconvenues [des hommes]». (Entendu mars 2013).

Sexuelle (Impuissance dite) (2) : Pierre Drieu La Rochelle, auteur de : « Je jouis aussi de mon impuissance sexuelle qui me délivre à demi des femmes. » 26 (Cf.  Jouir)

Sexuelle (Identité) : Une loi Argentine du 4 mai 2012 détermine l'identité sexuelle comme « le vécu intérieur et individuel du sexe tel que la personne le ressent elle-même, ce qui peut correspondre ou non au sexe enregistré à la naissance, incluant le vécu personnel du corps. » Sous réserve d’une réelle connaissance de ce texte, alors, sous couvert de défendre les intérêts - légitimes - des travestis et des  transsexuel-les, « le sexe » est bien en passe d’avoir raison de l’être humain - et par la même, de la différence homme/femme - qui y est subsumée. Le patriarcat à la trappe…27 Et la confusion intellectuelle érigée en norme politique, au sein de la quelle on nous somme de vivre et de penser.

Sexuelle (« Liberté ») (1) : [2002] Une jeune fille, 17 ans, arrive, seule, aux urgences pour « mal au ventre ». On découvre qu'elle a des contractions et qu'elle va accoucher. 28

Sexuelle (« Liberté ») (2) : [2012] Dix ans plus tard, une autre jeune fille, 15 ans, accouche, seule, dans les toilettes de son lycée. 29 (Cf. Infanticide)

Sexuelle (Orientation) : Terme censé enrichir les identités des êtres humains, y compris de ceux et celles dont l’identité est niée (dans le sens de :  ‘carte de’), de ceux et celles qui n’ont jamais entendu parler d’homosexualité, de ceux et celles qui sont dans la confusion concernant leur identité, de ceux et celles qui ont évolué, de ceux et celles qui n’ont aucune relation sexuelle avec quiconque, de ceux et celles qui refusent de se laisser catégoriser par ce qu’ils et elles estiment ne pas les définir. Bref, encore un grand progrès.

Sexuels (Et reproductifs. Droits) : Permet d’évoquer concomitamment l’avortement, l’IVG, la natalité, l’accouchement, l’allaitement, le sida, et même le viol, « la violence - dite - domestique » 30 sans porter aucun jugement de valeur, ni avoir à prendre position. Fonctionnel... (Cf. Justice. Droits)

Sexuelles (Mutilations. Procès) : Il est plus courageux - humainement, politiquement - de s’être engagée aux côtés des victimes de mutilations sexuelles et de les défendre en justice (notamment pour l’avocate, Linda Weil-Curiel, la première à le faire, quasiment seule contre tous et toutes, à quelques exceptions féministes près, et ce sans abandon de poste, des dizaines d’années après) que de lutter contre la peine de mort, si souvent si facilement considérée - à grand tort - comme étant le nec plus ultra de la défense des « droits de l’homme ». Et vertueux de ne pas le [s’en] faire valoir. (Cf. Droits de l’homme, Politique (Morale), Vertu)

Sexuelles (Mutilations. Sade) :Parmi les innombrables tortures sexuelles lisibles dans les Œuvres de Sade, on peut citer celles concernant des scènes d’infibulations sexuelles. « Le bourreau qui va rétrécir les voies s’arme d’une longue aiguille, au bout de la quelle est un fil ciré. […] Mais ici le caractère violent de Zulma se décide ‘Je veux lui coudre le con ; ma sœur se chargera du cul.’ […] Et sans s‘inquiéter ni du sang qu’elle va répandre, ni du sang qu’elle occasionnera, le monstre, en face des scélérats que ce spectacle enflamme, ferme hermétiquement, au moyen d’une couture, l’entrée du vagin de Justine… Et l’autel de Sodome se barricade de la même manière…[…] Les fils se rompent. Les tourments de l’enfer n’égalent pas ceux qu’endure Justine ; plus ses douleurs sont vives, plus paraissent piquants les plaisirs de ses persécuteurs. Tout cède enfin à ses efforts ; Justine est déchirée. » 31 (Cf. Violences)

Sexuelles (Questions) :Sous la formulation de « questions sexuelles », il peut être concomitamment question de : « mutilations sexuelles et lesbianisme »…32

Sexuel-les (Université, Recherche) : [ 2014. 2015] Quelques intitulés de séminaires, colloques, appels à contrats, thèses, articles... : «  Jean Louis Barrault ou le théâtre comme métaphore de l’art sexuel » ; « Masters of Sex ou la maîtrise de la visibilité sexuelle » ; «  Dictionnaire pénal non amoureux du sexuel » ; « Normes, différences sexuelles et pratiques médicales » ; « Construction de l’identité et différences sexuelles » ; « ‘Théorie du genre’ et normes sexuelles : l’écho d’une polémique en milieu scolaire » ; « Normes sexuelles, normes contraceptives et normes corporelles en institution de protection sociale. Une intimité mise en visibilité » ; « Le sexuel et l’actuel » ; « Quelle ‘révolution’ sexuelle» ; « De la politique sexuelle de Witold Gombrowicz » ; « Le Vatican contre la dénaturalisation de l’ordre sexuel : structure et enjeux d’un discours institutionnel réactionnaire » ; « Quarante ans après que reste-t-il des scripts sexuels» ; « La perspective des scripts sexuels, entre théorie et méthodologie » ; « Des scripts aux champs sexuels ? Sociologie du désir et rapports de pouvoir »; « Les politiques sexuelles du blues » ; « Ripostes catholiques : mobilisations conservatrices autour d’enjeux sexuels et reproductifs » ; « Parias sexuels» ; « Sociabilité et hiérarchie sexuelle dans une sex party gaie à New York » ; « Populations subsahariennes en contexte migratoire et santé sexuelle » ; « Genre, excision et normes sexuelles » ; « Genre, discrimination et réseaux sexuels » ; « Les enjeux de la santé sexuelle en contexte migratoire » ;  « Causes sexuelles : sexualités et mobilisations collectives » ; « L ‘émergence d’une cause sexuelle en contexte postsocialiste : mobilisations gaies et lesbiennes en Pologne entre contre mobilisations nationalistes et alliances transnationales (2001-2010) » ; « The International determinants of sexual minority rights in new European Union member-States » ; « Vicissitudes et ambiguïtés d’une cause : la liberté sexuelle des hommes gais » ; « La cause des travailleurSEs sexuelLEs  : le Syndicat du Travail du Sexe, entre stratégie syndicale et minorités sexuelles» ; « Abolitionnisme, années 1950. Recompositions, investissements et consécrations d’une cause sexuelle» ; « Du Nous, les femmes, au Nous, les lesbiennes  : généalogie d’une cause sexuelle et mises en crise du sujet politique duféminisme en France (1970-1984) » ; « L’évolution de la répression de la conduite sexuelle déviante de la révolution française à nos jours » ; « (Dis)continuités sexuelles»  ; « Morale sexuelle contemporaine et luttes féministes » ; « Médecine procréative, différence sexuelle et égalité des sexes »… (Cf. Êtres humains, Langage. Genre)

Retour en haut de page
Notes de bas de page

1  Présentations antérieures : Cet abécédaire, commencé, fin août 2010, comme un jeu, dans la lignée du Dictionnaire des idées reçues de Flaubert, a progressivement évolué, quasiment tout seul, dans d’autres directions. Et, comme si une digue s’était ouverte, s’y est alors inscrit ce que j’ai - souvent depuis très longtemps - en tête sans avoir nécessairement pris le temps et /ou eu l’occasion ou l’envie de le démontrer : des réactions suscitées ou non par l’actualité, des colères rentrées ou soudaines que je tente de tempérer, des jugements de valeur que je peux justifier (ce qui ne signifie pas : ‘justes’), des questions - bien ou mal posées - non résolues, des citations, idées, réflexions éparses et variées qui m’ont fait réfléchir et qui continuent à le faire. Le tout, du moins je l’espère, sinon dans une certaine cohérence (elle, impossible, impensable) de pensée - la mienne bien sûr - du moins dans celle à laquelle j’aspire.
Ce texte, comme il est indiqué depuis la première réaction, est donc le seul de ce site à être régulièrement modifié, corrigé, enrichi.
Il en est à (environ) sa quinzième version (et doit avoisiner les 470 mots).
Peut être va t-il s’arrêter, peut être vais-je le continuer, je ne sais.
Des réactions critiques, des suggestions, surtout des désaccords sont les bienvenu-es. Je les conserverai, en tiendrai compte et y répondrai.
(8 juillet 2011)
P.S (1) : La digue n’est pas encore refermée et elle doit toujours être colmatée, amendée, modifiée…(5 septembre 2011)
P.S (2) : Il me semble - aujourd’hui - qu’il s’agit plutôt d’étayer, de conforter, d’élargir, d’affiner, ce qui de fait a été construit et de poursuivre le processus de libération personnelle et politique engagé afin, qu’à son tour, ce texte permettre d’ouvrir d’autres horizons. Peut tout aussi bien s’arrêter là. (31 octobre 2011)
P.S (3) : Quelques ajouts/corrections en sus…(5 et 24 mars, 10 avril, 5, 12, 27 mai, 4, 10, 14, 15, 18, 25, 28 juin, 1, 3, 7 juillet 2012) etc…
P.S (4) : Intégralement revu et corrigé, après des difficultés techniques - résolues - qui ont contraint à couper ce texte en deux parties en mai 2013. J’espère, allégée de ce qui est déposé ici, arriver au terme de ces réflexions et passer à autre chose. (Octobre 2013)
P.S (5) : Peut être, sans doute, ce « vide-idées » m’est il devenu peu ou prou nécessaire, utile, gratifiant, notamment du fait qu’il permet, par ses toujours possibles modifications, d’être en adéquation avec ce que je ressens, ce que je souhaite avancer, ce dont, surtout, je souhaite me libérer, pour avancer. (12 janvier 2014)
P.S (6) : Je souhaiterais, à terme, que cet abécédaire soit concomitamment lisible certes en fonction de chacun de ses items, mais aussi dans [la recherche de] sa globalité [je n’ose dire d’une certaine cohérence], malgré, y compris, en de ça, au delà de l’éclatement des styles, des réflexions, des questions, des assertions. Afin notamment de reconstruire le concept de patriarcat. Vaste ambition. Est-ce pensable ? Oui. Y parviendrai-je ? Je ne sais, mais des jalons [des repères ? des fondations ?] auront été posés.
P.S (7) : Entièrement revu et corrigé (14-30 avril 2014), mais néanmoins régulièrement revu, corrigé, amendé, complété...
P.S. (8) : J’ai partiellement recomposé de manière plus cohérente et regroupé plus visiblement certains thèmes (en couleur : rouge, puis : bleu pour mieux les visualiser ; en noir, actuellement encore in-classés. (26 décembre 2014)
P.S. (9)  Progressivement, je me rends mieux compte que ce travail s’avère effectivement une pensée, au début de sa phase de construction, du patriarcat. Je le poursuis donc, en maintenant le même processus (libérateur) du commencement de cet exercice : je n’inscris dans cet abécédaire que ce dont j’éprouve le désir et / ou le besoin, sans réflexion préalable quant au choix des termes. Mais si chacun d’entre eux est modifiable (et nombreux sont ceux qui sont régulièrement modifiés) aucun n’est superflu et aucun n’est, compte tenu des conditions de l’écriture de ce texte, supprimé. (29 décembre 2014)
PS. (10) : Un certain nombre de thèmes sont « tombés » de l’Abécédaire. Ils ont donc pris une certaine autonomie, sans pour autant rompre avec leur ancrage. Tout, pour autant, reste évolutif, le processus étant inachevé.
PS. (11) Les thèmes sont les suivants : Culture, Économie, Êtres humains, Famille, Féminisme, Femmes, Hommes, Justice, Langage, Patriarcat, Penser, Politique, Pornographie, Proxénétisme, Sexes, Violences. Les nouvelles insertions le sont dans le texte intégral et en leur sein. (23 février 2015)

2 Balzac (Honoré de), Lettres à madame Hanska, (Tome 2) Robert Laffont. Bouquins. 1990. 1220p. p.1990

3 Léon Bloy, Lettres à sa fiancée. Editions Stock. 142p. 1941. p.78

4 Cécile est morte. Film de Maurice Tourneur. 1943. Ciné Classique. 24 juin 2013. 10 h 35

5 France Culture, Une vie, une œuvre. Simone de Beauvoir (1908-1987). 10 mai 2014. Rediffusion du 24 janvier 2008

6 Ernest Legouvé, Le mérite des femmes. Imprimerie P. Didot l’Ainé. An IX

7 Michel Leiris, Journal. 1922-1989. Gallimard. 954 p. 1992. p.85

8 Sade, Histoire de Juliette, In Sade, Œuvres. III. La Pléiade. 1638p. 1998. p.294

9 Sade, La nouvelle Justine. In, Œuvres. II. La Pléiade. Gallimard. 1425p. 1995. p.898

10 France Culture. Une vie, une œuvre. Auguste Rodin ou l’esthétique de l’inachèvement. 21 novembre 2015

11 Jean Genet, Le condamné à mort. Poème dédié à Maurice Pilorge, « assassin de vingt ans » guillotiné le 17 mars 1939

12 Sade, Histoire de Juliette. In, Œuvres. III. La Pléiade. Gallimard. 1638p. 1998. p. 707, 708

13 Sade, La nouvelle Justine. In, Œuvres. II. La Pléiade. Gallimard. 1425p. 1995. p. 868

14 Sade, La nouvelle Justine. In, Œuvres. II. La Pléiade. Gallimard. 1425p. 1995. p. 566

15 Sade, La nouvelle Justine. In, Œuvres. II. La Pléiade. Gallimard. 1425p. 1995. p.1031

16 Éric Zemmour, Le premier sexe. Denoël. 2006. 134p.

17 Chaîne Toute l’histoire. La menace brune. Une histoire de l’extrême droite depuis 1945. II. 2012. 10 janvier 2016. 18h40.

18 Cf. Marie-Victoire Louis, « Dis-moi, ‘la sexualité’, ça veut dire quoi ? » http://www.marievictoirelouis.net/document.php?id=875&themeid=877

19 France culture, Les lundis de l’histoire. Par Michelle Perrot. Sexualités, sensualités, socialisme. 7 avril 2014

20 Pensant sans doute se justifier en matière de légitimation du proxénétisme et légitimer le livre qu’elle a coordonné, Janine Mossuz Lavau, dans l’émission citée ci après, crut bon mettre en avant le nom de Yves Charpenel. Mais si tant est que celui-ci incarne une pensée abolitionniste alternative, que pèse t-il face à Malika Amaouche, Daniel Borillo, Christine Castelain Meunier, Eric Fassin, Didier Lestrade, Brigitte Lahaie, Morgane Merteuil, Ruwen Ogien, Emmanuel Pierrat, Catherine Robbe-Grillet, Daniel Welzer-Lang, etc, etc… ? Et pourquoi deux rubriques concernant le harcèlement sexuel ? Pour ne pas laisser à une juriste féministe le monopole du thème ?

21 Nicolas Sarkozy, discours (retransmis en direct sur la chaînes câblées) prononcé en vue de son élection à la présidence de l’UMP. 15 Novembre 2014

22 France Culture. Révolutions Médicales. La ménopause ; obstacle ou étape ? 8 décembre 2015

23 Rapport d’information n° 3334. Assemblée Nationale. Commission des lois. Prostitution : l’exigence de responsabilité. En finir avec le plus vieux métier du monde. 383 p. avril 2011. p.179

24 Entendu sur France Culture. 19 août 2012

25 France Culture. Comment parler de sexualité aux enfants. 12 juin 2012. 7 h 20

26 Pierre Drieu la Rochelle, Journal. 1939-1945. Collection Témoins Gallimard. 520p. 1992. p.143

27 AFP. Argentine : une loi sur l’identité sexuelle. 5 mai 2012

28 Service de maternité de l'hôpital Bichat. Janvier 2002

29 AFP. Elle accouche dans les WC de son lycée. 30 mars 2012

30 Amnesty International. Rapport 2012. Brésil. p.55

31 Sade, La nouvelle Justine, in Œuvres. La Pléiade. Gallimard. 1425p.1995. p.1096. Cf., aussi, Justine ou les malheurs de la vertu. Ibid. p.379

32 Florence Rochefort, Troisième vague féministe, religions et sécularisations.  1990-2007. In, Nouvelle Encyclopédie politique et historique des femmes (Sous la direction de Christine Fauré) Les Belles lettres. 1216 p. 2010.p.1099


Retour en haut de page