Violences des hommes à l’encontre des femmes
 Marie-Victoire Louis

À propos du dévoilement public des relations de François Hollande avec Julie Gayet

date de rédaction : 11/01/2014
date de publication : 11 janvier 2014
mise en ligne : 11/01/2014
Augmenter la taille du texteDiminuer la taille du texteImprimer le texteRecommander ce texte par mail

Moi, je ne me « fous pas » des relations entre François Hollande et Julie Gayet

Pour moi, se taire ne relève pas de « l’hypocrisie »

Pour moi, en parler n’est pas « dégueulasse », ni « crapoteux », ni ne déshonore la « presse people » [la presse dite généraliste nous cachant plus de choses qu’elle ne nous en révèle]…

Pour moi, cette information ne relève pas du « voyeurisme malsain », etc., etc.…

Pour moi, ce que cet article de Closer me révèle, c’est que François Hollande a menti à sa compagne actuelle - celle qu’il a choisi de nous faire voir - à celle qu’il l’humilie aux yeux du monde entier. Et, si tant est que l’on puisse imaginer un instant qu’un contrat entre eux présumait une liberté réciproque, le dit contrat ne peut être invoqué, sauf à considérer qu’il serait de plus de valeur que la fonction présidentielle et que l’image publique que le Président de la République nous montre. Et dont la presse a dévoilé la fausseté.

La conclusion politique qui est mienne est que je ne fais aucune confiance, en aucun domaine, à celui qui se comporte aussi lâchement avec une femme, dont il nous avait dit par ailleurs - si grossièrement déjà, eu égard à Ségolène Royal - qu’elle était « la femme de sa vie » ; à celui qui nous a donc aussi menti, à nous qui ne lui demandions rien.

Quant à l’union sacrée des hommes défendant la supposée « vie privée » de François Hollande [doutant que l’intrusion faite dans celle, elle aussi supposée, de Julie Gayet les soucie beaucoup], elle ne fait que révéler ce que des féministes savent depuis des lustres, à savoir que le pseudo concept de « vie privée » n’est que le cache sexe des turpitudes des hommes, et que l’article 9 du Code civil : « Chacun a droit au respect de sa vie privée » n’annihile pas le patriarcat et la domination masculine, lisibles, partout ailleurs, dans le Droit.

****

* Ajout. 12 Janvier 2014. AFP. 16 h 23. La première dame Valérie Trierweiler a été hospitalisée "pour du repos et quelques examens", a annoncé son cabinet. L'Elysée avait auparavant confirmé l'information du Parisien, précisant que la compagne du président de la République avait été hospitalisée vendredi après-midi et non jeudi comme l'écrivait le quotidien sur son site internet. Selon différentes sources, elle pourrait sortir d'ici quelques heures, vraisemblablement lundi. Pour rappel, l'hebdomadaire people Closer a affirmé vendredi que François Hollande, 59 ans, vit un ‘amour secret’ avec la comédienne Julie Gayet, 41 ans.

* Ajout. 14 janvier 2014. Cf., « le cordon sanitaire » et la rigueur toute ‘morale’ de l’argumentaire évoqué sur France Culture (« Les idées claires » de Philippe Manière [« économiste libéral »] ): «[…] Dans notre pays, l'approche traditionnelle est très claire et très différente d'ailleurs de celle qui prévaut dans la plupart des autres grandes démocraties, c'est celle du cordon sanitaire. Qu'il ou elle soit ou non une personne publique, chacun a droit au respect de sa vie privée. C'est ce que disent la loi et les tribunaux, c'est aussi ce que professent les grands médias […] Je ne parle pas ici de morale. La morale n'a rien à faire là dedans et c'est le mérite des Français d'ailleurs de ne pas mélanger morale privée et la morale publique, de ne pas présumer qu'un homme qui trompe sa femme les trompera, eux aussi, glissement fallacieux mais auquel succombe l'opinion chez beaucoup de nos voisins. On sait qu'Hitler était un époux fidèle, qu'il ne buvait pas une goutte d'alcool, qu'il ne fumait pas, tout le contraire de Churchill : on sait aussi assez bien lequel fut un monstre et lequel fut un grand homme d'Etat. […] Ce qui est en jeu ce n'est pas la morale [...] .Ce ne sont pas des principes qui sont en cause, mais des questions très contingentes […]  parce qu'elle sont potentiellement graves […]. » 

* Ajout. 20 janvier 2014. Alors que de pseudo sondages ne cessent, toute honte bue, tout ridicule assumé, de nous affirmer que cet « épisode » n’a pas ou que très peu d’impact sur la cote de popularité de François Hollande, et que les Français seraient  indulgents ou indifférents à sa « vie privée », j’ai, pour ma part, lu des commentaires, des prises de positions absolument contraires. En voici quelques échantillons : « Absence totale de retenue, de pudeur, de vergogne » ; « Hollande de divorce pas, il répudie » ; « Hollande est dans l’évitement permanent avec le concours des médias français qui le couvrent » ; « Quelle lâcheté…» ; « Grossier personnage » ; « Le Président apparaît de plus en plus comme un goujat ! » ; « Aujourd’hui, il parade sans la moindre culpabilité alors que celle à qui il a promis monts et merveilles se désespère de rage, de honte et de dépit!! » ; « C'est triste pour V. Trierweiler, mais quand on veut vivre avec un mufle il ne faut pas s'attendre à de la délicatesse » ; « C’est Louis XIV et ses favorites » ; « Ce n’est pas une affaire privée, c’est une affaire d’Etat » ; [lors de la conférence de presse] « Jamais je n'ai vu un tel cynisme et une telle froideur. Il l'aurait poignardée en direct, c'était pareil » ; « À lire de très nombreux commentaires, le machisme pur et dur a encore de beaux jours devant lui, et les "féministes engagées" de bien assourdissants silences!!! » ; « On peut donc être président et mal élevé ? » ; « Un goujat restera toute sa vie un goujat, un homme qui jette les femmes comme on jette un objet inutile, un egocentrique qui ne pense qu'à son bon plaisir sans se soucier du mal qu'il fait à son entourage. » ; « Comment faire confiance à un homme qui se comporte de cette manière notamment vis à vis de ses femmes ? » ; « L'empathie n'est manifestement pas le trait particulier caractérisant Hollande » ; « En bon politicard, il soigne d'abord sa petite personne » ; « Ce Hollande, c'est vraiment un gentleman!!! » etc.,…

* Ajout. 25 janvier 2014. François Hollande à l’AFP : « Je fais savoir que j'ai mis fin à la vie commune que je partageais avec Valérie Trierweiler ». La parole de l’un, dans le cadre d’un contrat [moral] de vie supposé engager deux personnes est de plus de valeur que le contrat de travail encadré par la loi ; qui plus est, elle se suffit à elle-même. Une fondamentale leçon validant la nécessaire prééminence analytique des normes ante libérales, patriarcales, sur celles codifiées par le Droit.

* Ajout. 27 janvier 2014. AFP / Le Figaro. La rupture Hollande-Trierweiler «n'aura pas d'impact» sur l'électorat féminin

INTERVIEW - Pour le directeur général de l'Ifop, Frédéric Dabi, la perception qu'ont les Français du président «n'est pas indexée à une affaire privée».

- LE FIGARO - Deux jours après l'annonce par François Hollande de la fin de sa «vie commune» avec Valérie Trierweiler, plusieurs hommes politiques à droite dénoncent une «répudiation». Cet épisode peut-il laisser des traces au sein de l'électorat féminin?
Frédéric DABI - Personne ne peut le dire aujourd'hui, mais je fais le pari que ça ne changera rien pour le chef de l'État. Car la lecture à droite n'est peut-être pas celle de la majorité des Français. 77% d'entre eux considéraient en effet au lendemain de la révélation par Closer de la relation supposée entre François Hollande et Julie Gayet, qu’'il s'agissait d'une affaire privée, selon un de nos sondages pour le JDD ( Journal du Dimanche). Et le clivage homme-femme était très faible, les hommes étant 79% à aller dans ce sens et les femmes 76%. Certes, Closer a été en rupture de stock avec son scoop, mais la perception qu'ont les Français du président n'est pas indexée à une affaire privée.
- La personnalité du président, testée dans les sondages qualitatifs, peut-elle pâtir de cette rupture?
On va peut-être voir émerger dans les qualificatifs l'«inélégance», mais et alors? François Hollande a toujours été jugé «sympathique» par une majorité de Français jusque-là, ce qui ne l'empêche pas d'être impopulaire. Il a par ailleurs perdu 14 points sur l'item «sincère» entre avril dernier et janvier, mais c'est plus lié à son optimisme affiché sur l'inversion de la courbe du chômage qui n'a pas encore eu lieu ou sur la reprise de la croissance. Là aussi, je crois que cette affaire privée n'aura pas d'impact. Un tel scénario n'a d'ailleurs jamais été validé par des épisodes analogues dans le passé. Même une séquence personnelle heureuse comme la naissance de Giulia, la fille de Nicolas Sarkozy et Carla Bruni, n'avait pas dopé la popularité de ce dernier.
- Cette affaire marquera-t-elle toutefois le quinquennat de François Hollande?
Il est trop tôt pour le dire, mais c'est davantage la série voeux-conférence de presse du président avec un vrai tournant dans sa politique qui devrait laisser des traces que sa rupture avec Valérie Trierweler. Que pèse aujourd'hui le divorce de Cécilia et Nicolas Sarkozy et son remariage avec Carla Bruni au regard de tout son mandat? Les Français font vraiment la distinction entre le public et le privé.  [Pour la mémoire de ce que fut la presse en France en 2014.]

* Ajout. 28 janvier 2014. Lorsqu’un président de la République est - légitimement – traité, considéré comme un être humain, un homme en l’occurrence, alors ce sont tous les systèmes dont il est censé être l’incarnation qui s’effondrent. La royauté est morte de la fin en la croyance aux écrouelles, la république (res publica) pourrait bien mourir de ce qu’in fine, elle confère l’essentiel du pouvoir politique étatique à une personne, qui s’avère n’être qu’un homme…


Retour en haut de page